VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Lettre ouverte du 5 mars 2017, de Daria Klanac à Ratko Peric, évêque de Mostar (au sujet de Medjugorje)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Lettre ouverte du 5 mars 2017, de Daria Klanac à Ratko Peric, évêque de Mostar (au sujet de Medjugorje)   Dim Mar 05 2017, 15:01

Citation :

LETTRE OUVERTE DU 5 MARS 2017,
DE DARIA KLANAC À Mgr RATKO PERIC,
ÉVÊQUE DE MOSTAR




Monseigneur,

Avec beaucoup d’attention j’ai lu votre récente déclaration sur Medjugorje. Je me sens poussée par l’obligation de vous écrire pour une raison toute simple : Je fais des recherches sur le phénomène de Medjugorje depuis plus de trente ans et je me suis penchée tout particulièrement sur l’intense période des sept premiers jours des apparitions. J’ai pris le temps d’écouter avec assiduité, en croate, car c’est ma langue maternelle, les 18 cassettes enregistrées sur le lieu du 27. 6. 81. au 30. 6. 81., lors des interrogatoires que le père curé, Jozo Zovko et son vicaire le père Victor Kosir ainsi que le père Zrinko Cuvalo menaient auprès des voyants de Medjugorje, seuls ou en groupe. Me gardant du sensationnalisme depuis le début jusqu’à ce jour et n’étant pas une personne encline à la recherche du merveilleux, l’écoute de ces cassettes me laissait en admiration devant autant de spontanéité, de sincérité, de conviction et de l’assurance de ce que les voyants prétendaient voir.

J’ai écrit quatre livres sur le sujet comme résultat de mes recherches ainsi que mon témoignage, dans l’unique désir et la volonté ferme de rester ouverte, critique et objective afin d’aider l’Église à discerner pour mieux comprendre, évaluer et valoriser ces évènements. (www.comprendre-medjugorje.info)

Vous, Monseigneur, avec votre façon et votre regard particulier, vous avez fait des présentations publiques comme si le côté clair de la Lune n’existait pas. Nier la lumière, c’est vouloir rester dans l’ombre, semer la confusion et les ténèbres autour de nous. Il est trop tard pour troubler la source même qui a commencé à couler il y a 36 ans. Il est trop tard d’avorter l’enfant et de l’étouffer comme s’il n’était jamais né alors qu’il a grandi dans l’épreuve et la souffrance du rejet et, malgré tout, apportant de bons fruits en abondance. Nous en sommes tous les témoins.

Il est trop tard de tuer l’œuf qui a produit tant de poussins et de poules à travers le monde entier, en nourrissant la foi et l’espérance. Et le coq chante tous les matins à l’aube dans les champs de Medjugorje suivi de l’Angélus afin de nous garder éveillés à la promesse de Dieu!

Au moment où ce lieu de prière entre dans sa maturité, vous doutez de ses origines. Votre déclaration publiée à la veille de la venue de l’envoyé spécial du Saint Père nous a tous pris par surprise. Que voulez-vous dire au juste, alors que L’Église de Rome dans sa sagesse montre un intérêt particulier et le souci pour la pastorale qui entoure de nombreux pèlerins? À juste titre, elle met la priorité là où elle doit être.

Je ne souhaite pas, père évêque, entrer en polémique avec vous. Je vous ouvre mon cœur de pauvre, ouvrez-moi le vôtre. Depuis le tout début de mon travail pour Medjugorje, j’étais disposée plutôt pour l’échange et la réflexion dans le but de discerner au lieu de m’attarder sur des discours futiles infondés. J’ai réussi à parler ouvertement avec les opposants de Medjugorje, ainsi qu’avec votre prédécesseur à plusieurs reprises, afin de mieux comprendre leurs arguments. L’approche avec le feu père Ivo Sivric, le farouche adversaire des apparitions, m’a été plus difficile. Je lui avais proposé de travailler ensemble sur l’étude des sept premiers jours, ce qu’il a catégoriquement refusé. Dommage, nous aurions pu arriver à des résultats intéressants. Cependant, sa thèse sur Medjugorje-copie de Lourdes, m’a incitée à explorer davantage sur cet aspect. Nous sommes arrivés chacun à notre tour à une même découverte : La ressemblance frappante de Medjugorje avec Lourdes. À partir de ce fait, il s’est tourné vers la supposition que les enfants de Medjugorje auraient imité Lourdes et moi vers la conviction que cette comparaison était très significative et m’a affermie dans l’authenticité possible de Medjugorje.

Selon votre compréhension de ces mêmes sources, je me demande quelle est cette Vierge qui est apparue à Lourdes. D’après votre analyse unilatérale de Medjugorje, je constate que Lourdes, non plus, n’aurait pas eu de chances d’être authentifié.

- 1er jour à Lourdes la Vierge ne dit rien et elle fait des signes de tête, prie avec Bernadette le Gloire au Père et disparaît subitement.
- 2e jour Bernadette jette de l’eau vers la vision qui sans dire un mot sourit et reste.
 (À Medjugorje cela s’est passé le troisième jour de la même façon.)
- 9e jour Bernadette gratte la terre, se lave dans la boue et mange de l’herbe. L’assistance
qui observe ses gestes la traite de folle et on se moque d’elle. Peu après Lourdes est envahi de visionnaires, une cinquantaine. L’endroit des apparitions n’est pas non plus à l’honneur de la Sainte Vierge. La grotte se trouve à proximité du lieu où était habituellement parqué le troupeau communal de porcs et appelé la « tute-aux-cochons. »

La conférence des évêques de France avait confié au théologien et mariologue René Laurentin, l’étude sur Lourdes. En tant qu’érudit il en a sorti toute une encyclopédie et a été reconnu, avec raison, comme l’autorité dans ce domaine.

J’ai collaboré avec l’abbé Laurentin pour la cause de Medjugorje. Il m’a beaucoup encouragé à persévérer dans mes recherches et a préfacé mon livre « Aux sources de Medjugorje », Sciences et culture, Montréal 1998. Je le cite : « En 1988, une partie des documents utilisés dans le présent ouvrage et interprétés dans un sens défavorable avait fait l’objet d’une publication. Mais il fallait déchiffrer plus avant la lacune de la première édition, quels que soient ses mérites d’avoir été la première. C’est ce que Daria Klanac a fait avec sa grande finesse de perception. Daria Klanac apporte une impulsion éminente de rigueur, d’ouverture et de pénétration documentaire et spirituelle sur l’évènement. » (Voir www.comprendre-medjugorje.info)
Il me disait aussi que Lourdes, en regardant comment on traite Medjugorje, aurait eu beaucoup de difficulté à être reconnu aujourd’hui.

À l’égard de votre déclaration et de votre diagnostique sombre et troublant, j’aimerais introduire un peu de lumière en vous invitant à la paix et à la réconciliation. Je vais choisir quelques extraits de la conversation du père Jozo Zovko et du père Victor Kosir avec Jakov le 27. 6. 81. en avant midi.


Père Zovko :    Mais es-tu heureux de voir Gospa?
Jakov :                         Comment ne serais-je pas heureux?
Père Kosir :     Dis-moi, n’as-tu jamais désiré : puisse Gospa m’apparaître à moi?
Jakov :              Eh oui. Et maintenant je dis, je l’ai dit : maintenant depuis que j’ai vu
                         Gospa, je ne regretterai pas de mourir.

Père Kosir :      Très bien. Mais n’as-tu pas déjà espéré la voir, disons, il y a un an ou six  
                         mois?

Jakov :              Non, aucunement.
Père Kosir :     Tu n’as donc pas espéré qu’elle puisse t’apparaître, tu n’y pensais même  
                         pas?

Jakov :              Non, je ne le savais même pas.
Père Kosir :      Qu’elle puisse apparaître!
Jakov :              Oui.
Père Kosir :     Qu’arriverait-il si ce soir on te contrariait, si maman ou quelqu’un d’autre
                         t’empêchait d’y aller.

Jakov :              Qui peut m’empêcher d’y aller? Je suis attiré par le désir d’aller en haut.
Père Kosir :      Et si maman te défendait?
Jakov :              Elle ne peut pas m’arrêter. Moi, je le veux.
Père Kosir :      Elle ne peut pas!
Père Zovko :    Que lui dirais-tu?
Jakov :              Je dirais : « Maman, j’irais même si tu me tues. Tu peux me tuer, j’irai de nouveau. »
Père Zovko :    Je sais, mais Dieu demande d’écouter sa maman; alors qu’est-ce que tu vas dire?

Jakov :             J’irais vers Dieu, en haut, vers Gospa, j’irai en haut. Et voilà.
Le lendemain soir il affirme au Père Jozo qui essaie de le confondre :
Père Zovko :   Mais, tu ne l’as pas vue?
Jakov :             Qui?
Père Zovko :   Gospa?
Jakov :             J’ai vu Gospa comme si elle était en face de moi, voilà, comme vous.


(Aux sources de Medjugorje, Sciences et culture, Montréal, 1998. 3e édition, www.comprendre-medugorje.info)

Monseigneur, avez-vous ce passage dans votre transcription si non, je pourrais vous le prêter. Cela vaut un pesant d’or. Nous pourrions aussi l’écouter ensemble. Organiser une séance d’écoute et la faire lire par des enfants dans la paix et la bonne humeur, être heureux comme Jakov à l’âge de dix ans et l’accueillir dans notre cœur.

D’où vient à ce jeune, l’audace, la force, le courage de se dire prêt à mourir après avoir vu Notre Dame!? Il ne s’est pas laissé intimider par les prêtres qui ont essayé de le confondre en pensant faire tomber le plus jeune.

J’ai observé des réponses semblables à ces mêmes questions chez tous les autres voyants dans leur conviction profonde de voir La Sainte Vierge.
Ivanka : (30. 6.81. au père Zovko) « Ce n’est pas le mensonge! Je la vois comme je vous vois. » Vicka à son tour affirme (28.6.81.) « Si quelqu’un me dit qu’il va me tuer, je la regarderais encore. Que j’aille en prison, nous irons tous. »

Je pourrais continuer à vous citer tant d’autres paroles lumineuses sur leur joie de voir, leur attirance irrésistible de monter la colline, la description de la belle Dame, sa voix, la lumière qui la précède, sortant de la bouche de ces jeunes durant cette période d’interrogations intenses.  D’après leurs témoignages, ils ne voient pas une statue ni une image de nos églises, mais une personne vivante qui bouge, sourit, parle ou se tait, ne répond pas toujours, les laisse patienter, les aime, les éduque. Je n’ai pas l’intention ici de faire un exposé sur la pédagogie de la Vierge avec les humbles et les petits. De toute façon ce discours ne passe pas auprès des savants et des sages. Tout ce trésor, que j’ai amassé à la source même, je l’ai noté dans mes livres, études, recherches, témoignages par amour pour mon Église en ruine afin qu’elle puisse discerner le don de Dieu qui lui tombe du ciel.

J’aimerais terminer par les paroles de l’évêque de Varsovie-Praga, Mgr archevêque-évêque, Henryk Hoser, désigné pour se rendre à Medjugorje comme envoyé spécial du Saint Père, qu’il a données à l’hebdomadaire polonais Gosć Neidzieluy :
« À Medjugorje je vois un grand potentiel pour l’évangélisation et le renouveau de la foi. »

Nous avons le droit de nous demander sérieusement d’où vient ce « grand potentiel » et ce « renouveau » à Medjugorje; du néant, du mensonge, des forces du mal!? Et la plus belle reconnaissance de l’œuvre de Marie qui conduit à Jésus est dans ses mêmes mots venant de lui : « Medjugorje est un lieu davantage « Christique que mariale. »
C’est déjà la grande victoire de Marie
!



Paix avec vous, Monseigneur Ratko Peric,
Avec toute ma considération,
Daria Klanac, Montréal

Le 5 mars 2017

Source : http://docteurangelique.forumactif.com/t22525-lettre-ouverte-de-daria-klanac-a-mgr-ratko-peric-eveque-de-mostar



Stan
Revenir en haut Aller en bas
 
Lettre ouverte du 5 mars 2017, de Daria Klanac à Ratko Peric, évêque de Mostar (au sujet de Medjugorje)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Apparitions Mariales-
Sauter vers: