VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, https://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

 

 Tête à lectures (humour !)

Aller en bas 
AuteurMessage
Lily-Anne
Admin
Lily-Anne

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

Tête à lectures (humour !) Empty
MessageSujet: Tête à lectures (humour !)   Tête à lectures (humour !) Icon_minitimeDim Mar 04 2012, 18:20

Lundi 05 mars 2012 - 00 : 15

Chère Fleur,

Ce texte que tu viens de m'envoyer est tellement drôle et bien écrit que je ne résite pas à en faire profiter les lecteurs. Si vous n'avez pas connu les situations décrites...vous avez bien de la chance !

Merci pour cet instant béni !

L-A Tête à lectures (humour !) 2620119053



Je suis entré pour la première fois dans cette petite église du sud de la France un dimanche soir d’une fin de mois d’août, après avoir roulé toute la journée. Il faisait chaud. Et je ne le dis pas seulement pour faire un effet de style avec une phrase factuelle et très ramassée juste derrière une séquence sensiblement plus longue et avant d’enchaîner avec une autre phrase longue ; non, en réalité, j’avais même noté ce jour-là des pointes absolument indécentes en terme de température et de degré d’humidité. Il faisait donc très chaud, même si je commence à réaliser que mes tentatives d’effets de styles sont moisies, dans la mesure où cette information n’est absolument pas pertinente pour la suite… Bref : j’étais dans une région inconnue, une ville inconnue, une paroisse inconnue, j’étais moi-même un inconnu et en plus j’avais trop chaud, et le prêtre s’est dirigé vers moi d’un air décidé pour me demander si j’accepterais de faire la deuxième lecture.

Dans cette autre église que je connais un peu mieux, plutôt dans l’ouest et plutôt à l’automne, mais où je n’avais pas remis les pieds depuis bien sept ans, les habitués se saluaient poliment de la tête, d’un bout à l’autre de leur banc. Il y avait là déjà toutes sortes de crânes : des boucles blondes, des dégarnis, des cendrés, des blanchis, des longs, des ras, des lisses, des hirsutes, des soyeux, des gras, des couverts, un rouge pétaradant. Certaines assemblées chrétiennes sont comme des vaisselles dépareillées : on se dit d’abord qu’elles ne ressemblent à rien, qu’elles ne sont pas présentables, et puis on oublie complètement au moment de passer à table. En tout cas, celle-ci ne ressemblait pas à grand chose, et le prêtre était un peu taillé du même bois, improbable et touchant. Si touchant, même, que c’est à mon épaule qu’il est venu le manifester juste avant le début de la messe : je ferais bien la première lecture, n’est-ce pas ?

Cette fois-ci, je l’ai senti dès que je suis entré. Petite église de petit village, aussi blanche de pierres que de paroissiens. A peine un pied posé dans la nef, la responsable de la liturgie (pourtant occupée à ralentir encore la chorale, des fois qu’il resterait encore un peu de rythme dans le chant qu’ils répétaient alors) a posé son œil d’aigle sur moi. J’ai senti par anticipation ses serres se refermer sur mon dos pour m’entrainer contre mon gré jusque dans son nid – autrement appelé ambon. J’avais raison : quelques minutes à peine plus tard, juste le temps d’expédier un sanctus deux tons en-dessous (je suis taquin, mais en réalité assez admiratif du dévouement d’une telle femme, même si mon oreille saigne un peu – je parle de mes oreilles au singulier parce que l’autre s’est déjà suicidée), la voilà qui fond sur moi et me lance, nasillarde : “Un peu de jeunesse, ça va nous faire du bien pour la lecture !”

Je n’y peux rien : j’ai une tête à lectures.

Avec les années, il aura bien fallu me rendre à l’évidence : je suis le genre qui plaît pour une lecture improvisée. Un “aspirateur à grands-mères et à curés”, comme disait ma sœur autrefois (aujourd’hui, elle niera en bloc avoir jamais rien affirmé de tel, c’est évident). Il suffit que je débarque dans une paroisse pour que – crac – l’irrépressible envie de me confier une lecture s’impose dans l’esprit de quelques autochtones comme l’idée de l’année pour meubler la liturgie. C’est valable partout, sauf chez moi. Car curieusement, je n’ai jamais tant de succès que dans des paroisses où je suis un parfait inconnu.

Bien sûr, cette situation a quelque chose de flattant. Mais pas que. Je passerais volontiers sur le fait qu’elle dérange régulièrement mon désir tout naturel et très catholique de pantouflisme eucharistique : c’est vrai, j’aime bien me cacher pendant les célébrations, mais je prends avec philosophie les coups de pieds dans le fondement que constituent ces demandes bien innocentes. Après tout – me dis-je en souriant et en moi-même… Pourtant, vient toujours une crainte sensiblement plus profonde : moi que l’on vient solliciter pour lire la Parole, est-ce que ce n’est pas au détriment de quelqu’un dont le désir secret serait qu’on le sollicite, un jour ? Un habitué tellement fidèle et timide qu’il ferait partie des chaises, et à qui personne ne demande jamais rien pour ne pas le déranger et devoir faire sa connaissance, alors qu’être dérangé ne le dérange pas ?

J’en frémis. (Oui, c’est le retour de l’effet de style moisi du début de ce billet.)

Et même si je me plie souvent de bonne grâce à la montée au micro, je trouve parfois – comme tout le monde – de bonnes grosses excuses des familles pour ne pas avoir à me décoller de mon banc. Car au rang des techniques pour ne pas sortir du rang, ma boîte à outils recèle quelques stratagèmes habiles. Et je ne parle pas seulement de la bonne vieille méthode de l’imperturbable abîmé en prière au moment où passe le rabatteur ; c’est un classique, mais la montée du sans-gêne dans la population de notre pays le rend de moins en moins efficace. Au contraire, préférez la tactique – dite – de Judas, elle-même très efficace : quand on s’approche de vous pour vous demander si vous accepterez de faire une lecture, répondez avec négligence en désignant votre voisin : “Moi non, mais lui oui.” Évidemment, il faut venir à la messe avec un ami (ou un parent), mais c’est assez imparable. Autre subterfuge qui a fait ses preuves : l’accent étranger à couper au couteau et le français épouvantable qui va avec. Si ce rôle est joué avec suffisamment d’aplomb et une mine d’incompréhension absolue de ce qu’on vous demande, il s’avère très difficile à détecter. Pour peu qu’on ne la ramène pas trop ensuite durant les chants et les répons. Mais la technique la plus efficace pour se dérober au moment de se faire refourguer une lecture est encore probablement celle qui consiste à répondre en se composant un visage confus : “Je veux bien… mais je ne sais pas lire…” C’est très fort, mais il existe tout de même un risque : celui de se retrouver avec un panier de quête en lot de consolation !

Un mot enfin, avant de refermer ce billet foutraque et inutile, sur les différents profils de lecteurs qu’on retrouve généralement dans les assemblées. Comme une longue et minutieuse étude des spécimens peuplant les églises m’a permis de le constater, en effet, les lecteurs se répartissent en différents rôles plutôt universels et généralement très bien définis. Citons donc quelques uns des plus fumeux fameux :


Vito Corleone. Ce personnage a l’amusante particularité d’être totalement inaudible. On ne sait pas trop s’il s’adresse aux chauves souris de l’église par ultrasons ou s’il soigne sa laryngite, mais personne ne pipe mot à ce qu’il crachote, même l’oreille collée aux hauts parleurs (qui, il faut tout de même l’avouer, ne marchent pas).

Sarah Bernhardt. “La Parole de Dieu est vivante” : celle-là a tellement bien intégré cette idée qu’elle s’emploie à restituer toute la beauté du texte par mille intonations et changements de voix. Mais comme l’assemblée est à peu près aussi apathique que le Théâtre du Châtelet un soir de cérémonie des César, elle récolte rarement les applaudissements recherchés pour sa prestation.

Droopy. Sorte de cousin en miroir de Sarah Bernhardt, en voici un qui sous-joue systématiquement tout ce qu’il a à lire. Et non seulement il lit d’une voix monocorde, mais en plus cette corde unique semble faite pour qu’on puisse se pendre avec, tant sa voix est déprimante.

Oompa Loompa. Personne, fort heureusement, ne lui reprochera d’être plus petit que la moyenne (personne n’oserait – n’est-ce pas, les deux ou trois qui ricanent au fond ?). En revanche, cette information, depuis le temps, a peu de chances de lui avoir échappé. Et dans la mesure où cet individu fait une lecture toutes les deux ou trois semaines, il est peu concevable qu’il n’ait toujours pas compris comment réajuster l’orientation du micro lui-même.

Averell Dalton. Est-ce une faim brûlante qui lui donne cette envie furieuse de dévorer le micro ? Toujours est-il que l’énergumène ressent un besoin irrépressible de coller sa bouche à l’appareil, pensant probablement être ainsi mieux entendu, alors que l’objet est réglé pour capter le son dans des conditions optimales à 10 centimètres au moins…

Rachida Dati. Son truc à elle, c’est le gros lapsus bien gênant au milieu du texte. Parfois, c’est amusant et mignon, parfois beaucoup moins. Par exemple, les disciple qui “conduisent l’ânesse à l’ânon”, alors que ça devrait être “l’ânesse et l’ânon“, ça peut faire désordre. Mais le plus amusant, c’est que cette personne n’est souvent pas aidée par les textes à lire, et se retrouve avec des cas d’insanités bibliques telles que : “comme se dissipe la fumée” (Ps 68), “le loup et l’agneau paîtront ensemble” (Is. 65) ou la foi d’Eunikè ta mère (2Tim 1). Le seul souci, en fait, c’est qu’elle s’en rend compte.

Clotaire. C’est un fait : Clotaire est le dernier de sa classe. Dès lors, QUI a eu l’idée brillante de lui confier cette lecture ?

Chevalier Bayard. Sans honte mais pas sans reproches, il est bien décidé à rentabiliser jusqu’au bout son abonnement à Prions en Église. Notre homme s’avance donc à l’ambon avec son livret, et ne lira pas la Parole sur un autre support ! Rien ne lui fera entendre raison (pas même le fait qu’une fête locale ait pu modifier ponctuellement la liturgie).

Philip K. Dick. Son truc à lui, c’est l’anticipation. Il n’aime rien tant qu’aller faire un bond dans l’avenir pour en rapporter les textes de la liturgie que nous n’entendrons pas avant quelques jours ou quelques semaines. A noter toutefois que ce profil est généralement combiné avec un autre évoqué précédemment, ce qui permet d’en profiter deux fois plus longtemps, grâce à la correction de page au milieu de la lecture.

http://edmondprochain.wordpress.com/

_________________
Tête à lectures (humour !) Jc_6_b10
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Admin
Admin

Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Canada

Tête à lectures (humour !) Empty
MessageSujet: Re: Tête à lectures (humour !)   Tête à lectures (humour !) Icon_minitimeLun Mar 05 2012, 00:05

Je ne sais pas quelle tête a lectures vous décrits....Tête à lectures (humour !) 3047962431

Moi aucune de ces réponses !

Je suis plutôt ( tête a CHAPELET )geek

Je fais souvent le chapelet avant la messe mais pas de lecture !



A chacun sa tête Tête à lectures (humour !) 2551100796

_________________
La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, https://nouvellejerusalem.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
https://nouvellejerusalem.forumactif.com
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
COQUELICOT
Modérateur
COQUELICOT

Date d'inscription : 06/09/2010
Localisation : Belgique

Tête à lectures (humour !) Empty
MessageSujet: Re: Tête à lectures (humour !)   Tête à lectures (humour !) Icon_minitimeMar Mar 06 2012, 10:07

décidément cet Edmond Prochain fait beaucoup de vagues......à lui tout seul, c'est un tsunami ! note maxi


pour en revenir au ro minet, pourquoi ne demandes-tu pas au prêtre de dire une messe spéciale pour bénir les animaux, et tout spécialement les oiseaux genre titi !

ro minet zerait zurpris.... affraid


youpi ! cool !

_________________
Tout vient de Dieu
tout lui appartient
tout lui revient.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé




Tête à lectures (humour !) Empty
MessageSujet: Re: Tête à lectures (humour !)   Tête à lectures (humour !) Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Tête à lectures (humour !)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Humour et Détente-
Sauter vers: