VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, https://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  
Le Deal du moment : -19%
Ecran Gamer Aoc 24G2U5/BK (Vente flash)
Voir le deal
129.99 €

 

 Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux".

Aller en bas 
AuteurMessage
Stan
Admin
Stan

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux". Empty
MessageSujet: Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux".   Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux". Icon_minitimeDim Nov 13 2011, 11:38

« Laissez-moi, Seigneur, je suis mère de famille. »

( Parole familière d'Anna Maria Taïgi à Jésus,
alors qu'elle était à s'occuper de sa famille )

Notice biographique sur la Bienheureuse Anna Maria Taïgi

Citation :
Mère attentive à l'éducation de ses enfants, femme d'intérieur dont le logement modeste est toujours propre, elle fait la cuisine, coud les vêtements de toute la maisonnée, tient les comptes. Rien ne distingue sa vie de celle des mères de famille qui l'entourent, sinon une certaine humeur enjouée et toujours sereine: " Elle parlait de Dieu, dira son époux, sans devenir ennuyeuse comme le sont beaucoup de dévotes." Et pourtant sa vie est un torrent de grâces mystiques: extases, visions, prescience. Dieu fait irruption qu'elle soit dans sa cuisine ou en pleine lessive. Avec familiarité, elle lui demande : "Laissez-moi, Seigneur, je suis mère de famille." Et cela déborde vers l'extérieur: guérisons, prophéties, lecture dans les cœurs. On vient de loin la consulter.
Grand-mère, elle continuera à veiller sur sa famille avec gaieté, malgré la maladie et de terribles crises de doutes.
À Rome, en 1837, la bienheureuse Anne-Marie Taigi, mère de famille. Soumise aux violences de son mari, elle demeura attentive à prendre soin de lui et de l’éducation de ses sept enfants, sans rien omettre de son assistance spirituelle et matérielle aux pauvres et aux malades.

Source: [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Le corps incorruptible d'Anna Maria Taïgi, (1760-1837)
(Église de saint Chrysogone, dans le quartier Trastevere, à Rome)

Citation :
Le soleil mystérieux

Quelques mois seulement s’étaient écoulés depuis le mariage d’Anna-Maria.

Elle avait décidé de servir Dieu, dans le mariage, non seulement de toutes ses forces, mais aussi en s’offrant comme victime expiatoire pour ses propres péchés et ceux de tout le genre humain.

Dieu accepta ce sacrifice.

Un jour, prosternée devant le Crucifix, après une oraison et une flagellation plus prolongée pour les pauvres pécheurs, Anna-Maria vit tout à coup devant ses yeux, à un hauteur d’environ deux mains au-dessus de son regard, un disque lumineux, semblable à celui du soleil dans le firmament, mais dont la splendeur semblait recouverte d’un voile.

Ce disque était entouré d’une couronne d’épines ; deux de ces épines très longues, pendaient de chaque côté et se réunissaient dans le bas.

Au milieu de cette lumière, Anna-Maria apercevait une femme assise, pleine de majesté ; vêtue somptueusement, aux regards levés vers le ciel dans une contemplation extatique, portant sur le front deux rayons semblables à ceux de Moïse, et dont les pieds reposaient sur le rebord du disque.

Ce disque ne pouvait être touché par les créatures et les formes qui s’élevaient vers lui des bas-fonds, en s’approchant, étaient impétueusement repoussées par des forces invisibles.

Ce soleil mystérieux lui fut toujours présent pendant quarante huit ans.

Peut-être ce soleil surnaturel représentait-il la Église, dans laquelle, siège et gouverne, la Divine Sagesse ; mais entouré d’épines de toutes sortes, parmi lesquelles, deux, très longues, descendant de chaque côté pour se chercher et se rejoindre, à figurer les puissances du monde et certaines personnes consacrées à Dieu, qui s’unissent cependant et font cause commune avec les premières, contre les droits très saints et la dignité de l’épouse de Jésus-Christ.

Mais, tout en respectant le mystère de cette apparition, il est certain que la lumière de ce Disque, voilée tout d’abord, acquérait de jour en jour, un éclat plus grand à mesure que la Sainte femme s’avançait dans la perfection chrétienne ; et en peu de temps, il atteint une splendeur plus éblouissante que celle de sept soleils réunis.

Fait vraiment admirable : Anna-Maria pouvait fixer une si vive lumière susceptible de faire perdre la vue, par sa force excessive, avec le calme et la tranquillité la plus grande. Bien plus : quoiqu’elle eût un oeil malade, elle n’éprouvait aucune gène, niais en retirait une amélioration incontestable.

Un autre fait certain est qu’il suffisait à Anna-Maria de fixer ce soleil pour être au courant de tous les événements suvernant dans le monde et en connaître toutes les circonstances ; et non seulement en général, mais en particulier, pour chaque individu, et elle voyait jusqu’aux plus obscurs replis des consciences. Aucune distance ne pouvait s’opposer à elle. Elle voyait les besoins spirituels et temporels de chaque Etat, de chaque Nation, de chaque peuple ; elle connaissait leurs moeurs dépravés, leurs canailleries de toutes sortes, les turpitudes des idolâtres, les machinations sacrilèges des sectes contre l’Eglise, les révolutions politiques, les guerres entre Nations et quelle en était l’issue, les plus intimes secrets des Cabinets Diplomatiques. Elle voyait les tempêtes sur terre et sur mer, les tremblements de terre, les pestes et ceux qui en était victimes. Elle connaissait parfaitement l’état des âmes, même après leur mort.

L’humble femme, devant ces signes extraordinaires, afin de se préserver des illusions et des subterfuges de l’art diabolique, consulte scrupuleusement son confesseur, prie et demeure toujours docile et obéissante envers celui qui la dirigeait spirituellement, humble et soumise à son mari qu’elle consultait avec la plus simple franchise sur l’organisation de la maison. Elle était toujours attentive et vigilante à l’éducation de ses enfants, comme si rien d’important ne se passait entre elle et Dieu. Seulement, au sujet de ces manifestations du Ciel, elle restait ouverte et sincère avec son confesseur dont elle suivait scrupuleusement les conseils.

C’est ainsi que le Seigneur, au milieu de tant d’orgueil de la part des puissants, des savants et des riches, dévoilait ses dons les plus rares et ses grâces à une humble fille du peuple, faisant d’elle le distributrice de Ses miséricordes
envers les hommes.

Source : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Citation :
PAROLES DE JÉSUS À LA BIENHEUREUSE
ANNA MARIA TAÏGI

«Tu dois savoir qu'en te parlant, je produis en toi la douceur, la paix, la componction et (surtout) l'humilité. »

« Sache bien, ma fille, que quelque désir qu'il ait de m'aimer, si l'homme n'entre pas dans la voie droite de l'humilité, il trébuche sans cesse. L'homme porte en soi une poussière qui enveloppe son coeur, c'est l'amour-propre. L'homme est plein d'orgueil et je n'ai que faire des superbes.»

Les humbles seuls me plaisent.»

«Quiconque veut goûter mes délices, doit mépriser le monde et s'attendre à être méprisé de lui.»

«Je fais ma demeure dans les âmes humbles, remplies de simplicité. Plus elles sont basses et peu cultivées, plus je m'y plais. Mais pour ces docteurs sages et doctes qui ont la tête pleine de fumées de l'orgueil. je les abaisse et tu sais où je les envoie. Là finit leur fausse sagesse et leur ostentation.»

«O ma fille, j'exalte ceux qui s'humilient. Ils méritent mon royaume et je leur dévoile mes secrets.»

Aime donc le mépris, c'est là le vrai fondement des vertus».


Source : La Bienheureuse Anna Maria Taïgi, Albert Bessière s.j., Ed Résiac-Marie Médiatrice,
1977, p. 52.

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Admin
Stan

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux". Empty
MessageSujet: Paroles de Jésus à la Bse Anna Maria Taïgi, sur la charité.    Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux". Icon_minitimeMar Mar 06 2012, 00:06

Paroles de Jésus à la Bienheureuse Anna Maria Taïgi,
à propos de la charité,


Citation :

«Souviens-toi que tu dois être prudente en toute choses». - «Le malin, ma fille, est un esprit de contradiction. Celui qui en est dominé ne vit en repos ni le jour ni la nuit. Mon esprit, au contraire, est un esprit d'amour et de paix, plein de condescendance pour tout ce qui n'est pas péché. Celui qui possède ma paix, possède toutes choses. Plusieurs âmes, pour arriver à ce grand bien, font de rudes pénitences... Nul ne peut arriver à la paix de mes élus s'il ne s'efforce de se faire simple comme un petit enfant et s'il n'a acquis tout d'abord, la vraie, la vraie charité... Celui qui possède la charité, ô ma fille, possède la patience. La charité travaille avec zèle et amour. Elle ne parle mal de personne, parce qu'elle craint de perdre cette perle précieuse de mon amitié. Elle comprend tout, elle voit tout, elle s'aperçoit de tout, mais elle couvre tout de son manteau. Elle excuse les défauts du prochain, compatit à ses peines et se dit à elle-même : Hélas ! mon Dieu, je serais pire encore, si vous ne veniez à mon secours.»

Source : La Bienheureuse Anna-Maria Taïgi, Albert Bessière S.J., Éditions Résiac - Marie Médiatrice, 1977, p. 68-69.


Stan

Copie peut être faite de l'article ci-dessus, en autant que vous en indiquerez la Source qui est le Forum "Vers la Nouvelle Jérusalem".

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
 
Anna Maria Taïgi...et son "soleil mystérieux".
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: "La Rubrique de Stan"-
Sauter vers: