VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, https://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, https://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  
Le Deal du moment : -33%
Samsung HW-T420 – Barre de son 2.1 – 150W ...
Voir le deal
109.99 €

 

 Les facteurs qui alimentent la non-croyance

Aller en bas 
AuteurMessage
Céline.
Admin
Céline.

Date d'inscription : 29/08/2010
Localisation : Canada

Les facteurs qui alimentent la non-croyance Empty
MessageSujet: Les facteurs qui alimentent la non-croyance   Les facteurs qui alimentent la non-croyance Icon_minitimeVen Sep 02 2011, 22:09

L’exemple du Cameroun


Pour répondre aux questions posées, quarante jeunes étudiants en Théologie du Grand Séminaire de Nkolbisson ont été consultés ainsi que le livre Eloi Messi Metogo, Dieu peut-il mourir en Afrique, Karthala-Ucac, 1997, 249 p.
1.1 De façon générale des données numériques sur la non-croyance ne sont pas disponibles. L’enquête que nous avons menée identifie seulement les catégories concernées. Généralement, des élites intellectuelles, industrielles, universitaires, des cadres supérieurs, quelques villageois soit une proportion de 1/1000 font des déclarations, adoptent une approche rationaliste du monde et de la vie excluant la croyance : foi en Dieu, attachement aux esprits et aux pouvoirs magiques.

1.2 Les organisations de non-croyants non pas été observées.

1.3 Dans le cadre de la Conférence Épiscopale Nationale du Cameroun, la réflexion sur la non-croyance relèverait de la commission Épiscopale pour la doctrine de la foi (BP 1963, Yaoundé, Cameroun, Secrétariat Général).

1.4 Dans le cadre des cours de catéchèse, la religion est enseignée dans les écoles catholiques, 2 à 4 heures par semaine. Dans les écoles publiques, les élèves catholiques s’inscrivent aux cours de catéchèse dans les paroisses qui ont lieu durant les week-ends.

1.5 Le père Eloi Messi Metogo – professeur de théologie à l’Institut catholique de Yaoundé (ICY). BP 11628, Yaoundé, Cameroun – a publié sa thèse doctorale sous le titre : Dieu peut-il mourir en Afrique ? Essai sur l’Intelligence religieuse et l’incroyance en Afrique noire. Karthala UCAC, 1977, 249 p.


2.1 Les facteurs qui alimentent la non-croyance :

·
[size=12]Au niveau des idéologies :

[size=12]le marxisme,

[size=12]le rationalisme,

[size=12]l’anticolonialisme,

[size=12]l’antichristianisme missionnaire,

[size=12]le scepticisme,

[size=12]l’agnosticisme,

[size=12]le laïcisme,

[size=12]le relativisme religieux,

[size=12]le sécularisme.

·
[size=12]Au niveau des options individuelles. Au-delà des influences idéo­logiques, la non-croyance s’explique aussi par les options individuelles en lien avec l’histoire singulière des personnes dans leur rapport à la divinité :

[size=12]rejet de Dieu,

[size=12]indifférence religieuse,

[size=12]désintéressement religieux total,

[size=12]activisme,

[size=12]athéisme pratique,

[size=12]connaissance d’autres religions,

[size=12]pluralisme religieux,

[size=12]rupture avec l’Église,

[size=12]révolte contre les vérités dogmatiques,

[size=12]guerres de religion,

[size=12]individualisation de la vie,

[size=12]rejet de toute autorité morale.

·
[size=12]La chute du communisme a affaibli l’ardeur de la pensée marxiste. Le communisme n’est plus désormais une voie à suivre.

·
[size=12]La mondialisation signifie ici la diffusion rapide des courants et des organisations idéologiques : la prolifération des sectes, la médiatisation des événements internationaux, la publicité des courants de pensée…

2.2 L’Église est de plus en plus contestée comme autorité morale surtout dans les questions qui concernent la « vie privée », la politique et l’économie, on peut dire que :

[size=12]l’individu, au nom de sa liberté, tend à rejeter toute orientation morale venant de l’extérieur,

[size=12]en outre, l’État, bien que nous soyons en démocratie, refuse les critiques venant de l’Église,

[size=12]des sectes de toutes sortes se révèlent être des adversaires farouches de l’Église.

Ces formes d’opposition sont souvent :

[size=12]médiatisées : les journaux publient et diffusent à grand tirage les « faiblesses » de la vie de l’Église. Le but est de ternir son image. En outre, une trop grande importance est donnée dans les médias aux sectes et aux cercles ésotériques. Celà relativise la crédibilité de l’Église.

[size=12]personnalisées : il s’agit de provoquer les défections des chrétiens. Ils sont détournés vers des sectes ou des cercles ésotériques.

2.3 Au sein de l’Église,l’ouverture œcuménique et le dialogue des religions sont mal compris par certains chrétiens qui pensent que l’ère de la mission est révolue. Ils veulent laisser les gens à leurs croyances ; pour eux, toutes les religions se valent.
Les débats parfois difficiles autour des nominations et de l’attribution des charges ou responsabilités dans l’Église révèlent la face sécularisée du pouvoir dans l’Église. De fait, les « richesses » des hommes, des femmes et des organisations de l’Église leur donnent un pouvoir économique.

Enfin, l’implication des hommes et des femmes d’Église dans la vie politique, en faveur de certains partis politiques, situe politiquement l’Église et nuit à sa neutralité.
2.4 Dans une société où les influences des groupes pèsent sur les individus, la pratique religieuse est bien souvent sociologique. Il arrive qu’on soit catholique ou protestant parce que la famille l’est. Souvent les questions de la vie concrète sont plus importantes que les questions relatives à Dieu et à la religion. D’où les attitudes suivantes :

[size=12]pratiquants sociologiques,

[size=12]non-pratiquants croyants (foi personnelle),

[size=12]pratiquants de la foi individualisée sans Église,

[size=12]pratiquants occasionnels,

[size=12]pratiquants syncrétistes.
2.5Le dialogue avec les non-croyants reste informel ; il s’effectue dans la pastorale de contact et de proximité, lors des rencontres avec ces non-croyants.

3.1 Les mouvements para-religieux :

·
[size=12]Les mouvements orientaux :
[size=12]la méditation transcendantale du Guru Maharishi, Mahesh Yogi,

[size=12]la Foi Mondiale Bahiae de Baha’ullah,

[size=12]l’association pour l’unification du christianisme mondial (secte Moon),

[size=12]l’Ordre Tchan (tendance bouddhiste),

[size=12]le Yoga.

·
[size=12]Les mouvements occultes, sociétés secrètes :

[size=12]la Franc-Maçonnerie,

[size=12]l’ordre Rosicrucien Amorc.

·
[size=12]Les mouvements pseudo-chrétiens :

[size=12]la scientologie,

[size=12]le monde à venir de Mr Herbert W. Amstrong (ou la pure vérité ou Église de Dieu Universelle),

[size=12]la parole parlée de William Branham,

[size=12]les mormons (l’Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours),

[size=12]les témoins de Jehovah de Charles Taze Russel,

[size=12]les adventistes.

·
[size=12]Les mouvements pseudo-catholiques :

[size=12]les vieux catholiques,

[size=12]les Mariavites,

[size=12]les Gallicans.

·
[size=12]Les mouvements africains :

[size=12]l’Eboga,

[size=12]le maraboutisme,

[size=12]les guérisseurs anti-sorciers,

[size=12]le fétichisme,

[size=12]les confréries des sorciers.

Causes de ces mouvements : Ces mouvements recrutent surtout parmi les chrétiens. Ceux-ci sont attirés par :

[size=12]le besoin de protection contre les forces du mal,

[size=12]le besoin de guérison des maladies « mystiques »,

[size=12]le besoin de réussite et de promotion sociales,

[size=12]une explication simple et totale de la Bible,

[size=12]la solidarité des adeptes dans un contexte de pauvreté accrue.
3.2 Ces mouvements se multiplient, on parle de ruée vers ces communautés ; les zones rurales ne sont plus épargnées.

3.3 Des mouvements ont des liens avec les groupes politiques, l’administration publique, les entreprises : ce sont surtout la Franc-maçonnerie et l’ordre Rosicrucien. C’est bien souvent dans leurs cercles et loges que se décident les nominations et les promotions dans les services publics et les entreprises.

3.4 Les liens coloniaux et post-coloniaux avec la France expliquent davantage la présence de la Franc-maçonnerie, car l’ancienne métropole possède une longue et très active tradition maçonnique en partie anticléricale.

Aucun dialogue à notre connaissance ne se fait entre la Franc-maçonnerie et l’Église locale. La Franc-maçonnerie est perçue comme une organisation farouchement anti-ecclésiale et anti-ecclésiastique et durement laïciste.
L’ordre Rosicrucien est clairement condamné par l’Église ; on ne peut être chrétien conscient au sein de la communauté paroissiale et rosicrucien en travaillant dans les services publics.

3.5 Le défi pastoral. Il s’agit de :

a) protéger les personnes et les familles face au danger de ces mouvements :

[size=12]l’aliénation des personnes,

[size=12]la manipulation de la parole de Dieu,

[size=12]la fermeture sur soi et ses certitudes.

b) Inverser la tendance :

·
[size=12]Ces mouvements sont un signal d’alarme. Il faut donc :

[size=12]organiser une meilleure pastorale de l’écoute et de l’assistance, pour lutter contre la pauvreté,

[size=12]organiser une meilleure pastorale des personnes concernées par la maladie et la souffrance (exorcisme…)

·
[size=12]Connaître ces mouvements et mieux informer les fidèles.

·
[size=12]Par rapport aux victimes, il faudrait :

[size=12]les écouter,

[size=12]échanger avec elles,

[size=12]les aimer,

[size=12]être prudent et même ferme si nécessaire,

[size=12]les aider dans la connaissance de la Bible, dans l’expérience de la foi, dans l’expérience de la prière.
3.6 Les priorités de l’Église dans la formation seraient :

[size=12]créer ou améliorer les instituts spécialisés dans l’étude de la non-croyance et des religions alternatives,

[size=12]publier des dossiers plus précis et pédagogiques sur la non-croyance et les religions alternatives,

[size=12]organiser et soutenir la constitution de banques de données (enquêtes rigoureuses),

[size=12]chaque Conférence Episcopale Nationale devrait avoir une commission spécialisée et des spécialistes bien formés,

[size=16]organiser une pastorale adaptée, concernant la non-croyance et les religions alternatives.


[/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size][/size]
Abbé Jean Mbarga, Recteur, Grand Séminaire de Nkolbisson, Yaoundé, Cameroun, Consulteur du Conseil Pontifical de la Culture.

http://www.vatican.va/roman_curia/pontifical_councils/cultr/documents/rc_pc_cultr_20031503_doc_i-2003-ple_en.html

_________________
La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, https://nouvellejerusalem.forumactif.com/
Revenir en haut Aller en bas
https://nouvellejerusalem.forumactif.com
 
Les facteurs qui alimentent la non-croyance
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Franc Maconnerie :: Autres Sectes-
Sauter vers: