VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez
 

 Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ???

Aller en bas 
AuteurMessage
Gilles
membre
Gilles

Date d'inscription : 08/03/2011
Age : 64
Localisation : CANADA

Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Empty
MessageSujet: Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ???   Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Icon_minitimeMer Mai 23 2012, 07:35

Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? 1203520-gf



Lisa Williams, une pure Britannique, raconte qu’elle a été découverte par un producteur alors qu’elle était en vacances aux États-Unis, et qu’elle avait dû prolonger son séjour. Bref, c’est un peu le grand rêve américain, surtout quand on considère qu’elle était apparemment inconnue en tant que médium au Royaume-Uni.
Elle signale également que ses émissions de télévision ne dévoilent qu’un aspect de ses dons, celui d’un médium qui fait le lien entre le monde des esprits et celui des vivants. Sans fausse modestie, Lisa Williams ajoute qu’elle possède en outre un don de voyance lui permettant de prédire l’avenir (sur les affiches de ses tournées de spectacles, on la présente d’ailleurs comme «médium et clairvoyante»), ainsi qu’un «très puissant» pouvoir de guérison (reiki et cristaux).


Au sujet de sa faculté de «contacter les esprits», celle qui a fait sa renommée aux États-Unis et dans le reste du monde, Lisa Williams explique qu’elle voit des entités se balader autour d’elle depuis sa plus tendre enfance, mais que ce n’est que vers la fin de son adolescence qu’elle a réalisé qu’il s’agissait d’un don que tout le monde ne possédait pas. Ailleurs sur le Web, elle relate que, quand elle avait 4 ans, elle avait de charmantes visions: des visages et des mains qui sortaient des murs et des plafonds.
Avant sa percée à la télévision, Lisa Williams ne se gênait pas pour exercer ses dons de médium dans la rue ou autre lieu public, accostant les gens pour leur signaler qu’elle venait de recevoir un message de l’au-delà qui leur était adressé – un peu comme elle le fait maintenant dans ses émissions.


Abordant une question plus fondamentale, Lisa Williams énumère les raisons qui peuvent pousser les esprits à contacter les vivants: «signaler qu’ils vont bien», «répondre à un besoin du vivant qui veut savoir si l’être disparu va bien» ou «dire « au revoir »».
Quittons maintenant cet autoportrait et notons que lorsqu’on voit ces médiums à l’oeuvre, on remarque que les esprits ne semblent se manifester que pour se décrire en termes très généraux et dire qu’ils vont bien. C’est un peu comme si ces consultations ne servaient qu’à «prouver» que le médium est capable de percevoir les esprits dans l’au-delà. Étrange, non? Les vivants peuvent se convaincre que le médium «voit» bien l’être cher avec lequel ils désiraient communiquer (ou un autre qu’ils veulent bien reconnaître) et en déduisent que la conscience survit, que leur parent ou ami se porte bien, etc...

Comme vous venez de constater, nous sommes presque arrivés dans le «côté obscur» Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Icon_wink . Il est maintenant temps de franchir le dernier pas. Si vous ne pouvez pas tolérer la critique, c’est votre dernière chance de rebrousser chemin…
Quoi, vous êtes encore là? Poursuivons, alors. Nous verrons d’abord ce qu’est la lecture à froid (cold reading), une technique notamment utilisée par les mentalistes (et certains ajouterons aussi par des voyants et des médiums), et nous examinerons ensuite une séance de consultation publique de Lisa Williams dont vous pourrez voir la vidéo.



La lecture à froid (cold reading), truc du mentalisme

Les sceptiques étudient depuis longtemps les médiums tels que Lisa Williams (James Van Praagh et Sylvia Browne sont deux autres exemples), qui affirment qu’ils perçoivent des esprits dans l’au-delà et qu’ils peuvent transmettre leurs messages aux vivants. Et ils proposent une explication pour ces présumés contacts: la lecture à froid, ou lecture froide, une expression qui provient de l’anglais cold reading, une technique qui fait partie du mentalisme.
(Pour rappel, le mentalisme est une branche de l’illusionnisme ayant pour but de simuler des facultés paranormales – télépathie, voyance, télékinésie, contact avec les esprits de l’au-delà, etc. – pour le divertissement du public.)
Dans le cas d’une simulation de la médiumnité (mais cela peut aussi s’appliquer à la voyance), les praticiens de la lecture à froid emploient plusieurs stratégies pour faire croire à des facultés extrasensorielles. Voici quelques-unes de ces techniques (l’article de Wikipédia Cold reading donne plus de détails):



1) Énumérer une série de possibilités et observer les réactions du consultant pour savoir dans quelle direction se diriger. Ex. : le médium dira «Je vois un personnage maternel; une mère, une tante, une grand-mère, etc.». Sans même dire «oui» explicitement, le consultant (par des réactions involontaires de sa part) pourrait révéler au médium le lien qui l’unissait à la personne qu’il désire contacter.

2) Faire des «déclarations à la Barnum», c’est-à-dire qui peuvent s’appliquer à beaucoup de gens. Ex. : «Je sens que vous avez eu des problèmes avec vos parents pendant votre enfance» ou «votre père a disparu à cause d’un problème à la poitrine ou à l’abdomen».


3) Dans une même déclaration, dire une chose et son contraire (technique appelée la «ruse de l’arc-en-ciel» dans Wikipédia, parce que tout le spectre des possibilités est ainsi couvert, et qu’on aurait forcément raison pour une partie de l’affirmation). Ex. : «Vous êtes généralement calme et pacifique mais il vous arrive de piquer des colères».


Lisa Williams: communication avec les esprits ou mentalisme?

Après avoir survolé rapidement ces quelques notions de lecture froide, essayons maintenant de voir si elles peuvent s’appliquer aux prétendus «contacts médiumniques» de Lisa Williams. Pour ce faire, j’ai visionné la seconde partie de l’épisode 14 de sa série de télévision, dans laquelle on voit des extraits tournés lors d’un spectacle.
Pourquoi avoir choisi une séance publique au lieu d’une des consultations privées qu’on montre la plupart du temps dans les émissions? Tout simplement parce que je me suis dit que ce type de performance était probablement plus difficile à «truquer» au montage, et que les éventuelles recherches faites sur les personnes du public étaient plus difficiles, puisqu’il s’agirait d’une lourde tâche (en anglais, ces recherches préalables faites sur les consultants et leur famille s’appellent hot reading – lecture à chaud). Enfin, c’est ce que je pensais avant de regarder cet épisode, mais je n’en suis plus si sûr…

Le médium débute donc son spectacle (environ huit minutes après le début de la seconde partie) en déclarant: «Si je viens vous voir, dites-moi si ce que je vois vous dit quelque chose, parce que si ça ne vous dit rien, c’est que ce message s’adresse à quelqu’un d’autre». Mouais… ça commence mal, très mal même. Avec une telle philosophie, on peut difficilement se tromper: si Lisa Williams semble dire quelque chose de juste du premier coup, elle aura raison, et si elle rate son coup avec cette première personne, quelqu’un d’autre se lèvera pour lui donner raison…
Mais poursuivons. La voyante Lisa Williams sélectionne son premier «consultant» dans la salle bondée. Comment procède-t-elle? Alors qu’elle est encore sur la scène, elle place sa main sur son front (pour éviter d’être éblouie par les projecteurs) et scrute l’assistance pendant une bonne dizaine de secondes. Elle sélectionne finalement un «homme avec une casquette» (c’est en ces termes qu’elle le désigne), placé loin d’elle dans la salle.


- Lisa Williams: «Est-ce que vous avez connu un jeune homme?»
- L’homme à la casquette hoche de la tête pour dire «oui» (on ne l’entend pas parler même s’il a déjà un micro dans la main).
- Lisa Williams enchaîne tout de suite: «Un frère?»
(Ici, je dois préciser que la traduction française des dialogues est très approximative. En anglais, Lisa Williams demande: «Like a brother figure?», ce qui est déjà beaucoup plus vague et qui correspond à peu près à une personne qui a joué «un rôle fraternel». Il aurait pu s’agir d’un ami très proche, d’un cousin, etc. D’ailleurs, la suite du dialogue illustre ce point.)
Assis à côté de l’homme à la casquette, il y a un autre homme qui ne peut être que son frère, étant donné leur ressemblance. Les deux semblent être dans la trentaine ou la quarantaine, et sont émus au point d’avoir de la difficulté à parler. Question: quel aurait pu être leur lien avec un être cher disparu qui correspond à la description d’un «jeune homme»? Une fois que les deux hommes avaient répondu «oui» au fait qu’ils avaient perdu un «jeune homme» proche d’eux, il n’était pas nécessaire d’être voyant pour déduire qu’il s’agissait d’un frère…


- Lisa Williams: «C’est votre frère?»
- Consultant (en larmes): «Oui.»
- Lisa Williams: «Parce qu’il n’arrête pas de me répéter qu’il est votre frère.»


Notons ici que Lisa Williams ne s’est pas présentée en disant directement: «J’ai votre frère ici avec moi». Elle procède par étape grâce à ses interrogations: s’agit-il d’un jeune homme? Réponse: oui. Jouait-il un «rôle fraternel»? Réponse: oui. Était-ce votre propre frère? Réponse: oui. En observant les réactions et l’émotion des deux hommes, il semblait très plausible qu’ils étaient venus pour «communiquer» avec leur frère disparu.
Mais le médium Lisa Williams a quand même dit au départ qu’il était question d’un jeune homme, non? C’est exact mais, en même temps, elle s’était préparé une porte de sortie en se demandant à haute voix «pourquoi elle était ici», comme pour ne plus accorder autant d’importance à l’homme à la casquette. Et puis si elle s’était trompée au départ, il y a fort à parier qu’on ne nous aurait pas montré ce segment dans l’émission. Hé! c’est de la télévision! On présente environ 15 minutes d’un spectacle qui dure deux heures. Il apparaît assez évident qu’il s’agit d’une sélection des «meilleurs moments», d’un best of censé prouver que Mme Williams un médium à la hauteur de sa réputation. Non? Et puis l’objectif de l’émission est de tenter de prouver les dons de médiumnité de Lisa Williams, et non pas le contraire. Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Icon_wink
Le médium poursuit avec des banalités, ou des évidences du type «Vous partagiez beaucoup de choses [avec le frère], je me trompe?» ou que sa disparition a été soudaine (comme c’est toujours le cas).
Après, la mère du jeune homme disparu demande au médium si sa fille (elle aussi dans l’au-delà) est avec son frère. À la seconde même, Lisa Williams déclare qu’une jeune femme vient de se manifester. Et, bien entendu, il s’agit exactement de cette soeur dont on vient d’apprendre l’existence. C’est tout de même une drôle de coïncidence, car le médium n’avait jamais parlé d’elle avant que la mère ne lui pose la question. Étrange, pas vrai?
Mis à part quelques détails qui semblent difficiles à obtenir (pour un non spécialiste de la lecture à froid en tout cas), la voyante Lisa Williams semble utiliser une technique assez classique la plupart du temps. Comme ses pairs, elle procède par étapes successives pour arriver à dire des choses qui semblent vraies. Certaines déclarations sont parfois étonnantes (par exemple un nom qui semble s’avérer pertinent dans l’histoire) mais peut-on réellement écarter la possibilité d’une lecture à chaud ou d’un simple hasard?
N’oublions pas que cette consultation publique que je viens de relater (partiellement) a commencé bizarrement, alors que la voyante Lisa Williams semblait chercher quelqu’un dans la salle. Il y a peut-être anguille sous roche…
D’ailleurs, si j’étais un «médium» et que je voulais tricher, j’enverrais des complices se balader dans la foule, avant le spectacle, pour récupérer des bribes de conversations. Pour me faciliter la tâche, je dirais à mes complices de choisir des personnes que je pourrais ensuite repérer plus facilement dans l’assistance, par exemple quelqu’un qui porte une casquette. Ensuite, j’agirais comme je le fais habituellement (c’est-à-dire jouer aux devinettes avec les consultants) mais, pour pimenter un peu le tout, je glisserais parfois quelques renseignements qui semblent sortis de nulle part, ceux que mes complices m’auraient soufflés à l’oreille avant le spectacle.
Je ne dis pas que c’est ce qui s’est réellement produit dans ce spectacle de Lisa Williams, mais c’est une possibilité qu’on ne peut pas écarter d’emblée. D’ailleurs, on voit dans la séquence en question que l’organisation du spectacle fournit (au minimum) de bons indices indirects. En effet, peu de temps après que Lisa Williams ne commence à parler à l’homme à la casquette et à son frère, elle déclare que l’esprit veut dire «bonjour» à sa mère. Or, cette mère est placée à côté et a déjà un micro dans la main. Il est évident que le médium avait vu ses «aides» donner un micro à l’homme à la casquette et à une dame âgée qui était vraisemblablement sa mère.
Mais cela dit, même en éliminant complètement toute forme de tricherie, il est possible d’obtenir des consultations tout à fait étonnantes sans aucune faculté extrasensorielle, comme l’ont montré des mentalistes tels que Derren Brown (voir un exemple en vidéo dans mon billet sur James Van Praagh).



Lisa Williams… un charlatan?

Mais, me direz-vous, cela signifie-t-il que Lisa Williams est malhonnête et qu’elle emploie consciemment le mentalisme pour berner le public en lui faisant croire qu’elle peut communiquer avec les esprits? Ça vous étonnera peut-être, mais il est parfaitement possible que le médium croie sincèrement qu’elle dialogue avec des «esprits désincarnés». Attention! je dis qu’il est possible qu’elle soit sincère mais ça ne veut pas dire que c’est nécessairement le cas. Seule Lisa Williams sait la vérité, et doit vivre avec sa conscience si elle a quelque chose à se reprocher. Évidemment, cette possible sincérité ne prouve absolument pas qu’elle contacte les esprits (ou même qu’un au-delà existe vraiment).
Hypothèse. Il est possible que Lisa Williams ait beaucoup de facilité à s’imaginer des personnages, et qu’elle utilise inconsciemment des techniques de lecture à froid lors de ses consultations. À force de recevoir des renforcements positifs de la part de ses clients qui semblaient convaincus de voir leurs êtres chers disparus, Lisa Williams aurait pu se convaincre que les personnes qu’elle imagine dans les séances sont réellement des «âmes désincarnées» désirant communiquer avec les vivants. Je répète que c’est une simple hypothèse mais il y a des précédents, par exemple Karla McLaren.
Pour en avoir le coeur net, il faudrait pouvoir lui faire passer des tests dans les conditions contrôlées d’un laboratoire. Et ça, Lisa Williams ne semble pas prête à le faire, en tout cas pas chez James Randi. Richard Abowitz, un journaliste qui semble assez peu disposé à croire aux dons médiumniques, lui a carrément lancé l’invitation, avec beaucoup d’insistance d’ailleurs.



Lisa Williams, sceptique?

Dans son interview, Richard Abowitz note que Lisa Williams a déclaré qu’elle était elle-même sceptique avant de devenir médium professionnel, et qu’en conséquence elle devrait comprendre qu’on a besoin de preuves avant de conclure à la possibilité d’une communication avec l’au-delà.
Le journaliste invite donc la voyante Lisa Williams à prouver ses dons et à récolter le million de dollars du «Paranormal Challenge» de James Randi. Le médium dit que l’argent ne l’intéresse pas, et qu’elle se contente d’aider les gens en les mettant en contact avec leurs êtres chers dans l’au-delà. Richard Abowitz souligne que cette somme lui permettrait justement d’aider encore plus de gens, et sans qu’ils aient à se payer des billets pour la voir en spectacle. Mais Lisa Williams insiste en disant qu’elle ne veut pas de ce million de dollars, qu’elle préfère gagner son argent avec ses émissions, ses livres, ses spectacles et ses consultations privées.

«Je fais cela [communiquer avec les esprits] depuis 15 ans, et je n’ai pas l’impression que je dois prouver quoi que ce soit à quiconque».


À vous de conclure…
Lisa Williams, un rôle social?

Lisa Williams et les autres médiums qui affirment transmettre des messages de l’au-delà jouent peut-être un rôle social bénéfique. Je dis bien peut-être. Il est en effet possible que le fait de croire à la survie de la conscience aide certaines personnes à surmonter les périodes les plus difficiles lors de la perte d’un être cher.
En revanche, il n’est pas impossible que cette même croyance puisse ralentir le processus de guérison ou même le prolonger indéfiniment (façon de parler). Bref, la recherche compulsive d’une communication avec l’au-delà pourrait peut-être empêcher certaines personnes de vivre un cheminement psychologique normal.
N’empêche que la demande est là et, avec le vieillissement de la population, il semble que la profession de «médium qui communique avec les esprits» soit promise à un brillant avenir.
Quoi qu’il en soit, la communication avec l’au-delà est certainement (plus encore que la voyance) le plus délicat des thèmes relatifs au paranormal, car il suscite de très vives émotions. D’une part, les sceptiques sont indignés par un stratagème qui consisterait à tirer profit d’une des plus grandes peines qu’on puisse vivre: la perte d’un être cher. Et d’autre part, les croyants qui semblent trouver une consolation dans ces présumés contacts médiumniques; le proche qu’ils ont perdu existe toujours sous une certaine forme et, même si le lien physique a été rompu, sa vie avait tout de même un sens car elle se poursuit dans un ailleurs invisible.
P.-S.: J’oubliais de vous reparler des spectacles de la «voyante et médium» Lisa Williams au Québec. À l’origine, il semble que la production n’avait prévu que deux spectacles, l’un à Québec et l’autre à Montréal, mais les billets se sont vendus si rapidement que deux spectacles supplémentaires (un autre pour chacune des deux villes) ont été mis sur pied. La star de l’au-delà sera donc au Théâtre Capitole de Québec les 15 et 17 mars 2010, et à l’Olympia de Montréal les 16 et 18 mars 2010. Le prix des billets? Quand même 55,50$ et 72,50$. Pas étonnant que Lisa Williams n’ait pas besoin du million de Randi. Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Icon_wink
P. P.-S.: Les spectacles de la tournée québécoise de Lisa Williams sont produits par Mills Entertainment et Just for Laughs («Juste pour rire»). Ah bon? Faut-il y voir un signe, ou même un aveu? Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Icon_wink .


Source: www.blogparanormal.com/voyancemediumnite/lisa-williams-voyante-medium-mentaliste/ -

Gilles. Ville de Québec - Canada Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ??? Icon_rolleyes
Revenir en haut Aller en bas
 
Cette médium parle aux morts... ou à d'autres entités maléfiques ???
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: New-Âge-
Sauter vers: