VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.

Aller en bas 
AuteurMessage
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Mar 18 2018, 11:14

Sciences

Stephen Hawking, une brève histoire du génie


Un esprit rare dans un corps malade. Le célèbre astrophysicien britannique Stephen Hawking est mort ce mercredi à l'âge de 76 ans, ont annoncé ses enfants. Il était né 300 ans jour pour jour après la mort de Galilée. Il sera mort le jour de l’anniversaire d’Albert Einstein …

Stephen Hawking avait développé dès ses 21 ans une maladie neurodégénérative paralysante, la sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Charcot. Alors que les médecins lui donnaient deux ans à vivre, il aura vécu un demi siècle de plus. "J'ai vécu cinq décennies de plus que ce que les médecins m'avaient prédit. J'ai essayé de faire un bon usage de mon temps", avait-il déclaré. Il estimait que "cet Univers ne serait pas grand-chose s'il n'abritait pas les gens qu'on aime". "Il nous manquera toujours", ont dit ses enfants. "J'ai réussi seulement grâce à l'aide considérable que j'ai reçue de ma femme, de mes enfants, de mes collègues et étudiants", avait-il jadis confié.

Sa maladie l'avait progressivement privé de mobilité et confiné à un fauteuil roulant, presque complètement paralysé et incapable de parler, sauf au travers d’un synthétiseur vocal. En 1985, il perd définitivement l'usage de la parole après avoir subi une trachéotomie. Mais son esprit est toujours demeuré intact. Il aura consacré sa vie entière à décrypter les secrets de l'univers. Son travail s'est concentré sur le rapprochement de la théorie de la relativité et de la théorie des quantas afin de tenter d'expliquer le grand mystère de la création de l'Univers et son fonctionnement. Dès les années 1970, il développe l'idée que les trous noirs ne se contentent pas d'absorber toute matière et lumière passant à leur proximité mais émettent aussi un rayonnement : le "rayonnement Hawking".

Le grand public le découvrira vraiment en 1988 avec la parution de son ouvrage Une brève histoire du temps, expliquant les grands principes de la cosmologie, du Big Bang à la théorie des cordes. Depuis sa parution, il s'est écoulé à plus de neuf millions d'exemplaires. Un succès unique pour un ouvrage de vulgarisation scientifique, au point de faire de lui une star de la pop culture, apparaissant aussi bien dans Star Trek, The Big Bang Theory que dans les Simpsons.

Bien qu'il ait posé la non-nécessité de l'existence de Dieu dans sa réflexion sur la formation de l'univers,  Stephen Hawking était également l'un des membres les plus célèbres de l'Académie pontificale des Sciences, ce qui lui aura valu de côtoyer quatre papes. Dans Une brève histoire du temps, quant au pourquoi de l'existence de l'univers, il écrivait :

"Si nous trouvons la réponse, ce serait le triomphe ultime de la raison humaine -
à ce moment, nous connaîtrons la pensée de Dieu, nous saurions l’esprit de Dieu."


(reçu par mail)

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Avr 15 2018, 08:58

Le discours séduction de Macron aux catholiques


«Oui, la France a été confortée par le témoignage des catholiques». Le discours d’Emmanuel Macron devant la Conférence des évêques de France au collège des Bernardins, le soir du 9 avril, était clairement destiné à «réparer» un lien «abîmé» entre l'Église et l'État, afin de renouer avec les catholiques. Citant d’emblée «l'exemple» du colonel Beltrame, le président de la République a souligné que «la France est fortifiée par l'engagement des catholiques», alors même que «ce pays ne ménage pas sa méfiance à l'égard des religions».

Dans «ce moment de grande fragilité sociale», Emmanuel Macron a «solennellement» invité les catholiques à «ne pas renoncer à la République» qu’ils ont «si fortement contribué à forger» car «la sève catholique doit contribuer encore et toujours à faire vivre notre nation». Il a abordé les deux sujets les plus sensibles évoqués par Mgr Georges Pontier, président de la Conférence des évêques, les migrants et la bioéthique. A propos du premier sujet, il a justifié sa «prudence» face aux «flux massifs» de l'immigration et de «fixer des limites» compatibles avec les «principes de l'humanité». Quant aux questions actuellement débattues aux Etats généraux de la bioéthique, il s’est défendu de vouloir «prendre en otage» les catholiques mais au contraire attendre d’eux des «recommandations» pourvu qu’elles ne soient pas «injonctives».

En affirmant «les liens les plus indestructibles entre la nation française et le catholicisme», Emmanuel Macron s’est attiré un déluge de critiques venant de la gauche, PS et France insoumise rivalisant d’indignation au nom de la laïcité outragée. La président de la République avait anticipé ces critiques en affirmant qu’ignorer «la part des catholiques» reviendrait à «n'avoir de la France qu'une vue partielle; ce serait méconnaître le pays, son histoire, ses citoyens».

Dans son «Contrepoint» du Figaro, Guillaume Tabard retrouve dans le discours d’Emmanuel Macron les accents de Nicolas Sarkozy dans son discours de 2008 au Latran : à son tour, Macron se fait le chantre d'une «laïcité positive» qui n’est en rien une invitation à réviser la loi de 1905. Mais il est allé plus loin que Sarkozy en invitant l'Église à oser «être intempestive» et à être «cette voix qui sait dire ce qui fâche» pour rester «un de ces repères qui ne cède pas à l'humeur des temps». L’avenir dira dans quelle mesure le président et sa majorité sont prêts à entendre la voix de l’Eglise sur des sujets aussi fondamentaux que le respect de la vie et la dignité de tout être humain.

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Avr 22 2018, 13:38

POLITIQUE

Liberté, Egalité, Adelphité !


Celle-là, il fallait la trouver ! Mais aucun défi n’intimide le Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et les Hommes (HCE), créé par François Hollande pour grossir les rangs des quelque 400 comités Théodule (l’expression fut inventée par Charles de Gaulle) que financent nos impôts : s’étant avisées que «fraternité», mot pourtant féminin, renvoyait à «frère», un mot qui fait très mâle, les têtes chercheuses dudit Haut Conseil à l’Egalité proposent le plus sérieusement du monde d’en expurger la devise républicaine. Et pour remplacer cette «fraternité» traîtreusement masculine, elles n’ont rien trouvé de mieux que ce néologisme qui ne manquera pas de soulever l’enthousiasme des foules tant il est clair, limpide, obvie, gouleyant : «adelphité»…Ah, mourir avec bravitude pour l’adelphité ! (barbarisme plutôt que néologisme, inspiré du grec «adelphos» - pas de chance, il se traduit lui aussi par «frère» !- mais inconnu des dictionnaires français, Littré signalant toutefois l’adjectif «adelphe», «terme de botanique» , «qui a les filets des étamines soudés ensemble.»)

Non cet «avis» du HCE ne date pas du 1er avril mais du 18 avril 2018. Une date appelée à devenir historique, n’en doutons pas, puisque les neuf propositions publiées par le HCE ce jour-là ne visent pas moins qu’à modifier notre Constitution afin qu’y soit reconnue «encore davantage l'égalité entre les femmes et les hommes comme principe fondamental de l'organisation des pouvoirs publics et de notre société.» Outre «l’adelphité» en lieu et place de la fraternité, les «droits humains» se substitueraient aux droits de l’Homme, et bien sûr, «le droit à la contraception et à l'avortement» ainsi que «le droit à une vie sans violence sexiste et sexuelle» seraient inscrits dans le préambule de la Constitution. Laquelle fixerait l’égalité des sexes dans le marbre en employant systématiquement «une écriture égalitaire» (c’est-à-dire inclusive). Autant de trouvailles que l’on retrouve dans la pétition en ligne lancée en janvier dernier par le groupe féministe Le Parlement du Féminin. Le HCE ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît, mais il ne manque pas d’inspiratrices pour alléger son rude labeur…

Sans manifester un enthousiasme débordant pour cet avis du HCE, le très sérieux magazine Capital laisse prudemment ses lecteurs répondre à cette question : «Faut-il féminiser notre constitution ?»

(reçu par mail) ... lire l'article sur Capital :


https://www.capital.fr/polemik/egalite-femmes-hommes-faut-il-feminiser-notre-constitution-1283818

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Avr 29 2018, 10:38

Bioéthique

Alfie, victime d’acharnement thérapeutique ou d’acharnement euthanasique ?

Un nouveau cas particulièrement douloureux, celui d’Alfie Evans, un petit anglais né le 9 mai 2016, mobilise le corps médical, les internautes, jusqu’au pape, et crée même des tensions entre l’Angleterre et l’Italie ! L’hôpital Alder Hey de Liverpool où est soigné l’enfant, atteint d’une forme rare de maladie neuro-végétative, a décidé contre l’avis de ses parents mais avec l’accord de la Cour européenne des droits de l’Homme (28 mars) suivi de la sentence définitive de la Cour Suprême britannique (20 avril) d’interrompre la ventilation qui lui permettait, assuraient les médecins, de respirer.

Mise en œuvre, au désespoir de ses parents, au soir du 23 avril, cette interruption d’assistance respiratoire n’a pas entraîné la mort d’Alfie, comme le croyaient ses médecins : Alfie a continué de respirer, naturellement cette fois. Malgré ce rebondissement sans doute vexant pour les médecins, la justice britannique interdit aux parents d’Alfie son transfert dans l’hôpital romain Bambino Gesù, d’accord pour accueillir l’enfant, et où ses parents estiment qu’il aurait reçu des soins appropriés à son état. Pour faciliter son transfert, le gouvernement italien avait même accordé en urgence, ce même 23 avril, la citoyenneté italienne à Alfie, ce qui n’a pas manqué de froisser les autorités britanniques… L'Italie veut « frustrer » la loi anglaise, a tempêté l’avocate « tutrice » d'Alfie !

Devant ce nouveau et irrévocable refus de la justice britannique, les parents d’Alfie réclament à présent (soir du 26 avril) que leur enfant qui vit sans assistance respiratoire depuis trois jours, leur soit rendu pour être soigné à domicile. Ils ont demandé une réunion avec les équipes de l’hôpital pour organiser le retour à la maison. « Si la réunion se passe mal, nous retournerons au tribunal », a prévenu le père d’Alfie qui a menacé de poursuivre en justice trois médecins de l'Hôpital Alder Hey pour conspiration visant à assassiner son fils. Les parents d’Alfie sont quant à eux menacés d’être arrêtés et inculpés pour mauvais traitements, s’ils s’avisaient de reprendre leur fils …

En attendant l’issue de ce bras-de-fer dramatique, la police veille autour de l’hôpital et a même lancé un « avertissement sévère » à ceux qui se risquent à « attirer l'attention internationale » sur l’affaire Charlie Evans par le biais des réseaux sociaux où fleurit #SaveAlfieEvans ….

Alors, refus d’acharnement thérapeutique ou acharnement d’euthanasie ? Au-delà de l’exceptionnelle violence déployée contre Alfie et ses parents par les autorités britanniques au nom du « bien de l’enfant », la question fondamentale semble être celle-ci : va-t-on laisser vivre Alfie en lui permettant de respirer et en l’alimentant, ou bien va-t-on provoquer sa mort en l’asphyxiant progressivement ?

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Ven Juin 01 2018, 12:18

Société

Démographie : la Vieille Europe mérite son nom


La croissance de la population européenne est en trompe-l’œil. Certes, les 28 pays de l’Union Européenne (UE), Royaume-Uni compris, ont dépassé les 511,8 millions d’habitants, soit une augmentation de 60 millions en quarante ans, dont 13,5 millions au cours des 10 dernières années, selon Eurostats. Mais le continent européen est plus que jamais vieillissant.

L’augmentation de la population est très inégale : elle est due pour 82%, soit 23,3 millions de personnes, à trois pays : la France, le Royaume-Uni et l’Espagne. Tandis que huit pays de l’UE ont vu leur population diminuer, le plus atteint étant la Roumanie qui a perdu plus de 3 millions de personnes. Mais il ne faut pas en conclure à un boom de la natalité à l’Ouest de l’Europe : depuis deux ans, en France, au Royaume-Uni et en Espagne, la totalité de la croissance démographique est due à la l’immigration.

Quant au vieillissement, les chiffres d’Eurostat donnent le vertige : déjà 80 millions de jeunes contre 100 millions de séniors. Les jeunes européens constituent moins de 16% de la population, mais les plus de 65 ans près de 20%, une personne sur cinq (dont 25 millions ont plus de 80 ans). Et ce déséquilibre va s’aggraver : chaque jour l’Europe compte 4766 séniors passant le cap des 65 ans, contre 433 juniors de moins de 15 ans. Sur cette pente, en 2050, l’Europe comptera un jeune pour deux personnes âgées. Avec des conséquences sociales et économiques (éducation, emplois, retraites, santé) dont on peut imaginer l’ampleur bien qu’elles soient incalculables !

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Juin 10 2018, 06:53

Société

Le porno, le nouveau mal du siècle

Les ados sont-ils devenus accros au porno ? Les résultats de la vaste enquête remise ce vendredi aux parlementaires sont plus qu’alarmants. Troubles du sommeil, crises d’anxiété, perte de l’estime de soi, représentation faussée des rapports sexuels comme des relations hommes-femmes… Les constats dressés par cette étude sur les addictions (alcool, tabac, cannabis, écrans…)  réalisée par la  Fondation pour l’innovation politique, le Fonds Actions Addictions et la fondation Gabriel-Péri sont dramatiques. L’addiction à la pornographie rejoint les pires comportements à risque : chez les 14-15 ans, 8 % regardent du porno plusieurs fois par jour, dont 5 % de filles. On ne saurait imaginer pires conditions pour faire l’apprentissage de la sexualité…

Longtemps bloqués par la crainte de passer pour des moralisateurs, les experts et professionnels de santé tirent maintenant la sonnette d’alarme : comment lutter contre cette consommation addictive de contenus à portée de clic en permanence ? Dans quelques jours, ce sera au tour du Collège national des gynécologues et obstétriciens de tirer le signal d’alarme. Car ce sont aujourd’hui des millions de contenus, même les plus extrêmes, qui sont disponibles en permanence, sur tous supports connectés, sans aucune restriction d’âge. Un danger dénoncé dans son ouvrage par une ex actrice de films pornographiques devenue réalisatrice de documentaires, dans son ouvrage "À un clic du pire".

L’enquête dévoilée ce vendredi a le mérite de qualifier la déferlante du porno en ligne pour ce qu’elle est : une addiction et un danger, dont les bénéfices tirés par quelques magnats invisibles engendreront des séquelles à long terme sur toute une génération de consommateurs connectés. Au gouvernement d’agir, et en toute urgence, en commençant par se demander à qui profite le porno et comment en tarir la source ?

En savoir plus : http://data.fondapol.org/wp-content/uploads/2018/06/fichier_résultats_addictions_16052018.pdf

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Juin 17 2018, 06:57

Société

Les Français plébiscitent le rôle du père

«93% des personnes interrogées considèrent que les pères exercent un rôle essentiel pour les enfants» :
c’est le résultat principal d’un sondage IFOP pour Alliance VITA repris par La Croix et commenté par RTL au lendemain de la consultation citoyenne des Etats Généraux de la Bioéthique et à l’approche de la fête des pères, dimanche 17 juin. 73% des sondés estiment que le rôle paternel est « différent et complémentaire » de celui de la mère, et 89% jugent que l'absence d'un père peut entraîner chez l’enfant des difficultés personnelles, 85% estimant même qu’elles risquent d’affecter toute sa vie. S’agissant enfin de l’ouverture de la PMA aux femmes célibataires ou vivant à deux, 61% des sondés pensent « qu’il faut privilégier le besoin de chaque enfant d’avoir un père en réservant la PMA aux couples homme-femme ayant un problème médical d’infertilité ».

Si les modalités de la fonction paternelle ont beaucoup évolué depuis 1952, date à laquelle la France instaura la Fête des pères, c’est que les pères n’exercent plus l’autorité à la façon du «paterfamilias» éloigné du foyer par son travail, mais ont la faculté de prendre davantage de temps pour leurs enfants. Mais combien le font réellement et surtout, durablement, pour compenser la généralisation du travail maternel ? C’est la fragilité des couples et l’explosion des familles dites «monoparentale » ou  «recomposées» qui est aujourd’hui le principal obstacle à l’exercice de la paternité.
Cette carence est en grande partie responsable de l’explosion de la délinquance des mineurs (mis en cause dans plus de 25% des délits commis en France en 2017).

Or l’absence du père ne serait plus seulement accidentelle mais programmée et définitive, sans possibilité de connaître la filiation paternelle, dans le contexte de l’éventuelle ouverture de la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes. C’est ce risque imminent qui a conduit Alliance Vita à lancer cette enquête. Paradoxe : les Français qui plébiscitent le rôle du père seraient aussi, selon d’autres sondages, majoritairement favorables à cette extension de la PMA qui priverait les enfants ainsi conçus de connaître leur père… Comment expliquer cette contradiction ? «Tout dépend de la manière dont on pose la question» explique Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion publique de l’IFOP : si on présente l'extension de la PMA comme un nouveau «droit des femmes», une majorité se dessine en sa faveur; mais si on présente le droit de l'enfant à avoir un père, les Français sont majoritairement opposés à toute évolution de la loi. Signe de cette ambivalence, les résultats sont serrés : 40% des sondés sont contre l'extension de la PMA, 40% y sont favorables tandis que 20% oscillent, faisant basculer le résultat en faveur du «droit des femmes» ou du droit des enfants.

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Juin 24 2018, 05:34


Politique

Musique électro et propagande LGBT à l’Elysée


A l'occasion de la Fête de la musique, le 21 juin, le Palais de l'Élysée a accueilli un concert de musique électronique. «Hourra! Hourra ! Enfin la musique techno entre à l'Élysée» s’est écrié Jack Lang, fier de son œuvre (il avait, non pas inventé mais lancé la Fête de la musique en France dans les années 80, sous l'ère Mitterrand, et figurait naturellement parmi les invités des Macron). Le chef de l'État en costume sans cravate, et son épouse en jean et veste rose, sont venus saluer leurs hôtes et se sont prêtés à des photos complaisantes au cours de la soirée (l'un des «danseurs» n’hésitant pas à enlacer l'épouse du président…)

Pas sûr pourtant que la «com» de l’Elysée ait réalisé un coup de maître en transformant la cour d’honneur de lieu prestigieux en boîte de nuit d’un goût douteux et en donnant carte blanche (si l’on ose dire) au DJ Kiddy Smile et à sa bande pour associer la cause des migrants à la cause LGBT. Le DJ est monté sur la scène avec un tee-shirt affichant : «Fils d'immigré, noir et pédé», avant de donner libre-cours à des gesticulations obscènes assorties de paroles qu’on a honte de rapporter ici, mais dont il faut tout de même citer quelques morceaux de bravoure : «Danse, enculé de ta mère … je me suis fait sucer la bite et lécher les boules » etc.

La culture et la fonction présidentielle ne sortent pas grandies de cette soirée qui a fait passer un vent de révolte sur les réseaux sociaux et laissera des traces dans les mémoires. D’autant que cette séquence suivait de près le sec rappel à l’ordre par le chef de l’Etat d’un lycéen qui l’avait interpellé d’un (trop) familier : «Ça va, Manu ?», scène que le même service de communication de l’Elysée s’était empressé de diffuser sur les réseaux sociaux, à la grande confusion du lycéen. Le fameux «en même temps» sombre dans l’incohérence.

Commentant cet épisode sur BFMTV, Charlotte d’Ornellas, journaliste à Valeurs Actuelles, a dénoncé sans aucune concession à la «novlangue» cette soirée «totalement surréaliste» et «totalement indécente».

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 78
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   Dim Juil 15 2018, 05:49

International

Etats-Unis : Trump imprime sa marque sociétale via la Cour suprême

Aux Etats-Unis, les présidences passent, la Cour suprême demeure… Cette juridiction cumule des pouvoirs répartis en France entre le Conseil constitutionnel, le Conseil d'État et la Cour de cassation. Composée de neuf magistrats nommés à vie, contrairement aux présidents qui les ont choisis, elle oriente la vie politique et sociale des États-Unis pour au moins une génération, notamment sur des sujets qui ont divisé le Congrès au point de l’empêcher de trancher. C’est ainsi que sur le plan des mœurs, la Cour suprême avait ouvert la porte à la révolution sociétale en légalisant l'avortement en 1973 et en validant le mariage homosexuel en 2015.

Profitant du départ à la retraite du juge Anthony Kennedy, 81 ans, Donald Trump a désigné le 9 juillet pour le remplacer Brett Kavanaugh, 53 ans, un âge pouvant lui permettre de siéger comme son prédécesseur pendant trois décennies au sein de la plus haute instance juridique des Etats-Unis. Juge fédéral à la Cour d'appel de Washington depuis 2006 et choisi à partir d’une liste de 25 candidats conservateurs, il est le deuxième juge à la Cour Suprême nommé par Donald Trump, après Neil Gorsuch, 50 ans, en avril 2017, ce qui donnera une majorité de cinq contre quatre aux conservateurs.

Trump bénéficie d’un rare alignement des planètes : en plus des deux départs de juges «libéraux» à la Cour suprême, 107 postes vacants sont à pourvoir dans les cours fédérales. Or les juges fédéraux sont eux aussi nommés par le président et confirmés par le Sénat, selon l'article III de la Constitution.

Catholique, Brett Kavanaugh a déjà siégé à la Cour suprême sous George W. Bush dont il fut le conseiller juridique. Pas plus que Neil Gorsuch, il ne fait partie des «ultras» : les républicains radicaux lui ont reproché en particulier sa tiédeur dans le combat contre l’ «Obama Care», la réforme de la couverture santé chère à Barack Obama et bête noire de Donald Trump. Mais sa modération de «catholique social» n’empêche pas ce défenseur des pouvoirs exécutifs du président de se dire attaché comme lui à la liberté religieuse et opposé au «droit» à l’avortement.  

Il faut encore que le Sénat ratifie le choix de Donald Trump pour que  Brett Kavanaugh siège à la Cour suprême. Mais la bataille à venir au Sénat recentrera le débat sur les questions sociétales qui mobilisent traditionnellement les conservateurs et permettra au président de rappeler qu’il tient ses promesses électorales sur les sujets les plus difficiles. C’est le pari de Donald Trump à moins de quatre mois des élections sénatoriales de mi-mandat (6 novembre) traditionnellement défavorables au parti du président.

Dix jours avant la nomination de Brett Kavanaugh, Lauric Henneton maître de conférences à l'Université de Versailles Saint-Quentin, auteur de La fin du rêve américain ? (Odile Jacob, 2017) expliquait dans une interview au Figaro les enjeux de la recomposition de la Cour suprême pour les vingt ou trente prochaines années. Celles-ci pourraient marquer une rupture avec les dérives sociétales libertaires qu'a connues l'Amérique depuis les années soixante.

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Sélection du Jour (LSDJ), sélectionnée par l'Association Marie de Nazareth.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Adoration perpétuelle-
Sauter vers: