VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Les cinq plaies de Giulio Massa, vendeur de fruits et légumes (Vidéo - 2 min)

Aller en bas 
AuteurMessage
Stan
Admin
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Les cinq plaies de Giulio Massa, vendeur de fruits et légumes (Vidéo - 2 min)   Mar Fév 27 2018, 13:30

Citation :

Les cinq plaies de Giulio Massa,
vendeur de fruits et légumes



Tout indique qu’il pourrait être le Padre Pio du XXIe siècle : depuis six ans, il porte des stigmates qui fleurent la violette, entre en extase et parle en araméen. Pendant le carême, son corps vit la passion du Christ ; chez lui, les images pieuses pleurent et une petite foule de fidèles commence à se former autour de lui. Pourtant Giulio Massa, le “stigmatisé de Montecorvino”, est à l’opposé de ce qu’on peut imaginer : jeune (38 ans), taillé comme un joueur de rugby, jean et chemise à carreaux, un beau visage serein, une poignée de main franche, un sourire rayonnant, une passion pour la cuisine qu’il cultive en préparant des mets dont tout le village parle. Il n’est pas un religieux, n’a pas d’activités paroissiales et n’appartient à aucun groupe ecclésiastique. En revanche, il tient un grand magasin de fruits et légumes dans le hameau de Macchia di Montecorvino, dans la province de Salerne, non loin de Naples, avec sa femme Lucia, une beauté méditerranéenne. Le couple a deux enfants.


Bref, un homme sans histoire. Pourtant Giulio, depuis le carême de 2002, vit une situation exceptionnelle, bouleversante, même : “Dieu l’a choisi comme signe”, disent ses proches ou ceux qui connaissent son aventure. Lui ne parle pas, car il a promis le silence aux autorités ecclésiastiques à qui il exprime respect et obéissance. Au village, toutefois, tout le monde est au courant. Giulio porte des gants de cycliste pour cacher les plaies dont tout le monde connaît la nature. Son histoire est si connue que lui-même en plaisante : “C’est mon évêque”, dit-il en présentant la serveuse du bar. Son histoire, que nous reconstituons à travers des témoins oculaires et directs, commence pendant le carême d’il y a six ans. Sur son corps commencent à apparaître, en l’espace de quelques semaines, ces signes que l’on a coutume d’appeler stigmates : les cinq plaies du Seigneur, ainsi qu’une ecchymose prononcée sur l’épaule droite (le signe de la Croix traînée jusqu’au Calvaire). Giulio et sa femme – croyants mais sans zèle particulier – ont une approche on ne peut plus rationnelle : ils vont voir un dermatologue. Mais, quelques jours plus tard, Giulio a des extases qui durent une dizaine de minutes, durant lesquelles il parle d’abord dans une langue inconnue, puis en italien. Les psychiatres ne décèlent pas chez lui de pathologie connue. Mais, étant donné que Jésus en personne lui parle – ou lui parlerait – pendant ses extases, les choses prennent tout de suite une autre tournure. C’est alors qu’un prêtre, don Luigi Maione, entre dans la vie de Giulio. Le curé d’Ogliastro Cilento est expert en surnaturel. Don Luigi commence à suivre Giulio et à enregistrer ses extases avec une caméra (150 vidéos à ce jour). Les experts du Vatican auxquels le prêtre soumet ses enregistrements n’ont aucun doute : pendant ses extases Giulio parle en araméen, la langue de Jésus, puis traduit en italien ce qu’il vient de dire.




En 2005, nouveau phénomène : les représentations religieuses qui pleurent. Une statue de la Vierge de Medju­gorje, une image de Padre Pio, une gravure qui représente le Cœur miséricordieux de Jésus versent des larmes. Enfin, un crucifix de table exsude en permanence de l’huile et du sel. “Pendant la semaine sainte, ç’a été un vrai massacre : Giulio a vécu dans sa chair la Passion du Seigneur”, raconte-t-on dans le village.

“Ce garçon m’a peut-être été présenté une fois, en public, mais je n’ai jamais voulu le rencontrer en tête-à-tête”, tempère Mgr Ge­rardo Pierro, archevêque de Salerne. “J’ai préféré confier l’enquête à mon collaborateur, qui est en train de constituer un dossier. J’ai seulement conseillé qu’il s’adresse aux experts de la congrégation pour la cause des saints, au Vatican, qui sont experts dans ce type de phénomène. Je sais bien que la frontière entre la pathologie psychiatrique et le surnaturel est souvent floue. Je ne veux donc rien dire tant que cette enquête ne sera pas terminée.”

Le “stigmatisé” a beau être tenu au silence, il peut tenir une sorte de catéchèse : “Je tiens des réunions dans quelques églises, ici et à Cava de’Tirreni. Le jeudi, nous nous réunissons pour l’adoration du Seigneur, nous récitons le chapelet et je fais un petit commentaire à chaque mystère du rosaire. Et je vis tranquille, je m’occupe de ma famille, de mon travail. Le jeudi après-midi et le dimanche, quand le magasin est fermé, je me consacre au Seigneur. Pour le reste, je m’en remets à l’autorité de l’évêque, je fais ce qu’il me dit.”

Source : https://www.courrierinternational.com/article/2008/04/24/les-cinq-plaies-de-giulio-massa-vendeur-de-fruits-et-legumes


Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
 
Les cinq plaies de Giulio Massa, vendeur de fruits et légumes (Vidéo - 2 min)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Religieuses-
Sauter vers: