VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 LA VERITABLE ET JUSTE INTERPRETATION DE "HORS DE L'EGLISE POINT DE SALUT"

Aller en bas 
AuteurMessage
Joannes Maria
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: LA VERITABLE ET JUSTE INTERPRETATION DE "HORS DE L'EGLISE POINT DE SALUT"   Sam Jan 27 2018, 11:25

https://gloria.tv/article/tAokmtk38hjH6HbVvASH3er4L

"Hors de l’Église point de salut"

Source : www.vatican.va/archive/FRA0013/__P23.HTM (site internet du Vatican).

§ 846 : Comment faut-il entendre cette affirmation souvent répétée par les Pères de l’Église ? Formulée de façon positive, elle signifie que tout salut vient du Christ-Tête par l’Église qui est son Corps :
Appuyé sur la Sainte Écriture et sur la Tradition, le Concile enseigne que cette Église en marche sur la terre est nécessaire au salut. Seul, en effet, le Christ est médiateur et voie de salut : or, il nous devient présent en son Corps qui est l’Église ; et en nous enseignant expressément la nécessité de la foi et du Baptême, c’est la nécessité de l’Église elle-même, dans laquelle les hommes entrent par la porte du Baptême, qu’il nous a confirmée en même temps. C’est pourquoi ceux qui refuseraient soit d’entrer dans l’Église catholique, soit d’y persévérer, alors qu’ils la sauraient fondée de Dieu par Jésus-Christ comme nécessaire, ceux-là ne pourraient être sauvés (LG 14).

§ 847 : Cette affirmation ne vise pas ceux qui, sans leur faute, ignorent le Christ et son Église :

En effet, ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l’Évangile du Christ et son Église, mais cherchent pourtant Dieu d’un cœur sincère et s’efforcent, sous l’influence de sa grâce, d’agir de façon à accomplir sa volonté telle que leur conscience la leur révèle et la leur dicte, ceux-là peuvent arriver au salut éternel (LG 16 ; cf. DS 3866-3872).

§ 848 : "Bien que Dieu puisse par des voies connues de lui seul amener à la foi sans laquelle il est impossible de plaire à Dieu" (He 11,6) des hommes qui, sans faute de leur part, ignorent l’Évangile, l’Église a le devoir en même temps que le droit sacré d’évangéliser " (AG 7) tous les hommes.

Source : qe.catholique.org/…/2478-hors-de-l-…

Que signifie l’expression « Hors de l’Eglise, point de salut » ? Que ceux qui sont en-dehors de l’Eglise n’ont pas d’importance pour Dieu ? Que les croyants d’autres religions ne seront pas sauvés ? Quelques points de repères !

D’abord un peu d’histoire : la formule vient de Saint Cyprien, évêque de Carthage au IIIe siècle. Confronté aux persécutions et aux apostasies des chrétiens, il rappelait à ceux qui quittaient l’Eglise qu’ils refusaient ce faisant le salut : « personne ne peut avoir Dieu pour Père s’il n’a pas l’Eglise pour mère ».

Cependant, notre époque pose cette question de façon différente : peut-on être sauvé si l’on n’appartient pas à l’Eglise catholique ? C’est un point crucial dans le dialogue avec le monde contemporain, qu’a voulu le Concile Vatican II. Et c’est aussi un élément de discussions à l’intérieur de l’Eglise elle-même... Pour être précis, nous allons nous référer à l’abrégé du Catéchisme, qui vient d’être publié.

Rappelons tout d’abord que le Salut ne vient que de Dieu. Lui seul est capable de se réconcilier les hommes après le péché originel, qui nous a rendu « ennemis » de Dieu (selon l’expression de Saint Paul : Rom V, 10). Le Christ est celui qui nous réconcilie avec Lui, et Il a institué l’Eglise pour administrer les moyens du Salut : « elle annonce la totalité et l’intégralité de la foi. Elle contient et elle administre la plénitude des moyens du salut » (Abrégé CEC n. 166).

Mais il est vrai que Dieu aime tous les hommes, sans exception, même ceux qui n’appartiennent pas à l’Eglise. Pas un seul humain, en tous temps, en tous lieux, n’est hors du cœur de Dieu. Il "veut que tous les hommes soient sauvés" (1 Tm 2,4), voilà pourquoi "le Christ s’est livré en rançon pour tous" (1 Tm 2,6). Dieu se propose à tous. En chaque être humain l’Esprit Saint travaille, très discrètement le plus souvent (la discrétion, le respect de la liberté de l’autre font partie de l’amour). Dieu passe par les moyens qu’Il trouve en nous et auxquels notre liberté doit collaborer.
C’est là tout le rôle de la conscience, présence de Dieu en l’homme, même non baptisé. En effet, dans le cœur de tout homme est inscrite une loi naturelle : "Fais le bien, évite le mal", "Ne fais pas à autrui, ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse", etc. (cf. tout le chapitre, extrêmement beau, de Gaudium et Spes 16). Certaines personnes ne connaissent pas Dieu, mais vivent selon leur conscience, les vertus naturelles, leur devoir d’état. Ces âmes sont tournées vers Dieu par une grâce venant déjà de lui, appelée " grâce prévenante ", et ont tout à espérer de sa miséricorde : "peuvent parvenir au salut éternel ceux qui, sans faute de leur part, ignorent l’Évangile du Christ et son Église, mais recherchent Dieu sincèrement et, sous l’influence de la grâce, s’efforcent de faire sa volonté" (Abrégé CEC n°171).

Le concile Vatican II a rappelé que les religions peuvent apporter une certaine aide à notre quête de Dieu. Cela ne veut nullement dire que toutes les religions se valent ! L’Eglise est la voie royale. En elle se dit et se vit la plénitude du Salut. "L’Église catholique reconnaît que ce qu’il y a de bon et de vrai dans les autres religions vient de Dieu". (Abrégé CEC n°170).

L’Église est nécessaire car elle seule, aujourd’hui, dispense les sacrements, "signes efficaces du salut." Sans eux, le peuple des croyants se réduirait à une association parmi d’autres qui rassemblerait ses adhérents le dimanche pour évoquer la mémoire du fondateur. Par les sacrements, Dieu nous donne sa grâce, sans aucun mérite de notre part, mais par les mérites de Jésus-Christ, en vue de la vie éternelle. Les sacrements les plus nécessaires pour notre salut sont le baptême et la réconciliation. Le plus grand de tous est celui de l’Eucharistie, parce qu’il contient non seulement la grâce, mais encore Jésus-Christ, auteur de la Grâce et des sacrements.

A nous de témoigner réellement de notre foi, d’annoncer concrètement cette Bonne Nouvelle du salut proposé à tous ! "Allez et enseignez toutes les nations, baptisant au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit" (Mt 28,19). Nous participons ainsi, à notre place, à la mission de l’Église. Ne dé-missionnons pas !
Dieu qui veut se manifester à tout homme nous précède dans le cœur de ceux à qui nous transmettons la Bonne Nouvelle.
Revenir en haut Aller en bas
http://jeanderoquefort.free.fr
Joannes Maria
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: LA VERITABLE ET JUSTE INTERPRETATION DE "HORS DE L'EGLISE POINT DE SALUT"   Sam Jan 27 2018, 17:10

Parmi les choses que l’Eglise a toujours enseignées et qu’elle ne pourra jamais cesser d’enseigner, "il y a aussi cette déclaration infaillible où il est dit qu’il n’y a pas de salut hors de l’Eglise". Voici à ce sujet un texte de la S.C. du Saint-Office (Lettre de la SC du Saint-Office, 8 août 1949 – à l’archevêque de Boston. Ed. Desclée-Collection – a priori introuvable sur le web, sauf en guise de citation rattachée à Dominus Iesus).

“(…) Nous sommes obligés à croire, de foi divine et catholique, toutes les vérités contenues dans la Parole de Dieu, Ecriture ou Tradition, et que l’Eglise propose à croire comme divinement révélées, non seulement par un jugement solennel, mais encore par son magistère ordinaire et universel (Conc. du Vatic. Sess. III, c III ; Denz). Or, pami les choses que l’Eglise a toujours prêchées et ne cessera pas d’enseigner, il y a aussi cette déclaration infaillible où il est dit qu’il n’y a pas de salut hors de l’Eglise. Cependant, ce dogme doit s’entendre dans le sens que lui attribue l’Eglise elle-même. Le Sauveur, en effet, a confié l’explication des choses contenues dans le dépôt de la foi, non pas au jugement privé, mais à l’enseignement de l’autorité ecclésiastique. Or, en premier lieu, l’Eglise enseigne qu’en cette matière il existe un mandat très strict de Jésus-Christ, car il a chargé explicitement ses apôtres d’enseigner à toutes les nations d’observer toutes les choses qu’il avait lui-même ordonnées (Mt XXVIII, 19-20).

Obligations d’entrer dans l’Eglise

Le moindre de ces commandements n’est pas celui qui nous ordonne de nous incorporer par le baptême au Corps mystique du Christ qui est l’Eglise, et de rester unis à lui et avec son Vicaire par qui lui-même gouverne ici-bas son Eglise de façon visible. C’est pourquoi nul ne se sauvera si, sachant que l’Eglise est divinement instituée par le Christ, il refuse malgré cela de se soumettre à elle ou se sépare de l’obédience du pontife romain, vicaire du Christ sur la terre. Non seulement notre Sauveur a-t-il ordonné que tous les peuples entrent dans l’Eglise, il a aussi décrété que c’est là un moyen de salut sans lequel nul ne peut entrer dans le royaume éternel de la gloire.

Le « désir » peut suffire

Dans son infinie miséricorde, Dieu a voulu que, puisqu’il s’agissait des moyens de salut ordonnés à la fin ultime de l’homme non par nécessité intrinsèque, mais seulement par institution divine, leurs effets salutaires puissent également être obtenus dans certaines circonstances, lorsque ces moyens sont seulement objets de « désir » ou de « souhait ». Ce point est clairement établi au Concile de Trente aussi bien à propos du sacrement de baptême qu’à propos de la pénitence (Sess. VI, c.V et XIX. Denz., n. 797 et 807.). Il faut en dire autant, à son plan, de l’Eglise en tant que moyen général de salut. C’est pourquoi, pour qu’une personne obtienne son salut éternel, il n’est pas toujours requis qu’elle soit de fait incorporée à l’Eglise à titre de membre, mais il faut lui être uni tout au moins par désir ou souhait. Cependant, il n’est pas toujours nécessaire que ce souhait soit explicite comme dans le cas des catéchumènes. Lorsque quelqu’un est dans l’ignorance invincible, Dieu accepte un désir implicite, ainsi appelé parce qu’il est inclus dans la bonne disposition de l’âme, par laquelle l’on désire conformer sa volonté à celle de Dieu. Ces choses sont clairement exprimées dans la Lettre dogmatique publiée par le souverain pontife Pie XII, le 20 juin 1943, « sur le Corps mystique de Jésus Christ ».Dans cette Lettre, en effet, le souverain pontife distingue clairement ceux qui sont actuellement incorporés à l’Eglise et ceux qui lui sont unis par le désir seulement. (…) Vers la fin de la même encyclique, invitant à l’unité avec la plus grande affection ceux qui n’appartiennent pas au corps de l’Eglise catholique, il mentionne ceux qui, « par un certain désir et souhait inconscient, se trouvent ordonnés au Corps mystique du Rédempteur ». Il ne les exclut aucunement du salut éternel, mais il affirme par ailleurs qu’ils se trouvent dans un état « où nul ne peut être sûr de son salut éternel » et même qu'ils sont privés de tant et de si grands secours et faveurs célestes, dont on ne peut jouir que dans l’Eglise catholique ». Par ces paroles, le Pape condamne aussi bien ceux qui excluent du salut éternel les hommes qui ne sont unis à l’Eglise que par le désir implicite, que ceux qui affirment erronément que tous les hommes peuvent se sauver à titre égal dans toutes les religions.

(Cf. Pie IX, Singulari quedem, Denz. N.1641 s. ; Pie IX, Quanro
conficiamur moerore, Denz. N.1677.) »
Cité in CONNAISSANCE ELEMENTAIRE DU RENOUVEAU CHARISMATIQUE (1984) -
Action Familiale et Scolaire - p.145 ANNEXE 1 « Hors de l’Eglise, pas de salut »

http://docs.leforumcatholique.org/src/DOCUFCNUM26.html
Revenir en haut Aller en bas
http://jeanderoquefort.free.fr
 
LA VERITABLE ET JUSTE INTERPRETATION DE "HORS DE L'EGLISE POINT DE SALUT"
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: L'Église Catholique Romaine-
Sauter vers: