VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  
anipassion.com
Partagez | 
 

 « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Ven Nov 04 2016, 12:36

Citation :

« Hillary Clinton est finie », avertit
Julian Assange qui s’apprête
à faire son annonce importante



L’ambition présidentielle d’Hillary Clinton pourrait être brisée cette semaine étant donné que le fondateur de WikiLeaks Julian Assange se prépare à répondre à une conférence, alimentant la spéculation qu’il publiera des documents préjudiciables sur la candidate démocrate.


Assange apparaîtra demain par vidéo lors d’une conférence à Berlin pour marquer le dixième anniversaire de WikiLeaks.

L’homme de 45 ans avait initialement prévu de faire une déclaration depuis l’ambassade équatorienne à Londres, où il a vécu pendant plus de quatre ans.

Mais l’apparition a été annulée sous prétention de «problèmes de sécurité».

Des sources proches ont dit qu’Assange est en bonne position pour publier des documents du parti Démocrate des États-Unis. Assange a longtemps menacé de publier des documents sur Mme Clinton et le mois dernier il a réitéré sa demande que Wikileaks possède des informations compromettantes sur la candidate à la présidentielle.

Il a suggéré que les sites dénonciateurs comme WikiLeaks peuvent donner quelques aperçus, mais aucune information n’a été publiée.

Les adversaires de Mme Clinton ont espéré que cette révélation sera une grande surprise d’octobre pour détruire la campagne des démocrates avant l’élection en novembre.

Mais il n’y a aucune preuve que l’information existe.

Le consultant politique de Donald Trump, Roger Stone, prédit que les révélations mettraient fin à la campagne de Mme Clinton.


Sur Twitter, M. Stone a déclaré :
« Hillary Clinton est finie. #WikiLeaks. »


Source : http://www.anguillesousroche.com/actualite/hillary-est-finie-avertit-julian-assange-qui-sapprete-faire-son-annonce-importante/



S'agira-t-il d'un pétard mouillé, ou bien d'une vérité
vraiment dommageable pour la campagne électorale
de Mme Clinton ?


Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
Fleur
membre
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : en Brocéliandie

MessageSujet: Actualités mondiales    Ven Nov 04 2016, 16:07

Nous attendons la suite des révélations ! Que les hautes sphères politiques sont "pourries" ! Comment le monde peut-il bien aller quand nous sommes
dirigés par ces responsables:
Fleur
Revenir en haut Aller en bas
COQUELICOT
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 06/09/2010
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Sam Nov 05 2016, 15:01

étrange ???

je ne sais plus où j'ai lu un article de ce fameux Julian Assange qui disait que Trump ne passera jamais et que Hillary faisait partie de la même bande de comploteurs financiers obscurs ?????


quoi qu'il en soit, je ne crois à aucun de ces énergumènes, et j'espère qu'ils se mangeront les uns les autres !!

_________________
Tout vient de Dieu
tout lui appartient
tout lui revient.
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Mar Nov 08 2016, 16:41

.
J'ai préféré rester loin de ces élections qui sont le summum de la mascarade démocratique de manipulation de masse !

Ce jour les élections !

Citation :
Élections US: tous les sondages favorables à Clinton à la veille du scrutin


L’ex-secrétaire d’État américaine Hillary Clinton est en tête de toutes les enquêtes d’opinions réalisées dans les derniers jours avant les élections.

La candidate démocrate à la présidentielle américaine Hillary Clinton devance légèrement le candidat républicain Donald Trump dans les derniers sondages réalisés à la veille des élections qui se déroulent aux États-Unis ce mardi 8 novembre.

L'avance de l'ancienne secrétaire d’État oscille entre trois et six points mais chaque fois avec une marge d'erreur qui oblige à prendre ces prévisions avec précaution. Le dernier sondage Reuters/Ipsos accordait trois points d'avance à la candidate démocrate (45 % contre 42 %), affirmant que le milliardaire a toujours des chances de l’emporter en Floride, dans le Michigan, en Caroline du Nord et dans l’Ohio.
...
http://echelledejacob.blogspot.fr/2016/11/elections-us-tous-les-sondages.html

La machinerie médiatique de propagande fonctionne à plein régime !

Mais je sens qu'on va malgré tout rigoler !

En prenant base ne serait-ce que sur un de mes vieux écrits d'il y a deux ans ... voyons voir ce que va décider le peuple américain:

André Dominique a écrit:
S'il reste encore une base saine dans la société, c'est vraiment le petit peuple des "gens de foi" !!!
Cette "vie de foi", cette "âme de tout un peuple" réagit naturellement à toute abhération quelle soit idéologique ou religieuse ...

Il y a là un véritable problème de fond où chaque être se doit de se positionner en personne sur ce qui est juste; bien et bon ou l'inverse...
Il s'agit de savoir si je suis responsable de mes pensées et actes où alors s'il convient que je laisse d'autres personnes penser et influencer mes actes ... et surtout QUI !!!

Si dans le jaillissement du coeur profond mes pensées en arrivent à devoir s'exprimer en actes telles qu'elles s'expriment actuellement naturellement en France ... c'est que cela est "bon et bien" en accord avec notre vie profonde et encore plus, en parfait accord avec notre Seigneur et Dieu...

Malheureux celui qui se lève et ose s'interposer jusqu'à vouloir à ce que nous nous soumettions aux "pouvoirs infernaux" en place !

NON ! NON ! NON !
A qui convient-il d'obéir à DIEU où aux hommes ?
Les Apôtres autrefois furent confrontés à ce problème ... Ils furent persécutés !
Notre sort ne saurait être autre !
C'est la suite logique d'une confrontation qui peut aller extrêmement loin ; pensons juste aux funestes années de la terreur de 1793 !!!

Un article signé par un vrai prêtre nous interpelle :

Citation :
Résistance
Editorial du père de Menthière curé de saint Jean Baptiste de la salle (Paris 15) :

"Quatre-vingt-treize, c’est le titre d’un beau roman de Victor Hugo sur l’épopée glorieuse et ensanglantée des chouans. C’est un nombre qui évoque par lui-même les grandes résistances catholiques. Est-ce totalement un hasard si le jour ou Monsieur Hollande vint au Lycée Buffon pour exhorter les jeunes têtes blondes à la Résistance, 93 paroissiens se virent interpeller arbitrairement et embastiller dans un commissariat sis - Sainte Providence ! - rue de l’Evangile…. Quatre-vingt-treize, c’est le chiffre de la Terreur à laquelle on parvient vite quand un parti ayant tous les pouvoirs se croit tout permis. Il faut-être vigilant, on nous le dit assez. On ne peut laisser disparaitre subrepticement les libertés publiques. Et c’est pourquoi j’écris en témoignage de ce qui advient désormais chaque jour dans notre pays.

Donc, ce lundi, un des prêtres, nos catéchistes, plusieurs étudiants furent arrêtés et menés au poste. Pendant ce temps, il ne se passait rien dans le paisible département du neuf-trois (tiens ? encore 93), ou plutôt il pouvait tout se passer puisque les policiers en très grand nombre étaient accaparés, boulevard Pasteur, à maîtriser héroïquement de dangereuses mères de familles au risque de trébucher sur les poussettes. Il faut dire que ces dames avaient eu l’audace, les rebelles, de nommer résistance leur refus de la Loi Taubira, ce que M. le Président condamna. Les mots ont un sens, disait-il, il faut leur donner leur signification. Mais pourquoi ne peut-on appeler Résistance ce qui en devient chaque jour davantage une, si on peut appeler Mariage ce qui n’en sera jamais un ? Car Bruno et Vincent, nos deux médiatiques amants, seront peut-être pour certains des symboles, des égéries, des pionniers, mais il y a une chose qu’ils ne seront jamais l’un pour l’autre : des époux. Que voulez-vous : le réel lui aussi résiste…

A l’heure où j’écris ces lignes, deux jeunes paroissiens, pris mercredi en flagrant délit d’opinion subversive, sont encore en garde à vue. Je voulais que vous le sachiez. A l’instant, au téléphone, je reçois des nouvelles d’un de leur camarade qui a pu s’échapper. Il vient d’avoir vingt ans. Là, pas besoin des chiffres de la Préfecture : indubitablement, il est né en 93 …."
http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2013/06/r%C3%A9sistance.html

Vous savez comment le Seigneur fut traité !
Ne pensez surtout pas qu'ils prendront des gants avec nous ...

Le Seigneur nous accorde là un signe des temps afin que nous nous préparions aux événements en marche .
Comme je l'ai déjà écrit :
"L'année prochaine aurons nous encore la possibilité de fêter les PAQUES où la FETE DIEU comme cette année ?"
"Préparons nous pour vivre l'Eglise des catacombes !"

Dieu nous préserve et nous garde

André Dominique

http://nouvellejerusalem.forumactif.com/t10800-poignardes-dans-le-dos-par-le-conseil-famille-et-societe-de-la-conference-des-eveques-de-france


Citation :
Mes pensées finales, le jour le plus important dans l'histoire des États-Unis
par Andrew Hoffman | 8 novembre 2016

Debout à 1h30 ce matin pour une séance d' entraînement de deux heures, je travaille moins de trois heures de sommeil. Mais comment puis - je, étant donné que cela est peut - être le jour le plus important dans l' histoire des États - Unis? À mon avis, contesté que par la signature de la Déclaration d'Indépendance, le début de la guerre civile, Pearl Harbor, et 9/11? Indépendamment du résultat, avec mon "cas de base" étant une victoire de Trump, les moments les plus difficiles depuis la Grande Dépression sera probablement débuteront demain; soit parce que la victoire de Trump a envahi le statu quo - et avec elle, leur capacité à les marchés de forage; ou parce que l' Amérique aura dévolu au deuxième monde statut, en route vers son inévitable fin du jeu d'être un Venezuela arme nucléaire, dirigé par des fous avec peu de considération pour "99%" de la vie.

À ce stade, je l' ai fait tout le pontifiant je peux sur la politique - qui , de manière générale, je ne discute jamais. Cependant, l'importance sans précédent de cette élection - en particulier ses énormes ramifications financières, la nécessité d'informer les gens de la réalité , ils font face est tout simplement inévitable. Laisse -la , selon ce qui a été révélé par WikiLeaks, Anonymous et Project Veritas; ainsi que le rang corruption au sein du FBI, Mainstream Media, Washington et Wall Street, il peut y avoir peu de doute que beaucoup de «théories du complot» les plus terrifiantes sont vraies. En d' autres termes, il y a les forces du mal qui cherchent à détruire nos vies, qui va terminer le travail si l'élection est volé comme prévu. Comme on dit, vous ne pouvez pas truquer un tsunami - et compte tenu de tout ce que je l' ai vu et entendu au cours des dernières semaines ( en particulier Alex Jones et Stefan Molyneaux, dont le dévouement à la diffusion de la vérité a été grandiose), le vote populaire sera en fait un glissement de terrain Trumpian. Franchement, étant donné le niveau évident de fraude électorale démocratique généralisée - y compris le Président lui - même, qui est en fait encourageant les Mexicains illégaux à voter - la seule façon dont je pense que Trump peut gagner sera un tel résultat, en tant que chef de file massive Trump , il sera impossible de concilier Clinton "victoire" avec beaucoup Trump penchant sondages de sortie.

En ce qui concerne le résultat d'une victoire de Trump, je ne peux pas exagérer ma conviction que le résultat du marché financier sera " temps de BrExit dix Franchement, étant donné combien est investi.» - Et investi - dans une victoire de Clinton, je trouve qu'il est difficile d'envisager un scénario dans lequel une victoire de Trump ne pas catalyser un 2008 style krach boursier; qui à son tour, va détruire tout espoir restant du salut économique et remboursement de la dette. À cette fin, les «tours jumelles» de mensonges pré-électorales, le faux OPEP baisse de la production et de la conviction que la Deutsche Bank (et une grande partie du système bancaire européen) est un solvant, viendront écraser ainsi, dans un tas fumants. Comme volonté gréé marché après marché truqué - tout au contraire, le nuage suffocant de la suppression des métaux précieux est soulevé, à l' effet dramatique.

À son tour, les banques centrales vont faire ce qu'ils font toujours - l' argent d'impression et de monétiser les marchés, à la fois ouvertement et secrètement, jusqu'à ce que les vaches viennent à la maison. Cependant, cette fois , il échouera lamentablement, maintenant que leur crédibilité et poudre sèche ont été épuisées. Franchement, le «meilleur» résultat , ils sont susceptibles d'atteindre est l' hyperinflation - qui est, si elles considèrent anéantir les économies du monde entier positif. Et monde entier est pas une hyperbole - comme une fois la partie supérieure du mât totémique de la banque centrale, la Fed, rejoint le parti de monétisation manifeste, le tant attendu, synchrone effondrement des devises mondiales arrivera; et avec elle, tout le accompagnement politique; social; et probablement militaire, horreurs.

Comme la scène domino dans mon film préféré, V pour Vendetta , la réaction en chaîne d'une victoire de Trump sera imparable; que non seulement les «pouvoirs qui être" de l' Amérique ont été vaincus, mais en plein essor des mouvements anti-establishment tour du monde va lancer dans le lecteur hyper - à commencer par l' Italie, qui le 4 Décembre peut essentiellement forcer la démission du pro-UE Le Premier ministre Matteo Renzi . Laisse la France, où une procédure de destitution ont été lancés hier , pour évincer le disgracié François Hollande à partir des simples mois de la présidence avant qu'il sera sans aucun doute subir une défaite électorale historique, aux mains de la violence anti-UE Marine Le Pen. Ironiquement, la raison de sa mise en accusation est la fuite de documents confidentiels à la presse - qui me corriger si je me trompe, est exactement ce que Hillary Clinton a fait. Ce qui, je pourrais ajouter, sera sans aucun doute sa terre en prison si Trump gagne; et peut - être si elle "gagne" ainsi.

Inversement, une Clinton «victoire» - qui , franchement, je ne peux pas imaginer qu'en vertu d' une très contestée, Gore / Bush x 1000 scénario - donnerait probablement temporaire soulagement du marché, et temporairement permettre au Cartel de pousser l' or et l' argent en dessous de leur 200 jours respective moyennes mobiles de 1276 $ / oz et 17,49 $ / oz Cependant, il ne faudrait pas longtemps pour les "marchés" pour se rendre compte qu'une présidence Clinton serait essentiellement condamner l' Amérique à la même sorte de socialisme économique destructeur qui a mis l' Europe, le Japon, et Heck, Venezuela, sur le bord de la ruine. Ceci, avec peut - être le commandant en chef plus belliqueux de l'histoire américaine - qui a clairement, semble plié l' enfer sur une guerre chaude avec la Russie. Qui, je pourrais ajouter, pourrais tout aussi facilement être destitué et emprisonné, ou abattu morts via la saisie, quelques mois de son inauguration - être remplacé par son "mini-moi" pit - bull, Tim Kaine.

Mettez crûment, si vous voulez savoir exactement ce qui attend l' Amérique - et le monde - le 9 Novembre en avant, estiment que la nuit dernière, la Chine, le plus grand exportateur mondial, a rapporté ses exportations ont chuté de 7,3% en glissement année en Octobre, ce qui représente l'année en glissement annuel baisse 18 des 20 derniers mois; et par la suite, tandis que la presse financière fixé sur l'élection, dévalué le yuan à son plus bas niveau en six ans, moins de 1% à partir du plancher 6,82 / dollar de la Banque populaire de Chine a maintenu 2008-10. En d' autres termes, la " , big bang financier cataclysmique à venir pour mettre fin à tous les big bangs » - à savoir, une importante dévaluation Yuan - approche comme un train fou; ce qui est exactement pourquoi parler d'une hausse de taux Décembre 14e Fed est tellement ridicule. À cette fin, si Trump gagne, "cotes de hausse de taux Décembre" - truquées ou autrement - va plonger à leur niveau comiquement gonflé de 80% aujourd'hui, à zéro; qui, franchement, serait tout aussi choquante à la crise financière - et dans le monde monétaire - système comme la victoire de Trump lui - même. À ce moment, le taux coupe chances seraient sans aucun doute Surge - qui, tout ce que je peux dire est que j'ai eu le titre de mon article le jour de la Fed admet qu'il va dans cette voie en file d' attente pendant un certain temps. Ie, "ding dong, la Fed est mort."

A quel point, prix de l' or auront probablement dépassé les précédents sommets de tous les temps dans pratiquement toutes les devises - avec seulement l' or du dollar prix gauche pour atteindre que la réalisation de Cartel-tuer permanent, quand il dépasse inévitablement 1.920 $ / oz; tandis que l' argent a finalement réalise le destin ordonné en Janvier 1980, quand il atteint son " évasion top quadruple ultime " au- dessus de 50 $ / oz Pour cette question, garder vos yeux sur l' or et respectivement 50 MOIS moyennes mobiles de médailles d' argent de 1303 $ / oz et 19,43 $ / oz, respectivement; car une fois qu'ils sont résolument brisés, les commerçants du monde ronde comprendront deux phases du PM historique marché haussier est en marche; probablement, jamais de violer à nouveau ces niveaux à la baisse. Et enfin, en ce qui concerne Bitcoin, qui Miles Franklin n'a pas de position officielle, je vais simplement vous conseille de le garder sur votre écran radar.

Comme nous nous dirigeons vers le jour des élections, même les sondages Clinton-truquées suggèrent une chaleur morte. Ceci, en dépit des rapports sans fin de fraude électorale démocratique généralisée. Cependant, je crois que les «bottes sur le terrain» - y compris le mien, samedi soir au Trump rallye ici à Denver - raconter une histoire tout à fait différente, de la possibilité d'un glissement de terrain Reagan-like, a la 1980. Franchement, hier comiquement truquées pré-électorale équité rallye, et simultané PM smash, sur les talons de manière flagrante compromis du directeur du FBI , James Comey mensonge que les e - mails d'Hillary ne sont pas incriminer - pourrait bien être consulté un jour avec le même niveau de dérision que la pré-BrExit équité rallye / PM casser la suite de la assassiner de MP Jo Cox. Quels franchement, pourrait bien avoir été orchestrée comme faux FBI dimanche soir "disculpation." Comme, tout comme ce fut le cas avec les Britanniques, je pense que les pouvoirs en place de supposition »que les masses sont volonté universellement stupide misérablement retourner dans leurs visages.

Eh bien, voilà mes deux cents, comme nous commençons ce qui pourrait bien être le «jour le plus important dans l' histoire des États - Unis." Peu importe ce qui se passe, il est difficile d'imaginer une chute sans chaos, à la fois ici et à l' étranger. Et croyez - moi, si Trump gagne et que vous avez pas préparé à l' avance, il peut déjà être trop tard pour vous protéger demain.

https://www.milesfranklin.com/my-final-thoughts-on-the-most-important-day-in-u-s-history/

Les articles précédents d'Andrew :

Changement global de régime
https://www.milesfranklin.com/global-regime-change/

Qu'en sera-t-il de l'Amérique ... 1ère, 2ème ou 3ème puissance mondiale ?
https://www.milesfranklin.com/what-will-it-be-america-the-first-second-or-third-world/

Ce qui est certain, c'est que tous seront impactés par les répercussions de cette élection !

Seigneur, bénit les tiens de quelque peuple qu'ils soient ... préserve tout homme de bonne volonté ... que vienne enfin TON REGNE sur Terre comme il en est au CIEL. Amen

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Mar Nov 08 2016, 18:48

.
Donald Trump : séparer le bon grain de l’ivraie, par Caroline Galactéros


Dès le mois de février, j’écrivais dans les colonnes (numériques) du Point un article sur Donald Trump et sa conception des relations internationales. Quand tous les médias ne voyaient en Trump qu’un pitre et que la plupart déclaraient alors inconcevable sa victoire aux primaires républicaines (qui fut pourtant fort large), je m’étais permis de mettre en lumière quelques évidences auxquelles, à mon avis, les électeurs “du Donald” sont davantage sensibles qu’à la grossièreté de sa personnalité, que cette dernière soit profondément ancrée dans son personnage ou qu’elle soit le fruit d’une communication politique qui pourrait aujourd’hui se retourner contre lui. Sur ce point de savoir « qui est vraiment Donald Trump », je vous conseille de lire l’excellent article de Laure Mandeville dans le Figaro par lequel on réalise que le candidat républicain est beaucoup moins caricatural qu’il n’y paraît, qu’il est beaucoup moins bourrin et stupide qu’il n’en a l’air, et surtout que son moteur principal, amplifié probablement par son éducation, reste qu’il n’a jamais été accepté des élites new-yorkaises malgré ses mérites de « Self made man » (il a pour être précis prolongé ceux de son père) et est déterminé à s’en venger. Ce n’est pas du personnage de Donald Trump qu’il est question dans cet article, mais davantage du possible président qu’il serait, plus précisément qu’il serait en tant que commandant suprême des forces américaines et garant en dernier ressort de la sécurité nationale de la première puissance au monde. C’est certainement sur ce terrain, comme sur le terrain économique d’ailleurs, que Donald Trump, à l’image d’un Bernie Sanders à gauche (lequel manquait en revanche dans son analyse de traiter l’épineuse question de l’immigration), assène des vérités que l’establishment représenté par Hillary Clinton n’est pas prêt à reconnaître . Voici donc ce que j’écrivais en février et qui n’a guère changé…

« Trump a une vision des relations internationales tout à fait originale et, osons le dire, novatrice. En ce domaine, son abandon pourrait être une mauvaise nouvelle pour la paix du monde. Car il se démarque sensiblement de l’interventionnisme propre à tous les autres candidats, à l’exception de Bernie Sanders. Ceux-ci, ignorant les fiascos stratégiques irakien, afghan ou libyen, persistent à voir dans l’aventurisme militaire et l’entretien d’un savant chaos – notamment moyen-oriental – des martingales pour restaurer la puissance et l’influence américaines en chute libre depuis 2003. Chacun d’eux propose un alliage d’impérialisme classique dont seules les proportions de soft et de hard power diffèrent.

Donald, lui, s’insurge contre cette dispendieuse et contre-productive tendance américaine à se mêler de tout. Il se soucie comme d’une guigne du « regime change » et de la « responsabilité de protéger ». Il ne croit pas dans l’expansion souhaitable des droits de l’homme qu’il assimile à « un prêchi-prêcha » dangereux et ruineux. C’est un homme d’affaires, qui aime le statu quo et trouve aux régimes autoritaires des vertus, notamment en matière de lutte contre l’islamisme. Il recherche des marchandages globaux et équilibrés avec des interlocuteurs à poigne qui peuvent partager son langage, celui du pur intérêt national. La multipolarité du monde est pour lui une évidence. Il faut s’en accommoder et baser les relations internationales sur des convergences d’intérêt pragmatiques. Ce realpoliticien ne voit dans le messianisme américain qu’une « danseuse » hors de prix trop sujette aux entorses. Son mercantilisme profond rime avec un protectionnisme et un isolationnisme mesurés, l’intervention américaine ne pouvant se concevoir que contre gains sonnants et trébuchants ou réciprocité protectrice. »

A l’aune de la situation actuelle à Alep, cette approche trumpienne hyper réaliste et pragmatique aurait sans doute quelques mérites et a minima, celui de favoriser un apaisement de la tension entre Washington et Moscou. En effet, si un certain nombre de néocons américains mais aussi de hautes autorités militaires américaines (comme le Chef d’état major de l’US Army notamment) poussent à la roue très dangereusement pour défier les Russes y compris militairement et les pousser à la faute en Syrie tant leur efficacité gêne leurs petits arrangements avec Al-Qaïda), d’autres, en privé, n’attendent qu’une chose : que les Russes vainquent enfin les islamistes et que le calme revienne dans une Syrie réorganisée (sur ce point lire mon dernier signal faible), que l’Etat central reprenne ses droits et qu’ensuite seulement, des négociations s’enclenchent pour permettre progressivement à la politique syrienne d’être plus représentative de ses composantes ethniques, religieuses et sociales. Pas plus tard qu’il y a quelques jours, un haut-fonctionnaire français qui s’assumait lui-même comme néoconservateur (c’est quand même beau d’exporter la démocratie !) me glissait en a parte : « Il faut que les Russes l’emportent en Syrie, qu’on en finisse avec les morts ! ».

Or, aujourd’hui en Syrie, face à la paralysie de la fin de présidence Obama, face à ses hésitations en Irak (reprendre Mossoul avant la fin du mandat oui ! mais avec quelles forces au sol ?), pendant ce temps, le « parti de la guerre », bien représenté dans ce qu’il faut appeler avec Peter Dale Scott « l’Etat profond » (deep state) américain, piaffe d’impatience. Les récentes frappes contre l’armée syrienne à Deir Ezzor pourraient être le signe de son impatience à retrouver les bases traditionnelles de la politique américaine : « Exporter la divine providence américaine à coup de B-52 » ! Idem pour ce qui est de l’annonce américaine (non officielle mais venant des services de sécurité) concernant la possibilité d’une aide aux rebelles (modérés…) en matière de MANPADS (Man-portable air-defense systems) voire de frappes directes de l’Armée américaine contre les forces de Bachar el-Assad. Les Russes n’ont pas tardé à réagir en déployant des systèmes anti-aériens et anti-missiles de type S-300 à Tartous en plus des S-400 disposés à Lattaquié. Le général Igor Konachenkov, porte-parole du ministère russe de la Défense, a ainsi déclaré : « Je veux rappeler aux “stratèges” américains que la couverture aérienne des bases militaires russes de Hmeimim et de Tartous est assurée par les systèmes antiaériens S-300 et S-400 dont la portée pourra surprendre tout objet volant non identifié» (400 km ndlr). Peut-être pensez-vous que je diverge par rapport à Donald Trump ? Assez peu en réalité car les élections américaines étant les élections nationales qui comptent le plus à l’échelle du monde, le 8 novembre est une date qui décidera des évolutions de la situation mondiale en bien des matières… Et les faucons américains attendent désespérément d’avoir la confirmation que Hillary Clinton parviendra (certes péniblement) à franchir la dernière marche avant la Maison-Blanche. Parce qu’ils sont méfiants, les faucons ont aussi commencé à se rapprocher de Donald Trump : on ne sait jamais…

Et si c’était lui ? Mi-septembre, l’équipe de campagne du candidat républicain a en effet annoncé que James Woosley devenait le nouveau conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump. Le nouveau venu a déclaré qu’il allait le conseiller sur des questions «exclusivement liées à la sécurité nationale telles que la défense, le renseignement, et peut-être des aspects de l’énergie…». Et oui, aux Etats-Unis (comme ailleurs), les questions militaires et énergétiques sont liées (nous avons traité de ce point dans un article pour la Revue des Affaires qui vient de paraître). Le pedigree de James Woosley est intéressant. Directeur de la CIA sous Clinton (1993-1995), il est par ailleurs membre du groupe de réflexion néoconservateur, Foundation for Defense of Democracies (Fondation pour la Défense des Démocraties), et a plus récemment conseillé le sénateur texan Ted Cruz, principal rival de Donald Trump à la primaire républicaine. On commence à comprendre… Impossible de laisser un candidat républicain à la Maison-Blanche expliquer au monde qu’il allait modérer l’engagement des Etats-Unis au sein des différentes alliances historiques de Washington (OTAN, Corée, Japon). Impossible de le laisser évoquer une éventuelle coopération pragmatique entre Washington et Moscou. Impossible encore de casser les fondements (bien fragiles…) du néoconservatisme américain que sont l’interventionnisme, le droit-de-l’hommisme, le « regime change » et le « nation building », tous ces concepts étant bénis par la « divine providence » américaine et le halo vertueux de la « Nation indispensable ». Impossible enfin de laisser un candidat républicain faire assaut de mercantilisme en rejetant la sacro-sainte religion du libre-échangisme. « La cité sur la colline » est bien vivante.

La situation est donc la suivante : même si les annonces diplomatiques de Donald Trump en matière de sécurité nationale, de défense et d’affaires étrangères sont extrêmement floues, les principes de base sur lesquels il fonde sa campagne sont une chance pour le monde, pour l’Europe et pour la France. Quiconque ne le reconnaît pas tout en condamnant le néoconservatisme d’un Georges W. Bush et en oubliant celui d’Hillary Clinton (car l’anti-américanisme est à la mode en France… quand les Républicains sont au pouvoir) est dans le mensonge, en tout cas dans l’incohérence.

Que Donald Trump soit une personnalité dérangeante, certes ; que l’on puisse se demander à ce titre si celle-ci convient pour présider aux destinées de la première puissance au monde, soit. Mais ne pas discuter des positionnements idéologiques des deux candidats pour ce qu’ils sont n’est guère très honnête et surtout imprudent.

Le problème est ailleurs : si Donald Trump venait à l’emporter (et bien des erreurs du candidat semblent repousser cette éventualité, même si rien n’est encore joué…), pourrait-il vraiment mener une politique sur les lignes idéologiques qu’il a défendues pendant la campagne ?

On peut largement en douter, en rappelant par exemple que Georges W. Bush fut élu en 2000 après une campagne marquée par isolationnisme certain. On sait ce qu’il en fut ! On sait aussi que l’invasion de l’Irak ne fut pas planifiée en 2001 suite aux attentats du World Trade Center, mais dès la fin des années 1990… sous son prédécesseur. Il n’est absolument pas à exclure que les néoconservateurs des deux bords, que le « parti de la guerre », surtout, dans une période aussi troublée que celle que nous vivons, pousse rapidement le président Trump à s’aligner sur des positions plus classiques.

Je citerai deux analyses réalisées sur ce sujet dans le FigaroVox. D’abord celle d’Hadrien Desuin répondant à la question de savoir si l’isolationnisme présumé de Donald Trump est une chance pour l’autonomie stratégique des Etats européens. Sa réponse relative au bouclier antimissiles américain en Europe, auquel nous avons consacré un Dossier de fond), me paraît malheureusement crédible : « Donald Trump, dans la lignée des précédents présidents américains, demande une contribution budgétaire plus conséquente de la part des pays européens pour supporter l’effort de défense américain sur le continent. D’une pierre deux coups ; cet effort européen permet à l’armée américaine de financer son propre réarmement. Et l’Europe, en première ligne, sert de tête de pont à la défense américaine. La mise en place du bouclier anti-missiles face à la Russie coûte par exemple très cher et c’est l’industrie américaine (Raytheon) qui en bénéficie en très grande partie. Une base navale en Espagne, un centre de commandement en Allemagne et deux bases de lancement en Pologne et en Bulgarie, sans compter le coût du système d’armes, c’est énorme. Dans les deux cas de figure (victoire de Trump ou d’Hillary Clinton) la pression budgétaire sur les pays européens sera très forte. Et la France paiera son obole à l’OTAN (3ème contributrice de l’Alliance atlantique devant le Royaume-Uni !) ».

Guillaume Lagane, haut-fonctionnaire et maître de conférences à Sciences Po, explique quant à lui que la politique étrangère de Donald Trump pourrait se situer dans la continuité de la ligne traditionnelle des Etats-Unis et ne guère changer par rapport à celle de Barack Obama : « Une présidence Trump pourrait d’ailleurs poursuivre la politique traditionnelle des Etats-Unis. New-Yorkais, divorcé, Trump est un pragmatique sans convictions idéologiques. Il pourrait parfaitement embrasser des politiques contraires à celles qu’il annonce sous l’influence de la technostructure du Pentagone et des caciques républicains. Pourtant rétif aux interventions extérieures (il a soutenu puis critiqué la guerre en Irak), il a déjà annoncé une augmentation du budget de la défense (réduit de 10% sous l’administration Obama). Les circonstances peuvent favoriser un tel retournement : Georges W. Bush, élu en 2000 sur un programme isolationniste, a envahi l’Afghanistan et l’Irak après le 11 septembre. Une politique «révolutionnaire» rencontrerait d’ailleurs l’opposition du Congrès qui, même républicain (le Sénat pourrait basculer dans le camp démocrate), ne sera pas «trumpien».

Vilipendé par les médias, remettant en cause le consensus politique dominant (conservatisme moral, libre-échange, positionnement anti-russe), un président Trump ne serait pas sans ressembler à d’autres candidats au positionnement «hors système» (on pense bien sûr, dans le contexte français, à Nicolas Sarkozy). Serait-il pour autant un mauvais président ? L’homme, une fois au pouvoir, pourrait surprendre. Andrew Jackson, premier élu de l’Ouest américain, fut conspué pour son inculture par les élites de l’est lors de son élection en 1829 (on lui doit l’expression OK car il écrivait oll korect). Il fut pourtant un grand président et figure aujourd’hui sur le billet de 20$ ».

Donald sera-t-il le Andrew Jackson des Etats-Unis ? L’avenir le dira et, déjà, à court terme, encore doit-il l’emporter face à Hillary Clinton. Un point néanmoins sur l’Europe. Il est en effet probable que toutes choses égales par ailleurs, notamment le nanisme stratégique des grands Etats européens, un isolationnisme soft de Donald Trump ne suffirait pas à remettre l’Europe sur le chemin de l’histoire comme par miracle . Hadrien Desuin a raison sur ce point. L’isolationnisme américain ne pourrait être une chance qu’à la condition que l’Europe connaisse un changement brutal et décisif de direction pour sortir de l’idéologie post-nationale qui la maintient depuis des décennies dans un état comateux. Un tel changement ne peut venir que de Paris. Et certainement pas sans Moscou. C’est seulement dans la perspective d’une volonté française d’inflexion stratégique majeure et de prise en main de la défense de notre continent que Donald Trump pourrait être une meilleure solution qu’Hillary Clinton. Nos dernières gesticulations diplomatiques à l’ONU sur la situation à Alep n’augurent pas d’une telle prise de conscience, encore moins d’une quelconque vision réaliste, structurée et ambitieuse. Enfermés dans un moralisme assez indécent et surtout parfaitement inefficient, nous paraissons bien loin d’un tel réveil.

Source : Galactéros-over-blog, Caroline Galactéros, 10-10-2016

http://www.les-crises.fr/donald-trump-separer-le-bon-grain-de-livraie-par-caroline-galacteros/
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Mar Nov 08 2016, 19:04

.
Citation :
[Propagande] Présidentielle USA : Les Français ont choisi !

J’adooore ce genre de sondage (Odoxa pour Le Parisien, 29/09/2016), où en fait les médias unanimes, après avoir déversé une propagande insensée, sondent les citoyens, et se ravissent alors qu’ils confirment leur vision, leur donnant donc presque raison… Ou l’inversion totale de “l’informateur” et de “l’informé”…






et pour obama :



Et ça, vous notez que c’est une constante amusante, plus le temps passe, plus les anciens présidents sont la plupart du temps vus comme de bons présidents, de “grands hommes”…

Donc pour Obama, oublié la pauvreté qui n’a guère reculé, totu comme les inégalités, la Libye détruite, la Syrie en lambeaux ayant donné naissance au terrorisme, Guantanamo, les assassinats “ciblés”, etc…

III. L’article du Parisien


On se doutait que l’élection américaine ne laissait pas les Français indifférents. Mais entre cette intuition et la réalité des chiffres du sondage Odoxa réalisé pour notre journal, l’écart est impressionnant. Près des deux tiers d’entre eux disent s’y intéresser et cela concerne toutes les catégories de la population.

Quant à leur candidat préféré, le vote est clair. Pas moins de 86 % des Français veulent que la candidate démocrate l’emporte, quand seulement 11 % souhaitent la victoire de Donald Trump ! Les soutiens du républicain sont presque inexistants au sein des partis parlementaires (4 % à gauche et 11 % à droite) mais aussi minoritaires chez les sympathisants du Front national : parmi eux, 56 % sont favorables à la démocrate Clinton et 39 % à Trump.

« Depuis des années, les Français qui se disent proches du Front national soutiennent les positions de Marine Le Pen. Voici donc une exception à cette règle puisque la présidente du FN déclare, elle, que si elle était américaine, elle voterait Trump », souligne Céline Bracq.

http://www.les-crises.fr/propagande-presidentielle-usa-les-francais-ont-choisi/

Le financement de la campagne présidentielle de la "hilla-qui-rit" me fait beaucoup penser à celle de "sarko"

Citation :

http://www.les-crises.fr/les-gros-donateurs-de-la-fondation-clinton/

Quand on sait comment à fini Kadhafi ... je ne voudrai pas être à la place des "investisseurs de campagne présidentielle"
Ça va barder ...!

Stan a écrit:

GIF d'une partisante
pro-Trump



Hum! je me demande où est
le vrai danger, entre Clinton et Trump ?


Stan
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Mar Nov 08 2016, 19:08

.
hillary = la "HILLARE-QUI-RIT"
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   Mer Nov 09 2016, 07:03

André Dominique a écrit:
.
hillary = la "HILLARE-QUI-RIT"

Je me souviens de ce jour, lors de la "manif pour tous", où j'ai vu en vision "hollande et clique" se rire de nous à en baver tout en se roulant à terre ...!

Ah, je l'ai très mal pris ... car notre ACTION aujourd'hui encore est de Grande Noblesse de coeur ...!
Et, tel un chien ... je n'ai rien oublié !

Ce jour ... jour de fête ... car TRUMP a été élu "PRESIDENT DES USA" ... contre toute attente ... et j'en RIT ...!

Par contre la "HILLARE-QUI-RIT" doit rire jaune à s'en étrangler ...!
Elle n'est pas la seule ... notre hollande en prend pour son grade !
Certes il parle bien avec sa "novlangue" qui signifie :

J'ai le FEU aux fesses !

Citation :
12:00 : François Hollande s’est exprimé depuis l’Elysée sur la victoire de Donald Trump à l’issue de l’élection américaine. "Le peuple américain vient de se prononcer. Il a élu Donald Trump. Je le félicite. J'ai aussi une pensée pour Hillary Clinton", a-t-il commencé. Pour le président français, il faut "prendre conscience des inquiétudes provoquées par les désordres du monde" et tirer les "leçons" de ce scrutin. "Nous devons trouver les réponses, elles sont en nous et doivent être capables de dépasser les peurs tout en respectant nos principes", poursuit le président. "Ces principes sont notamment la démocratie et le modèle social. Plus que jamais, cette élection nous conduit à prendre nos responsabilités".

http://www.linternaute.com/actualite/monde/1270466-resultat-election-americaine-trump-remporte-la-presidentielle-et-devient-president-des-usa/

Citation :
Ils vont devoir lui manger dans la main...


Clairvoyance, tact, discernement : trois mots qui n'auront pas été de tous les jugements des politiques français durant la campagne électorale américaine. Il leur est désormais sûr qu'il va falloir composer avec un homme qu'ils ont largement méprisé.

Pendant la campagne américaine, les politiques français, et au premier chef les membres du gouvernement et du camp socialiste, n'ont pas été avares en commentaires sur le candidat républicain qui a pris possession de la Maison Blanche.

Le président de la République française avait ainsi résumé sa vision du nouveau président après une polémique entre ce dernier, alors candidat, et le père d'un soldat américain mort en Irak en 2004, estimant que le Trump se livrait à des «excès [qui] finissent par créer un sentiment de haut-le-cœur».

Un sentiment partagé par son ancienne campagne et Ministre de l'Environnement Ségolène Royal qui, se refusant à envisager une victoire de Donald Trump, avait affirmé à l'AFP : «Pas seulement en France, mais dans le monde entier, on souhaite de tout cœur la victoire d'Hillary Clinton.»

Le Premier ministre Manuel Valls, avait jugé, dans une émission de la chaîne Public Sénat, que le milliardaire républicain était un «petit [...] et un mauvais homme, sans doute». Une petite et mauvaise personne avec qui Manuel Valls va pourtant devoir composer dans ses grandes batailles.

Jean-Marc Ayrault, le ministre des Affaires étrangères qui, en juillet 2016, confondait le président syrien Bachar el-Assad avec feu le dictateur irakien Saddam Hussein, avait estimé en septembre de cette année que le programme de Trump en termes de diplomatie était «très confus». Prenant ensuite moins de risques, le locataire du Quai d'Orsay avait affirmé en octobre que les propos de Trump sur les femmes étaient «sordide[s] et révélateur[s] du personnage».

Et, à l'instar de Pierre Moscovici, ils doivent se réveiller ce 9 novembre, avec un seul mot à la bouche : «Damn!». En effet, le Commissaire européen twittait le jour même de l'élection «L'Amérique a le choix entre le meilleur - une femme Présidente- et le pire- un populiste provocateur à la Maison Blanche. J'ai confiance.»

Enfin, le maire de Paris Anne Hidalgo, s'étant rendue auprès du maire de Londres Sadiq Khan, s'était désolée de la stupidité du nouveau président américain en assurant, avec un joli accent «so french» : «He is stupid, he is very stupid».

http://echelledejacob.blogspot.fr/2016/11/ils-vont-devoir-lui-manger-dans-la-main.html

D'un autre côté ... TRUMP, ne sait pas encore ce qui lui arrive ... il est dépassé par les évènements ...
Prudent, il s'exprime ainsi :

Citation :
11:54 : Donald Trump a fait un clin d’oeil appuyé aux Services secrets dans son discours, saluant avec malice leur travail durant la campagne. "Les gens des services secrets. Ils sont durs et ils sont intelligents", a plaisanté Donald Trump à la fin de son speech, avant d’ajouter : "ils sont forts et je ne veux pas avoir d’ennuis avec eux, je peux vous le dire". "Quand je veux aller dire au revoir à la foule, ils me tirent vers le bas et me mettent dans le fond de mon siège, mais ce sont des gens fantastiques. Je tiens à remercier le Secret Service", a-t-il conclu avec humour, en référence à l’évacuation musclée dont il a fait l’objet il y a deux jours, en plein meeting. Vous pouvez désormais relire le discours disponible en intégralité (comme ici).

http://www.linternaute.com/actualite/monde/1270466-resultat-election-americaine-trump-remporte-la-presidentielle-et-devient-president-des-usa/

Ah, SEIGNEUR, je pense qu'avec cet homme TU arriveras à redresser la Barre de ce grand pays !
Béni ce Peuple SEIGNEUR qui le mérite bien en ce jour.
Garde-les ... Président et Peuple de tous les sbires du mal.
Que le mal sente désormais lui aussi le POIDS DES CIEUX du BIEN. Amen

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante   

Revenir en haut Aller en bas
 
« Hillary Clinton est finie », avertit Julian Assange qui s’apprête à faire son annonce importante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Mondiales-
Sauter vers: