VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juin 01 2016, 09:27

Rappel du premier message :

Un exemple de jusqu'où peut en arriver le relativisme ou la démagogie en matière des prescriptions de l'Eglise ou de la foi :

http://ici.radio-canada.ca/regions/saguenay-lac/2016/05/30/009-fete-amour-controverse-diocese-chicoutimi.shtml

Citation :


Une fête de l'amour, organisée par la paroisse Sainte-Anne de l'arrondissement de Chicoutimi, soulève une vive controverse au sein du diocèse.

Cette célébration a eu lieu en avril. La paroisse a décidé de remplacer la traditionnelle fête de la fidélité, qui s'adresse uniquement aux couples mariés devant l'Église catholique, par une fête de l'amour. Cette nouvelle mouture se voulait plus inclusive, acceptant les conjoints mariés civilement, les conjoints de fait, de même que les conjoints de même sexe.

« C'est notre bon pape François qui nous dit qu'on ne peut pas juger personne, explique l'abbé Gérald Linteau, l'un des prêtres modérateurs de cette paroisse. Qui on est pour juger les personnes homosexuelles, les gens divorcés remariés? Au contraire, je dirais que c'est une expérience plus évangélique qu'une expérience où il faut respecter le droit. »

Son collègue l'abbé Mario Tremblay abonde dans le même sens. Il explique que la fête avait pour but de souligner que la vie de couple est importante, que l'union soit bénie par l'Église catholique ou non.

   On est bien conscient qu'on va un peu à l'encontre de la position de l'Église, mais je pense qu'en même temps, c'est important de s'adapter.
   Abbé Mario Tremblay

Sur le même sujet : L'entrevue de Mgr Rivest à L'heure de pointe

Mécontentement

La fête a cependant fait couler beaucoup d'encre. Des fidèles ont vivement dénoncé l'initiative, même sur des sites web à l'international.
Mgr André Rivest, évêque du diocèse de Chicoutimi
Mgr André Rivest, évêque du diocèse de Chicoutimi   Photo : Radio-Canada

L'évêque du diocèse de Chicoutimi, Mgr André Rivest, n'endosse pas non plus cette initiative. Il affirme avoir reçu des dizaines de plaintes.

« L'Église respecte et considère les couples d'homosexuels, mais il faut faire la part des choses », explique Mgr Rivest. Il rappelle que ni l'Église ni le pape François ne sont d'accord avec le mariage entre conjoints de même sexe.

   On entre directement en contradiction avec l'enseignement de l'Église
.
   Mgr André Rivest

Les prêtres de la paroisse Sainte-Anne aimeraient répéter l'expérience l'an prochain. Mgr Rivest, lui, n'est pas du même avis. « En ce qui me concerne, elle ne sera pas répétée à moins qu'ils me désobéissent », affirme-t-il.

D'après le reportage de Jessica Blackburn.


Dans le prolongement la déclaration d'un prêtre l'abbé Gérald Linteau sur la prétendue et la fausse "vacuité de l'enfer" ou encore l'hérésie de l'apocatastase, condamnée par l'Eglise :

http://www.lapresse.ca/le-quotidien/actualites/chroniques/
roger-blackburn/201605/31/01-4987050-lamour-dans-le-
confessionnal.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=
cyberpresse_B9_opinions_334_section_POS1


Citation :
CHRONIQUE / La Fête de l'amour est devenue une pomme de discorde lorsque l'événement organisé par la paroisse Sainte-Anne ce printemps a été désapprouvé par l'évêque de Chicoutimi, monseigneur André Rivest, parce que la rencontre accueillait des couples de tous les genres, pas seulement ceux hétérosexuels unis par les liens sacrés du mariage béni par l'Église.

«Cette fête ne sera pas répétée à moins qu'ils me désobéissent», a dit l'évêque; «on va trouver une façon de le faire autrement», a fait valoir le comité de pastorale.

Les réseaux sociaux des croyants se sont enflammés et l'affaire s'est retrouvée sur la place publique. La rectitude de l'Église a été dénoncée et les chrétiens purs et durs n'ont pas apprécié cette ouverture d'esprit. L'évêque a rappelé ses ouailles à l'ordre.

Docteure en théologie et professeur d'éthique à l'UQAC, Nicole Bouchard ne voit pas de controverse dans l'histoire de la Fête de l'amour. «Le pasteur côtoie toutes sortes de personnes dans sa paroisse. L'Église interdit l'avortement, mais le pasteur donne l'absolution à celles qui demandent pardon dans le confessionnal», fait remarquer Nicole Bouchard, qui ne croit pas qu'un évêque excommunie un pasteur qui organise une fête de l'amour dans sa paroisse.

L'évêque est le gardien de la loi de l'Église alors que le pasteur est le gardien de ses paroissiens. Les deux font leur travail, c'est une question d'éthique. La loi de l'Église, c'est le berger et ses brebis. Elle les guide dans le droit chemin, mais finit par leur pardonner leurs écarts, dit en substance la docteure en théologie. C'est dans l'ordre des choses, le pasteur vit proche de sa communauté et son rôle est d'être inclusif. «Chacun son métier et les vaches seront bien gardés, dit l'adage» (Florian).

L'abbé Gérald Linteau - je l'aime vous le savez, il m'a presque élevé quand j'étais petit -, a été bien surpris par cette controverse autour de l'amour. «On ne pensait pas que ça ferait problème notre fête de l'amour, surtout avec l'ouverture du pape François qui a dit: "Qui suis-je pour juger les gens? " L'amour se transforme, l'Église catholique n'est pas propriétaire de l'amour; un mariage religieux ou un mariage civil, ça demande les mêmes qualités humaines pour vivre cet amour. Les gens sont à la recherche du bonheur comme tout le monde, il n'y a pas d'exclus dans l'expérience d'aimer», explique le modérateur de la paroisse Saint-Anne.

«Quand un amour est vidé de son contenu, on ne reste pas ensemble à cause d'une loi», ajoute l'abbé Linteau. Le comité de pastorale va jaser avec l'évêque pour voir si l'Église peut bouger un peu. «S'il le faut, on fera une fête ailleurs qu'à l'église; personne ne peut nous empêcher de fêter l'amour, au moins humainement, si ce n'est pas religieusement. L'amour vient de Dieu, elle prend plusieurs formes», dit-il.

En ce qui concerne la position de Mgr Rivest, le pasteur ne veut pas disputer la chape à l'évêque, mais il comprend bien que le prélat prend «la ligne de parti». «S'il ne nous ramassait pas, c'est lui qui se ferait ramasser. L'Église est sous le régime du droit canonique qu'elle doit faire respecter. Avec notre fête de l'amour, on est plus proche de l'Évangile que l'Église peut l'être dans ses lois. L'Évangile est plus ouvert à l'amour que l'Église avec ses lois», martèle le curé de paroisse qui se sent très à l'aise de parler d'amour.

La loi c'est la loi et l'évêque doit la respecter, même si elle ne correspond pas à ce qui se passe dans la réalité. Le sacrement du pardon, par exemple, est considéré comme moribond par bien des prêtres, mais ça ne change pas. «Nous, on propose l'absolution collective, car nous ne sommes pas assez nombreux pour recevoir les gens un par un. L'amour de Dieu est donné à tout le monde, il suffirait de demander pardon ensemble pour que les péchés soient pardonnés, je ne fais pas ça en mon nom, mais au nom de Dieu», donne en exemple l'abbé Linteau, précisant que l'Église interdit le pardon collectif. «Ce n'est pas permis par Rome», laisse-t-il tomber.

De toute façon, me lance Gérald en fin de conversation, «la loi de Dieu pardonne tout, il est uniquement amour. Et si l'enfer existe, il doit être vide».

Allez en paix et aimez-vous les uns les autres.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
LucJos
Assistant


Date d'inscription : 28/05/2013

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Juin 13 2017, 15:15

@ Stan,

Lorsque, malgré mes 77 ans, je suis en présence d'une jolie femme, mon esprit commence parfois à vagabonder. Mais presque immédiatement je pense à Dieu et à sa Loi et j'implore son pardon pour mes mauvaises pensées ... car, au cas où je me laisserais prendre dans cet engrenage, je ne tiens pas à devenir un luxurieux définitif. Pensez notamment à tous ces jeunes aujourd'hui qui sont pris dans un engrenage bien plus grave, celui de la pornographie ! Dans ce cas, je me bats pour échapper à l'Enfer.

Mais quand je me trouve à la messe, même si une jolie fille est à proximité (remarquez qu'il n'y en a plus beaucoup, ce sont surtout des personnes âgées), je suis surtout captivé par la liturgie au point que parfois j'en ai les larmes aux yeux. Alors, ce n'est plus un combat que je vis, mais un désir intense de vivre un jour en Dieu éternellement.

En ce qui me concerne,
ma vie est un combat pour échapper à l'Enfer,
mais avec le désir de connaître l'Amour.
Nous sommes pécheurs à chacune de nos respirations,
et l'un ne peut pas être sans l'autre !


@ Lily-Anne,

Merci pour votre témoignage, il correspond exactement à ce que je pense. J'ajouterais seulement que Dieu est un Guide qui, contrairement à l'éducateur humain, n'est jamais à cours de moyens, hormis la prière pour ceux qui la pratique, pour modifier l'éducation de ses enfants, par exemple. Notre Dieu-Guide, Lui, peut TOUT. Il peut, et j'y crois, entre autres, provoquer une illumination des consciences qui fera revenir vers Lui un nombre considérable d'âmes. S'il n'en était pas ainsi, 90% de l'humanité basculerait en Enfer.

@ territoire en héritage,

Merci pour vos nombreux commentaires. Ils me confortent dans ma foi et mon espérance.

LucJos
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Juin 13 2017, 15:23



Stan a écrit:
La vie chrétienne est-elle un combat pour échapper à l'enfer, ou bien un combat pour se rapprocher de Dieu ?

Les deux, l'un n'allant pas sans l'autre mais nous savons que la deuxième motivation que vous citez - se rapprocher du Seigneur - est meilleure pour donner le plus d'amour possible au Seigneur. Cela dit, n'oublions pas que "l'esprit est ardent mais la chair est faible" ( Matthieu 26;41 ) et tenir compte - sans désespoir surtout ! ! ... - de la possibilité de l'enfer facilite d'éviter la présomption : le Seigneur préfère évidemment infiniment notre salut à notre perte, même si le salut d'une âme est amené en grande partie par la peur de l'enfer, plutôt que de croire orgueilleusement le salut assuré et de le perdre ...

Voici ce qu'on peut lire sur le CEC, le catéchisme de l'Eglise catholique à la fin du chapître sur l'enfer :

http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P2J.HTM

Citation :


...

1037 Dieu ne prédestine personne à aller en enfer (cf. DS 397 ; 1567) ; il faut pour cela une aversion volontaire de Dieu (un péché mortel), et y persister jusqu’à la fin. Dans la liturgie eucharistique et dans les prières quotidiennes de ses fidèles, l’Église implore la miséricorde de Dieu, qui veut " que personne ne périsse, mais que tous arrivent au repentir " (2 P 3, 9) :

Voici l’offrande que nous présentons devant toi, nous, tes serviteurs, et ta famille entière : dans ta bienveillance, accepte-la. Assure toi-même la paix de notre vie, arrache-nous à la damnation et reçois-nous parmi tes élus (MR, Canon Romain 88).

...






Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juin 14 2017, 01:33

territoire en héritage a écrit :
Citation :
Stan a écrit:
Citation :
La vie chrétienne est-elle un combat pour échapper à l'enfer, ou bien un combat pour se rapprocher de Dieu ?
Les deux, l'un n'allant pas sans l'autre mais nous savons que la deuxième motivation que vous citez - se rapprocher du Seigneur - est meilleure pour donner le plus d'amour possible au Seigneur.

Je vous avoue que je suis surpris des "belles paroles" que vous écrivez et que je souligne en rouge dans la citation de vous ci-dessus, ce genre de paroles que je ne retrouve pas en réalité en ce que vous publiez sur ce Forum, puisqu'une brève recherche de vos intérêts religieux, à partir des titres de vos articles, indique votre parti pris pour le pape Benoit XVI de préférence au pape François (le site "Benoit et moi" revient souvent dans vos citations), et votre goût marqué pour les nouvelles qui cherchent à miner la confiance des catholiques envers le pape François, cela de préférence aux nouvelles positives de ce qui se fait de bien et qui est propre à édifier notre foi au Christ dans notre Église catholique ( « Le Christ et l’Eglise c’est tout un », disait sainte Jeanne d'Arc à ses bourreaux qui la questionnaient).

Voici quelques-uns des titres significatifs de vos articles publiés sur ce Forum, des titres en provenance surtout des sites traditionalistes qui (c'est bien connu) cherchent à dénigrer l'Église de Vatican II, et à miner indirectement la confiance des catholiques envers le pape François :

Citation :

Un diocèse du Royaume-Uni explique aux catholiques comment vénérer les dieux païens


http://reinformation.tv/venerer-dieux-paiens-diocese-royaume-uni-catholique-comment-smits-71023-2/

La gay pride bénie par l’évêque dans sa cathédrale

http://www.infocatho.fr/quand-leveque-de-bois-le-duc-benit-la-gay-pride/

Arturo Sosa, le "pape noir" : "le diable est une fabrication des hommes"

http://www.riposte-catholique.fr/en-une/arturo-sosa-diable-fabrication-hommes

Un couple de lesbiennes "mariées" avec la "bénédiction" du prêtre :

http://belgicatho.hautetfort.com/archive/2017/05/30/peggy-et-kelly-se-sont-mariees-avec-la-benediction-du-pretre.html

Le cardinal Müller, qui dirige la CDF la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans l'incompréhension ... :

http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html

 Samedi, 20 mai 2017. Quand un célébrant fait la fofolle ... ça donne ce genre de stupidité :


http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html

La postface signée Benoît XVI au livre du cardinal Sarah "La Force du silence" déclenche une série de réactions violentes envers le pape émérite Benoît XVI :

http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/ceux-qui-veulent-faire-taire-benoit.php


Le cardinal Sarah a le pape de son côté. Mais il s’appelle Benoît

http://www.diakonos.be/settimo-cielo/le-cardinal-sarah-a-le-pape-de-son-cote-mais-il-sappelle-benoit/

Le conseiller pro-gay du Vatican, le Père Jésuite James Martin...

https://www.lifesitenews.com/blogs/some-saints-were-probably-gay-vatican-jesuit-advisor


Politiquement correct : pourquoi l’archevêque de Dublin a dénigré l’Eglise catholique

https://www.lifesitenews.com/news/dublin-archbishop-calls-catholicism-a-harsh-judgmental-religion-of-fear

 
Homohérésie dans l'Eglise   ( terme inventé par le prêtre polonais Dariusz Oko, voir ci-dessous dans l'article ) :

http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/homoheresie-dans-leglise.html


Xavier Bettel présent à Rome pour célébrer l'UE accompagné de "son mari"

http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html 

Érosion de la discipline des sacrements de l’Église catholique en Allemagne

http://www.hommenouveau.fr/1945/religion/erosion-de-la-discipline-des-sacrements-de-l-eglise-catholique-en-allemagne.htm


Benoît XVI a subi des pressions énormes :

http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/une-interview-tonitruante-de-mgr-negri.html

MGR PAGLIA AURAIT COMMANDÉ UNE FRESQUE GAY POUR SA CATHÉDRALE


https://www.lifesitenews.com/news/leading-vatican-archbishop-featured-in-homoerotic-painting-he-commissioned

 Voici ce qu'on peut lire de la part d'une soi-disant "théologienne" de Vienne Regina Polak et du curé de la cathédrale de Vienne Toni Faber sur l'incarnation :

http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html


Mais je dois confesser que, parmi cette noire avalanche de vos articles ci-dessus, j'ai quand même eu la surprise de découvrir un ou deux articles de nouvelles positives et aussi une intéressante citation positive d'un texte du pape François (ce qui est un évènement rarissime chez vous, compte tenu de votre goût marqué pour les sites traditionalistes qui attaquent de façon larvée le pape François et qui sont mentionnés par vous dans plusieurs citations de titres ci-dessus).

Cher TEH, comment ne pas vous encourager à citer plus souvent les écrits évangéliques de notre pape François, ces textes si absents de vos citations, ces textes de notre pape qui nous appelle à nous convertir à la mentalité de Jésus, et qui vous incite aussi à vous dégager des rigidités et psychorigidités traditionalistes qui cherchent à fossiliser la vie spirituelle de l'Église inspirée par le Saint Esprit. C'est du moins la grâce que je vous souhaite... et que vous soyez plus positif... (en considérant davantage le verre d'eau à moitié plein, plutôt que le verre d'eau à moitié vide)...et que vous deveniez ainsi rempli d'espérance chrétienne, sans vous appesantir avec amertume sur certains problèmes locaux de l'Église .... Que Dieu vous bénisse ! 




Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)


Dernière édition par Stan le Mer Juin 14 2017, 23:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juin 14 2017, 06:35




Stan a écrit:
une brève recherche de vos intérêts religieux, à partir des titres de vos articles, indique votre parti pris pour le pape Benoit XVI de préférence au pape François

Vous voyez la liberté des enfants du Seigneur par cet exemple ? : je préfère Benoît XVI ( je récuse votre terme de parti pris ) et vous préférez François.

Citation :
et votre goût marqué pour les nouvelles qui cherchent à miner la confiance des catholiques envers le pape François

Procès d'intention encore une fois ou alors prouvez ce que vous affirmez.

Citation :
cela de préférence aux nouvelles positives de ce qui se fait de bien et qui est propre à édifier notre foi au Christ dans notre Église catholique ( « Le Christ et l’Eglise c’est tout un », disait sainte Jeanne d'Arc à ses bourreaux qui la questionnaient

Je pense que j'essaie au contraire de contribuer à édifier dans la mesure de mes modestes moyens à l'enseignement du Seigneur ; maintenant il est vrai que par exemple je ne poste pas des myriades de textes en ribambelles avec moult "effets spéciaux" de mélanges de coloriages, tailles de caractères, soulignements et autres effets de mises en forme un peu "tape à l'oeil' croyant peut-être que j'aurais ainsi rempli une grande mission tout en exerçant par ailleurs trop facilement et trop souvent des jugements hâtifs, contenant un certain nombre d'à-prioris et de faussetés ou de calomnies variés ...

J'essaie de chercher le mieux possible la vérité. Et ainsi par exemple si je trouve un texte qui est bon que ce soit sur ce forum ou autrement je le reconnais ou au moins je l'apprécie, même si par ailleurs la personne s'est mal comportée envers moi - il faut aussi toujours se rappeler que si l'on peut pardonner c'est par grâce du Seigneur et avec un minimum de bonne volonté personnelle bien sûr ...

C'est bien vrai que : « Le Christ et l’Eglise c’est tout un », comme disait sainte Jeanne d'Arc et comme vous l'avez rappelé et cela doit ou devrait être ainsi pour les chrétiens.


Citation :
Voici quelques-uns des titres [...] de vos articles publiés sur ce Forum ...
surtout des sites traditionalistes qui (c'est bien connu) cherchent à dénigrer l'Église de Vatican II, et à miner indirectement la confiance des catholiques envers le pape François

Slogans de procès d'intention, à moins que vous n'apportiez des preuves, ce que vous ne cherchez - quand vous le cherchez - presque jamais à faire dans ces cas ... Dans tous ces titres je ne vois rien de faux ou de choquant mais vous pouvez argumenter, ne vous gênez pas.


Citation :
Mais je dois confesser que, parmi cette noire avalanche de vos articles ci-dessus

Si vous avez la moindre preuve qu'il y aurait une erreur sur la véracité de l'existence des faits relatés, surtout ne vous gênez pas, comme déjà dit; vous avez aussi la possibilité de "faire l'autruche" et ainsi vous ne seriez vraiment pas seul, avec une multitude d'autres personnes ! ...

Citation :
[...] qui vous incite aussi à vous dégager des rigidités et psychorigidités traditionalistes qui cherchent à fossiliser la vie spirituelle de l'Église

Je vous ai déjà répondu plusieurs fois sur ce réflexe indu de fausse déclaration que vous pratiquez, peut-être signe de rigidité et de tendance à la fossilisation de votre part ... mais vous n'en tenez aucun compte ...

Citation :
en considérant davantage le verre d'eau à moitié plein, plutôt que le verre d'eau à moitié vide

Vu l'état spirituel du monde, plutôt que 50% / 50% ce serait plutôt 80% / 20% (ou pire encore peut-être) de vide; je vous rappelle un passage de la Bible :

Ezekiel 3

16 Au bout des sept jours, la parole du Seigneur me fut adressée :

17 « Fils d’homme, je fais de toi un guetteur pour la maison d’Israël. Lorsque tu entendras une parole de ma bouche, tu les avertiras de ma part.

18 Si je dis au méchant : “Tu vas mourir”, et que tu ne l’avertis pas, si tu ne lui dis pas d’abandonner sa conduite mauvaise afin qu’il vive, lui, le méchant, mourra de son péché, mais à toi, je demanderai compte de son sang.

19 Au contraire, si tu avertis le méchant, et qu’il ne se détourne pas de sa méchanceté et de sa conduite mauvaise, lui mourra de son péché, mais toi, tu auras sauvé ta vie.

20 Si le juste se détourne de sa justice et fait le mal, je le ferai trébucher : il mourra. Parce que tu ne l’auras pas averti, il mourra de son péché, et l’on ne se souviendra plus de la justice qu’il avait pratiquée ; mais à toi je demanderai compte de son sang.

21 Au contraire, si tu avertis le juste de ne pas pécher, et qu’en effet il ne pèche pas, c’est certain, il vivra parce qu’il aura été averti, et toi, tu auras sauvé ta vie. »




.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juin 14 2017, 06:56




Le père James Martin, SJ, conseiller de la salle de presse du Vatican : « Il faut mettre à jour » le Catéchisme sur l’homosexualité

http://reinformation.tv/mettre-jour-catechisme-homosexualite-pere-james-martin-conseiller-presse-vatican-smits-71232-2/

Citation :

   
Le père James Martin, SJ, conseiller de la salle de presse du Vatican : « Il faut mettre à jour » le Catéchisme sur l’homosexualité
12 juin 2017 15 h 05 min·

mettre jour catéchisme homosexualité père James Martin conseiller presse Vatican

Le père James Martin


Changer la formulation du Catéchisme de l’Eglise catholique sur la question de l’homosexualité : voilà ce que propose le père James Martin, récemment nommé conseiller officiel de la salle de presse du Vatican. Il souhaite voir mettre au goût du jour la présentation de la tendance homosexuelle comme « intrinsèquement désordonnée », des termes qu’il juge « inutilement blessants ». C’est un nouvel épisode du pseudo conflit entre la doctrine et la pastorale – puisque c’est évidemment au nom de cette dernière que le jésuite souhaite une édulcoration de la présentation de l’enseignement constant de l’Eglise.

Il faudrait remplacer les termes d’attirance « intrinsèquement désordonnée » à propos de l’homosexualité par ceux d’« ordonnée différemment », a suggéré le P. Martin dans un entretien récent à propos de « l’inclusion LGBT ».


Le religieux s’exprimait ainsi en réponse à une question sur les actes homosexuels. Réponse confuse puisqu’il a parlé plus explicitement d’homosexualité que d’actes homosexuels. Il a d’ailleurs justifié son point de vue en expliquant que le simple fait d’être « LGBT » (lesbienne, gay, bi, trans) n’est pas peccamineux, ajoutant que le catéchisme lui-même parle de l’accueil « respectueux, compatissant et sensible » qui doit être réservé à ces personnes qui font « autant partie de l’Eglise que le pape » lorsqu’elles ont été baptisées catholiques.


Mettre à jour l’enseignement du Catéchisme sur homosexualité : « différente » mais pas « désordonnée »


Et de proposer comment leur donner un sentiment d’appartenance : il a salué les paroisses qui font cela de manière très visible avec des groupes de soutien « à la pensée avancée ». Mais il ajoute : « Il y a des moyens plus discrets d’accueillir les personnes LGBT : les mentionner dans les homélies, les encourager à participer en tant que lecteurs, ministres de l’hospitalité ou à assurer d’autres ministères paroissiaux, il faut apprendre à les connaître personnellement. Et surtout les écouter. »

On constate ici la confusion entre l’accueil des pêcheurs qui est le propre de l’Eglise chargée de conduire chacun à Dieu, et la participation ou l’inclusion, sans restriction, qui relève de la même logique que celle de la non discrimination imposée en vue de gommer les différences.

Pour mieux comprendre le sens véritable du point de vue du P. James Martin, voici le texte complet de la question de Religion News, et sa réponse :

« — Le Catéchisme de l’Eglise catholique enseigne que “les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés”. Affirmez-vous et êtes en accord avec cet enseignement et cette formulation ?

« — Je ne suis pas théologien, mais je dirais qu’une partie du langage employé par le catéchisme à ce sujet a besoin d’être mise à jour, étant donné ce que nous savons aujourd’hui sur l’homosexualité. Un peu plus haut, par exemple, le Catéchisme dit que l’orientation homosexuelle elle-même est « objectivement désordonnée ». Mais comme je le dis dans mon livre, dire qu’une des parties les plus profondes de la personne – la partie qui donne et reçoit l’amour – est désordonnée est inutilement blessant. Il y a quelques semaines, j’ai rencontré un théologien italien qui a suggéré que la phrase “différemment ordonnée” pourrait exprimer cette idée de manière plus pastorale. »

Le père James Martin, conseiller presse du Vatican, a écrit un livre sur l’accueil des LGBT


En réalité, cela revient surtout à ne pas exprimer cette idée du tout : s’il n’y a pas de désordre dans l’attraction pourquoi il y en aurait-il un dans le passage à l’acte ? Et pourquoi « l’amour », la capacité la plus noble de l’homme, se confondrait-t-elle avec l’attraction sexuelle ou le passage à l’acte dans ce domaine ?

On retiendra en tout cas que le P. Martin, auteur d’un récent livre sur les nouvelles manières d’accueillir des LGBT, Building a Bridge (« Construire un pont », ce qui en langage argotique anglais désigne un acte sexuel à trois), laisse assez clairement entendre qu’il faut aussi changer la manière de présenter l’enseignement de l’Eglise sur les actes homosexuels.

Son livre a été salué par deux cardinaux – tous deux créés par le pape François en 2016 –, Joseph Tobin et Kevin Farrell. Ce dernier a été nommé par le pape préfet du nouveau dicastère pour les laïcs, la famille et la vie en août 2016.

Jeanne Smits






.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juin 15 2017, 04:46




Une vraie nouveauté au Vatican. Un pro-avortement à l'Académie pontificale pour la Vie



Source :


http://www.marcotosatti.com/2017/06/14/questa-si-che-e-una-novita-in-vaticano-ce-un-abortista-alla-pontificia-accademia-per-la-vita/



traduction :


http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/un-drole-de-paroissien.html



Citation :



Une vraie nouveauté au Vatican. Un pro-avortement à l'Académie pontificale pour la Vie.

Marco Tosatti
14 juin 2017
Ma traduction

* * *

L'Académie pontificale pour la vie a depuis hier quarante-cinq nouveaux membres ordinaires. La chose extraordinaire est que l'un d'entre eux, le professeur Nigel Biggar, est pour l'avortement. Le Catholic Herald nous informe qu'il enseigne à Oxford, où il est Regius Professor [titre universitaire anglais] de Théologie morale et pastorale. Dialoguant avec le philosophe Peter Singer en 2011 dans la revue Standpoint, Biggar déclarait: « Je serais enclin à fixer une limite pour l'avortement à dix-huit semaines après la conception, qui est plus ou moins la première période où il existe des preuves d'activité cérébrale, et donc de conscience. En termes de conserver un engagement social fort dans la préservation la vie humaine sous des formes limitées [hindered forms?], et de ne pas devenir trop désinvolte à ce propos, nous devons fixer les limites de façon très prudente».

Pour justifier ce qui semble de toute façon une contradiction flagrante entre la défense de la vie humaine, et la décision de la supprimer, Biggar affirme: «Il n'est pas clair si un foetus humain est le même type de chose qu'un adulte ou qu'un être humain mature, et donc mérite le même traitement. Le problème est alors de savoir où tracer la limite, et il n'y a absolument aucune raison valable de la placer à un endroit plutôt qu'un autre ».

Personnellement, je trouve que pour quelqu'un qui enseigne à Oxford, cette déclaration n'est pas une preuve exceptionnelle de logique, ni de simple science. Mais chacun est libre d'être inconséquent dans ce qu'il dit et fait.

On ne comprend cependant pas ce que fait à l'Académie pontificale pour la vie, une personne qui propose l'avortement à la dix-huitième semaine, ce qui correspond au cinquième mois de grossesse [1]

Ce Biggar est certainement un choix qui pose des problèmes, et surtout, encore une fois, comme cela arrive souvent dans ce domaine, soulève des questions importantes. Qui a recommandé sa nomination? Pourquoi le responsable de l'Académie pontificale, Mgr Paglia, l'a-t-il choisi s'il était au courant de sa position? Le Pape en a-t-il été informé?

* * *

[1] Marco Tosatti met en lien un article vers un site italien "pratique" destiné principalement aux femmes enceintes, décrivant le développement d'un foetus dans le cinquième mois de grossesse.
Voir ICI un équivalent en français


pardon !



Voir l'article de Marco Tosatti sur le cinquième mois du foetus :


http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/4613-5-mois-de-grossesse-symptomes-et-evolution-du-bebe-foetus

Citation :

5 mois de grossesse - Symptômes et évolution du bébé (foetus)
Posez votre question
5 mois de grossesse - Symptômes et évolution du bébé (foetus)FR
Hirudinea - DefinitionUS
Quinto mes de embarazoES
Juin 2017

Au cours du 5ème mois de grossesse, le fœtus bouge de plus en plus, et les changements physiques sont importants pour la mère. Le fœtus bouge davantage et se retourne fréquemment pendant le 5ème mois de grossesse. Sa maman ressent d'ailleurs fortement ses coups de pied. Plusieurs rendez-vous médicaux et administratifs sont aussi à inscrire dans l'agenda.

   Symptômes
   Evolution du fœtus
       Fille
       Garçon
       Bébé joue
       Sommeil
       Taille et poids
   Administratif et médical
   Suivi de l'évolution
   Vidéo
   A lire aussi: 5 mois de grossesse


Symptômes
Au cours du cinquième mois de grossesse, le bassin de la future maman commence à s'élargir et son utérus grossit. Le ventre devient trop rond pour entrer dans des vêtements habituels. Les seins sont gonflés et sécrètent parfois du colostrum (un liquide jaunâtre). C'est parfois le moment où les femmes enceintes commencent à manquer de fer (ce qui s'accompagne de fatigue, de pâleur et d'essoufflement).

Vous commencez à ressentir des problèmes de circulation, mais aussi d'essoufflement et vous avez facilement chaud. Votre pression artérielle a tendance à diminuer, ce qui peut occasionner de légers vertiges.


Des fuites urinaires peuvent aussi survenir : pensez à faire des exercices de renforcement musculaire pour tonifier votre périnée.

Votre dos se cambre sous le poids du bébé, et des douleurs lombaires peuvent apparaître. Vos gencives et vos dents sont aussi plus fragiles pendant cette période.
Evolution du fœtus
Au cinquième mois de grossesse, le fœtus continue sa croissance, et il dort près de 20 heures par jour. Mais quand il est réveillé, il a tendance à beaucoup bouger, sur des horaires pas forcément calés sur votre rythme jour/nuit. En moyenne, il pèse entre 400 g et 650 g entre le début et la fin du mois et mesure entre 23 et 30 cm. Ses sens se développent et il peut parfois réagir aux sons que vous produisez. Son système immunitaire commence lui aussi à se développer.

Le cerveau continue d'augmenter et les cellules nerveuses se connectent les unes aux autres
. La peau, encore transparente, est recouverte du vernix, substance grasse servant à la protéger. Les ongles apparaissent au bout des doigts. Les muscles deviennent plus toniques et fonctionnent davantage.
Fille
Dans l'hypothèse où il s'agit d'une fille, le vagin commence sa formation et les ovaires produisent des, cellules sexuelles primitives.
Garçon
Dans l'hypothèse où il s'agit d'un garçon, les testicules descendent vers le scrotum. La production de spermatozoïdes est déjà en marche.
Bébé joue
Le bébé joue avec ses mains et réussit même à sucer son pouce. Ses mouvements sont plus affirmés.
Sommeil
Le bébé dort environ entre 16 à 20 heures par journée.
Taille et poids
En fin de 5ème mois de grossesse, le futur bébé mesure entre 25 et 30 centimètres et pèse 500 à 600 grammes.
Administratif et médical
D'un point de vue administratif, commencez à penser à votre accouchement (si ce n'est déjà fait) : vous pouvez ainsi vous inscrire aux cours de préparation. C'est aussi le bon moment pour avertir votre employeur (s'il n'est pas déjà au courant). Côté médical, la deuxième échographie (dite morphologique) a lieu lors du 5ème mois : elle sera peut-être l'occasion de connaître le sexe de votre futur bébé, si celui-ci est dans une position qui le permet. Elle permet surtout de vérifier les organes visibles, le placenta, et la quantité de liquide amniotique. Le troisième examen prénatal a aussi lieu au cours de ce mois.





.
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juin 15 2017, 12:52

territoire en héritage a écrit :
Citation :
Une vraie nouveauté au Vatican. Un pro-avortement à l'Académie pontificale pour la Vie


http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/un-drole-de-paroissien.html
Mais je pense que si le professeur Nigel Biggar a accepté de faire partie de l'Académie pontifical pour la vie, c'est en toute connaissance des Statuts de cette Académie, et qu'il se contraint donc à en défendre les principes que je cite en partie ci-dessous :
Citation :

Statuts
de l'Académie pontificale
pour la vie

(Extrait)


Indications et normes
pour les membres


a) Les académiciens sont choisis, sans aucune discrimination religieuse, parmi les personnalités ecclésiastiques, religieuses et laïques appartenant à différentes nationalités, expertes dans les disciplines attenantes à la vie humaine (médecine, sciences biologiques, théologie, philosophie, anthropologie, droit, sociologie, etc.).

b) Les nouveaux académiciens s’engagent à promouvoir et à défendre les principes concernant la valeur de la vie et de la dignité de la personne humaines, interprétés de façon conforme au Magistère de l’Église.

Le titre d’académicien peut être révoqué, selon la procédure prévue par le règlement propre de l’Académie, dans le cas d’une action publique et délibérée ou d’une déclaration explicitement contraire aux principes précédemment indiqués, ou gravement offensante pour la dignité et de la crédibilité de l’Église catholique et de cette même Académie.

http://www.la-croix.com/Urbi-et-Orbi/Documentation-catholique/Actes-du-pape/Statuts-lAcademie-pontificale-pour-2017-04-10-1200838493



Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juin 15 2017, 16:22



Stan a écrit:
territoire en héritage a écrit :
Citation :
Une vraie nouveauté au Vatican. Un pro-avortement à l'Académie pontificale pour la Vie


http://benoit-et-moi.fr/2017/actualite/un-drole-de-paroissien.html
Mais je pense que si le professeur Nigel Biggar a accepté de faire partie de l'Académie pontifical pour la vie, c'est en toute connaissance des Statuts de cette Académie, et qu'il se contraint donc à en défendre les principes que je cite en partie ci-dessous :
...


Ah, vous le pensez mais pour cela il aurait déjà dû préalablement et publiquement renier son désir de proposer les avortements au cinquième mois de grossesse mais on ne voit nulle part qu'il l'ait fait ! ! ... Et il n'y a aucune vraisemblance qu'il le fasse ! ! ...

Donc il aurait fallu choisir quelqu'un qui est pour la vie et non pour la mort en son for intérieur ! ! ...

La "déclaration explicitement contraire aux principes précédemment indiqués, ou gravement offensante pour la dignité et de la crédibilité de l’Église catholique et de cette même Académie" que vous citez dans le b) il l'a faite cf. ci-dessus avec Peter Singer en 2011 dans la revue Standpoint :

Citation :
Biggar déclarait: « Je serais enclin à fixer une limite pour l'avortement à dix-huit semaines après la conception, qui est plus ou moins la première période où il existe des preuves d'activité cérébrale, et donc de conscience. En termes de conserver un engagement social fort dans la préservation la vie humaine sous des formes limitées [hindered forms?], et de ne pas devenir trop désinvolte à ce propos, nous devons fixer les limites de façon très prudente».

Pour justifier ce qui semble de toute façon une contradiction flagrante entre la défense de la vie humaine, et la décision de la supprimer, Biggar affirme: «Il n'est pas clair si un foetus humain est le même type de chose qu'un adulte ou qu'un être humain mature, et donc mérite le même traitement. Le problème est alors de savoir où tracer la limite, et il n'y a absolument aucune raison valable de la placer à un endroit plutôt qu'un autre ».

et donc déjà il n'aurait jamais dû être nommé ! ! ...




.
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juin 15 2017, 20:30

territoire en héritage a écrit:

Citation :
La "déclaration explicitement contraire aux principes précédemment indiqués, ou gravement offensante pour la dignité et de la crédibilité de l’Église catholique et de cette même Académie" que vous citez dans le b) il l'a faite

(...)
et donc déjà il n'aurait jamais dû être nommé ! ! ...



Oui, Nigel Biggar a fait, en 2011, la déclaration que vous citez de lui; oui, mais je pense bon de « laisser la chance au coureur » puisqu'il n'a pas répété celle-ci depuis qu'il est devenu membre de l'Académie pontifical pour la vie.

S'il fallait bannir des Académies et des postes de responsabilité tous ceux qui sont des chercheurs de vérité mais qui ont exprimé des convictions et des paroles erronées à un moment donné de leur vie, il n'y aurait peut-être pas beaucoup de personnes éligibles dans les Académies en question et dans les postes de responsabilité dans l'Église, cela en commençant par l'apôtre saint Pierre qui a déclaré par trois fois
« ne pas connaître Christ »

Stephen Hawking, qui est un célèbre savant britannique
et un athée (mais aussi un chercheur de vérité), n'a-t-il
pas un jour déclaré que « la cosmologie est une religion
pour athées intelligents », ...et cela
l'a-t-il empêché de devenir
un membre à vie
de l'Académie pontificale des sciences
?


Le combat courageux de Stephen Hawking
a été raconté dans le film dont je donne
la bande-annonce, ci-dessous :



Et puis, si Dieu a permis, lors de la nativité du Christ,
 que viennent à Lui (très proche de Lui)
ces païens chercheurs de vérité qu'étaient
les savants "rois mages"
(Matthieu 2, 1-12),
pourquoi interdirait-on aujourd'hui aux savants païens
et athées, qui sont des chercheurs de vérité,
de devenir membres des Académies pontificales ?




Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Ven Juin 16 2017, 08:58



Stan a écrit:
Oui, Nigel Biggar a fait, en 2011, la déclaration que vous citez de lui; oui, mais je pense bon de « laisser la chance au coureur » puisqu'il n'a pas répété celle-ci depuis qu'il est devenu membre de l'Académie pontifical pour la vie.

Il a été nommé le 13 juin 2017 et nous sommes le 16 juin 2017. Vous êtes en train de nous dire que durant une période d'une durée comprise entre 3 et 4 jours il n'a pas réitéré son appui de l'avortement au 5ème mois de grossesse : mais en quoi serait-ce un exploit justifiant sa nomination ? ? ! ... Réponse : en rien !

Et il ne s'agit pas de "chance au coureur" ici, il ne s'agit pas d'une course sportive ou festive mais d'une nomination à l'Académie pontificale pour la Vie.

Votre volonté parfois de défendre l'indéfendable vous fait quelque peu errer ...

Citation :
S'il fallait bannir des Académies et des postes de responsabilité tous ceux qui sont des chercheurs de vérité


Mais en quoi serait-il "chercheur de vérité" s'il nie la volonté de Dieu et ne s'en rétracte pas ? ? ! ...

Avant de confirmer Saint Pierre comme pape, le Seigneur Jésus lui a fait affirmer, confesser son repentir et sa volonté d'aimer; puis Saint Pierre s'est magistralement rattrapé. Saint Paul aussi et Sainte Marie Madeleine aussi ainsi que le bon larron et tant d'autres ! ...

Norma McCorvey (de l'arrêt Roe v. Wade légalisant l'avortement aux USA cf. https://fr.wikipedia.org/wiki/Roe_v._Wade ) s'est repentie, s'est convertie au christianisme et a milité publiquement dans le sens contraire à l'avortement (il me semble qu'elle a été rappelée par le Seigneur cette année 2017, âgée de 69 ans).

Depuis 6 ans Nigel Biggar n'a rien fait de tel publiquement ...


Citation :
pourquoi interdirait-on aujourd'hui aux savants païens et athées, qui sont des chercheurs de vérité, de devenir membres des Académies pontificales ?

Il n'est pas athée ni païen à priori mais anglican, et il est allé contre la vérité du Seigneur concernant l'avortement c'est-à-dire un des domaines de la culture de mort dont parlait Saint Jean Paul II sans s'en rétracter publiquement, hélas ! ...





.
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Ven Juin 16 2017, 13:44

Il y a toujours eu des ennemis de Dieu dans l'Eglise, ce n'est pas d'aujourd'hui.

Mais depuis toujours, ils se camouflent en revêtant l'habit de prêtre, d'évêque ou de cardinal.
De cette manière, grâce à leur pouvoir, ils peuvent, de l'intérieur, nuire à l'Eglise tout en faisant semblant,
avec de bonnes manières, d'être de bons et dévoués apôtres prêts à se sacrifier, alors qu'en réalité
ils ne sont que des conspirateurs bien organisés.

Aujourd'hui, ils franchissent une nouvelle étape en entrant dans l'Eglise tout en conservant leur vrai visage.

Attention ! Je ne jette pas la pierre à notre pape François.

Au contraire, je crains que ce dernier, comme Benoît XVI, ne devienne, du fait du nombre de ses opposants,
un pape sans pouvoir et sans autorité. Un seul homme, même pape, ne peut gérer l'Eglise
sans collaborateurs dévoués et nombreux.

Pourquoi le pape a-t-il accepté cette nomination ?
Parce qu'il na pas su faire autrement faute d'autorité suffisante.

C'est triste, mais c'est pourtant ce qui va encore arriver plus d'une fois,
car l'Eglise doit suivre le même chemin que son Maître :
devenir "petite" pour naître à nouveau complètement pure.


LucJos

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Dim Juin 18 2017, 12:42

territoire en héritage a écrit :

Citation :
Et il ne s'agit pas de "chance au coureur" ici, il ne s'agit pas d'une course sportive ou festive mais d'une nomination à l'Académie pontificale pour la Vie.

Bonjour TEH,

Je vous laisse ci-dessous quelques informations et précisions qui pourront sans doute aider à faire la part des choses sur le sujet de l'Académie pontificale pour la vie, la nomination de Nigel Biggar, et certains aspects de mon dernier message sur cette page :

Donner la chance au coureur ?

Citation :

L’expression donner la chance au coureur vient aussi du baseball. Popularisée par René Lévesque, en 1976, elle est bien intégrée au vocabulaire et signifie donner sa chance à quelqu’un, donner le bénéfice du doute.

Source : http://andreracicot.ca/les-metaphores-sportives/

Citation :

Le Vatican défend
la nomination d'un théologien
tolérant sur l'avortement




Le dirigeant d'un comité bioéthique du Vatican
défend la décision de nommer en son sein
un théologien anglican qui avait dit
que l'avortement pourrait être toléré
jusqu'à la 18e semaine de grossesse.

L'archevêque Vincenzo Paglia s'est exprimé samedi après que des commentateurs conservateurs eurent critiqué l'inclusion d'un professeur de l'Université Oxford, Nigel Biggar, dans l'Académie pontificale pour la vie.

M. Biggar, un éthicien chrétien chevronné, a dit en 2011 qu'il tracerait une limite pour l'avortement à 18 semaines, étant donné que c'est «environ le moment le plus tôt où il y a des preuves d'activité au cerveau, et ainsi, de la conscience».

L'Église catholique maintient que la vie
commence à la conception et qu'elle doit
être défendue jusqu'à la mort naturelle.


En entrevue avec le quotidien italien La Stampa, l'archevêque Paglia a réitéré l'opposition inébranlable du Vatican à l'égard de l'avortement.

Il a dit que M. Biggar, qui avait été recommandé personnellement par l'archevêque de Cantorbéry, n'avait jamais écrit sur le sujet et qu'il ne s'impliquerait pas dans les débats sur l'avortement dans le cadre de ce comité.

De son côté, l'archevêque en question a confirmé dans un courriel écrit à l'Associated Press que le bureau de M. Paglia lui avait demandé de clarifier sa position après que la controverse eut éclaté.

Il a indiqué qu'il avait fourni au Vatican les copies
des quelques remarques fortuites qu'il a faites
sur le sujet dans les 30 dernières années.

«L'avortement est très important, et, je crois un enjeu moral difficile. Mais, bien que j'aie eu une acceptation provisoire de celle-ci, je n'ai rien écrit de substantiel (sur le sujet)», a-t-il dit.

«D'un autre côté, j'ai écrit beaucoup sur l'euthanasie volontaire et le suicide assisté, j'en ai parlé au Royaume-Uni, en Irlande, en France et au Canada et je me suis opposé constamment à leur légalisation. Sur ces deux enjeux, mes conclusions concordent avec celles de l'Église catholique romaine.»

L'Académie pontificale pour la vie est le comité consultatif du Vatican sur la bioéthique. Elle a été fondée en 1994 par le pape Jean-Paul II afin de promouvoir l'enseignement catholique sur la défense de la vie.

Sous Jean-Paul II et Benoît XVI, le comité a pris une tournure très conservatrice sur des enjeux tels que la morale sexuelle, et certains de ses membres avaient fait les manchettes en dénonçant certains écarts de conduite aux enseignements de l'Église.

Le pape François a annoncé les nouveaux membres de l'académie la semaine dernière, remplaçant certains de ses membres les plus véhéments.

Source : http://www.lapresse.ca/international/europe/201706/17/01-5108545-le-vatican-defend-la-nomination-dun-theologien-tolerant-sur-lavortement.php


Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Dim Juin 18 2017, 16:09



Stan a écrit:
L'avortement est très important, et, je crois un enjeu moral difficile. Mais, bien que j'aie eu une acceptation provisoire de celle-ci, je n'ai rien écrit de substantiel (sur le sujet)», a-t-il dit [note : il s"agit de Niggel Biggar].


Donc ce qui est relaté ici c'est que l'accord de Biggar en faveur de l'avortement a été exprimé oralement et officiellement et apparemment pas par écrit.

Mais cela ne change rien sur la très grande gravité de l'approbation de l'avortement si non seulement il persiste mais ne regrette pas et ne se rétracte pas, spécialement concernant un membre de l'Académie pontificale pour la Vie ? ? !

Tant qu'il ne rétractera pas oralement ou par écrit cette grave approbation, elle restera officiellement son opinion, évidemment.


D'autre part Mgr Paglia que vous citez a été nommé président de l'Académie pontificale pour la vie et c'est celui déjà cité ici, rappel :

http://nouvellejerusalem.forumactif.com/t25905p100-dangers-mortels-du-relativisme-pour-la-foi-catholique  

Citation :
ROME - L'été dernier, le pape François nommait Mgr Paglia président de l'académie pontificale pour la vie et grand-chancelier de l'Institut pontifical Jean-Paul II.  Ce qui en fait un quelque sorte le Ministre de la Famille du Vatican.

Or Mgr Paglia traînait déjà derrière lui une réputation sulfureuse, notamment pour avoir ruiné son diocèse de Terni avant d'être nommé au Vatican.

La semaine dernière, il avait fait scandale pour avoir fait l'éloge public de Marco Pannella, un député italien radical de gauche ouvertement bisexuel qui a milité toute sa vie pour l'avortement, le mariage gay, les unions libres et combattu la conception chrétienne de la famille.

Aujourd'hui, un journal américain révèle qu'il a également profané sa cathédrale de Terni en commandant une gigantesque fresque érotique gay dans laquelle un Jésus à moitié nu porte des filets remplis de jeunes garçons nus engagés dans des scènes lascives.

...



.
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Lun Juin 19 2017, 13:57

territoire en héritage a écrit :
Citation :
Donc ce qui est relaté ici c'est que l'accord de Biggar en faveur de l'avortement a été exprimé oralement et officiellement et apparemment pas par écrit.

Mais cela ne change rien sur la très grande gravité de l'approbation de l'avortement si non seulement il persiste mais ne regrette pas et ne se rétracte pas, spécialement concernant un membre de l'Académie pontificale pour la Vie ? ? !

Tant qu'il ne rétractera pas oralement ou par écrit cette grave approbation, elle restera officiellement son opinion, évidemment.

Il me semble, TEH, que vos condamnations des opinions de Nigel Biggar qui n'a eu que quelques propos provisoires, des remarques fortuites, et qui n'a jamais rien écrit de définitif sur l'avortement, sont excessifs. Et je suis pas sans me demander (avec inquiétude) ce que seront vos propos argumentaires de condamnation rigoriste des enseignements de Saint Thomas d'Aquin (Docteur de l'Église, surnommé aussi "le "Docteur des Docteurs), en citation ci-dessous, lesquels enseignements de Saint Thomas n'étaient vraiment pas des propos provisoires ni des remarques fortuites selon la manière de Nigel Biggar, mais une position bien arrêtée de celui-ci (St Thomas) sur l'avortement :

Citation :

Thomas d’Aquin n’en affirme pas moins que le foetus n’a d’âme rationnelle, n’est donc un être vivant humain qu’à partir du quarantième jour après la conception pour les garçons et du quatre-vingtième pour les filles et il dit explicitement qu’avant ces dates, il n’y a pas homicide en cas d’avortement


Source : http://www.francis-kaplan.com/avortement-homicide.html

En toute logique avec votre réaction légaliste de condamnation des propos de Nigel Biggar auquel vous déniez la possibilité d'avoir accès à l'Académie pontificale pour la vie tant qu'il ne se rétractera pas par oral ou par écrit pour ce que vous considérez être « une grande gravité de l'approbation de l'avortement » (?) (mais une approbation qui n'est constituée en fait que des remarques fortuites et non définitives sur l'avortement), que pouvez-vous nous dire sur la condamnation (avec conséquences) que vous réservez aux propos écrits et aux opinions bien arrêtés de Saint Thomas d'Aquin (qui ne s'est jamais rétracté) à propos de l'avortement ? Votre condamnation des propos de Saint Thomas d'Aquin sur l'avortement ira-t-elle donc jusqu'à recommander la destitution de celui-ci en tant que Docteur de l'Église ? et jusqu'à lui enlever aussi toute reconnaissance de sa sainteté ?

S'il est clair, pour moi du moins, que Saint Thomas d'Aquin s'est lourdement trompé dans ses propos définitifs sur l'avortement, faut-il pour autant que vous lui refusiez l'indulgence et la miséricorde; et n'y a-t-il pas lieu, alors, d'avoir aussi de l'indulgence et de la miséricorde envers Nigel Biggar (à cause de ses propos non définitifs sur l'avortement), afin qu'il soit admis à l'Académie pontificale pour la vie ?




Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Juin 20 2017, 05:46



Stan a écrit:
que pouvez-vous nous dire sur la condamnation (avec conséquences) que vous réservez aux propos écrits et aux opinions bien arrêtés de Saint Thomas d'Aquin (qui ne s'est jamais rétracté) à propos de l'avortement ?

Je peux vous dire qu'il est très heureux que saint Thomas d'Aquin ne se soit jamais rétracté à propos de l'avortement car il l'a toujours condamné sévèrement et a eu le plus grand respect pour l'être humain conçu :

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19741118_declaration-abortion_fr.html

l'Eglise et saint Thomas d'Aquin avec elle a écrit:
7. Tout au long de l’histoire, les Pères de l’Église, ses pasteurs, ses docteurs ont enseigné la même doctrine, sans que les diverses opinions sur le moment de l’infusion de l’âme spirituelle aient introduit un doute sur l’illégitimité de l’avortement. Certes, quand, au Moyen Age, l’opinion était générale que l’âme spirituelle n’était présente qu’après les premières semaines, on a fait une différence dans l’appréciation du péché et la gravité des sanctions pénales ; d’excellents auteurs ont admis, pour cette première période, des solutions casuistiques plus larges, qu’ils repoussaient pour les périodes suivantes. Mais on n’a jamais nié alors que l’avortement provoqué, même en ces premiers jours, fût objectivement une grave faute. Cette condamnation a, de fait, été unanime. Parmi tant de documents, il suffira d’en rappeler quelques-uns. Le premier Concile de Mayence, en 847, reprend les peines établies par les Conciles précédents contre l’avortement et décide que la plus rigoureuse pénitence sera imposée « aux femmes qui provoquent l’élimination du fruit conçu de leur sein (9) ». Le décret de Gratien fait état de ces paroles du Pape Étienne V : « Celui-là est homicide qui fait périr par avortement ce qui était conçu (10). » Saint Thomas, docteur commun de l’Église, enseigne que l’avortement est un péché grave contraire à la loi naturelle (11). Au temps de la Renaissance, le Pape Sixte Quint condamne l’avortement avec la plus grande sévérité (12). Un siècle plus tard, Innocent XI réprouve les propositions de certains canonistes laxistes qui prétendaient excuser l’avortement provoqué avant le moment où d’aucuns fixaient l’animation spirituelle de l’être nouveau (13). De nos jours, les derniers Pontifes romains ont proclamé la même doctrine avec la plus grande netteté : Pie XI a répondu explicitement aux objections les plus graves (14) ; Pie XII a clairement exclu tout avortement direct, c’est-à-dire celui qui est une fin ou un moyen (15) ; Jean XXIII a rappelé l’enseignement des Pères sur le caractère sacré de la vie « qui, dès son début, exige l’action de Dieu créateur (16) ». Tout récemment, le IIe Concile du Vatican, présidé par Paul VI, a très sévèrement condamné l’avortement : « La vie doit être sauvegardée avec un soin extrême dès la conception : l’avortement et l’infanticide sont des crimes abominables (17). » Le même Paul VI, parlant de ce sujet à plusieurs reprises, n’a pas craint de déclarer que cet enseignement de l’Église « n’a pas changé et qu’il est inchangeable (18) ».


Ensuite :

Stan a écrit:
Votre condamnation des propos de Saint Thomas d'Aquin sur l'avortement ira-t-elle donc jusqu'à recommander la destitution de celui-ci en tant que Docteur de l'Église ? et jusqu'à lui enlever aussi toute reconnaissance de sa sainteté ?

Vous constatez vous-même que la condamnation que vous avez inventée n'existe pas, bien au contraire.

Par contre la non-rétractation de M. Biggar au sujet de l'approbation de l'avortement, contraire à la foi chrétienne, persiste - ainsi que celle de Mgr Paglia, tous deux à l'Académie pontificale pour la vie, sur ses actions d'ailleurs ...


Saint Jean Paul II a déclaré :

http://w2.vatican.va/content/john-paul-ii/fr/encyclicals/documents/hf_jp-ii_enc_25031995_evangelium-vitae.html  

Citation :
60. Certains tentent de justifier l'avortement en soutenant que le fruit de la conception, au moins jusqu'à un certain nombre de jours, ne peut pas être encore considéré comme une vie humaine personnelle. En réalité, « dès que l'ovule est fécondé, se trouve inaugurée une vie qui n'est celle ni du père ni de la mère, mais d'un nouvel être humain qui se développe pour lui-même. Il ne sera jamais rendu humain s'il ne l'est pas dès lors. A cette évidence de toujours, ...la science génétique moderne apporte de précieuses confirmations. Elle a montré que dès le premier instant se trouve fixé le programme de ce que sera ce vivant: une personne, cette personne individuelle avec ses notes caractéristiques déjà bien déterminées. Dès la fécondation, est commencée l'aventure d'une vie humaine dont chacune des grandes capacités demande du temps pour se mettre en place et se trouver prête à agir ». 57 Même si la présence d'une âme spirituelle ne peut être constatée par aucun moyen expérimental, les conclusions de la science sur l'embryon humain fournissent « une indication précieuse pour discerner rationnellement une présence personnelle dès cette première apparition d'une vie humaine: comment un individu humain ne serait-il pas une personne humaine? ».
58
D'ailleurs, l'enjeu est si important que, du point de vue de l'obligation morale, la seule probabilité de se trouver en face d'une personne suffirait à justifier la plus nette interdiction de toute intervention conduisant à supprimer l'embryon humain. Précisément pour ce motif, au-delà des débats scientifiques et même des affirmations philosophiques à propos desquelles le Magistère ne s'est pas expressément engagé, l'Eglise a toujours enseigné, et enseigne encore, qu'au fruit de la génération humaine, depuis le premier moment de son existence, doit être garanti le respect inconditionnel qui est moralement dû à l'être humain dans sa totalité et dans son unité corporelle et spirituelle: « L'être humain doit être respecté et traité comme une personne dès sa conception, et donc dès ce moment on doit lui reconnaître les droits de la personne, parmi lesquels en premier lieu le droit inviolable de tout être humain innocent à la vie ».
...

La vie humaine est sacrée et inviolable dans tous les moments de son existence, même dans le moment initial qui précède la naissance. Depuis le sein maternel, l'homme appartient à Dieu qui scrute et connaît tout, qui l'a formé et façonné de ses mains, qui le voit alors qu'il n'est encore que petit embryon informe et qui entrevoit en lui l'adulte qu'il sera demain, dont les jours sont comptés et dont la vocation est déjà consignée dans le « livre de vie » (cf. Ps 139 138, 1. 13-16). Là aussi, lorsqu'il est encore dans le sein maternel — comme de nombreux textes bibliques 60 en témoignent —, l'homme est l'objet le plus personnel de la providence amoureuse et paternelle de Dieu.

[...]

63 Parmi les latins, Tertullien affirme: « C'est un homicide anticipé que d'empêcher de naître et peu importe qu'on arrache l'âme déjà née ou qu'on la détruise au moment où elle naît. C'est un homme déjà ce qui doit devenir un homme ». 64
A travers son histoire déjà bimillénaire, cette même doctrine a été constamment enseignée par les Pères de l'Eglise, par les Pasteurs et les Docteurs. Même les discussions de caractère scientifique et philosophique à propos du moment précis de l'infusion de l'âme spirituelle n'ont jamais comporté la moindre hésitation quant à la condamnation morale de l'avortement.

65 Pie XII a exclu tout avortement direct, c'est-à-dire tout acte qui tend directement à détruire la vie humaine non encore née, « que cette destruction soit entendue comme une fin ou seulement comme un moyen en vue de la fin »; 66 Jean XXIII a réaffirmé que la vie humaine est sacrée, puisque « dès son origine, elle requiert l'action créatrice de Dieu ». 67 Comme cela a déjà été rappelé, le deuxième Concile du Vatican a condamné l'avortement avec une grande sévérité: « La vie doit donc être sauvegardée avec un soin extrême dès la conception: l'avortement et l'infanticide sont des crimes abominables ». 68
Depuis les premiers siècles, la discipline canonique de l'Eglise a frappé de sanctions pénales ceux qui se souillaient par la faute de l'avortement, et cette pratique, avec des peines plus ou moins graves, a été confirmée aux différentes époques de l'histoire. Le Code de Droit canonique de 1917 prescrivait pour l'avortement la peine de l'excommunication. 69 La législation canonique rénovée se situe dans cette ligne quand elle déclare que celui « qui procure un avortement, si l'effet s'ensuit, encourt l'excommunication latæ sententiæ », 70 c'est-à-dire automatique. L'excommunication frappe tous ceux qui commettent ce crime en connaissant la peine encourue, y compris donc aussi les complices sans lesquels sa réalisation n'aurait pas été possible: 71 par la confirmation de cette sanction, l'Eglise désigne ce crime comme un des plus graves et des plus dangereux, poussant ainsi ceux qui le commettent à retrouver rapidement le chemin de la conversion. En effet, dans l'Église, la peine de l'excommunication a pour but de rendre pleinement conscient de la gravité d'un péché particulier et de favoriser donc une conversion et une pénitence adéquates.


Cf. aussi :
http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19870222_respect-for-human-life_fr.html



Pour vous rassurer complètement sur saint Thomas d'Aquin :

http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/ThomasAquin.htm  

Citation :
Dans l'encyclique Aeterni Patris (Du Père éternel, 1879), Léon XIII recommande de faire de la philosophie de saint Thomas la base de l'enseignement dans toutes les écoles catholiques.

Pie XII, dans l'encyclique Humani Generis (Du genre humain, 1950), affirme que la philosophie thomiste est le guide le plus sûr de la doctrine catholique et déconseille de s'en écarter.


Les deux œuvres les plus importantes de Thomas sont Summa contra gentiles (1261-1264, Somme contre les gentils), virulent traité destiné à convaincre les intellectuels musulmans de la vérité du christianisme et Summa theologica (Somme théologique, 1265-1273) en 512 questions et 2.669 articles, comprenant 3 parties : Dieu, La vie morale de l'homme et Le Christ (inachevée).





Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Juin 20 2017, 22:56


territoire en héritage a écrit :

Citation :
Je peux vous dire qu'il est très heureux (?) que saint Thomas d'Aquin ne se soit jamais rétracté à propos de l'avortement car il l'a toujours condamné sévèrement et a eu le plus grand respect pour l'être humain conçu :

Je pense qu'il ne faut pas avoir peur de reconnaitre franchement que les enseignements de Saint Thomas d'Aquin comportent quelques erreurs ainsi que cela est aussi reconnu dans la citation ci-dessous.

Selon le Dr
Stojan Adasevic, médecin avorteur de 35,000 foetus, qui soutient avoir eu une apparition de Saint Thomas d'Aquin (qu'il ne connaissait pas), ce grand Docteur de l'Église lui serait apparu pour se dédommager de l'erreur qu'il a faite dans son enseignement sur l'avortement (Il semble donc que Saint Thomas d'Aquin n'était pas aussi heureux que vous de ce qu'il n'avait pas pu rectifier son erreur) :

Citation :

Conclusion de l'article
sur la conversion
de Stojan Adisevic


Adasevic a raconté son histoire dans des magazines et des journaux partout dans l'Europe de l'Est. Il est retourné à la foi Orthodoxe de son enfance et a étudié les écrits de st. Thomas d'Aquin.

"Sous l'influence dAristote, Thomas a écrit cette vie humaine commence quarante jours après la fertilisation," a écrit Adasevic dans un article. La Razon a fait des remarques qu'Adasevic "suggère que peut-être le saint a voulu se dédommager pour cette erreur." Aujourd'hui le docteur serbe continue à se battre pour les vies à naître.


Voir article complet au lien indiqué ci-dessous :





territoire ne héritage a écrit :

Citation :
Vous constatez vous-même que la condamnation
que vous avez inventée n'existe pas, bien au contraire.

Je comprends que vous n'avez pas saisi la douce et sympathique ironie
de ma remarque
sur la condamnation dont vous parlez et qui n'existe
en effet pas... parce que vous ne l'avez pas prononcée,
c'est évident. Mais sans doute ai-je encore des progrès
à faire en matière d'ironie afin de me faire bien comprendre
.
 

Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juin 21 2017, 04:41



Stan a écrit:

territoire en héritage a écrit :

Citation :
Je peux vous dire qu'il est très heureux (?) que saint Thomas d'Aquin ne se soit jamais rétracté à propos de l'avortement car il l'a toujours condamné sévèrement et a eu le plus grand respect pour l'être humain conçu :

Je pense qu'il ne faut pas avoir peur de reconnaitre franchement que les enseignements de Saint Thomas d'Aquin comportent quelques erreurs ainsi que cela est aussi reconnu dans la citation ci-dessous.

Selon le Dr
Stojan Adasevic, médecin avorteur de 35,000 foetus, qui soutient avoir eu une apparition de Saint Thomas d'Aquin (qu'il ne connaissait pas), ce grand Docteur de l'Église lui serait apparu pour se dédommager de l'erreur qu'il a faite dans son enseignement sur l'avortement (Il semble donc que Saint Thomas d'Aquin n'était pas aussi heureux que vous de ce qu'il n'avait pas pu rectifier son erreur) :

...


Je redis que saint Thomas d'Aquin n'a pas fait d'erreur concernant l'avortement puisqu'il l'a condamné comme déjà vu ci-dessus :

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/documents/rc_con_cfaith_doc_19741118_declaration-abortion_fr.html

Citation :
Saint Thomas, docteur commun de l’Église, enseigne que l’avortement est un péché grave contraire à la loi naturelle

Vous faites aussi l'erreur de croire que son opinion sur l'animation médiate - l'insufflation de l'âme dans le corps qui intervient à un certain moment dans le foetus après la conception - est une justification de l'avortement mais c'est tout à fait faux et même absurde.

D'autre part l'Eglise - qui soutient saint Thomas d'Aquin comme théologien sûr : cf. les 2 encyclique déjà mentionnées ci-dessus - comme déjà vu, ne s'est jamais prononcée avec autorité sur la question du moment de l'animation à savoir si elle est immédiate ou médiate. Ce qui n'enlève rien à sa condamnation de l'avortement quel que soit son moment.

Enfin selon les écrits donnés à Maria Valtorta, l'animation est, justement, médiate :

http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%2003/03-065.htm  

Citation :


[...]

383>   "Vous ne péchez pas en matière de foi, puisque vous croyez être dans le Vrai. Quand vous connaîtrez la Vérité et que vous persisterez dans l'erreur, alors vous pécherez. De même beaucoup de choses qui sont péché pour les israélites, pour vous ne le sont pas, parce qu'aucune loi divine ne vous les interdit. Le péché c'est quand quelqu'un se révolte sciemment contre l'ordre donné par Dieu et qu'il dit : "Je sais que ce que je fais est mal, mais je veux le faire quand même". Dieu est juste. Il ne peut punir quelqu'un qui fait le mal en croyant faire le bien. Il punit celui qui, ayant eu la possibilité de connaître le Bien et le Mal, choisit ce dernier et y persiste."

"Alors, en nous l'âme existe, vivante et présente ?"

"Oui."

"Et elle souffre ? Crois-tu vraiment qu'elle se souvienne de Dieu ? Nous ne nous souvenons pas du sein qui nous a portés. Nous ne pourrions pas dire comment il est fait intérieurement. L'âme, si j'ai bien compris, est spirituellement engendrée par Dieu. Comment peut-elle se souvenir de Lui si le corps ne se souvient pas de son long séjour dans le sein ?"

 "L'âme n'est pas une brute, Plautina. L'embryon, oui. C'est si vrai que l'âme n'est donnée que quand le fœtus est déjà formé [2]. L'âme est, à la ressemblance de Dieu, éternelle et spirituelle. Éternelle à partir du moment où elle est créée, tandis que Dieu est le Très parfait, Éternel et pour cette raison n'a pas de commencement dans le temps, comme Il n'aura pas de fin. L'âme, lucide, intelligente, spirituelle, œuvre de Dieu, s'en souvient. Et elle souffre parce qu'elle désire Dieu, le vrai Dieu de qui elle vient, et elle a faim de Dieu. Voilà pourquoi elle aiguillonne le corps engourdi pour chercher à s'approcher de Dieu."

"Alors, nous avons une âme comme ceux de votre peuple que vous appelez "justes" ? Vraiment la même ?"

"Non, Plautina. Cela dépend de ce que tu veux dire. Si tu veux parler de l'origine et de la nature, votre âme est en tout égale à celle de nos saints. Si tu parles de la formation, alors je te dis que déjà elle est différente. Si tu veux parler de la perfection atteinte avant la mort, alors la différence peut être absolue. Mais cela n'est pas seulement pour vous les païens. Même un fils de ce peuple peut être absolument différent d'un saint dans la vie future.

Haut de page

384>   L'âme passe par trois phases. La première c'est la création. La seconde c'est une nouvelle création. La troisième c'est la perfection. La première phase est commune à tous les hommes. La seconde est propre aux justes qui par leur volonté amènent l'âme à une création encore plus complète, en unissant leurs bonnes actions à la bonté du travail de Dieu et se font par conséquent une âme déjà plus parfaite spirituellement que la première. C'est un trait d'union entre la première phase et la troisième. La troisième est propre aux bienheureux, aux saints, s'il vous plaît de les appeler ainsi, qui ont fait grandir de mille et mille degrés l'âme qu'ils avaient au point de départ, une âme simplement humaine et en ont fait une âme capable de reposer en Dieu."

"Comment pouvons-nous donner à l'âme espace, liberté, élévation ?"

"En démolissant les choses inutiles que vous avez en votre moi. La libérer de toutes les idées fausses et avec les débris de ces démolitions l'élever pour établir le temple souverain. Il faut que l'âme monte toujours plus haut au-dessus des trois degrés.

[...]



Donc l'opinion de saint Thomas d'Aquin sur l'animation médiate est compatible avec les révélations du Seigneur à Maria Valtorta tandis que l'opinion de l'animation immédiate ne l'est pas.

Votre diversion au sujet de saint Thomas pour faire oublier les comportements de Niggel Biggar et Mgr Paglia ne change pas leur gravité; cependant merci quand même pour votre beau récit concernant le Dr Stojan Adasevic qui me semble très plausible - mais pas du tout l'opinion supposée de "la Razon" sur une prétendue erreur de saint Thomas d'Aquin, bien sûr - et auquel je suis désireux de croire volontiers car bien dans l'admirable "style" du Seigneur et de son Amour.




.
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juin 21 2017, 15:55

territoire en héritage a écrit :
Citation :
Donc l'opinion de saint Thomas d'Aquin sur l'animation médiate est compatible avec les révélations du Seigneur à Maria Valtorta tandis que l'opinion de l'animation immédiate ne l'est pas.

Quand je prend la peine de voir ce qui se discute sur le web à propos des doctrines de Saint Thomas d'Aquin, il est évident, pour moi du moins, qu'il y a certains points précis de sa doctrine, qui sont de sources de réflexions, de discussions, et aussi de polémiques interminables. Mais je comprends que vous pouvez avoir de quoi redire sur ce qui n'entre pas dans le cadre réduit de l'idéologie traditionaliste que vous assumez. Qui a raison ? et qui a tort ? Quoi qu'il en soit, merci pour votre intéressante référence des écrits de Maria Valtorta; cependant je pense bon de tenir compte aussi du point de vue biblique sur l'affaire de la présence d'une âme dès la conception; c'est ce dont il est fait état dans la citation ci-dessous :


Citation :


J'aimerai attirer votre attention sur un passage de l'Evangile selon st Luc (Lc 1, 39), l'Annonciation, qui est suivi de la Visitation. Probablement peu de jour après la conception de Jésus (mais certainement pas 40 ou 80 jours après la conception de Jésus, puisqu'il est précisé que « Marie partit en hâte» - Lc 1, 39), Marie arrive chez sa cousine Elisabeth. Et là, Jean Baptiste (6ème mois de grossesse) tressaille de joie à la présence de Jésus dans le sein de Marie (quelques jours de grossesse au plus). Cela n'est il pas une preuve scripturaire de l'intégrité âme corps dès la conception?

Source : http://questions.aleteia.org/articles/114/lembryon-est-il-une-personne-humaine/


Quant à l'estime que nous devons aux enseignements théologiques de Saint Thomas d'Aquin, je n'ai pas de problème à ce sujet, en autant qu'on veuille bien reconnaitre qu'ils ne jouissent pas du charisme d'infaillibilité. Le problème de ses erreurs (que vous semblez nier) est soulevé au lien indiqué ci-dessous :

Citation :

Saint Thomas a-t-il fait
des erreurs en théologie?

Il ne faut pas identifier, malgré notre grand respect et amour
de saint Thomas, l'autorité INFAILLIBLE du Magistère
de l'Eglise et l'autorité générale des docteurs de l'Eglise.

-- Les docteurs de l'Eglise (...) sont des maîtres morts dont la DOCTRINE GENERALE
est conforme à la pensée de l'Eglise. Cependant, rien n'empêche
qu'ils se soient trompés sur des conclusions particulières
.

ATTENTION: Défendre pied à pied chacune
de ses conclusions comme si
elles étaient définitivement gravées dans le marbre
fut la tentation
d'un mouvement théologique
qui a le plus contribué à faire mépriser
saint Thomas: Il s'agit de la "scolastique décadente".

Dans le domaine théologique, on peut citer
deux erreurs confirmées depuis par
le Magistère de l’Eglise
.
La seconde est majeure et influence
en négatif toute sa pensée:


Il dit: - Marie fut purifiée du péché originel (IIIa, Q. 27). Cette théorie ne s’harmonise pas avec le dogme de l’Immaculée conception de Marie, 1854.« Marie fut préservée du péché originel, par la grâce prévenante de la Trinité, les mérites futurs de son fils. »

2° Et surtout, il dit: - Certains hommes, n’ayant pas reçu la révélation de Dieu, meurent en conséquence sans la grâce sanctifiante et la charité et sont damnés pour l’éternité -d’où sa théorie des Limbes éternelles pour les enfants morts sans baptême (Suppl. Q. 70bis), et sa théorie de la damnation des païens (Ia IIae Q. 113, 114)-. Cette opinion s’oppose à Vatican II: “Puisque le Christ est mort pour tous et que la vocation dernière de l’homme est réellement unique, à savoir divine, nous devons tenir que l’Esprit Saint offre à tous, d’une façon que Dieu connaît, la possibilité d’être associé au mystère pascal” (Gaudium et Spes n° 22, 5, trad. officielle). Ce texte ne fait que reprendre des dogmes solennels plus anciens: « Dieu qui veut que tout homme soit sauvé… propose à tous son salut… ce qui ne signifie pas que tous l’acceptent… » C’est pourquoi, en 2007, la Commission théologique internationale s’est penché sur la théorie thomiste et augustinienne des Limbes éternelles des enfants morts sans baptême.


D’autres problèmes ont été soulevés
au lien indiqué ci-dessous :

http://docteurangelique.free.fr/saint_thomas_d_aquin/l_esprit_de_saint_thomas_d_aquin.html





En ce qui regarde le cas de Nigel Biggar qui est admis à l'Académie pontifical pour la vie, je pense (et j'espère que vous n'en serez pas offusqué!) que notre pape François, qui dirige solidement notre Église catholique, est plus autorisé et plus informé que vous et moi pour discerner et décider qui peut être admis à cette Académie.

Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juin 22 2017, 09:20



Stan a écrit:
territoire en héritage a écrit :
Citation :
Donc l'opinion de saint Thomas d'Aquin sur l'animation médiate est compatible avec les révélations du Seigneur à Maria Valtorta tandis que l'opinion de l'animation immédiate ne l'est pas.

Quand je prend la peine de voir ce qui se discute sur le web à propos des doctrines de Saint Thomas d'Aquin, il est évident, pour moi du moins, qu'il y a certains points précis de sa doctrine, qui sont de sources de réflexions, de discussions, et aussi de polémiques interminables. Mais je comprends que vous pouvez avoir de quoi redire sur ce qui n'entre pas dans le cadre réduit de l'idéologie traditionaliste que vous assumez. Qui a raison ? et qui a tort ? Quoi qu'il en soit, merci pour votre intéressante référence des écrits de Maria Valtorta; cependant je pense bon de tenir compte aussi du point de vue biblique sur l'affaire de la présence d'une âme dès la conception; c'est ce dont il est fait état dans la citation ci-dessous :


Citation :


J'aimerai attirer votre attention sur un passage de l'Evangile selon st Luc (Lc 1, 39), l'Annonciation, qui est suivi de la Visitation. Probablement peu de jour après la conception de Jésus (mais certainement pas 40 ou 80 jours après la conception de Jésus, puisqu'il est précisé que « Marie partit en hâte» - Lc 1, 39), Marie arrive chez sa cousine Elisabeth. Et là, Jean Baptiste (6ème mois de grossesse) tressaille de joie à la présence de Jésus dans le sein de Marie (quelques jours de grossesse au plus). Cela n'est il pas une preuve scripturaire de l'intégrité âme corps dès la conception?

Source : http://questions.aleteia.org/articles/114/lembryon-est-il-une-personne-humaine/


...


Lors de la Visitation saint Jean le Baptiste a tressailli dans le sein de sa mère sainte Elisabeth car il a reconnu son Sauveur et Dieu et cela que l'animation ait été pour Jésus immédiate ou médiate : naturellement en ce qui concerne notre Seigneur je ne me risquerais pas à me prononcer sur l'animation immédiate ou médiate pour Jésus Christ en tant qu'Homme car Il est aussi comme nous le savons Dieu et Sauveur, donc pour Lui ce point peut être tout à fait spécial - même si on peut penser éventuellement que comme il a vécu notre condition humaine sauf le péché bien sûr, il se peut que l'animation ait été médiate comme pour les autres humains y compris, très probablement, la Sainte Vierge Marie.

Mais de toute façon l'exemple de la Visitation ne contredit pas la thèse de l'animation médiate car comme déjà dit le tressaillement de Jean le Baptiste vient du fait qu'il reconnait son Dieu et Sauveur ...

Mais je suis complètement convaincu de la véracité des écrits donnés à Maria Valtorta par le Seigneur et donc en particulier de l'affirmation de l'animation médiate de l'âme dans le corps.

A noter que cette question de l'immédiateté ou non de l'animation de l'âme dans le corps - et avant la naissance de toute façon ! ... - n'a jamais été tranchée "officiellement" de manière définitive par l'Eglise.


Ensuite vous nous donnez l'opinion de M. Arnaud Dumouch concernant la question de l'Immaculée Conception et de l'enseignement de saint Thomas d'Aquin en reproduisant un vieux poncif qui accuse à tort saint Thomas d'Aquin d'avoir prétendument rejeté le titre d'Immaculée Conception. C'est une fausseté :

https://documentationerlande.wordpress.com/2016/07/page/12/

Citation :


[...]

En deuxième partie, nous publions une note du père Lachat – auteur de la traduction de La Somme Théologique de Saint Thomas d’Aquin, texte latin et français avec les meilleurs commentaires 1– sur la pensée de St Thomas d’Aquin à propos de  l’Immaculée Conception.

Cela nous semblait urgent, car on attribue faussement à St Thomas d’Aquin d’avoir développé une théologie contre l’Immaculée Conception.

Cette erreur historique s’est incroyablement répandue
, même dans les séminaires et maisons de la Tradition. Des Feenéistes, que nous avons dénoncés dans nos articles précédents, appuient leur raisonnement sur cette erreur, pour dire : puisque St Thomas d’Aquin lui-même est tombé dans l’hérésie matérielle, il ne faut pas s’étonner que St Alphonse soit tombé aussi sur la question du baptême de désir et de sang2.

À ce sophisme, répondons que, non seulement la justification par le baptême de désir et de sang fait partie de la doctrine enseignée par l’Église, mais aussi qu’il est faux de dire que St Thomas d’Aquin ait enseigné des hérésies matérielles au sujet de l’Immaculée Conception.

Le père Lachat le prouve brillamment avec toutes les références des manuscrits de St Thomas d’Aquin qui ont été falsifiés ; par d’autres textes authentiques de St Thomas où il affirme explicitement l’Immaculée Conception, et enfin il montre à la fin de son article que l’on interprète mal les explications de saint Thomas par ignorance philosophique sur les termes « la Vierge bienheureuse fut purifiée dans son animation ».

Car l’animation pour St Thomas signifie le moment où l’âme est unie au corps. Pour le commun des hommes c’est au moment où l’âme (qui est toute pure) est unie au corps qu’elle contracte la souillure du péché originel. Pour la Sainte Vierge, son âme étant pleine de grâce par privilège, elle a en quelque sorte purifiée son corps au lieu d’en contracter la souillure, et fut ainsi l’Immaculée Conception.

Lisez et vous serez étonnés si vous croyiez par ignorance à ces accusations mensongères contre l’Ange de l’École.

[...]



Je vous donne aussi la référence de la Somme théologique : Partie IIIa question 27 article 1

Citation :
Solutions:
1. Même chez la Bienheureuse Vierge ce qui est animal a précédé ce qui est spirituel, car elle a
d'abord été conçue selon la chair, et ensuite sanctifiée selon l'esprit.
2. S. Augustin parle selon la loi commune: on ne peut être régénéré par les sacrements avant d'être né.
Mais Dieu n'a pas lié sa puissance à cette loi des sacrements; par privilège spécial il peut conférer sa
grâce à certains hommes avant leur naissance.
3. Si la Bienheureuse Vierge a été purifiée du péché originel dans le sein de sa mère, ce fut quant à la
souillure personnelle; elle n'a pas été soustraite à la peine qui atteignait toute la nature humaine. C'est
dire qu'elle n'aurait pu entrer au paradis que par le sacrifice du Christ, comme les patriarches
antérieurs à celui-ci.
4. Le péché originel se transmet par l'origine, en tant que celle-ci communique la nature humaine, qui
est atteinte en elle-même par le péché originel. Cela se produit quand le fruit de la conception est doté
d’une âme. Aussi rien n’empêche que le fruit de la conception soit sanctifié après son animation;
ensuite s’il demeure dans le sein maternel, ce n’est plus pour recevoir la nature humaine, mais un
perfectionnement de ce qu’il a déjà reçu
.
ARTICLE

Cf. aussi pour un point de vue plus complet sur cette question 27 toute entière de la Partie III :

http://jesusmarie.free.fr/3a_q27.htm

Enfin en ce qui concerne la deuxième question que vous avez évoquée sur la mort sans baptême et la prétendue erreur de saint Thomas d'Aquin :

http://www.vatican.va/roman_curia/congregations/cfaith/cti_documents/rc_con_cfaith_doc_20070419_un-baptised-infants_fr.html

Citation :


[...]

La nécessité du sacrement du baptême est prêchée et professée comme partie intégrante de la compréhension de la foi chrétienne. Sur la base du commandement formulé en Matthieu 28, 19-20 et en Marc 16, 15, et de ce qui est prescrit en Jean 3, 5[181], la communauté chrétienne a, depuis les premiers temps, cru en la nécessité du baptême pour le salut. Tout en considérant le baptême sacramentel comme nécessaire dans la mesure où il est la voie ordinaire établie par Jésus-Christ pour que les hommes lui soient configurés, l’Église n’a jamais enseigné la « nécessité absolue » du baptême sacramentel pour le salut ; la configuration au Christ peut se réaliser par d’autres voies. Dans la communauté chrétienne primitive, on considérait déjà le martyre, le « baptême de sang », comme un substitut au baptême sacramentel. De plus, on reconnaissait le baptême de désir. Saint Thomas d’Aquin explique bien à ce sujet : « Le baptême peut faire défaut à quelqu’un de deux manières. D’une première façon, le baptême fait défaut aussi bien de fait (re) qu’en désir (voto) : c’est le cas de ceux qui ne sont pas baptisés et qui ne veulent pas l’être. […] D’une seconde façon, une personne peut ne pas avoir de fait (re) le sacrement du baptême mais l’avoir par désir (voto). […] Une telle personne, sans avoir reçu de fait le baptême, peut obtenir le salut en raison de son désir du baptême (propter desiderium baptismi)[182]. » Le concile de Trente reconnaît le baptême de désir comme une voie par laquelle on peut être justifié sans avoir actuellement reçu le sacrement du baptême : « Après la promulgation de l’Évangile, le transfert [du péché à la justice] ne peut se faire sans le bain de la régénération ou le désir (voto) de celui-ci, selon ce qui est écrit : “Nul ne peut entrer dans le Royaume de Dieu s’il ne renaît de l’eau et de l’Esprit Saint” (Jn 3, 5)[183]. »

[...]



En ce qui concerne Biggar :

Stan a écrit:
En ce qui regarde le cas de Nigel Biggar qui est admis à l'Académie pontifical pour la vie, je pense (et j'espère que vous n'en serez pas offusqué!) que notre pape François, qui dirige solidement notre Église catholique, est plus autorisé et plus informé que vous et moi pour discerner et décider qui peut être admis à cette Académie.


François y est autorisé c'est certain, mais vous-même avez reconnu qu'un pape n'est pas infaillible hors du domaine et du cadre d'infaillibilité à plusieurs reprises (et trois papes même ...) ; d'ailleurs lui-même a demandé de considérer qu'il n'est pas parfait ni infaillible (toujours dans le domaine et les circonstances adéquats) comme déjà rapporté sur ce forum et même qu'il faut "l'importuner".

Je pense effectivement que c'est une erreur d'avoir nommé cette personne ainsi que Mgr Paglia; vous-même avez pensé que saint Jean-Paul II avait manqué de discernement sur le Père Maciel en lui faisant confiance alors qu'en fin de compte il avait été trompé ... par exemple.
L'Eglise ne ligote pas la liberté de conscience; ainsi je peux penser ce que je veux de Medjugorje par exemple et il y a tant d'autres exemples ...

Stan a écrit:
Mais je comprends que vous pouvez avoir de quoi redire sur ce qui n'entre pas dans le cadre réduit de l'idéologie traditionaliste que vous assumez

Je comprends que vous avez du mal à ne pas réitérer avec insistance vos fausses accusations (car ce n'est pas de l'idéologie ni de l'idéologie traditionaliste, comme je vous l'ai déjà expliqué) dont vous vous êtes déjà excusé d'ailleurs; faites des efforts pour essayer de ne pas récidiver SVP, merci.




Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juin 22 2017, 22:56

territoire en héritage a écrit :
Citation :
...un vieux poncif qui accuse à tort saint Thomas d'Aquin d'avoir prétendument rejeté le titre d'Immaculée Conception. C'est une fausseté 
Libre à vous de vous de fonder votre croyance de ce que Saint Thomas d'Aquin n'aurait pas rejeté le titre d'Immaculée Conception, à partir de ce que tente d'en démontrer le Père Lachat au XIXe siècle, mais il m'apparait raisonnable que, pour ma part, je m'en tienne à que nous disent sans ambiguïté les théologiens d'aujourd'hui dans "Le Nouveau Théo, L'encyclopédie catholique pour Tous" :
Citation :

« Saint Thomas d'Aquin est opposé à la notion d'Immaculée Conception, à laquelle il ne voit pas de justification théologique.

Le Bienheureux Duns Scot (1266-1308) expose le premier la justification de l'Immaculée Conception et sa signification dans l'histoire du salut par le Christ. »

Source : Le Nouveau Théo, L'encyclopédie catholique pour tous, Mgr Michel Dubost et Mgr Stanislas Lalanne (+ 39 rédacteurs évêques et prêtres, et 31 relecteurs), Ed. Mame, 2009, p. 913

A voir, dans le clip ci-dessous,
le BX Dons Scot qui a la victoire
lors d'une joute théologique
sur le titre de l'Immaculée Conception


https://youtu.be/0Qd9jpP18BY?t=1m11s

Bande annonce du film "Dons Scot"


territoire en héritage a écrit :
Citation :
Je comprends que vous avez du mal à ne pas réitérer avec insistance vos fausses accusations (car ce n'est pas de l'idéologie ni de l'idéologie traditionaliste, comme je vous l'ai déjà expliqué) dont vous vous êtes déjà excusé d'ailleurs; faites des efforts pour essayer de ne pas récidiver SVP, merci.

L'expression "idéologie traditionaliste" est très usuelle sur le web; du moins on en retrouve 135 000 résultats de recherche sur Google; et cette expression s'applique à bien des aspects de la vie humaine (politique, religieuse etc...); mais vous pouvez vérifier ce que je dis en consultant le lien indiqué ci-dessous :

Excusez-moi, mais, sans vouloir vous offenser, il me semble que vos citations fréquentes et persistantes en provenance de sites traditionalistes comme "Benoit et moi", "Jeanne Smit", "Riposte catholique" me laissent l'impression que vos goûts sont de sensibilité traditionaliste, et donc en lien avec l'idéologie traditionaliste; je ne vois vraiment pas comment je pourrais conclure que vous êtes de sensibilité progressiste. Alors ?

Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Ven Juin 23 2017, 10:32



Stan a écrit:
territoire en héritage a écrit :
Citation :
...un vieux poncif qui accuse à tort saint Thomas d'Aquin d'avoir prétendument rejeté le titre d'Immaculée Conception. C'est une fausseté 
[center]Libre à vous de vous de fonder votre croyance de ce que Saint Thomas d'Aquin n'aurait pas rejeté le titre d'Immaculée Conception, à partir de ce que tente d'en démontrer le Père Lachat au XIXe siècle, mais il m'apparait raisonnable que, pour ma part, je m'en tienne à que nous disent sans ambiguïté les théologiens d'aujourd'hui dans "Le Nouveau Théo, L'encyclopédie catholique pour Tous" :
...


Ce n'est pas une croyance mais une vérité en fait, cependant libre à vous d'utiliser un certain "prêt à penser" pour croire "Le nouveau Théo" même en présence de preuves comme ci-dessous qui donnent des citations exactes des oeuvres de saint Thomas d'Aquin :

http://islametverite-abbe-guy-pages.e-monsite.com/blog/eglise/l-immaculee-conception.html  

Citation :

II) Saint Thomas et l'Immaculée Conception:

Certains ont prétendu et prétendent toujours que saint Thomas aurait nié l'Immaculée Conception, trois études théologiques ont été menées sur le sujet et démontre que c'est faux, les voici:

- Saint Jean Eudes dans l'Enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu, paru en 1676 (4 pages).

- Le cardinal Gousset dans La croyance générale et constante de l'Eglise touchant l'Immaculée Conception,  paru en 1855 (3 pages).

- Le Révérend-Père Spada dans Saint Thomas d'Aquin et l'Immaculée Conception,  paru en 1863 (317 pages)

"Tous les enfants d'Adam sont conçus en péché, excepté la très pure et très digne Vierge Marie, qui a été entièrement préservée de tout péché originel et véniel." (Saint Thomas d'Aquin, Commentaires sur le chapitre troisième de l'Épître aux Galates, leçon sixième, premières éditions)

"On peut trouver quelque créature si pure, qu'il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel. (I Sent., dist. 44, quaest 1, art 3.)




Dans le monde théologique, saint Thomas d'Aquin et son école ont passé pour les adversaires du privilége de l'Immaculée Conception accordé à la Bienheureuse Vierge Marie. Cet avis, partagé maintenant par "l'opinion publique", est pourtant loin d'être exact. Plus d'une fois, les disciples de saint Thomas et les fils de saint Dominique ont voulu combattre cette opinion communément exagérée. C'est ainsi qu'encore, en 1854, le Révérend-Père François Gaude, de l'Ordre des frères prêcheurs, recteur du séminaire Pontifical du cardinal Pie, s'en plaignait hautement :


"Je ne sais par quelle fatalité l'opinion que les religieux de notre Ordre et les disciples de notre école sont les adversaires du sentiment de l'Immaculée Conception s'est répandue dans le public. Et ce bruit accusateur, qui a su faire a son chemin, est tellement accrédité dans plusieurs esprits, qu'il n'est rien  de plus commun et de plus ordinaire que de l'entendre répéter. Pour le détruire et le ruiner rien n'a réussi : ni ceux de nos auteurs qui ont professé clairement leur croyance à ce privilége, ni la foule assez nombreuse de nos théologiens qui l'ont enseigné et dont on cite soit les paroles soit les noms, ni  les panégyriques prononcés sur ce mystère, ni l'expression d'Immaculée Conception elle-même, introduits dans la liturgie... "


Et pourtant, d'éminents auteurs, tels que le Cardinal Gousset, saint Jean Eudes, le R.P Spada ont démontré qu'il était pour le moins douteux de soutenir que saint Thomas d'Aquin avait nié l'Immaculée Conception. Au contraire :

"Si nous considérons bien sérieusement la doctrine de l'Angélique docteur, nous verrons sans en pouvoir douter qu'il a réellement enseigné l'Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie" car sa "doctrine constamment enseignée conduit inévitablement à professer le privilège de l'immaculée conception"

Le R.P Spada, maître en théologie et procureur général de l'Ordre des frères prêcheurs, démontre dans un important ouvrage (Saint Thomas et l'Immaculée Conception) qu'il était "impossible que l'Angélique docteur ait admis, dans la Bienheureuse Vierge, la tache originelle, après l'avoir déclarée simplement exempte de la tache du péché véniel." La conclusion de sa complète et très sérieuse étude est sans appel :

"De tout ce que nous avons dit jusqu'à présent, il est pleinement évident que notre Angélique maître a expressément enseigné, dans le premier livre des Sentences, que la Bienheureuse Vierge a été exempte du péché originel et du péché actuel, et qu'il n'a point rétracté cette doctrine dans ses ouvrages postérieurs; bien mieux, que les principes de la doctrine exposée dans la Somme de théologie conduisent à établir cette immunité."

Beaucoup rétorqueront que saint Thomas d'Aquin a cependant nié formellement l'Immaculée Conception de la Très Sainte Vierge Marie dans deux voire trois passages de ses manuscrits. Non seulement il a été démontré que des erreurs d'analyse et d'interprétation ont été développées par beaucoup mais que les écrits cités ne figuraient pas dans les éditions primitives publiées de saint Thomas. Le passage le plus souvent cité contre l'Immaculée Conception se trouverait dans la troisième Somme théologique ; dans les éditions récentes de la Somme (part. III, 9, 27, art. 2), on fait dire au Docteur Angélique que Marie"n'a été sanctifiée et purifiée du péché originel, ni avant l'animation, ni dans l'animation, mais après l'animation" tandis que ces paroles ne se lisent point au lieu cité dans les premières éditions , ni dans le manuscrit de Séville, ni dans celui qui se conservait au couvent des Dominicains de Marseille, ni dans d'autres.

"La difficulté [de supposées contradictions] disparaît si l'on compare entre elles les éditions anciennes et modernes de ses oeuvres, et si l'on reconnaît, comme on est forcé de le reconnaître, que plusieurs de ses ouvrages, notamment ceux où il parle de la Conception de Marie, ont subi des suppressions ou d'évidentes altérations. Ce fait s'appuie sur le témoignage aussi détaillé qu'authentique de plusieurs savants Dominicains." (Cardinal GOUSSET, La croyance générale et constante de l'Eglise touchant l'Immaculée Conception)

"Si vous nous faites voir quelque autre lieu, dans les livres de saint Thomas, où il semble parler contre la Conception immaculée de notre divine Mère,nous aurons droit de le soupçonner de corruption, vu particulièrement que ce saint Docteur s'explique si clairement dans ses Commentaires sur le premier des Sentences où il dit que la bienheureuse Vierge a été pure de tout péché, et qu'elle a possédé le souverain degré de la pureté, c'est-à-dire, qu'elle est, comme dit saint Anselme, la plus éclatante pureté qui se puisse imaginer, après la pureté infinie de Dieu" (Saint Jean Eudes, L'enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu)

"Nous ne serions pas surpris que, comme on l'a prétendu, le texte de saint Thomas n'ait été falsifié dans toute cette question, où l'on ne retrouve pas sa logique habituelle. Il est certain qu'il n'a pas mis la dernière main à cette troisième partie de la Somme théologique, qui n'a paru qu'assez longtemps après sa mort: aussi n'en trouve-t-on que de rares manuscrits, tandis que ceux de la deuxième partie et surtout de la première abondent.... Il est également certain qu'il a professé la doctrine de l'Immaculée Conception dans son Commentaire sur l'Epitre aux Galates, où, s'exprimant comme le concile de Trente, il dit: "On excepte la Vierge très digne de louanges, la très-pure Marie, qui fut exempte du péché originel et du péché actuel"." (Petite Somme théologique de saint Thomas d'Aquin: à l'usage des ecclésiastiques et des gens du monde, T. IV, 1862)

Voici une compilation de citations de saint Thomas prouvant qu'il croyait en l'Immaculée Conception:

- "Tous les enfants d'Adam sont conçus en péché,  excepté la très pure et très digne Vierge Marie,  qui à été entièrement préservée de tout péché originel et véniel [...] Entre toutes les femmes je n'en ai point trouvé qui fût tout à fait exempte, au moins du péché d'origine, ou du péché véniel; j'en excepte toutefois la très-pure Vierge Marie, digne de toute louange, qui a été entièrement préservée de l'un et de l'autre."(Anciennes éditions du commentaire du chapitre III° de l'Epitre de St Paul aux Galates, cité notamment par Saint Jean Eudes dans L’Enfance Admirable de la bienheureuse Vierge, 1676, t. 5)

- "On peut trouver quelque créature si pure, qu'il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel." (I Sent., dist. 44, quaest 1, art 3.)

- Sur la Salutation Évangélique: ''Marie a toujours été très pure de toute sorte de coulpe, parce que ni le péché originel, ni le mortel, ni le véniel, n'ont jamais eu aucune part en elle.''

- « Le souverain ouvrier, voulant donner une preuve plus éclatante de son art, a fait un miroir plus resplendissant que la lumière, un séraphin si brillant qu'on ne peut rien imaginer de plus pur après Dieu, j'entends la personne de la très-glorieuse Vierge Marie.» (dans un opuscule de saint Thomas)

-  " on ne saurait douter que la Sainte Vierge ne soit née sans le péché originel, parce que l'Église célèbre sa naissance".

-  « Car nous savons que parce qu'elle a mérité de concevoir et d'enfanter celui qui n'a jamais eu de péché, elle a reçu une grâce très abondante pour vaincre entièrement le péché.»

-  « On peut trouver quelque créature si pure, qu'il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel.»

-  « La bienheureuse Vierge a été sanctifiée dès le ventre de sa mère, lorsque son âme a été unie avec son corps. »

-  En répondant à Julien, évêque de Capoue: "que celui qui, dans le cours de sa vie, n'a fait aucun péché actuel, ni mortel, ni véniel, doit être censé n'avoir point aussi contracté le péché originel."


ou encore :

http://chretienslibres.over-blog.com/article-l-immaculee-conception-8-decembre-121502675.html

http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t38735p90-consacrer-une-minute-avec-marie

etc ...


aussi une citation du Tome 1 de "La Moelle" de saint Thomas d'Aquin (IV, Dist. 49. q. 5. a. 3. ad 2ni.)


http://www.liberius.net/livres/La_moelle_de_saint_Thomas_d_Aquin_(tome_1)_000000942.pdf

page 440/456 :

Citation :


...

Mais tout cela ne semble pas bien répondu, parce que la foi nous enseigne, que la B. Vierge a été tout à fait exempte du foyer de péché et de ses penchants, à cause de sa parfaite sanctification, par Son Immaculée Conception; et il est contre la piété d'admettre en elle une lutte quelconque. Elle a donc l'auréole, à strictement parler, pour être conforme aux autres membres de l'Eglise, qui sont vierges. Et si elle n'a pas eu à lutter contre les tentations de la chair,  elle a eu à lutter tout de même, par la tentation qui vient de l'ennemi, et qui n'a même pas respecté le Christ.

...



Donc aussi bien dans Commentaires sur le chapitre troisième de l'Épître aux Galates que dans les Sentences ou la Moelle ou la partie III de la Somme théologique, saint Thomas d'Aquin proclame très nettement l'Immaculée Conception ! ...

Mais cher Stan vous êtes libre de penser le contraire - bien sûr ce serait très dommage et regrettable, je trouve ...

Citation :
L'expression "idéologie traditionaliste" est très usuelle sur le web;

Quand bien même ce serait 'sur le web", je vous ai dit que cela ne m'est pas attribuable, est-ce difficile à comprendre ?

Citation :
Excusez-moi, mais, sans vouloir vous offenser, il me semble que vos citations fréquentes et persistantes en provenance de sites traditionalistes comme "Benoit et moi", "Jeanne Smit", "Riposte catholique" me laissent l'impression que vos goûts sont de sensibilité traditionaliste, et donc en lien avec l'idéologie traditionaliste; je ne vois vraiment pas comment je pourrais conclure que vous êtes de sensibilité progressiste. Alors ?


Je vous ai déjà répondu là-dessus pourtant : si par l'absurde le site "lesuisseromain" produisait (réellement) un texte très vrai et très beau sur Medjugorje ou sur la liturgie à défendre ou le respect de l'Eucharistie, je n'aurais aucune prévention à le reproduire ou à en faire état - sauf par exemple et bien entendu si c'était en réalité une manipulation ou une tromperie ...

De même pour un texte du journal "Le Monde" qui défendrait sincèrement la vraie liberté religieuse catholique (veuillez ne pas m'accuser de ne prendre aucun risque Humour ! ... ) alors de même etc ... Vous savez ce n'est surement pas dans les média "mainstream" que l'on va retrouver une saine et juste contestation des injustices et du désordre social et encore moins religieux, et encore moins s'il s'agit de la religion catholique (et de sa doctrine sociale par exemple). Tout contre-exemple serait le bienvenu mais inutile aussi de "faire les autruches".


Ensuite vous confondez (pour moi) la sensibilité à l'enseignement de la Tradition au sens large et le traditionalisme, autre erreur : je vous laisse réfléchir là-dessus.

Puis vous déduisez d'une hypothétique "sensibilité traditionaliste" une obligatoire "idéologie traditionaliste" et là c'est un grossière erreur de raisonnement. Enfin vous faites un sophisme en désignant le contraire de "sensibilité traditionaliste" par "sensibilité progressiste" une nouvelle erreur. Mais vous n'êtes pas le seul à faire de tels sophismes et approximations hâtifs, il est vrai ...

Je vous livre une petite réflexion, vue sur le PP, en lien avec votre façon de juger :

http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t38083p450-election-presidentielle-pour-qui-les-chretiens-devraient-ils-voter

Citation :


...
Rien de plus simple, il existe une corrélation forte entre la surface d’exposition médiatique et le résultat du vote. Il suffisait donc de s’assurer de la collaboration des médias. Facile puisque tous les grands médias sont la propriété de personnes acquises à la cause
...
Mais ça ne suffit pas à s’assurer de l’issue du scrutin. On a donc eu recours à une des plus grosses ficelles de la publicité : le conditionnement évaluatif, qui consiste à associer de manière répétée un sentiment (positif pour l’un, négatif pour les autres) aux produits en rayon. C’est une technique qui paraît grossière mais dont toutes les études montrent qu’elle est redoutablement efficace et surtout durable : une fois que cette association sera gravée dans votre crâne, et ce de manière quasiment imperceptible, il sera très difficile de vous faire changer d’avis. Mieux, vous serez persuadé d’avoir eu cet avis par vous-même.

Vous n’y croyez pas ? Et pourtant vous avez été (et moi aussi) conditionné depuis votre enfance à penser certaines choses plutôt que d’autres. L’éducation, l’école, les médias, la publicité vous ont vendu du prêt à penser sans même que vous en soyez conscient.
...
Pour détecter un conditionnement, il suffit d’évaluer la réaction affective à une affirmation. Si celle-ci est telle qu’elle coupe court à toute discussion, c’est un signe infaillible.
...





.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Sam Juil 01 2017, 11:25

.


Rome : une stratégie du chaos sur fond de scandales


https://www.riposte-catholique.fr/en-une/rome-strategie-chaos-fond-de-scandales


Citation :


Rome : une stratégie du chaos sur fond de scandales
30 juin 2017 / 7 commentaires
Download PDF

Après la lamentable affaire Krzysztof Charamsa, ce Monsignore polonais, secrétaire adjoint de la Commission théologique internationale, qui annonça publiquement son homosexualité, en 2015, à la veille du Synode sur la Famille, la Curie croyait avoir bu le calice de fiel jusqu’à la lie. Que nenni !

Orgie dans les palais apostoliques

Voici que Monsignore Luigi Capozzi, du diocèse de Palestrina, secrétaire du cardinal Francesco Coccopalmerio, président du Conseil pour les textes législatifs, soutien fervent du pape François, a été arrêté en flagrant délit, lors d’une opération éclair de la gendarmerie vaticane qui est “tombée” sur une orgie homosexuelle. C’était il y a deux mois environ, mais l’affaire fut tenue très secrète. Et cela se passa dans l’austère palais du Saint-Office ! Car c’est là que se trouvait l’appartement de fonction de don Luigi, qui lui servait à organiser des soirées gays à base de drogue. Cependant qu’il utilisait sa BMW, préservée des contrôles policiers par son immatriculation SCV de l’État du Vatican, pour transporter de la poudre blanche. Et pour faire bonne mesure, on apprend que ce Monsignore, fort bien en cour à Santa Marta, était à la veille d’être nommé évêque sur la recommandation de Coccopalmerio. Du coup, les déclarations de Coccopalmerio, à propos des « aspects positifs » de couples homosexuels (site Rossoporpora, 23 octobre 2014) acquièrent aujourd’hui une étrange résonnance. On croit rêver : en plus minable, la Rome d’aujourd’hui semble être tombée plus bas que la Rome des Borgia.



Pell en Australie, pagaille à Rome


Même si cette affaire alourdit considérablement le climat curial, on se gardera de mettre sur le même plan l’affaire du cardinal Pell (voir ici et là), mis en examen en Australie sur des accusations de pédophilie, dont il nie farouchement la véracité. Selon les usages désormais en vigueur dans les bureaux de l’administration pontificale, avec règlements de compte où tout est permis, la défenestration morale du cardinal Pell, chargé de la remise aux normes des finances des diverses instances financières vaticanes, peu de temps après la démission de Libero Milone, auditeur général des finances, est pour le moins étrange. À vrai dire, les enjeux, les mécanismes, les manœuvres, concernant l’IOR (la banque vaticane), l’APSA (Administration du Patrimoine du Siège Apostolique), et autres, sont devenus incompréhensibles depuis 2013 aux meilleurs observateurs. D’où il résulte que la fameuse réforme de la Curie du pape François n’était en réalité qu’une modification du mode de gouvernement, qui s’est personnalisé à l’extrême, usant, pour mieux régner, des divisions de coteries et des oppositions personnelles, court-circuitant en permanence les voies hiérarchiques ordinaires, méprisant les procédures juridiques au bénéfice des décisions arbitraires et de faveur. C’est une sorte d’administration par le chaos, où les hommes du pouvoir – quelli a Santa Marta – se comportent comme des chefs de clans à la barre d’une institution à la dérive, où les affaires de mœurs, contenues sous les pontificats précédents, se manifestent au grand jour.


Humanæ vitæ : vers une révision ?


Mais là n’est pas le pire. Le pire aujourd’hui concerne la doctrine. Quelli a Santa Marta organisent l’alignement sur la ligne d’Amoris lætitia de tous les organismes représentant la voix morale de l’Église : le Conseil pour la Famille, l’Institut Jean-Paul II pour la Famille, l’Académie Pontificale pour la Vie. Avec une opération très bien organisée, malgré tous les démentis jusqu’au plus haut niveau, d’une « réinterprétation » de l’encyclique Humanæ vitæ, sous la houlette du cardinal Lorenzo Baldisseri, un des hommes de toute confiance du pontificat, organisateur des synodes qui ont préparé la révolution d’Amoris lætitia, et de l’incontournable Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie Pontificale pour la Vie et grand-chancelier de l’Institut Jean-Paul II (le même Paglia qui, évêque de Terni, avait fait réaliser dans sa cathédrale, par un Michel Ange de pacotille, une immense fresque aux motifs masculins malsains, dans laquelle il s’était fait représenter). Le « groupe de travail » qu’ils ont constitué, et dont les principaux membres sont connus, s’est déjà mis à l’œuvre. Nous y reviendrons.


La concélébration “obligatoire” ?


Le pire touche aussi à la liturgie. Un autre « groupe de travail », dépendant de la Congrégation pour le clergé, dirigé par cet autre potentat qu’est le cardinal Beniamino Stella, a envoyé sur un document à en-tête de la Congrégation destiné à tous les collèges romains accueillant des séminaristes ou des prêtres qui résident à Rome pour études. Faisant fi du canon 902, qui laisse pleine liberté à tout prêtre de ne pas concélébrer (comme le faisait d’ailleurs le n. 47 de l’Instruction de 1967, Eucharisticum mysterium, pour les « communautés de prêtres »), le document demande aux recteurs de ces collèges que la concélébration soit toujours préférée à la célébration individuelle. Ce n’est pas une obligation formelle – qui serait impossible à formuler – mais une lourde pression morale, en fait un ordre pour qui connaît le langage de l’actuelle Curie ou aucun débat n’est toléré, en direction des supérieurs de maison, pour qu’à leur tour ces derniers fassent une intense pression morale sur leurs sujets. En clair, comme le cas s’est déjà produit, si tel prêtre ne concélèbre pas, il sera dénoncé à son évêque et prié d’aller chercher un logis ailleurs.

Ce document fait dire au canon 902 et aux nn. 199-201 de la dernière version de l’Instruction Générale du Missel Romain de 2000-2004 ce qu’ils ne disent pas. Jamais le canon 902 n’empêche les célébrations individuelles, même simultanées dans la même église ou le même oratoire. Jamais l’Instruction générale, nn. 200-201, ne recommande la concélébration pour les collèges, se limitant à dire qu’elle ne doit pas être empêchée. On est en plein régime idéologique. Quelli a Santa Marta visent ces jeunes prêtres classiques, nombreux à Rome, qui répugnent à concélébrer, certains préférant même – horresco referens – dire la messe traditionnelle. Esprits aliénés, ils doivent être contraints pour leur bien de se « libérer ». Air connu…

« Que de souillures dans l’Église, et particulièrement parmi ceux qui, dans le sacerdoce, devraient lui appartenir totalement ! », s’écriait le cardinal Ratzinger, peu de temps avant de devenir pape, lors du chemin de Croix au Colisée du Vendredi Saint de 2005. Dans la suite du propos, il faisait allusion à l’eucharistie que ces prêtres continuaient à célébrer et à la confession, que sans doute ils ne fréquentaient plus. « La crainte de Dieu a disparu », disait encore le cardinal. Les mœurs infâmes de certains prélats ne sont que le symptôme d’une bien plus grave dérive : ce sont des parties entières d’une administration qui semble désormais avoir perdu toute boussole doctrinale.





.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juil 05 2017, 10:19



Mgr Fonlupt, évêque de Rodez, "célèbre" la Messe avec une liturgie complètement dévoyée et idolâtrique, un spectacle hérétique affreux ! ... :







Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juil 05 2017, 15:51

territoire en héritage a écrit:

Mgr Fonlupt, évêque de Rodez, "célèbre" la Messe avec une liturgie complètement dévoyée et idolâtrique, un spectacle hérétique affreux ! ... :


Je pense qu'il aurait été intéressant, TEH, que vous précisiez les raisons qui vous permettent de dire que la liturgie que nous montre la vidéo présentée par vous est dévoyée et idolâtrique, voire hérétique et affreuse ?

Pour le moment du moins, je ne vois pas de raison de ne pas penser que votre appréciation de cette liturgie est davantage la conséquence de votre goût arbitraire et subjectif plutôt que celle de votre connaissance approfondie de la culture Tamoul qui est intégrée à cette liturgie, selon les normes de ce que recommande l'Église catholique dans les documents en citation ci-dessous :


Citation :

Chapitre III de la Constitution
Sacrumsanctum
issue du Concile Vatican II

37 – L’Église, dans les domaines qui ne touchent pas la foi ou le bien de toute la communauté, ne désire pas, même dans la liturgie, imposer la forme rigide d’un libellé unique : bien au contraire, elle cultive les qualités et les dons des divers peuples et elle les développe ; tout ce qui, dans les mœurs, n’est pas indissolublement lié à des superstitions et à des erreurs, elle l’apprécie avec bienveillance et, si elle peut, elle en assure la parfaite conservation ; qui plus est, elle l’admet parfois dans la liturgie elle-même, pourvu que cela s’harmonise avec les principes d’un véritable et authentique esprit liturgique.


38 – Pourvu que soit sauvegardée l’unité substantielle du rite romain, on admettra des différences légitimes et des adaptations à la diversité des assemblées, des régions, des peuples, surtout dans les missions, même lorsqu’on révisera les livres liturgiques ; et il sera bon d’avoir ce principe devant les yeux pour aménager la structure des rites et établir les rubriques.

39 – Dans les limites fixées par les éditions typiques des livres liturgiques, il reviendra à l’autorité ecclésiastique ayant compétence sur le territoire, mentionnée à l’article 22 § 2, de déterminer les adaptations, surtout pour l’administration des sacrements, les sacramentaux, les processions, la langue liturgique, la musique sacrée et les arts, conformément toutefois aux normes fondamentales contenues dans la présente Constitution.

40 – Mais, comme en différents lieux et en différentes circonstances, il est urgent d’adapter plus profondément la liturgie, ce qui augmente la difficulté :

1. L’autorité ecclésiastique ayant compétence sur le territoire, mentionnée à l’article 22 §2, considérera avec attention et prudence ce qui, en ce domaine, à partir des traditions et du génie de chaque peuple, peut opportunément être admis dans le culte divin. Les adaptations jugées utiles ou nécessaires seront proposées au Siège apostolique pour être introduites avec son consentement.

L’autorité ecclésiastique ayant compétence sur le territoire, mentionnée à l’article 22 §2, considérera avec attention et prudence ce qui, en ce domaine, à partir des traditions et du génie de chaque peuple, peut opportunément être admis dans le culte divin. Les adaptations jugées utiles ou nécessaires seront proposées au Siège apostolique pour être introduites avec son consentement.


2. Mais pour que l’adaptation se fasse avec la circonspection nécessaire, faculté sera donnée par le Siège apostolique à cette autorité ecclésiastique territoriale de permettre et de diriger, le cas échéant, les expériences préalables nécessaires dans certaines assemblées appropriées à ces essais et pendant un temps limité.

3. Parce que les lois liturgiques présentent ordinairement des difficultés spéciales en matière d’adaptation, surtout dans les missions, on devra, pour les établir, avoir à sa disposition des hommes experts en ce domaine.

Ajoutons que Benoît XVI avait dit lors d’un voyage au Bénin que, “tout en restant lui-même dans l’absolue fidélité à l’annonce évangélique et à la tradition ecclésiale, le christianisme revêtira le visage des innombrables cultures et des peuples dans lequel il est enraciné,” (Africae Munus)


Source : https://www.argedour.bzh/concernant-l-inculturation-de-la-liturgie/



Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juil 06 2017, 02:36

.

Stan a écrit:
territoire en héritage a écrit:

Mgr Fonlupt, évêque de Rodez, "célèbre" la Messe avec une liturgie complètement dévoyée et idolâtrique, un spectacle hérétique affreux ! ... :


Je pense qu'il aurait été intéressant, TEH, que vous précisiez les raisons qui vous permettent de dire que la liturgie que nous montre la vidéo présentée par vous est dévoyée et idolâtrique, voire hérétique et affreuse ?

...


En premier lieu, Mgr Fonlupt est évêque du diocèse de Rodez où a eu lieu la cérémonie d'ordination de Manoj, originaire du sud de l'Inde, et Rodez est en France.

Donc la pratique de l'inculturation tamoule n'a déjà pas lieu d'être en France. Elle commence par une "réception" tamoule de l'évêque par une laïque avec un rite tamoul d'apposition sur le front puis une élévation solennelle d'une noix de coco par l'évêque et se prolonge ultérieurement par des danses indiennes pendant plusieurs minutes (plus de 6 minutes). Remarque supplémentaire : la noix de coco dans la religion hindoue est utilisée dans la "kalasha" et a une signification religieuse (que volontairement je ne donne pas...) signification nécessairement idolâtrique pour le catholicisme.

Ce qui est beaucoup plus grave c'est qu'au moment de l'Elévation des Saintes Espèces il y a longuement une élévation par des laïques debout près de l'autel de plats ronds en même temps que des chants laïcs et alors que les prêtres restent immobiles et silencieux, les servants de Messe étant à genoux pour l'adoration qui est dûe à Dieu seul en silence et en suivant normalement le rite catholique ...
Cette "concurrence" d'élévation ainsi que les chants n'ayant pas lieu d'être à ce moment offense la Divine Majesté de manière évidente par son irrespect de la Sainte Eucharistie et perturbe la concentration et la prière silencieuse d'adoration des fidèles : cela ne convient pas du tout même si c'était célébré en milieu tamoul ! ...

Liturgie dévoyée et hérétique.

Cet irrespect me choque profondément et est anti-catholique ! ...

Cet évêque est dans l'erreur et dans l'errance sur cette liturgie mais il est vrai qu'il y a des évêques et des cardinaux au Vatican même qui sont dans des sectes sataniques entre autres choses ... Ce qui ne légitime rien.



.


Dernière édition par territoire en héritage le Jeu Juil 06 2017, 03:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juil 06 2017, 03:09

territoire en héritage a écrit:
Cet irrespect me choque profondément et est anti-catholique ! ...

Je suis totalement d'accord avec vous, TEH ! Lorsque j'ai lu le premier post de Stan, je me suis demandé si Rodez était bien en France, j'ai vérifié et c'était le cas. Mais bon sang, on va finir par faire n'importe quoi dans nos églises ... pourquoi pas des célébrations évangéliques  ou autres, par exemple des francs-maçons qui viendraient saluer le Grand Architecte !

Bien à vous,
LucJos

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juil 06 2017, 06:05



LucJos a écrit:
territoire en héritage a écrit:
Cet irrespect me choque profondément et est anti-catholique ! ...

Je suis totalement d'accord avec vous, TEH ! Lorsque j'ai lu le premier post de Stan, je me suis demandé si Rodez était bien en France, j'ai vérifié et c'était le cas. Mais bon sang, on va finir par faire n'importe quoi dans nos églises ... pourquoi pas des célébrations évangéliques  ou autres, par exemple des francs-maçons qui viendraient saluer le Grand Architecte !

Bien à vous,
LucJos


Merci LucJos de donner votre avis, bien d'accord avec vous et cela me réconforte aussi ! ...

Il y a hélas encore d'autres aberrations; quelques exemples et anecdotes fournie par l'actualité - pour faire plaisir à Stan je vais citer un de ses sites préférés d'ailleurs Humour !  :

http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html

Citation :
Mercredi, 5 juillet 2017. Le 17 octobre aura lieu la “journée internationale de lutte contre la pauvreté”. Pour différentes raisons, le diocèse de Bologne (I) a décidé d’avancer la date au 1er octobre. A cette occasion, un repas sera servi dans la basilique San Petronio. Puis les convives seront invités à aller à la messe...





Citation :
* * * * NOUVEAU Jeudi, 6 juillet 2017. Dans le journal bavarois “Neue Passauer Presse”, le Cardinal Gerhard Ludwig Müller ne s’est pas privé de critiquer vivement la manière avec laquelle il a été évincé de la Congrégation pour la doctrine de la Foi. Il a révélé que le pape François l’avait “informé de sa décision à la dernière minute, le jour même où expirait son mandat de préfet d’une durée de 5 ans. »
Et le cardinal Müller de préciser que le pape ne lui a donné aucune raison pouvant justifier sa décision. “Un silence que je ne saurais accepter”, conclut le prélat allemand
.

* * * * NOUVEAU Jeudi, 6 juillet 2017. La veille de son décès, le cardinal Meissner a eu un échange téléphonique avec le cardinal Müller qui venait d’être démissionné par François.
Le cardinal Müller raconte : « Le cardinal Meissner s’était dit très attristé par la décision du pape qui - avait-il ajouté - va causer des dommages dans l’Eglise
. »

* * * * NOUVEAU Jeudi, 6 juillet 2017. Selon la presse italienne, le pape François s’est mis en colère en apprenant qu’un prélat avait organisé une orgie gay dans un appartement situé dans l’ancien Saint-Office. Toujours selon la presse, le pape envisagerait de démissionner le cardinal Coccopalmerio qui est proche du prélat impliqué dans l’affaire.
Les scandales s'accumulent dans l'entourage d'un pape qui, à force de se vouloir outrageusement populaire, s'est de plus en plus lui-même isolé.

* * * * NOUVEAU Jeudi, 6 juillet 2017. En Sicile, Mgr Archbishop Corrado Lorefice, archevêque de Palerme, a interdit à Don Alessandro Maria Minutella de célébrer la messe et d’administrer les sacrements.
La faute commise par le prêtre est rédhibitoire : dans ses homélies, il s’employait à défendre la sacramentalité du mariage et donc, par la force des choses, passait sous silence les plus “beaux” passages d’ “Amoris laetitia” autorisant la communion pour tous. Les paroissiens de Palerme affirment connaître plusieurs prêtres “hyper-progressistes et gay friendly” qui font problème. Mais ceux-ci ne sont pas inquiétés par leur hiérarchie.







Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juil 06 2017, 16:17

territoire en héritage a écrit:
.

Stan a écrit:
territoire en héritage a écrit:

Mgr Fonlupt, évêque de Rodez, "célèbre" la Messe avec une liturgie complètement dévoyée et idolâtrique, un spectacle hérétique affreux ! ... :


Je pense qu'il aurait été intéressant, TEH, que vous précisiez les raisons qui vous permettent de dire que la liturgie que nous montre la vidéo présentée par vous est dévoyée et idolâtrique, voire hérétique et affreuse ?
...

Liturgie dévoyée et hérétique.

Cet irrespect me choque profondément et est anti-catholique ! ...

Cet évêque est dans l'erreur et dans l'errance sur cette liturgie mais il est vrai qu'il y a des évêques et des cardinaux au Vatican même qui sont dans des sectes sataniques entre autres choses ... Ce qui ne légitime rien.




.


Citation :

Quelques caractéristiques
de l'agir de Satan


Pour atteindre ses buts, Satan peut utiliser
ceux qui ont tendance à tordre ou à nuancer
la vérité pour en tirer parti
.

Satan méprise l’autorité
et agit avec arrogance
.


Satan prétend être chrétien, et faire partie
de l’Eglise
et qui
a des ministres qui se déguisent
en ministres de Jésus-Christ 
– qui prétendent
être des dirigeants chrétiens ! Ces faux ministres
prêchent « un autre Jésus […] un autre esprit
[… et] un autre évangile » (2 Corinthiens 11 :1-4)

Source : http://nouvellejerusalem.forumactif.com/t28632-les-astuces-de-satan-savez-vous-comment-opere-le-diable-et-pourquoi#213055




Citation :

Quelques questions
pour un discernement
des manoeuvres du malin ?


Si tout ce que vous voyez dans la célébration liturgique du clip intitulé "Ordination à Manoj" est considéré par vous comme étant une liturgie dévoyée et hérétique, il serait sans doute intéressant que vous nous donniez quelques exemples concrets de liturgie qui seraient, selon vous, exemplaires et "non-dévoyées" tout en appliquant le Chapitre III de la Constitution Sacrumsanctum issue du Concile Vatican II que j'ai cité :



Citation :
L’Église, dans les domaines qui ne touchent pas la foi ou le bien de toute la communauté, ne désire pas, même dans la liturgie, imposer la forme rigide d’un libellé unique : bien au contraire, elle cultive les qualités et les dons des divers peuples et elle les développe. (...)


Mais quel est donc, selon vous, cet esprit venimeux qui méprise l’autorité et agit avec arrogance; cet esprit qui, sur le site Pro Liturgia, préside aux informations biaisées et tendancieuses, aux paroles insinuantes... accusatrices et méprisantes contre le pape François... et qui présente ainsi notre pape comme « se voulant outrageusement populaire » «faisant tout pour se rendre populaire », «...prisonnier d'idéologues comploteurs », [size=17]« un pape autoritaire qui n'écoute que lui et ne voit que ses intérêts », (qui a un)
goût pour les mises en scène médiatisées, des déclarations à l’emporte-pièce, une volonté de ne s’entourer que de gens qui l’admirent et de se débarrasser des autres», et dont « le pontificat est plein de rancoeur permanente et de ressentiment » ?

Quel est cet esprit ténébreux qui, sur le site Pro Liturgia, dénigre encore si hargneusement les préparatifs du synode sur la jeunesse” en le qualifiant de « grand salmigondis de questions très subjectives », de « questionnaire bien creux », Ce qui laisse deviner, accuse encore le site Pro Liturgia, qu’il ne servira à rien et qu’en haut lieu, au Vatican, tout est joué d’avance. » ?

Mais c
omment donc ne pas reconnaitre dans les accusations ténébreuses des derniers paragraphes ci-dessus, l'esprit de celui dont sont dévoilées les astuces au lien ci-dessous ?
[/size]
Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juil 06 2017, 19:03

.

Stan a écrit:
...

...Satan méprise l’autorité
et agit avec arrogance[/i][/color].[/b]
[/u]
...Satan prétend être chrétien, et faire partie
de l’Eglise[/i] et qui[/b][/color] a des ministres qui se déguisent
en ministres de Jésus-Christ 
– qui prétendent
être des dirigeants chrétiens ! Ces faux ministres
prêchent « un autre Jésus […] un autre esprit
[… et] un autre évangile » (2 Corinthiens 11 :1-4)

...

Vous avez raison sur la formalité de ce que vous affirmez et nous sommes d'accord à ce sujet mais pas pour les mêmes raisons probablement ...

Citation :
Si tout ce que vous voyez dans la célébration liturgique du clip intitulé "Ordination à Manoj" est considéré par vous comme étant une liturgie dévoyée et hérétique

Je n'ai pas vu l'ensemble de la cérémonie mais comme vous une partie et on voit bien que cette partie contient effectivement le dévoiement hérétique et blasphématoire que j'ai déjà relaté et en particulier contre la Sainte Eucharistie : cf. ci-dessus.

Citation :
il serait sans doute intéressant que vous nous donniez quelques exemples concrets de liturgie

La dénonciation d'errements n'est pas un cours de théologie ! ... si vous en voulez plus en théologie liturgique, vous pourrez toujours trouver cela en cherchant sur internet par exemple.

Citation :
Mais quel est donc [...] cet esprit venimeux [...] qui sur le site Pro Liturgia, préside aux informations biaisées et tendancieuses, aux paroles insinuantes... accusatrices et méprisantes contre le pape François...

Je n'y vois aucun "esprit venimeux" ni biais ni tendancieux ou mépris etc ... mais par contre si vous voulez argumenter plutôt qu'asséner vos dires à partir d'un des textes que j'ai postés du site - ou de n'importe quel autre site, document, infos etc ... - comme déjà dit de nombreuses fois, n'hésitez pas ! ...

Dans mon dernier post il y avait une mention d'un repas dans une basilique, puis des conditions dans lesquelles le cardinal Muller a dû quitter son poste à la CDF et dont il a parlé, puis d'un propos du cardinal Meisner la veille de son décès, puis de l'orgie gay au Vatican et de la colère du pape en réaction et enfin d'une interdiction d'un prêtre Don Alessandro Maria Minutella, défendant la sacramentalité du mariage, par un suspens a divinis.

Il n'y a pas là de mépris; en ce qui concerne l'affirmation de la volonté d'être "outrageusement populaire" - expression que, personnellement, je n'aurais pas utilisée pour son excès mais il est vrai cependant que le pape semble beaucoup apprécier la popularité ... - c'est une opinion de l'auteur du site qui utilise l'effet de style de l'hyperbole, mais pas le mépris.




.
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Juil 06 2017, 23:34

territoire en héritage a écrit :

Citation :
Stan a écrit:

Citation :
il serait sans doute intéressant que vous nous donniez (Je complète ici la phrase de ma demande faite à vous, dont vous avez occulté (amputée) la section qui lui donne sa véritable portée... laquelle section je souligne ci-dessous en rouge afin de lui redonner le véritable sens qui a été dénaturé par la citation incomplète que vous en avez faite.)
quelques exemples concrets de liturgie qui seraient, selon vous, exemplaires et "non-dévoyées" tout en appliquant le Chapitre III de la Constitution Sacrumsanctum issue du Concile Vatican II que j'ai cité :
La dénonciation d'erremenhttp://nouvellejerusalem.forumactif.com/post?t=25905&mode=reply#ts n'est pas un cours de théologie ! ... si vous en voulez plus en théologie liturgique, vous pourrez toujours trouver cela en cherchant sur internet par exemple.

Je pense que les lecteurs de cette page peuvent se rendre maintenant compte que je vous ai bien demandé de me donner des EXEMPLES CONCRETS DE LITURGIE (INCULTURÉE) qui seraient, selon vous, exemplaires et non-dévoyés, et que je ne suis pas en recherche d'un cours de théologie sur la liturgie.

En autant que cela puisse vous sensibiliser davantage à la liturgie catholique inculturée, je vous en laisse, ci-dessous, trois exemples CONCRETS (réussis) que j'ai trouvés sur YOUTUBE :








Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Ven Juil 07 2017, 04:08

.

Stan a écrit:
... je vous ai bien demandé de me donner[/color] des EXEMPLES CONCRETS DE LITURGIE (INCULTURÉE) qui seraient, selon vous, exemplaires et non-dévoyés, et que je ne suis pas en recherche d'un cours de théologie sur la liturgie.[/b][/color]

je vous en laisse, ci-dessous, trois exemples CONCRETS (réussis) que j'ai trouvés sur YOUTUBE :...

Vous avez trouvé finalement tout seul des videos ...

Mais vous faites erreur déjà sur le sens même de : "liturgie inculturée" qu'en plus vous confondez avec les aménagements éventuels possibles à l'intérieur de la cérémonie de l'offertoire lors de l'accueil d'une petite communauté catholique de culture différente.

L'inculturation pour la liturgie de la Messe se réalise lorsque dans un pays, une région, d'une certaine culture des prêtres d'une autre culture célèbrent la Messe suivant la culture existante dans l'endroit où ils célèbrent ce qui n'était pas du tout le cas à Rodez ci-dessus puisque des prêtres - avec l'évêque du lieu - célébraient en ce lieu avec des aménagements - abusifs - d'une autre culture (la culture tamoule) Comprenez-vous l'inversion ?

Mais le plus grave ce n'est même pas cela.

Vous donnez des exemples de réalisations particulières de processions lors de l'offertoire ainsi la danse des moniales malgaches au Laus ... c'est une chose.

Mais je vous ai montré l'attitude blasphématoire observée lors de l'élévation de la sainte Eucharistie.

Est-ce que vous comprenez l'énorme différence ? ? ... Ou seriez-vous déjà aussi  du côté de ceux qui relativisent l'Eucharistie elle-même, ce qui serait très dangereux pour vous dans ce cas ... ?




.
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Ven Juil 07 2017, 06:49

territoire en héritage a écrit:
L'inculturation pour la liturgie de la Messe se réalise lorsque dans un pays, une région, d'une certaine culture des prêtres d'une autre culture célèbrent la Messe suivant la culture existante dans l'endroit où ils célèbrent ce qui n'était pas du tout le cas à Rodez ci-dessus puisque des prêtres - avec l'évêque du lieu - célébraient en ce lieu avec des aménagements - abusifs - d'une autre culture (la culture tamoule) Comprenez-vous l'inversion ?

TEH, si vous n'aviez pas raison, alors bientôt nous allons vivre nos célébrations eucharistiques en nous laissant progressivement influencer par la culture musulmane et notre pauvre liturgie, si belle, mais pourtant déjà tellement banalisée, ne deviendra plus qu'un beau souvenir.

Bien à vous,
LucJos

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Juil 19 2017, 10:38



Le journal la-croix.com encourage le soutien familial à la fornication entre adolescents pendant les vacances :

http://www.la-croix.com/Famille/Enfants/Faut-emmener-petit-copain-petite-copine-ado-vacances-2017-07-18-1200863776?utm_source=Newsletter&utm_medium=e-mail&utm_content=20170718&utm_campaign=newsletter__crx_parents&utm_term=719172&PMID=9932c4ab5190978475a9fd2c37dbde2e

Citation :
Faut-il emmener le petit copain ou la petite copine de son ado en vacances ?
Recueilli par Paula Pinto Gomes, le 18/07/2017 à 16h21

 
La présence de l’amoureux (se) de son ado en vacances n’est pas toujours simple à gérer pour la famille qui rêve de retrouvailles dans une ambiance de détente estivale.

Les conseils d’Yvonne Poncet-Bonissol, psychologue clinicienne.
« Pour partager des vacances ensemble, il faut que l’histoire d’amour dure depuis au moins six mois et même plutôt un an », explique Yvonne Poncet-Bonissol, psychologue clinicienne.
ZOOM

« Pour partager des vacances ensemble, il faut que l’histoire d’amour dure depuis au moins six mois et même plutôt un an », explique Yvonne Poncet-Bonissol, psychologue clinicienne. / milatas - stock.adobe.com

La Croix : Comment réagir lorsque son ado vous demande s’il peut emmener son petit ami ou sa petite amie en vacances ?

Yvonne Poncet-Bonissol : Pour emmener le petit copain ou la petite copine de son ado en vacances, il faut que le jeune en question soit déjà connu de la famille. Il est aussi souhaitable que les parents se rencontrent avant, lors d’un dîner par exemple, pour échanger sur les modalités de cette première expérience. Chacun doit pouvoir exprimer ses attentes, ses exigences éducatives et l’adolescent doit accepter les règles de la famille qui l’accueille.

La durée de la relation est-elle aussi un critère ?

Y. P.-B. : Oui, bien sûr. Pour partager des vacances ensemble, il faut que l’histoire entre les deux jeunes dure depuis au moins six mois et plutôt même un an. Il est important qu’il y ait une vraie relation affective, avec une communication, du dialogue, qu’il y ait, en somme, une dimension sérieuse, même si le couple n’est pas forcément destiné à durer.

Si la relation est sérieuse, faut-il accepter que les adolescents partagent le même lit ?

Y. P.-B. :Tout dépend de l’âge des adolescents et du point de vue des familles, mais avant 16, 17 ans, les relations sexuelles ne me semblent pas indiquées. Les jeunes ont besoin d’apprendre à décliner la carte du tendre et à trouver leur propre intimé avant d’entrer dans la sexualité. Les vacances ne doivent donc pas leur donner l’occasion de franchir le pas, surtout sous le regard du père et de la mère. À moins, bien sûr, que les adolescents aient déjà une sexualité sous le toit des parents.

Lorsque la relation est stable et jugée sérieuse, ces vacances sont aussi une manière d’intégrer le petit ami ou la petite amie dans la famille…

Y. P.-B. :Oui, ces vacances ensemble ont parfois un petit goût de fiançailles. C’est une manière d’asseoir la relation et d’intégrer le petit copain ou la petite copine dans la famille. Il est donc important que l’expérience se passe bien. Pour cela, l’adolescent ne doit pas se conduire comme un invité passif mais participer aux tâches familiales, comme les courses, la vaisselle, etc. La pause estivale est un moment de détente, on lâche prise, on se libère de certains codes, on est beaucoup plus authentiques. Il ne faudrait pas que le jeune devienne un poids pour la famille mais qu’il s’intègre dans la légèreté des vacances.

Journal en principe dit catholique ...




Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Sam Juil 22 2017, 09:50



Le cardinal Cupich autorise la communion pour les homosexuels actifs :


https://gloria.tv/article/QhPq6smJ1Nsv2ZAbD7xjEsbqC

Citation :
Le 17 juillet, le cardinal de Chicago Blase Cupich était invité dans le spectacle vidéo "City Club of Chicago" pour commenter les propos de Thomas Paprocki, évêque de Springfield qui a décrété que les personnes vivant dans des pseudo-mariages gay ne peuvent pas recevoir la sainte communion.

Cupich a répondu : "On nous a déjà posé des questions sur ce sujet et nous avons répondu que ce n'est pas notre politique et nous ne sommes pas en mesure de faire des commentaires sur les politiques d'autres diocèses".

Selon la doctrine catholique, les personnes qui vivent dans un péché grave ne sont pas autorisées à recevoir la communion sans se repentir et confesser leurs péchés.


Cf. aussi déjà en 2015 :

http://dieuetmoilenul.blogspot.fr/2015/12/larcheveque-cupich-recidive-les.html




Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Aoû 03 2017, 11:53



LES ÉGLISES SONT-ELLES ENCORE DES LIEUX SACRÉS?

https://www.facebook.com/1603691366554640/posts/1920895784834195

Citation :
LES ÉGLISES SONT-ELLES ENCORE DES LIEUX SACRÉS?

La semaine dernière Emma Bonino, l'égérie de l'avortement italienne, a été invitée à prendre la parole dans une église de Biella, dans le Piémont, pour parler des migrants, un thème cher au Pape François. Dans les années 70, Emma Bonino se vantait d'avoir effectué des milliers d'avortements avec une pompe à vélo en Italie et en Angleterre.

[...]

Quand un défenseur de la vie, le Dr Aletti, a souhaité poser une question, il a tout de suite été hué par la foule au cris de "honte, honte!". Une autre personne, M. Cerutti, a demandé pourquoi, contrairement aux migrants, l'Italie n'avait pas accueilli les 6 millions de bébés avortés grâce à la loi autorisant l'avortement en Italie promue par Mme Bonino, il a été emmené par les carabiniers.

En son honneur, le curé du lieu avait pris soin de voiler le crucifix et le tabernacle dans l'Eglise afin de ne pas choquer les non-croyants.

Interpellé à ce sujet, Mgr Mana, l'évêque local, a convenu mais tardivement, qu'il s'agissait d'une initiative personnelle du curé et qu'un autre lieu aurait été peut-être plus adapté.

Aujourd'hui, un paroissien envoie à Marco Tosatti les images d'une église près de Parme transformée en coulisses où des jeunes gens se sont promenés en sous-vêtements pour se changer et se maquiller à l'occasion d'un spectacle de théâtre se déroulant sur le parvis.

D'autant que juste à côté de cette église se trouvent la cure, les locaux paroissiaux et l'école primaire paroissiale qui auraient, eux, très bien pu être utilisés comme vestiaires.

Il se pose cette question: le clergé est-il encore sensible au caractère sacré du lieu dans lequel se déroule chaque jour, ou au moins le dimanche, l'Eucharistie? Nos églises sont-elles devenues des espaces polyvalents qu'on peut affecter à n'importe quel usage? Qu'enseigne-t-on aujourd'hui aux futurs prêtres à ce sujet dans les séminaires? Un lieu consacré est-il réellement considéré comme tel par les prêtres? Selon lui, la banalisation de ces abus contribue directement au déclin de la foi en Italie.

Source: Marco Tosatti, vaticaniste à La Stampa.


[...]





.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Sam Aoû 19 2017, 05:50



L'homosexualité d'après Mgr Antônio Carlos Cruz Santos, évêque de Caicó, Brésil serait un don de Dieu :

https://www.lifesitenews.com/news/bishop-when-you-look-at-homosexuality-you-cannot-say-its-an-option-...-but?utm_source=LifeSiteNews.com&utm_campaign=96f594bd84-Catholic_8_15_2017&utm_medium=email&utm_term=0_12387f0e3e-96f594bd84-402341621

Traduction partielle :

http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/08/16/un-don-de-dieu-5971703.html  

Citation :
mercredi 16 août 2017
Un don de Dieu
Tweet

« Quand on considère l’homosexualité, on ne peut pas dire que c’est une option. Si ce n’est pas un choix, si ce n’est pas une maladie, dans la perspective de la foi ce peut être seulement un don. Un don de Dieu. C’est donné par Dieu. Mais peut-être nos préjugés ne saisissent-ils pas le don de Dieu. »

Mgr Antônio Carlos Cruz Santos, évêque de Caicó, Brésil (nommé par François), dans son homélie du dimanche 30 juillet.


pour une traduction plus étendue mais "automatique" de l'article de lifesitenews :


Citation :


L'évêque nommé par le pape Francis: l'homosexualité n'est pas «une option ... mais un cadeau de Dieu

CAICO, Brésil, 10 août 2017 (LifeSiteNews) - Un évêque brésilien qui a qualifié l'homosexualité d'un «don de Dieu» dans une homélie a défendu ses propos en disant que son intention était de «sauver des vies» et d'aider à «surmonter les préjugés qui tuent». Daniel Mattson, catholique du même sexe et auteur du livre de Ignatius Press récemment publié "Pourquoi je ne m'appelle pas gay" dit que les paroles de l'évêque feront le contraire. "Si l'homosexualité est un cadeau et donc c'est bon , Alors pourquoi n'est-il pas bon d'agir là-dessus? ", A-t-il déclaré à LifeSiteNews.

Il y a une incohérence logique qui entraînera beaucoup de confusion, en particulier pour les jeunes, ce qui entraînera plus de dégâts. Parce que quand ils vivent en dehors du plan de Dieu pour la sexualité humaine, cela conduit toujours au malheur et au désespoir. "L'évêque Antônio Carlos Cruz Santos de Caicó, au Brésil, a déclaré lors d'une messe du 30 juillet que« lorsque vous regardez l'homosexualité, vous ne pouvez pas dire que c'est une option ", A déclaré Crux." Si ce n'est pas un choix, si ce n'est pas une maladie, dans la perspective de la foi, cela ne peut être qu'un cadeau ", a ajouté l'évêque." Un don de Dieu. C'est donné par Dieu. Mais peut-être que nos préjugés n'obtiennent pas le don de Dieu.

...

L'évêque a également mentionné la citation du pape Francis de 2013: "Si quelqu'un est gay et cherche le Seigneur et a de la bonne volonté, alors, qui suis-je pour le juger?", A cité le pape au Catechisme De l'Église catholique, qui proscrit une discrimination injuste à l'égard des personnes homosexuelles, a rapporté Crux

...

"Comme le pape Francis l'a dit plusieurs fois, les gens connaissent par cœur la doctrine de l'Église concernant l'avortement , Le divorce et les actes homosexuels ", a-t-il écrit." Il nous demande de ne pas être obsédé par le péché, d'augmenter les blessures de ces personnes et insiste sur le fait que les portes de l'église sont ouvertes à l'accueil, à l'instruction, à la discernement, à l'amour pour apporter Le salut à tous sans exception ".

...

Cruz donne "une vue incomplète des possibilités" en ce qui concerne l'inclinaison homosexuelle, a indiqué Mattson. "Il dit que si ce n'est pas un choix, si ce n'est pas une maladie, cela ne peut être qu'un cadeau. Mais bien sûr, il y a une autre option ", a-t-il déclaré. «Que, à la suite du péché originel, nous avons des appétits désordonnés en nous et nous ne voyons pas les choses clairement comme elles le sont réellement». En effet, la section 2358 du Catéchisme fait écho à la Lettre du Vatican de 1986 sur la Pastorale des Personnes Homosexuelles en déclarant Que l'inclinaison homosexuelle est un «désordre objectif». Ce dernier document note: «Bien que l'inclinaison particulière de la personne homosexuelle ne soit pas un péché, c'est une tendance plus ou moins forte ordonnée à l'égard d'un mal moral intrinsèque et donc de l'inclination elle-même Doit être considéré comme un trouble objectif. "

...









Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Aoû 30 2017, 13:27



Un exemple aberrant d'iconoclasme moderne pour "plaire" aux non chrétiens dans toute son absurdité :  

https://reinformation.tv/ecole-catholique-enleve-inclusive-statues-san-domenico-san-anselmo-californie-smits-73929-2/  
En Californie, l’école catholique de San Domenico à San Anselmo enlève les statues pour être plus « inclusive »
28 août 2017 16 h 30 min

Une des statues religieuses actuelles, sur le campus de San Domenico School à San Anselmo.






L’iconoclasme du XXIe siècle a pour motif l’antiracisme et la lutte contre l’exclusion. En Californie, des sœurs dominicaines – les Dominican Sisters of San Rafael – se sont mises d’accord avec la directrice de leur école San Domenico à San Anselmo pour déboulonner des statues religieuses et enlever autres tableaux et icônes afin de rendre l’école plus « inclusive ». De nombreux parents se sont émus de la démarche, qui altère l’identité de cette école fondée en 1850 en tant qu’école indépendante par des religieuses dominicaines. La direction veut aujourd’hui insister sur son identité d’école indépendante.

De fait, 80 % des familles de cette petite ville cossue près de San Francisco qui confient leurs enfants à San Domenico aujourd’hui ne s’identifient pas comme catholiques. Alors que l’école pratique des tarifs prohibitifs – il faut compter 29.850 dollars pour la scolarité d’une année en maternelle, soit plus de 24.000 euros, et 42.825 dollars pour la demi-pension au lycée – les motifs de la remise à la cave de nombre de statues de la Vierge Marie et des saints sont peut-être aussi mercantiles. Même si cela n’empêche pas le syncrétisme religieux, comme nous allons le voir.

San Domenico à San Anselmo sans ses saints

C’est à la suite d’une enquête réalisée par l’institution dans le cadre de la communauté environnante que la directrice de l’école, Cecily Stock, a constaté que San Domenico était « perçue comme une école catholique et pas nécessairement comme une école indépendante ». « Nous voulons nous assurer que les futures familles intéressées sachent que nous sommes une école indépendante », a-t-elle déclaré. Histoire d’attirer le chaland.

L’école, qui couvre l’ensemble des classes depuis la maternelle jusqu’au lycée, compte aujourd’hui 660 élèves, dont 121 pensionnaires en provenance de la Colombie Britannique, de Pékin, Shanghai, Hong Kong, du Mexique, de Corée, de Thaïlande et du Vietnam. Au nombre des religions représentées parmi l’ensemble des jeunes scolarisés : le judaïsme, le bouddhisme, l’hindouisme et l’islam.

Amy Skewes-Cox, présidente du conseil d’administration de l’établissement, résume la situation : « Si vous marchez sur le campus et que la première chose qui vous saute aux yeux, c’est trois ou quatre statues de saint Dominique et de saint François, cela peut agir comme repoussoir pour cette autre religion, et nous ne voulons pas accentuer ce sentiment. » Et d’ajouter que la mise au rebut des statues est « en complète conformité » avec le nouveau plan stratégique de l’école adoptée à l’unanimité par le conseil et par les religieuses de San Domenico. Sur les quelque180 statues et images religieuses qui se trouvaient sur le campus, il en reste aujourd’hui 18, dont la statue de saint Dominique au centre de la propriété. Largement suffisant, donc… Son seul regret, c’est que l’affaire se soit produite au moment des troubles à Charlottesville à propos de l’enlèvement de la statue du général Robert E. Lee : les deux affaires sont selon elles « totalement différentes » et « Il n’y a absolument aucun lien en dehors du fait qu’il s’agit d’un changement et que les gens ont toujours des difficultés à accepter le changement ».

L’école catholique de Californie qui enlève les statues de la Vierge pour être plus inclusive

Un changement de taille : cette école catholique affiche désormais un énoncé de mission d’où le mot catholique est exclu, tandis que les sacrements ne sont plus proposés dans le cadre scolaire, il n’y a plus d’enseignement du catéchisme mais une initiation aux religions du monde, et aussi bien les logos que l’uniforme ont été modifiés pour paraître moins catholiques. C’est l’inclusion pour tous, sauf les catholiques !

Beaucoup d’anciens parents se sont plaints, y compris certains qui ne partagent pas la foi catholique. C’est ce que note Kim Pipki, dont la fille a quitté l’établissement il y a deux ans : « La statue principale dont la disparition a provoqué la colère est celle d’une Vierge à l’enfant au centre de la cour de l’école primaire. » Tous les ans, les petits élèves participaient au couronnement de la statue, ce qui finalement ne gênait pas les non catholiques. Celle-ci commente par exemple : « Il était moins question de Dieu que de la transmission de traditions. Les gens ont été choqués de savoir que les statues avaient été jetées à la cave. »

Les dominicaines sont au contraire à l’aise par rapport au cours des choses. La sœur Maureen McInerney, prieure générale, estime que tout se passe bien même si elle se refuse à aller tout surveiller dans les détails : « San Domenico est une école catholique ; elle accueille également des gens de nombreuses croyances. Elle fait l’effort d’être inclusive à l’égard de toutes les croyances », a-t-elle insisté. Le plan stratégique développé l’an dernier vise notamment à « renforcer l’identité de San Domenico en tant qu’école indépendante » en affirmant clairement sa « fondation spirituelle inclusive ».

Pour employer des termes moins gazés, il serait plus exact parler d’apostasie.

L’école inclusive qui ne fait pas d’« endoctrinement théologique »

En tout cas, les jeunes élèves dans cette école hors de prix n’y reçoivent plus la proposition de la foi ni la grâce des sacrements, puisque la préparation à la première confession et à la première communion a été définitivement abandonnée l’an dernier, après une première étape qui a consisté à enseigner le catéchisme après les heures d’école. « Peu de familles étaient intéressées. Je crois que l’an dernier, il y en avait moins de cinq », souligne Cecily Stock, la directrice. « C’était tout simplement plus intelligent de laisser les élèves se préparer à la première communion dans leurs paroisses locales avec un groupe plus important de jeunes. »

Le journaliste commente, admiratif : « Plutôt que d’endoctriner les enfants en théologie catholique, San Domenico assure aux élèves une instruction sur les religions du monde et la philosophie. » La directrice lui avait expliqué : « Il s’agit véritablement de rendre chaque élève autonome en lui donnant l’information afin qu’il puisse découvrir le sens de sa propre vie, sa propre vérité. Nous pensons que le meilleur moyen de comprendre sa propre foi, c’est d’être instruit sur les croyances d’autrui. »

Et pour enfoncer le clou, le directeur du département de la philosophie, de l’éthique et des religions du monde de l’école, Mirza Khan, ajoute : « La philosophie de l’enseignement des dominicains et de ne pas enseigner qu’il n’y a qu’une seule vérité. Elle vise à promouvoir la conversation, à inviter délibérément des participants qui ont des perspectives différentes dans un processus très ouvert d’enquête philosophique et spirituelle. Cela a fait partie depuis fort longtemps de la tradition dominicaine. »

On n’imagine pas rejet plus radical du « charisme » dominicain : Veritas, et Contemplata aliis tradere (communiquer aux autres le fruit de ce qu’on a contemplé).

Il est vrai que Khan est fils et petit-fils d’enseignants soufis en Inde. Qu’il a lui-même assisté un professeur à l’Université hébraïque de Jérusalem. Et qu’il annonce avoir vu en Israël combien le conflit entre religions peut être « dévastateur ».

L’objectif est donc bien là : en finir avec la vérité, et la remplacer par le sentiment d’être bien ensemble. Aussi l’école s’engage-t-elle à ne pas « discriminer illégalement sur le fondement de la race, de la couleur, de l’origine nationale et/ou ethnique, de l’âge, du genre, de l’orientation et de l’identité sexuelle, du handicap… » Tout un programme dont l’affaire de San Domenico n’est qu’une illustration parmi tant d’autres.

Jeanne Smits



Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Aoû 30 2017, 13:45



Idolâtrie hindoue pratiquée dans une église catholique :

http://www.la-croix.com/Religion/Catholicisme/Monde/divinites-dautres-religions-peuvent-elles-entrer-eglise-2017-08-29-1200872767

Les divinités d’autres religions peuvent-elles entrer dans une église ?
Marie Malzac, le 29/08/2017 à 15h28

Le vicaire épiscopal de la ville autonome de Ceuta a démissionné lundi 28 août de sa charge après avoir autorisé l’entrée dans une église d’un char portant l’effigie de Ganesh, la plus vénérée des divinités hindoues.
ZOOM

Le vicaire général de la ville autonome de Ceuta (territoire espagnol situé au nord du Maroc) a démissionné lundi 28 août de sa charge après avoir autorisé l’entrée dans l’église d’un char portant l’effigie de la divinité hindoue Ganesh.






La scène était pour le moins curieuse. À l’occasion des fêtes de Ganesh, des hindous ont pénétré dimanche 27 août à l’intérieur du sanctuaire de Notre-Dame d’Afrique, à Ceuta, territoire espagnol situé au nord du Maroc, en portant une statue à l’effigie de leur dieu. Là, les enfants hindous ont récité un Notre Père aux pieds de la Vierge du lieu, patronne de cette enclave située au nord du Maroc.

Puis, des fidèles catholiques, membres d’une confrérie locale,ont commencé à entonner un cantique à Marie, typique de la tradition espagnole, en hommage au dieu à la tête d’éléphant.

De telles rencontres « interreligieuses » ont lieu chaque année depuis huit ans, mais cette fois, les autorités ecclésiastiques ont réagi et ont réprimandé le vicaire épiscopal de Ceuta, le Père Juan José Mateo, responsable du sanctuaire.

Dès le lendemain, le diocèse de Cadix et Ceuta a publié sur son site un communiqué au ton particulièrement ferme pour condamner cet acte et informer de la démission du prêtre de sa charge. L’épisode avait suscité l’agitation sur certains sites catholiques espagnols, ce qui a pu déclencher la réaction institutionnelle.

« Scandale dans la communauté chrétienne »

« C’est mal et c’est un fait répréhensible qui n’aurait pas dû être consenti », indique l’évêché dans cette note, en référence à l’entrée dans le sanctuaire de la divinité hindoue. Mgr Rafael Zornoza, l’évêque du lieu, va jusqu’à faire part de sa « douleur profonde pour ce fait lamentable, qui a pu blesser, créer confusion ou scandale dans la communauté chrétienne ».

Chaque année, la procession au dieu Ganesh part du temple hindou de Ceuta pour finir dans la mer, où l’effigie, faite de boue et de sable, est plongée dans l’eau. « Depuis huit ans, nous faisons une halte au sanctuaire de la Vierge, car nous aussi la considérons comme la patronne de la ville », a expliqué Ramesh Chandiramani, le président de la communauté hindoue de Ceuta, à la presse locale. Quant à la confrérie qui les avait accueillis, elle avait même offert en une autre occasion une image de la Vierge aux hindous afin qu’ils l’installent dans leur temple « en signe de respect », a précisé le responsable religieux.

Le prêtre mis en cause « a reconnu son erreur, souligne le communiqué du diocèse. À aucun moment, il n’a voulu vénérer autre chose que notre Dieu unique et véritable. Son intention était simplement d’accueillir un geste de respect de la communauté hindoue par une offrande de fleurs à l’extérieur de l’église, et non pas de célébrer un acte religieux commun ». « Il a présenté sa démission, qui a été acceptée », conclut-il.

« Tu ne te feras pas d’idoles »

Pourquoi l’effigie d’une divinité n’a-t-elle pas sa place dans un lieu de culte catholique ? Car elle est considérée comme une idole, l’image d’une divinité qui est l’objet d’un culte d’adoration, un objet matériel qu’on suppose habité par la divinité qu’il représente. Or, pour un catholique, une église abrite la présence réelle du Christ, dans l’hostie consacrée conservée dans le tabernacle. La présence d’une autre représentation divine vient donc entrer directement en opposition avec l’unicité de Dieu en ce lieu. Le chant d’un cantique par les fidèles vers la statue de Ganesh est perçu comme un signe de déférence à l’égard de l’effigie d’une divinité d’une autre religion.

Le refus de toute autre divinité est ainsi au premier plan des injonctions divines pour un chrétien, tout comme il l’est pour un juif. Le premier commandement donné par Dieu à Moïse (Exode 20 ; 2-5) stipule que le peuple ne doit pas se faire « d’idoles » et n’adorer que « Dieu seul ». Une injonction que l’on retrouve dans le Nouveau Testament, notamment dans l’épître aux Corinthiens : « Ne devenez pas idolâtres » (1 Corinthiens, 10 ; 7).

Des liturgies « adaptées »

Mais cette exigence de foi dans un Dieu unique n’est pas la même dans toutes les religions. Ainsi, les hindous ne voient « pas de contradiction à prier Jésus et Krishna », rappelait dans La Croix le jésuite Noël Sheth, professeur de philosophie indienne à l’Institut pontifical de Pune (État du Maharashtra).

À lire : Le christianisme en Inde se veut davantage romain
Dans certains pays, l’Église autorise par ailleurs l’introduction de certains éléments des cultures locales dans la liturgie. Ainsi, en 1969, le Vatican avait autorisé « douze éléments d’adaptation » pour ces célébrations indiennes, telles la salutation avec les mains jointes devant le nez pour remplacer la génuflexion et l’échange de paix, ou l’utilisation d’encens, de fleurs et de lampes à huile. Mais, depuis ces dernières années, les Indiens chrétiens préfèrent le rite romain, avec servants d’autel et surplis en dentelles.



.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Sam Sep 09 2017, 11:34

Syncrétisme et divinisation païenne au Mexique
:


Syncrétisme : une statue mélange les images de la Vierge de Guadalupe et de la déesse Coatlicue-Tonantzin au Mexique – les « simples catholiques » protestent

https://reinformation.tv/syncretisme-statue-vierge-guadalupe-deesse-coatlicue-tonantzin-mexique-simples-catholiques-smits-74247-2/


Citation :


Une sculpture d’Ismael Vargas s’élève depuis peu au centre de la ville de Guadalajara au Mexique. Elle porte le titre révélateur de Sincretismo – « syncrétisme » – et montre en effet un télescopage d’une divinité aztèque, Coatlicue-Tonantzin, avec l’image de la sainte patronne des Amériques, la Vierge de Guadalupe, cette image non faite de main d’homme que vénèrent des millions de pèlerins chaque année à Mexico. Indigné, un groupe de catholiques qui se sont appelés le « Pueblo Catolico Sencillo » (le simple peuple catholique) a lancé dès la mi-août une campagne de protestation pour dénoncer le blasphème et demander le démantèlement de l’œuvre qui non seulement blesse les chrétiens, mais qui porte atteinte à l’honneur et à la vérité de la très Sainte Mère de Dieu, la plus magnifique des créatures, confondue avec l’idole d’une religion sanguinaire.

Installée au carrefour de l’avenue du Fédéralisme et de la rue Herrero y Cairo, la statue de 9 m de haut est constituée par le croisement de deux plaques d’acier colossales et ouvragées, où se superposent l’image si connue de Notre-Dame de Guadelupe et l’horrible déesse avec ses têtes de mort et son rictus cruel.

La volonté de syncrétisme est affirmée, et elle est visible. Coatlicue ou Tonantzin, dans la mythologie mexicaine, était la déesse de la fertilité, celle qui gouvernait sur la vie et sur la mort, vénérée comme la « mère des dieux ». Le sculpteur la présente comme « la mère de Huitzilopochtli, le dieu patron des mexiques ». On entend presque le ricanement du malin

La statue “Syncrétisme” mêle les images de la Vierge de Guadalupe et de la déesse Coatlicue

Coatlicue est l’exact contraire de la Vierge Marie : idole de pierre et non créature la plus pure qui soit, figure d’une croyance païenne qui exige le sacrifice humain, effrayante invention démoniaque dont la représentation rappelle la tristesse et la violence du panthéon précolombien. Coatlicue signifie littéralement : « Celle qui a une jupe de serpents. » Cette charmante déesse de la Terre portait en outre un collier de mains coupées, de cœurs et de crânes humains. Elle se rassasiait de cadavres d’hommes et ses mains et ses pieds étaient griffus. On l’appelait « notre grand-mère ».

Dans sa légende se trouve même une parodie de la conception virginale de l’enfant Jésus : on raconte qu’elle se trouvait au temple en prière et qu’une balle de plumes lui tomba sur le ventre, après quoi on découvrit qu’elle était enceinte. Ses enfants aînés la décapitèrent pour la punir et c’est à ce moment-là que naquit Huitzilopochtli, sorti tout armé du ventre de sa mère. Ce qui lui permit au passage de tuer ses frères et sœurs.

Aussi est-elle représentée avec la tête coupée et des flots de sang coulant de sa gorge.

On comprend que de nombreux catholiques de Guadalajara, de toutes conditions, se soient précipités dans la rue pour manifester et proclamer leur amour de la véritable patronne des Amériques, celle qui a mis fin au cycle de violence et d’horreur aztèques après l’arrivée des Espagnols en ouvrant le cœur des Indiens à la foi et en rendant possible la véritable fraternité d’enfants de Dieu entre colonisateurs et colonisés.

Tonantzin, une déesse aztèque qui se repaît de mort et de sang

Le dimanche 27 août, le cardinal Robles Ortega a dit, à la fin de la messe, son soutien à la manifestation. Il demandait notamment que les autorités tiennent compte de leur « inquiétude légitime », puisque l’œuvre fait partie de l’initiative Art public à Guadalajara et qu’elle a été financée par des deniers publics. C’est bien la moindre des choses. Mais les « catolicos sencillos », les simples catholiques ont été meurtris de la lettre du cardinal, qu’il a lue publiquement en tant qu’archevêque du lieu.

Cette lettre s’appesantit sur les explications envoyées au cardinal par l’artiste, Ismael Vargas qui prétend « présenter un récit clair et respectueux du processus historique qui a permis à la spiritualité des cultures amérindiennes de se fondre dans la foi chrétienne ». Commentaire du cardinal : ce type d’œuvre perturbe la foi des simples, de ceux qui ont l’habitude de voir l’image unique de la Vierge de Guadalupe.

« L’œuvre prise seule et en elle-même, sans que personne n’apporte une explication, perturbe en effet, oui, elle inquiète les simples ; c’est-à-dire, ceux qui n’ont pas la capacité de transcender l’œuvre d’art et ce qui est signifié. Je crois que c’est cela qui s’est passé. Les plus simples, les plus humbles croyants et dévots de la Très Sainte Vierge, habitués à voir son image unique, classique, se voient alors perturbés, désorientés par cette interprétation qui se veut artistique », a-t-il déclaré.

La molle protestation du cardinal Robles contre le blasphème


On conviendra que cette protestation est plutôt molle, admettant, rien de plus, que des gens simples – on les suppose peu intelligents – puissent être gênés dans leur foi du charbonnier. Pas un mot sur l’honneur de la Vierge. Pas un mot sur l’irréductible opposition entre la très Sainte Mère de Dieu, la Vierge qui donne la vie, médiatrice des grâces qui ouvrent la porte du ciel, douce et souriante, et la figure infernale qui exigeait le sang des populations amérindiennes en les plongeant dans un désespoir apparemment sans fin.

L’association Pueblo Catolico Sencillo a réagi en accusant le cardinal Francisco Robles Ortega de prendre la défense de la sculpture satanique. « On attend de lui qu’en tant que dirigeant catholique, il exprime une défense de la foi dont on suppose qu’il la professe, au lieu de quoi nous l’entendrons défendre l’auteur de l’œuvre polémique Sincretismo, et prononcer en outre une pathétique défense, non de la foi catholique en tant que telle, mais du droit des simples catholiques d’exprimer leur ressenti à son propos », a déclaré l’association dans un communiqué.

Robles admet en effet que l’auteur de la sculpture « n’a jamais eu l’intention d’offenser la quatre communautés catholiques ». Réponse des catholiques de Guadalajara : « Il y a des actions intrinsèquement mauvaises dont l’effet moralement mauvais ne change pas, même si l’auteur des dits actes n’a jamais eu d’intention mauvaise… L’œuvre Sincretismo est blasphématoire, et de ce fait, intrinsèquement mauvaise, parce qu’elle porte atteint à la dignité de la Vierge Marie. »

De simples catholiques protestent contre le blasphème avec des raisons très fouillées

Ils ajoutent : « Tout le monde sait que le serpent est une représentation du démon, et même pour les cultures antiques, il représentait divers aspects opposés, le chaos, la confrontation, la guerre, la domination, la sagesse de ce monde, etc. Tous ces concepts peuvent être attribués au démon » que l’iconographie catholique représente toujours sous les pieds de Marie pour représenter de manière visuelle le triomphe de la très Sainte Vierge sur le démon.

La sculpture qui trône dans actuellement dans la ville de Guadalajara représente au-dessus de la tête de Notre-Dame au moins deux serpents, comme dans l’iconographie aztèque : « Pour quiconque possède une culture catholique, cela représente clairement que le démon est au-dessus de la Vierge et bien évidemment, une telle expression est en conscience inacceptable pour tout catholique au jugement droit, un jugement droit que je continue d’espérer voir dans la culture religieuse du cardinal », note le représentant de l’association.

On comprend mieux le désir d’inversion en pensant à l’extraordinaire symbolisme de l’image que la Vierge de Guadeloupe a miraculeusement laissé sur le pauvre manteau de l’Indien San Juan Diego. Un symbolisme parfaitement « lisible » par les Aztèques à partir de leur culture. Marie y a les mains jointes signe d’oraison et de supplication, inclinant légèrement la tête devant le soleil : pour eux il était évident qu’elle prie pour nous devant Dieu. « C’est ainsi que l’ont compris les indigènes, qui pour être simples n’étaient pas idiots » continue le communiqué. Dans Sincretismo, qui multiplie d’ailleurs les images de serpent, les mains de la Vierge de Guadalupe a les paumes ouvertes vers ceux qui la regardent en un clair geste de rejet, « attitude totalement étrangère à la Vierge de Guadalupe, mère de tous les Mexicains ».

Syncrétisme : le triomphe du paganisme passe par la profanation de l’image de Marie

La symbolique de la statue « païenne » de Marie est plus abondante encore ; sans l’analyser par le menu le groupe des catholiques signale qu’elles impliquent « une négation de la virginité de Marie et de sa maternité divine ». Et il y manque la fleur à quatre pétales Nahui Ollin qui pour les Aztèques représentait ce Dieu unique dont ils n’avaient qu’une vague notion.

Comment ne pas y voir une attaque délibérée, un détournement, une volonté de se moquer, certes, de la foi simple des fidèles, mais plus encore de Dieu ?

C’est que le message de la « Morenita » est peut-être aujourd’hui plus que jamais totalement insupportable au démon :

« Ecoute-moi et comprends bien, toi, le plus petit de mes fils, rien ne doit effrayer ou te peiner. Que ton cœur ne soit pas troublé…

« Ne suis-je pas là, moi qui suis ta mère ? N’es-tu pas sous ma protection ? Ne suis-je pas ta santé ? Ne reposes tu pas heureux en mon sein ? Que désires-tu de plus ? Ne sois pas malheureux ou troublé par quoi que ce soit. »

Jeanne Smits





.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Oct 18 2017, 17:03

.

Oecuménisme mal appliqué et attaques contre l'Eucharistie :

https://anonimidellacroceblog.wordpress.com/2017/09/09/spifferi-parte-xli-la-profanazione-delleucaristia-e-cominciata-ed-e-una-realta-nella-diocesi-di-torino-di-fra-cristoforo/

traduction automatique :

Citation :

"Spiegel part XLI: La profanation de l'Eucharistie a commencé et est une réalité dans le diocèse de Turin" de Fra Cristoforo
Date: 09/09/2017 Auteur: anonimidellacroce2017 18 commentaires

" Spiegel part XLI: La profanation de l'Eucharistie a commencé et est une réalité dans le diocèse de Turin" de Fra Cristoforo

Je suis désolé que les rumeurs que j'écris soient toujours de mauvaises nouvelles. Mais il est juste de faire connaître à tous les lecteurs la démolition en cours qu'Omissis cherche à accomplir contre l'Eglise catholique.

Nous avons parlé dans diverses spéculations qu'il y a une commission privée qui prépare des textes "experimentum" pour des "fautes oecuméniques".

La stratégie d'Omissis & Co. ne s'arrête pas là. En fait, il a l'habitude de faire apparaître les choses sans imposer d'en haut. Et les initiatives partent du "bas". En fait sous son contrôle obsessionnel (par un bon dictateur).

Eh bien. L'expérience de la "messe œcuménique" a déjà commencé . Du diocèse de Turin . Du groupe oecuménique fatidique "casser le pain", dirigé-entendu par le prêtre catholique Don Fredo Oliviero ( https://ilbenevincera.wordpress.com/tag/chi-e-don-fredo-olivero/ ), qui aime le " le grand soutien de son évêque, Mgr Cesare Nosiglia, (peut-être parce qu'il est un prêtre immigrant toujours, de toute façon et n'importe où ) http://torino.repubblica.it/dettaglio/i-cinquantamila-migranti-di-don-fredo/1820120 ). Je vous suggère de lire les articles auxquels je fais un lien .

Ce groupe œcuménique - le «pain de rupture» - fondé par Don Fredo il y a quelque temps, commence maintenant à célébrer la «messe œcuménique» avec les Vaudois, les orthodoxes, les anglicans et les luthériens. Lisez ici ( http://www.lavocedeltempo.it/Rubriche/IDEE-E-OPINIONI/Unita-nella-diversita-e-Ospitalita-eucaristica-due-proposte-un-cammino ).

En un mot, ces gens ont imaginé une sorte d '«hospitalité eucharistique» où l'un et l'autre sont célébrés tous ensemble «à la même cantine», faisant tous de la «communion» (catholiques, protestants, vaudois, etc.) ...) et cède ainsi la place à la fameuse «messe œcuménique» voulue intentionnellement par Omissis.

Je ne mentionne que quelques phrases de l'article cité: « Il n'est pas nécessaire, pour vivre ensemble cet événement, d'adhérer à une« pensée unique »sur l'Eucharistie, mais plutôt de respecter chacun pour la pensée de chacun; De plus, comme Paul Ricca l'a observé dans sa «Cène ou Première», si ni Jésus ni Paul n'expliquaient le «comment» de cette présence, alors pourquoi devrions-nous le faire?

« Il est maintenant habituel qu'une fois par mois, le groupe se réunisse dans une église catholique, luthérienne, vaudoise ou baptiste pour partager l'Eucharistie, participer à un culte ou célébrer la messe selon la liturgie de l'église hôte et collaborer avec différents rôles à la célébration. La distribution de la communion, la lecture et le commentaire de la Parole deviennent autant d'occasions de partage œcuménique, remplaçant au premier plan l'identité des chrétiens par rapport à l'appartenance à une église spécifique. À l'accueil eucharistique, à tant de lieux de culte, certaines communautés et certaines attitudes paroissiales ont tellement rejoint, et cette pratique se répand maintenant aussi dans d'autres villes.

« Même le dogme de la transsubstantiation, introduit par le concile de Trente dans un climat marqué par la contre-réforme et qui a longtemps divisé les catholiques des autres chrétiens, est maintenant lu par de nombreux théologiens catholiques (Alberto Maggi et Carlo Molari dans Rocca n ° 9 / 2017, et bien d'autres encore) comme la trans- mission des espèces et la commémoration dans le rite, avec une «distinction» de plus en plus difficile à reconnaître que les lectures de l'Évangile; en effet, la présence «réelle» n'est plus comprise comme «matérielle» mais comme «présence spirituelle réelle».

La chose étrange est que cette farce a commencé dans l' église catholique .
Ma source m'a dit que ce groupe et ces initiatives sont strictement recommandés par Omissis.

Comment l'archevêque de Turin n'a-t-il pas agi contre ces initiatives? En effet, sont-ils encouragés? Comment les mesures ne sont-elles prises que pour les prêtres et les évêques qui veulent rester fidèles à la doctrine de l'Église?

A présent, la "masse œcuménique" a commencé. Pratiquement pratique. Et vous commencez également la publicité et la publicité ( http://riforma.it/it/articolo/2017/07/11/fare-bet-sapere-chi-pratica-lospitalita-eucaristica ).

Dans un proche avenir, les «lignes directrices liturgiques » officielles pour ces haricots seront également disponibles . Et le dé est dessiné. Quelqu'un qui ne s'adapte pas sera marginalisé. Comment faites-vous habituellement Omissis.

La situation est très grave. Nous sommes dans l'hérésie totale. Nous sommes dans la profanation de l'Eucharistie, la négation du sacrement .

Tout cela est le signe du temps de l'antéchrist: l' abolition du «Saint Sacrifice»
.

Et si quelqu'un doutait qu'ils allaient lancer une «nouvelle messe», les seigneurs étaient maintenant servis.

Entre Christopher


Si cela était avéré confirmé ce serait évidemment d'une extrême gravité ! ! ...



.
Revenir en haut Aller en bas
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Oct 19 2017, 12:34

Territoire en Héritage a écrit:

Si cela était avéré confirmé ce serait évidemment d'une extrême gravité ! ! ... 

Là, je suis d'accord avec vous !

Que des cérémonies de prières soient œcuméniques, ok ! Mais   on ne badine pas avec l'eucharistie ni aucun autre sacrement. 
Cet article m'a fait penser immédiatement à la prophétie de Daniel 12

Citation :
8 J'entendis, mais je ne compris pas; et je dis : Mon seigneur, quelle sera l'issue de ces choses? 9 Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin. 10 Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l'intelligence comprendront. 11 Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l'abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours. 12 Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'à mille trois cent trente-cinq jours ! 13 Et toi, marche vers ta fin; tu te reposeras, et tu seras debout pour ton héritage à la fin des jours.


Jésus Lui-même a attiré notre attention sur l’importance de cette Prophétie:
Citation :
Citation :
«C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le Prophète Daniel, établie dans le saint Lieu, que celui qui lit fasse attention!»  (Matthieu XXIV, 15)

L-A

_________________
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Oct 19 2017, 13:55

Lily-Anne a écrit:
Territoire en Héritage a écrit:

Si cela était avéré confirmé ce serait évidemment d'une extrême gravité ! ! ... 

Là, je suis d'accord avec vous !

Que des cérémonies de prières soient œcuméniques, ok ! Mais   on ne badine pas avec l'eucharistie ni aucun autre sacrement. 
Cet article m'a fait penser immédiatement à la prophétie de Daniel 12

Citation :
8 J'entendis, mais je ne compris pas; et je dis : Mon seigneur, quelle sera l'issue de ces choses? 9 Il répondit : Va, Daniel, car ces paroles seront tenues secrètes et scellées jusqu'au temps de la fin. 10 Plusieurs seront purifiés, blanchis et épurés; les méchants feront le mal et aucun des méchants ne comprendra, mais ceux qui auront de l'intelligence comprendront. 11 Depuis le temps où cessera le sacrifice perpétuel, et où sera dressée l'abomination du dévastateur, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours. 12 Heureux celui qui attendra, et qui arrivera jusqu'à mille trois cent trente-cinq jours ! 13 Et toi, marche vers ta fin; tu te reposeras, et tu seras debout pour ton héritage à la fin des jours.


Jésus Lui-même a attiré notre attention sur l’importance de cette Prophétie:
Citation :
Citation :
«C'est pourquoi, lorsque vous verrez l'abomination de la désolation, dont a parlé le Prophète Daniel, établie dans le saint Lieu, que celui qui lit fasse attention!»  (Matthieu XXIV, 15)

L-A

Exact ! Et on peut y ajouter les révélations de la Sainte Vierge à Don Gobbi comme je l'ai déjà exprimé sur plusieurs forums, et qui dévoilent les vues de l'Antichrist spécialement dans ce but ainsi que les révélations du Seigneur à Vassula. J'y reviendrai.


.
Revenir en haut Aller en bas
Zamie
membre
avatar

Date d'inscription : 15/10/2017

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Sam Oct 21 2017, 15:37

« C’est en effet sur la Messe tel un rocher que l’ensemble du système papal est construit, avec ses monastères, ses évêchés, ses églises collégiales, ses autels, ses ministères, sa doctrine, à savoir avec toutes ses tripes. Tout cela ne peut manquer de s’effriter une fois que leur Messe sacrilège et abominable tombe ». (Martin Luther contre Henri, roi d’Angleterre, 1522, Werke, vol. X, p. 220.)  



Voici ce qu’ écrivait M.Luther contre l’Eglise catholique , 500 après, voici les paroles prononcés par Mgr Galantino , secrétaire général de la Conférence épiscopale italienne, au sein de l’Université pontificale du Latran au cours d’un colloque sur le thème « Passion pour Dieu, spiritualité et théologie de la Réforme à 500 ans de sa naissance », organisé par cette université du Vatican.


Mgr Galantino a commencé par lire un extrait de Luther, historiquement considéré comme offensant envers la papauté :
« Je me suis élevé contre le pape, les indulgences et les papistes, mais sans tumulte et sans violence. J’ai mis en avant la Parole de Dieu, j’ai prêché, j’ai écrit; je n’ai pas fait autre chose. Et, tandis que je dormais,… cette Parole que j’avais prêchée a renversé le papisme »,
pour après affirmer :


« La Réforme lancée par Martin Luther il y a 500 ans a été un événement du Saint-Esprit. »
Il a développé ensuite sa thèse louangeuse envers l’hérésiarque allemand devant son auditoire .
http://www.medias-presse.info/mgr-galantino-eveque-italien-la-reforme-de-luther-est-une-oeuvre-du-saint-esprit/81892/

Relativisme , modernisme , oecumiénisme ?
L’Eglise du concile de Trente a jeté l'anathème sur M.Luther ……NON ?
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Lun Oct 30 2017, 14:15

.

Andrea Grillo, qui enseigne la théologie sacramentelle et liturgique à l'Athénée Pontifical San Anselmo à Rome prétend que "la transubstantiation" n'est pas un dogme :

https://onepeterfive.com/italian-liturgist-alleged-to-be-working-on-ecumenical-mass-transubstantiation-is-not-a-dogma/

traduction automatique

http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=auto&tl=fr&u=https%3A%2F%2Fonepeterfive.com%2Fitalian-liturgist-alleged-to-be-working-on-ecumenical-mass-transubstantiation-is-not-a-dogma%2F


Citation :

...

Dans sa chronique de lundi à First Things , Marco Tosatti, journaliste italien et vétéran du Vatican, a donné la parole à ce qui n'était encore qu'une rumeur: un groupe était au travail, avec la connaissance et le soutien du Vatican, sur une sorte de liturgie interconfessionnelle :
Il s'agit ici de la "messe œcuménique", une liturgie destinée à unir les catholiques et les protestants autour de la Sainte Table. Bien que jamais officiellement annoncé, un comité relevant directement du Pape François travaille sur cette liturgie depuis un certain temps. Certes, ce sujet relève de la compétence de la Congrégation pour le culte divin, mais le cardinal Sarah n'a pas été officiellement informé de l'existence de ce comité. Selon de bonnes sources, le secrétaire de Sarah, Arthur Roche - qui occupe des positions opposées à celles de Benoît XVI et de Sarah - est impliqué, tout comme Piero Marini, bras droit de Monseigneur Bugnini, auteur d'œuvres aussi célèbres que La Chiesa en Iran et Novus Ordo Missae .

Aujourd'hui, sur son blog, Stilum Curae, Marco fournit un peu plus d'informations sur cette histoire:
Je ne peux m'empêcher de rappeler un commentaire qui m'a été envoyé par un ami, même s'il a été fait il y a plusieurs mois. Elle a été faite par Andrea Grillo, un liturgiste laïque sans retenue, qui est, selon ce qu'ils me disent, impliqué dans le travail de création d'une messe œcuménique.

Le commentaire est:

"La transubstantiation n'est pas un dogme, et comme explication [de l'Eucharistie] elle a ses limites. Par exemple, cela contredit la métaphysique. " [Soulignement ajouté]

Je voudrais comprendre alors: est-ce que tous ceux qui, au cours des deux derniers millénaires, ont pensé que dans l'hostie et dans le vin, il y avait vraiment la substance du Corps et du Sang de Jésus - et ceux qui croient encore maintenant - Ont-ils été emmenés faire un tour [par l'église]? Ou, dans une hypothèse plus bénigne, étaient-ils victimes d'une fausse croyance (pour ne rien dire des miracles eucharistiques)?
Nous attendons avec impatience de voir où ira le travail sur la nouvelle Messe œcuménique, afin d'aller nous mettre en ligne [pour la communion] dans l'Église orthodoxe la plus proche.

[...]

Le Conseil de Trente, Session 13, Chapitre VIII, dit :
"Si quelqu'un dit que, dans le sacrement sacré et sacré de l'Eucharistie, la substance du pain et du vin reste conjointement avec le corps et le sang de notre Seigneur Jésus Christ, et nie cette merveilleuse et singulière conversion de toute la substance de le pain dans le corps, et de toute la substance du vin dans le sang - les espèces seulement du pain et du vin restant - que la conversion en effet l'église catholique appelle le plus justement la transsubstantiation; qu'il soit anathème.

J'ai tendu la main à Marco Tosatti ce matin, et il m'a dit qu'Andrea Grillo est une profane qui enseigne la théologie sacramentelle et liturgique à l'Athénée Pontifical San Anselmo à Rome. Tosatti m'a dit que Grillo a récemment attaqué les cardinaux Caffarra et Sarah, "demandant plus ou moins à Sarah d'être démis de ses fonctions." Les sources de Tosatti ont indiqué que Grillo est un membre de la commission secrète pour préparer cette prétendue "liturgie oecuménique" ce qui permettrait aux catholiques et aux protestants de «partager la table». On dit que Grillo a de l'influence à Rome et qu'il a l'oreille du pape.

Grillo est également remarquable pour son opposition à Summorum Pontificum , et a écrit un livre intitulé, Au delà de Pius V: interprétations contradictoires de la réforme liturgique , qui a été examiné par l'éminent théologien liturgique et auteur Dom Alcuin Reid, qu'il a appelé "un théologique et politique "tiré à travers l'arc" ". Reid décrit également  

La position fondamentale de Grillo selon laquelle il faut accepter "la" réforme liturgique absolument et à l'exclusion de tout ce qui précède (et bien sûr, à l'exclusion de toute "réforme de la réforme" possible - qui est rejetée d'emblée) ...

S'il est effectivement impliqué dans la préparation d'une nouvelle liturgie, on peut se demander si cette même attitude d'évolution liturgique sans arrière-pensée sera aussi omniprésente dans sa mise en œuvre.

L'écriture sur le mur

En l'absence de confirmation substantielle de l'existence de cette commission secrète liturgique, certains seront sans doute sceptiques quant à sa vraisemblance. Et pourtant, il n'y a pas une petite preuve que le Vatican sous sa direction actuelle pourrait soutenir un tel effort. Le pape et ses associés avaient déjà fait des ouvertures dans cette direction à partir de 2015, que j'ai brièvement décrites dans mon article de décembre 2016, « Up Next on the Vatican Agenda: Intercommunion ». À l'époque, il était apparu que le but était de permettre aux protestants de recevoir la communion dans les églises catholiques. Mais une liturgie interconfessionnelle irait un peu plus loin et ne serait pas entièrement impensable à la lumière des célébrations conjointes du Vatican avec les Eglises luthériennes qui célèbrent le 500ème anniversaire de la Réforme, qui atteindront leur point culminant ce mois-ci. 31 octobre - le jour où Martin Luther a publié ses 95 thèses dans une lettre à l'archevêque de Mayence en 1517. Dans ces célébrations, il y a eu des allusions à ce qui pourrait arriver. Comme je l'ai signalé en décembre dernier:
Le 31 octobre 2016 , après la commémoration, le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, a déclaré aux journalistes que "c'était une journée" très belle ", très" tardive "mais" très importante ". . ' C'est un «nouveau départ pour sortir du conflit dans le passé et aller vers la communion dans le futur». Le même jour, une déclaration conjointe du Vatican et de la Fédération luthérienne mondiale a déclaré que «de nombreux membres de nos communautés aspirent à recevoir l'Eucharistie à une table, comme l'expression concrète de la pleine unité. ... C'est le but de nos efforts œcuméniques, que nous souhaitons faire progresser, également en renouvelant notre engagement en faveur du dialogue théologique. "

Koch a également déclaré que "dans le Concile Vatican II, Martin Luther aurait" trouvé son propre conseil "" et que "la commémoration de la Réforme en 2017 ne peut se faire que dans la communion œcuménique".

Pour les catholiques, bien sûr, l'intercommunion n'est pas théologiquement possible . Pourtant, en Allemagne, nous avons vu des preuves que cela se fait déjà de manière très publique. Et avec l'avènement de Magnum Principium , il sera beaucoup plus facile pour les implémentations régionales du changement liturgique de prendre racine sans «l'imposition» de corrections de la part de la Congrégation pour le culte divin.

La question de savoir quelles surprises liturgiques supplémentaires Rome peut avoir, le cas échéant, reste ouverte.

...



.
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Oct 31 2017, 05:06

territoire en héritage,
Merci +++

Merci pour toutes ces informations. Elles ne font que confirmer ce qui doit arriver c'est-à-dire la disparition presque totale de l'Eglise catholique romaine et la naissance d'une fausse "Eglise" qui ne sera plus celle voulue par le Christ en Croix mais qui aura pour seule origine la volonté de certains dignitaires religieux qui espèrent ainsi camoufler l'écroulement de l'Eglise du Christ. Jésus n'a pas crains d'être réduit humainement à rien ... nous ne devons donc pas craindre l'effondrement de notre Eglise car elle renaîtra, pure, belle et sans taches. Que Dieu éclaire nos dirigeants religieux tant qu'il en est encore temps ... mais il ne comprendront pas !

Bien à vous,
LucJos

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Oct 31 2017, 11:23

LucJos a écrit:
territoire en héritage,
Merci +++

Merci pour toutes ces informations. Elles ne font que confirmer ce qui doit arriver c'est-à-dire la disparition presque totale de l'Eglise catholique romaine et la naissance d'une fausse "Eglise" qui ne sera plus celle voulue par le Christ en Croix mais qui aura pour seule origine la volonté de certains dignitaires religieux qui espèrent ainsi camoufler l'écroulement de l'Eglise du Christ. Jésus n'a pas crains d'être réduit humainement à rien ... nous ne devons donc pas craindre l'effondrement de notre Eglise car elle renaîtra, pure, belle et sans taches. Que Dieu éclaire nos dirigeants religieux tant qu'il en est encore temps ... mais il ne comprendront pas !

Bien à vous,
LucJos

Non seulement certains veulent "camoufler cet écroulement" mais un paquet d'entre eux veulent la détruire ... par contre espérons qu'un nombre important voudront comprendre et revenir à notre Seigneur Jésus Christ, sinon danger de perte éternelle !

Le relativisme a d'autres niveaux aussi qui peuvent être 'moins graves' mais qui sont flagrants aussi :

http://laportelatine.org/vatican/compromissions/171028_bresil_bouddha_eglise.php




Revenir en haut Aller en bas
Zamie
membre
avatar

Date d'inscription : 15/10/2017

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mar Oct 31 2017, 17:55

Saint Paul aux Galates :

1 , 7-8

" Non pas qu'il y ait un autre Evangile, mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent renverser l'Evangile de Christ.
Mais quand nous-mêmes, quand un ange du ciel annoncerait un autre Evangile que celui que nous vous avons prêché, qu'il soit anathème!…"


------

Belles et sûres paroles, parce qu'elles sont la Parole, Parole de Dieu

" vivante et efficace , plus tranchante  qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du coeur "
Saint Paul aux Hébreux 4,12 .

au -delà d'elles , on n'a plus rien à dire ........plus rien à écouter ........
La Parole n'est pas relative , elle est Vérité , la Vérité qui est Jésus , fils de Dieu .
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Mer Nov 08 2017, 06:15



Célébration d'une "messe oecuménique" à la cathédrale de Lille aussi (comme semble-t-il dans plusieurs diocèses d'Italie) :


http://proliturgia.pagesperso-orange.fr/actua.html


Citation :


* * * * NOUVEAU Mercredi, 8 novembre 2017. Tandis que le Vatican nous annonce sans rire qu’il n’est pas question d’imaginer des “messes œcuméniques”, à la cathédrale de Lille, on les célèbre déjà (comme d’ailleurs dans plusieurs diocéses d’Italie) :






“La liturgie des Assises de Lille, application de l’œcuménisme”

Tout le monde peut (ou plus exactement “doit”) communier : catholiques qui ne savent plus ce qu’est l’Eucharistie, divorcés-remariés qui s’en moquent et, bien entendu, protestants pour lesquels l’Hostie est tout ce qu’on veut, sauf le Corps du Christ (à l'autel, on remarque une femme pasteur et deux hommes pasteurs : tous communient).

Disons-le sans détour : il y a, dans certains diocèse, des évêques qui encouragent l'apostasie et les profanations et des prêtres qui renient la foi de l'Eglise.

[...]




Remarque : de plus dans une petite paroisse de campagne un témoin que j'estime digne de foi m'a appris qu'il y avait eu également cette profanation de "messe oecuménique" : communion de tous même de ceux qui ne croient pas en l'Eucharistie catholique.



Voici un texte du pape Benoit XVI au sujet de la renonciation à la vérité, renonciation mortelle pour la foi :



https://fr.aleteia.org/2014/10/30/benoit-xvi-un-dialogue-qui-renoncerait-a-la-verite-est-mortel-pour-la-foi/



Citation :


Depuis l’annonce de sa démission en février 2013, rares ont été les apparitions en public du Pape émérite Benoît XVI. Son silence relatif a été rompu le 21 octobre dernier.

Dans son discours à l’Urbanienne, le pape émérite a rappelé qu’on ne peut renoncer à la vérité pour se dédier au dialogue interreligieux au nom d’un simple désir ‘de paix entre les religions’. Si on fait cela, on risque de mettre « entre parenthèses la question de la vérité de Dieu ».

La première « lectio » publique du Pape émérite !

Depuis l’annonce de sa démission en février 2013, rares ont été les apparitions en public du Pape émérite Benoît XVI, et il a dit et écrit encore moins. Son silence relatif aura donc été rompu le 21 octobre dernier, quand son secrétaire de longue date, l’archevêque Georg Ganswein, a lu le message de 1800 mots écrit pour l’occasion par Benoît, l'Université Pontificale Urbanienne ayant décidé de donner à l’Aula Magna le nom du pape émérite.

L'université appartient à la Congrégation pour l'Evangélisation des Peuples. Elle a dédié son grand amphithéâtre  à Benoît XVI dans un “geste de gratitude” pour ce que, comme peritus du Concile, avec son enseignement de professeur, comme préfet de la Congrégation pour  la Doctrine de la Foi, et enfin, avec son précieux magistère, il a fait pour l'Eglise “. Le dialogue peut-il remplacer la mission, se demande Benoît XVI.

Dans son discours, soulignant que le dialogue avec d’autres religions ne remplace pas le fait de diffuser l’Evangile aux cultures non chrétiennes, le pape émérite met sévèrement en garde contre les idées relativistes de vérité religieuse qui sont « mortelles pour la foi ».

De même, a-t-il précisé,  la véritable tâche missionnaire n’est  pas d’apporter le plus grand nombre de personnes à l’Eglise, mais de transmettre la joie de connaître le Christ. “ Le Seigneur ressuscité a chargé ses apôtres – et à travers eux ses disciples de tous les temps – de porter sa parole jusqu’aux extrémités de la terre et de faire de tous les hommes ses disciples,” a écrit le pape émérite Benoît XVI.

“Mais, aujourd’hui, il y a beaucoup de gens qui se demandent, à l’intérieur de l’Église comme à l’extérieur, si cet envoi a encore de la valeur actuellement. ‘La mission est-elle encore véritablement un caractère d’actualité ? Est-ce qu’il ne serait pas plus approprié de se rencontrer dans le dialogue entre les religions et de servir ensemble la cause de la paix dans le monde ?’ La contre-question est la suivante : le dialogue peut-il remplacer la mission ?"

La question de la vérité

"Aujourd’hui, en effet, il y a un grand nombre de gens qui pensent que les religions devraient se respecter mutuellement et qu’elles devraient, en dialoguant entre elles, devenir une force commune de paix. Dans cette manière de penser, un présupposé que l’on rencontre dans la plupart des cas est que les différentes religions constituent des variantes d’une seule et même réalité,” lit-on encore dans le texte de l’allocution.

La question de la vérité, qui à l’origine préoccupait les chrétiens plus que tout le reste, est dans ce cas-là mise entre parenthèses. On présuppose que l’authentique vérité en ce qui concerne Dieu est, en dernière analyse, impossible à atteindre et que, tout au plus, on ne peut rendre présent ce qui est ineffable qu’en recourant à des symboles variés. Cette renonciation à la vérité semble réaliste et utile à la paix entre les religions du monde."
Et cependant elle est mortelle pour la foi. En effet, la foi perd son caractère contraignant et sérieux si tout se réduit à des symboles qui, au fond, sont interchangeables et ne peuvent renvoyer que de loin à l’inaccessible mystère du divin,” a-t-il insisté
.

Il existe des religions qui sont en attente, a constaté le pape Benoît XVI, en particulier  les “ religions tribales,”  elles sont en attente “d’une rencontre avec  Jésus-Christ,”  mais cette “rencontre est toujours quelque chose de réciproque. Le Christ attend leur histoire, leur sagesse, leur vision des choses.” Tandis qu’une nouvelle vie peut naître pour le christianisme fatigué dans ses terres historiques.

Et Benoît XVI de conclure : “Si nous annonçons Jésus-Christ, ce n’est pas pour que notre communauté compte le plus grand nombre possible de membres ; et, encore moins pour le pouvoir”. Mais, précise le pape émérite, “nous parlons de Lui parce que nous sentons que nous avons le devoir de transmettre cette joie qui nous a été donnée.”





En différence forte (euphémisme) avec la video pour l'évangélisation en Asie :





Le texte :

https://thepopevideo.org/it%3Fq=fr.html


Citation :


Pape François - Novembre 2017


Ce qui m’impressionne le plus au sujet de l’Asie, c’est la variété de ses peuples, héritiers d’anciennes cultures, religions et traditions.
Sur ce continent où l’Eglise est une minorité, le défi à relever est passionnant.
Nous devons promouvoir le dialogue entre les religions et les cultures.
Le dialogue joue un rôle essentiel dans la mission de l’Eglise en Asie.
Prions pour les chrétiens d’Asie, qu’ils favorisent le dialogue, la paix et la compréhension réciproque, particulièrement avec ceux qui appartiennent à d’autres religions.

 





.
Revenir en haut Aller en bas
territoire en héritage
Membres
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010

MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   Jeu Nov 09 2017, 14:32

.

Les bons conseils de l’archevêché de Berlin : adolescents, sexualité, avortement etc ...


http://yvesdaoudal.hautetfort.com/archive/2017/11/08/les-bons-conseils-de-l-archeveque-de-berlin-5997194.html  


Citation :


mercredi 08 novembre 2017

Les bons conseils de l’archevêque de Berlin

Sur le site internet de l’archevêché de Berlin est apparue une page intitulée « Conseils pratiques pour l’utilisation de méthodes dans le travail pédagogique sexuel avec les groupes de jeunes » (sic).

Naturellement, il est nécessaire d’éliminer les « tabous », les « préjugés », les « stéréotypes », y compris sur l’homosexualité ou la masturbation, tout en cherchant à résoudre la « tension » entre ces comportements, qui relèvent de l’identité de la personne, et la (lamentable) doctrine « officielle » de l’Eglise.

Les Conseils pratiques répondent à la question : « Quand est-il normal d’avoir des relations sexuelles ? »

Et la réponse n’est pas simple…

L’archevêché aborde donc toute une série de scénarios.

Ainsi le scénario 2 est celui d’un homme de 22 ans qui veut coucher avec une fille de 15 ans. Est-ce possible ?

Réponse de l’archevêché catholique de Berlin : « En principe les personnes majeures peuvent coucher avec des mineurs, à condition qu’il s’agisse d’un acte sexuel consenti. Cela devient difficile, cependant, si l’acte sexuel est contraint. »

Scénario 5. « Laura, 15 ans, aimerait coucher avec son petit ami et envisage divers contraceptifs. » Mais elle a peur que ses parents le découvrent. L’archidiocèse catholique de Berlin déclare que, puisque Laura a moins de 16 ans, son médecin peut informer ses parents qu’elle veut des contraceptifs oraux. Cependant, Laura peut « essayer de convaincre le médecin qu’elle est assez mature pour prendre la décision ».

L’archidiocèse catholique de Berlin ajoute que « pour les moins de 14 ans il sera difficile d’obtenir une ordonnance pour des contraceptifs car les rapports sexuels pour les moins de 14 ans sont interdits par la loi ». Qu’à cela ne tienne, cependant, dit l’archidiocèse catholique de Berlin en s’adressant directement au gamin ou à la gamine : « « Les adolescents peuvent acheter des contraceptifs en vente libre comme les préservatifs et les diaphragmes dans n’importe quelle pharmacie. Si tu es gêné de les demander dans une pharmacie, tu peux les acheter de façon anonyme au supermarché. »

Scénario 6. Milena a une « grossesse non désirée ». Après quelques considérations, l’archevêché catholique de Berlin déclare : « Dans un contexte de grossesse conflictuelle, on peut donner des conseils à Milena sur la possibilité d’un avortement ». « Même les filles de moins de 18 ans ont l’opportunité en principe de pouvoir interrompre leur grossesse sans sanction au cours des douze premières semaines. » « Lors de la consultation, le père de l’enfant à naître ou même ses parents [les parents de Milena] peuvent être présents si elle le souhaite. Quoi que Milena décide, elle doit obtenir un conseil et le droit à un soutien psychologique. »

D’autres scénarios évoquent des relations lesbiennes (avec une mineure) ou un garçon qui veut consulter sur une maladie vénérienne sans que ses parents le sachent. Chaque fois ils sont dans le cadre des « droits » des mineurs.

Il y a eu une protestation de catholiques sur le scénario 6. Seulement celui-là. Parce que, quand même, on y voit un archidiocèse catholique faire ouvertement l’apologie de l’avortement.


Alors l’archevêché catholique de Berlin a consenti à ajouter un paragraphe au scénario 6, disant qu'il est « difficile » d’enseigner ce que dit la loi en étant « complètement détaché des questions morales », et que le « contexte ecclésiastique » « offre le thème de la “protection de la vie” ». Sic.

Voilà qui « clarifie », a dit l’archevêque, Mgr Heiner Koch, le fait que les valeurs chrétiennes doivent être enseignées en même temps que les « conseils ». Et l’on a même ajouté, figurez-vous, pour faire plaisir aux rigides pharisiens pélagiens racornis dans leur doctrine d’un autre âge, qu’on ne doit pas faire pression sur les jeunes filles pour qu’elles avortent.

Fabuleux…

(Il est clair que cette page du site de l’archidiocèse a été rédigée par des détraqués sexuels pédophiles, et que s’il y avait une justice en Allemagne ils seraient poursuivis, d’autant qu’ils donnent ouvertement des conseils illégaux.)




.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dangers mortels du relativisme pour la foi catholique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Religieuses-
Sauter vers: