VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 L’origine satanique de DAECH

Aller en bas 
AuteurMessage
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 56
Localisation : Alsace

MessageSujet: L’origine satanique de DAECH   Mer Fév 25 2015, 19:02

https://legrandreveil.wordpress.com/2015/02/24/lorigine-satanique-de-daech/

L’origine satanique de DAECH


J’ai retrouvé dans le Diable au XIXème siècle une information stupéfiante concernant certaines populations vivant dans la zone où sévit actuellement l’armée de l’Etat Islamique, plus communément appelé DAECH.
D’où sortent-ils réellement ?
Comment ont-ils pu être aussi efficaces en si peu de temps ?
Pourquoi ces hommes font-ils preuve d’une barbarie et d’une cruauté que l’on pensait éteintes dans une société aussi civilisée que celle de notre XXème siècle ?
Quel est leur but réel ?

Toutes ces questions ont une réponse et vous allez comprendre en lisant les lignes qui vont suivre. Car, de même qu’il n’y a pas de fumée sans feu, il n’y a pas d’explication réelle sans se rapporter à la période bien spécifique que nous vivons, à savoir la fin des temps.
L’émergence d’une telle force et l’attitude des Occidentaux à son égard s’inscrivent dans un plan occulte et secret prévu de longue date, aux acteurs soigneusement préparés depuis des générations en vue de la grande confrontation, la fameuse bataille de l’Armageddon.
Nous y sommes presque.


Un mot sur le Diable au XIXème siècle. Il s’agit d’une série d’ouvrages écrits en 1894 et 1895 par le docteur Bataille, et consistant en une compilation de révélations sur l’occultisme, le satanisme, la franc-maçonnerie, et surtout la réalité du luciférianisme dans la franc-maçonnerie. C’est ce genre d’ouvrage qui a vulgarisé les écrits d’Albert Pike et du palladisme (haute franc-maçonnerie luciférienne) et démontré la relation directe de ces sociétés secrètes et de certaines religions avec le prince de ce monde.

Ces ouvrages recensent des témoignages, notamment par le biais de l’infiltration de la franc-maçonnerie par le docteur Bataille (mais pas uniquement), ainsi que l’observation d’un certain nombre de faits historiques, politiques, scientifiques ou religieux.
Bien entendu, tout ce qui dénonce un tant soit peu la franc-maçonnerie, surtout avec autant de détails qui lui sont hautement défavorables, est extrêmement attaqué afin d’être discrédité. Le ou les auteurs présumés, vu les révélations faites, étant forcément des ex-occultistes de haut niveau, repentis ou convertis au catholicisme, il est facile d’utiliser leur passé pour distiller le doute concernant lesdites révélations. Il n’empêche, la plupart des observations formulées ont été constatées également par d’autres auteurs réputés sérieux, dénonciateurs eux aussi des mécanismes sataniques de la franc-maçonnerie.

On peut toujours critiquer le docteur Bataille ou Léo Taxil et semer le doute à leurs sujets, ce qui est relativement facile, mais quand Monseigneur Jouin, Henry Coston, William Guy Carr ou le marquis de la Franquerie (pour n’en citer que quelques uns) parviennent à peu près aux mêmes observations et conclusions sur le fonctionnement de la franc-maçonnerie, à quelques détails près, il y a fort à parier que malheureusement ces révélations sont pour la plupart fondées.

J’en veux pour preuve d’ailleurs que ces ouvrages sont complètement oubliés, ignorés, même par la plupart des dénonciateurs de la franc-maçonnerie. Si vous voulez connaître la vérité, il faut toujours chercher ce qui est caché et que nos ennemis n’ont pas intérêt à voir dévoiler, surtout quand ils sont concernés.

N’oublions pas qu’ils sont passés eux-mêmes maîtres dans l’art de la mystification, c’est-à-dire qu’ils suscitent de pseudo-dénonciateurs qui mêlent intelligemment le vrai et le faux afin de désorienter les honnêtes chercheurs, et surtout de les diriger dans de fausses directions.

La base de la subversion est de maîtriser à la fois ceux qui dirigent le système et ceux qui dénoncent le système ; ainsi il est très difficile de connaître les véritables enjeux.

Ainsi donc, je retrouve incidemment il y a quelques jours dans le tome 4 du Diable au XIXème siècle un chapitre intitulé Le diable à l’assaut du saint Sépulcre et c’est alors que toute l’affaire DAECH s’éclaire.

Voici la clé. Ecrite il y a plus de 100 ans je le rappelle, mais dont l’actualité est aujourd’hui criante. Il suffisait d’attendre.

En bleu le texte original, en noir mes commentaires.


L’armée de l’EI provient de tribus sataniques installées dans la région depuis des générations

« Les adorateurs du diable existent par milliers et milliers ! Tout le Kurdistan en est rempli, toute l’Arménie turque, et ils s’étendent jusqu’en Syrie et en Palestine.
Yésidis, Daseni, Chemsieh, ces trois mots signifient Jézides, les plus exécrables des banabacks. Ceux de la province russe de la Transcaucasie sont au nombre de 4400 familles au moins ; on en compte autant dans le Kurdistan persan, et près du double dans le Kurdistan turc. Ce sont là des familles fixées dans ces pays, mais il y a les tribus nomades qui échappent à toute évaluation exacte. Moritz Wagner, dans sa remarquable étude de ces contrées de l’Asie antérieure estime que, parmi les kurdes nomades, les Jézides qui se cantonnent principalement dans les montagnes de Sindjar, au nord des campagnes de la Mésopotamie, sont au nombre de 50 000, épars sur un espace considérable, et déjouant toute répression. Selon Théophile Deyrolle (Voyage dans le Lazistan et l’Arménie), ils sont fort nombreux aux environs du Sipan-Dagh, au nord du lac de Van.

« Les Yésidis adorent le diable, écrit M. Deyrolle ; leur doctrine inspire également de l’horreur aux persans, aux turcs et aux chrétiens. »
Une de leurs tribus, fixée entre Mossoul et le Khabour, affluent du Tigre, pouvait, au commencement de ce siècle, mettre sur pied environ 8000 hommes, dont 6000 fantassins.

Chaque tribu de Jézides est gouvernée par un cheikh indépendant ; mais toutes relèvent au spirituel du Mir, sorte de pape sataniste ou cheikh-kan, qui réside au bourg de Baadlî, situé sur une roche escarpée. Ce Mir, qui est choisi parmi les descendants d’Yésid, fondateur de la secte, est en même temps le prince de la tribu sur le territoire de laquelle se trouve le tombeau révéré de leur grand saint, le cheikh Adi, auteur de leur livre de doctrine, Aswat ou « le Noir » ; les sectaires se rendent en pèlerinage à ce lieu sacré, leur saint sépulcre, au nord de Mossoul, sur la route d’Amadiah. Ils ont encore un sanctuaire vénéré à Lalech, village où vécut un de leurs prophètes.

On le voit, les Jézides ne sont pas des mythes ; les témoignages abondent sur leur religion à rebours, sur leurs mœurs, féroces dans les contrées que leurs bandes terrorisent.
Le fait est que leur origine est bien confuse. Il y a dans la doctrine qu’ils affichent un mélange, en apparence bizarre, de manichéisme, de parsisme, de mahométisme et de judaïsme. Autant que les musulmans et les juifs, ils ont la haine des chrétiens, même ils les détestent encore à un plus haut degré.

Tout porte à croire qu’ils sont les descendants directs des premiers Manichéens. La contrée dont ils proviennent, où ils sont en force, est celle-là même où Manès conçut et propagea ses doctrines avec le plus de succès. Le nom de leur cheikh vénéré, de leur grand saint, Adi, est celui d’un des plus zélés disciples de Manès.


Comme les anciens mages, comme les sectateurs de Zoroastre, ils qualifient d’Ahriman, dieu du mal, la divinité qu’ils reconnaissent, mais qu’ils refusent d’adorer, et ils réservent leurs hommages à un Ormuzd nettement luciférien, un dieu du feu, dont ils font la divinité bienfaisante.
Ils vénèrent le soleil comme manifestation permanente du bon principe divin. Le feu est sacré pour eux. Des deux dieux, celui qu’ils adorent est appelé par eux Taous ou Mélek-Taous, c’est-à-dire roi Phénix, Seigneur de vie, ou encore Esprit-saint feu-et-lumière, et même, très carrément, Lucifer.

De même que les occultistes des triangles [les francs-maçons palladistes] ont leur livre sept fois sacré, mille fois secret, le Livre Apadno, les Jézides possèdent un livre mystique et mystérieux, le Sôhuph Sheit, que l’on ne peut montrer aux étrangers sous peine de mort.

Les palladistes ont à Charleston l’image sacrée nommée Baphomet, qui est leur palladium ; les Jézides ont à Lalech l’effigie sacrée du Mélek-Taous, qui est aussi leur palladium, et que le Mir expose à la vénération des fidèles, à l’époque des pèlerinages.

Parmi les Jézides les plus fanatiques, les plus dépravés, les plus féroces et par conséquent les plus redoutés, il convient de signaler ceux des tribus de Khizîl-bach ou Têtes rouges, qui vivent dans le bassin moyen de l’Euphrate, sur les bords du Ghermili et du haut Khizil-Irmak. Ceux-ci ont, sous la dépendance du Mir de Baadli, un patriarche résidant dans le Derzim, près du fleuve Mourad. Cette branche de Jézides compte, dit-on, 400 000 sectaires. Dans la contrée, on les gratifie du sobriquet de Terah-Sonderan, ce qui veut dire les éteigneurs de lumière.

Dans ces pays perdus du Kurdistan, des missions catholiques ont réussi à s’installer, mais avec quelle peine ! La conquête des âmes est particulièrement difficile dans le pays du Tigre ; entre Mossoul (endroit où s’élevait jadis Ninive) et Elkous, la rive droite du fleuve est presque entièrement occupée par les Jézides, et la rive gauche par les Chaldéens, qui ne valent guère mieux. Ailleurs, ce sont les Jacobites et les Nestoriens, hérétiques haineux qui dominent.
C’est bien là, vraiment, une contrée du diable.



Arrêtons-nous ici quelques secondes.
Nous découvrons donc qu’il existait il y a 150 ans, dans les contrées où sévit actuellement DAECH, des tribus notoirement lucifériennes, réparties entre l’ancienne Mésopotamie et l’ancienne grande Arménie, soit une partie de la Turquie, de l’Irak, de l’Iran et de la Syrie actuelles, et qui correspondent grosso modo au Kurdistan.
Depuis des générations, ces hommes sont prêts, avec les mêmes doctrines et les mêmes aspirations qu’il y a un siècle. Ils se transmettent leurs traditions, leurs rites et leurs doctrines.

Les américains n’ont pas eu besoin d’aller loin pour trouver de pseudo opposants à Bachar el Assad et les armer.
Il y a là un choix occulte qui dépasse largement les agents manipulateurs de la CIA, du Mossad ou du Mi6.
Un choix que seuls quelques personnages hauts placés connaissent car ils doivent, à l’insu de tous, préparer les conditions de la bataille de l’Armageddon.
Et ces conditions passent par le réveil et l’armement de tribus placées là depuis des lustres par satan, auxquelles on a enfin donné l’autorisation d’attaquer.

D’abord la Syrie, phase A du plan.
Même si elle fut un demi-échec, elle a permis d’armer et d’entraîner ces tribus.

Ensuite la région autour de Mossoul, leur berceau en réalité, et le Kurdistan d’une manière générale. Phase B.
Il faut voir la facilité et la rapidité avec laquelle ces hordes se sont rendues maîtres d’une bonne partie de l’Irak en quelques semaines seulement au mois de juin dernier.
L’équipement militaire et la campagne de Syrie n’expliquent pas tout.
Elle n’explique par la furie, les décapitations, les violences sans nom envers les chrétiens et tout ce qui ne cadre pas avec leur idéal.
L’effondrement programmé de l’Irak n’explique pas non plus cette puissance soudaine et si bien organisée.
C’est pourquoi d’ailleurs, aller armer les Kurdes, parmi lesquels il y a forcément d’autres tribus Jézides, est une folie, un non sens, une trahison, une inconscience totale de la part des Occidentaux.

Car les pseudos affrontements entre Kurdes et l’Etat islamique ne sont en réalité, nous venons de le voir, que des bagarres entre tribus qui se connaissent très bien et qui se préparent pour l’assaut final, où elles seront alors toutes réunies dans le même objectif.

Par conséquent, ces affrontements ne sont là que pour justifier le regroupement et l’intervention sur place d’une large coalition occidentale où la quasi-totalité des grandes nations sont représentées, certaines y ayant envoyé des forces armées. C’est le cas des américains, des français, des anglais, des russes.
Intervention militaire qui, comme chacun sait, est plutôt inefficace malgré les moyens employés.

C’est normal, puisqu’il ne faut surtout pas décimer trop tôt des forces soi-disant ennemies dont on a besoin pour la PHASE C.

Voyons maintenant en quoi consiste cette phase C. Car elle est connue à l’avance.



L’objectif final : les lieux saints en Palestine

Trois montagnes sont spécialement l’objet de leur vénération : le Sindjar où ils se rendent en pèlerinage et où, en l’honneur de Lucifer, ils jettent dans un abîme de l’argent et des joyaux ; l’Alagoz, massif volcanique qu’ils considèrent comme une sorte de lunette ou de télescope où leurs mages prédisent l’avenir ; et surtout l’Ararat, dont le massif est le centre historique du plateau d’Arménie, l’Ararat, mont sacré des kurdes et en particulier des Jézides.

En effet, le mont Ararat fort célébré dans les légendes de la maçonnerie d’adoption, joue un grand rôle dans le Livre Apadno, et rien n’est plus frappant que la ressemblance entre la tradition jézide et les fausses prophéties apadniques au sujet de cette haute cime de la Caucasie.
En tout cas il y a là une connexion étonnante qui laisserait supposer une unité réelle dans le plan diabolique, dans le projet que satan médite d’une nouvelle et suprême révolte contre Dieu.

Les Jézides rêvent de l’extermination des races chrétiennes. Au grand jour, d’après leur tradition, ils réuniront au mont Ararat toutes leurs tribus éparses en Russie, en Perse et en Turquie, et de là ils descendront comme une avalanche sur la Palestine pour proclamer le règne de Lucifer sur la terre, détruire le sépulcre du Christ et planter l’effigie du Mélek-Taous, transportée de Lalech, au sommet du Golgotha.

Déjà ils préparent les voies à cette campagne.
En nombre relativement important, quelques familles de jézides se sont implantées en Palestine, y compris à Jérusalem, les uns et les autres prenant leurs positions, attendant l’invasion, qui viendra quand le Mélek-Taous en aura décidé.

Ainsi, le diable se prépare à donner l’assaut au Saint-Sépulcre.

Les Lieux Saints sont visés par les Jézides ; de jour en jour, ils s’établissent dans les environs, resserrant peu à peu leur cercle, tout en entretenant leur zèle de maudits aux pays dont l’Ararat est le centre. Sommet qu’ils appellent, exactement comme les palladistes, la Montagne mère du monde persuadés, toujours comme les palladistes, que c’est Lucifer qui a sauvé, au moyen de l’arche, l’humanité noyée par le déluge de son rival malfaisant, Adonaï pour les uns ou Ahriman pour les autres.


Oui, vous avez bien compris. L’auteur de ces lignes ne pouvait pas savoir, en 1895, que la Palestine serait devenue entre-temps l’Etat d’Israël.

Mais l’objectif final et réel des satanistes de DAECH reste bien la prise des Lieux Saints, d’où la complicité du Mossad qui arme ces tribus pour qu’elles attaquent Israël, non pas pour anéantir les juifs mais pour détruire les lieux saints chrétiens.

Ainsi le plan Pike s’appliquera à la lettre, car bien évidemment le monde entier considèrera qu’il s’agit d’une agression de l’état juif, et interviendra pour stopper les islamistes de Daech, qui ne sont que les descendants des Jézides.

C’est pourquoi il fallait rassembler dans la zone un grand nombre de moyens militaires, non pas pour exterminer maintenant les Jézides, mais pour le faire une fois qu’ils auront accompli leur mission : déclarer la mort définitive du christianisme par la destruction des lieux saints.

D’où également les menaces qui pèsent sur Rome, pour les mêmes raisons. Car il faudra anéantir en même temps les deux « temples » saints qui représentent le christianisme : le Vatican et le Saint-Sépulcre.

Et comme les Jézides sont assimilés à l’Islam, les musulmans de tous les autres pays, dont un grand nombre ont été judicieusement infiltrés dans les pays occidentaux en vue de cette guerre justement, se révolteront en voyant l’extermination de leurs coréligionnaires.

Il y aura des dégâts collatéraux en Israël ?
Et alors ?
Je rappelle ce qu’écrivait Israël Adam Shamir (un juif dénonçant les méfaits du judaïsme talmudique), en 2004 dans son ouvrage Etude sur la Kabbale :
« Yisraël [l’église des juifs, qui les dirige] ne se soucie nullement des juifs en tant qu’individus. Les juifs, Yisraël peut parfaitement s’en passer, si la mission l’impose. »
Et d’ajouter un peu plus loin : « La Palestine n’est pas le but ultime des juifs ; leur but ultime, c’est le monde. La Palestine n’est que l’endroit où doit être implanté le quartier général de l’Etat mondialisé.(…)
Les juifs intelligents et qui réussissent n’immigrent presque jamais en Israël. Ils font carrière aux Etats-Unis ou en Russie, en France ou en Allemagne. Les Israéliens ne sont que la racaille de la communauté juive mondiale, envoyée à la conquête de la terre nécessaire à l’édification du Quartier général du Nouvel Ordre Mondial. »

Entre-nous, le plan est diaboliquement génial. Les nombreux morts juifs aux côtés des jézides, palestiniens et chrétiens, seront les nouveaux martyrs nécessaires à la phase ultime du plan de domination mondiale.
Nécessaires car en même temps la Palestine et Jérusalem auront été nettoyés de tous les ennemis, chrétiens comme musulmans.

Place nette aura été faite pour construire le troisième Temple et inaugurer leur âge d’or avec leur Messie.

La même chose aura été faite simultanément dans le monde.
C’est grosso modo le contenu de la 6ème trompette de l’Apocalypse, vu du côté de la synagogue de satan bien entendu.

Conclusion

Nous comprenons mieux maintenant le pourquoi et le comment de l’émergence de cette force si étonnamment spontanée et puissante appelée DAECH, ainsi que son objectif final : anéantir ce qui reste des symboles de la chrétienté, sur les lieux même de l’Incarnation et de la Passion du Christ, et déclarer ouvert le règne de Lucifer.

Ceci se fera en même temps que la révélation de l’Antéchrist au monde, qui justement personnifiera le règne de Lucifer.

Seulement voilà.
Il s’agit du plan de satan, celui qu’il fera croire à ses adeptes jusqu’au bout.

Car nous savons, de notre côté, que le plan divin diffère de cette perspective.
Même s’il est acquis que les agissements de Satan/Lucifer constituent les châtiments des hommes en punition de leurs péchés, nous savons que ceux-ci se terminent par la purification finale, qui consiste en l’élimination du mal de la surface de la terre.

D’autre part, et ceci est une thèse personnelle, il est quasiment certain que même si Lucifer prépare un Antéchrist-personne, celui-ci ne règnera pas. Seul le Christ, Fils de Dieu, peut régner sur terre. Satan aura pu le faire via un Antéchrist-système qui s’est développé progressivement en cent ans, c’est déjà pas mal.
Mais une telle perspective, satan ne peut ni l’admettre, ni l’avouer, que ce soit à ses adeptes ou à ses opposants. Il doit maintenir coûte que coûte le mythe du règne d’un Antéchrist-personne car ainsi les hommes, sans ce repère essentiel, considèreront toujours au loin la période des châtiments, et ne se prépareront pas spirituellement. Pourtant, le Christ nous l’a bien dit : « Je viendrai comme un voleur » au moment où on ne l’attendra pas.

Par conséquent, nous allons bientôt quitter la 5ème trompette pour la 6ème, qui sera l’accomplissement du plan de DAECH : l’attaque de la Palestine.

Mais la 7ème trompette sera la Purification finale, la moisson, le jour de la colère de Dieu, et non le règne de Lucifer.

Si c’est ainsi, les hommes auront donc par ce biais (l’attaque de la Palestine) un ultime avertissement pour se repentir.
Je l’espère pour eux.
Car il n’est pas exclut que le Jour de la Colère de Dieu n’intervienne sans crier gare, avant l’accomplissement du plan satanique, qui a déjà connu quelques ratés.

Veillez et priez car le jour de la Purification approche, quelles que soient les actions de satan.
Seule la préparation spirituelle est nécessaire, par la prière, la pénitence et la pratique des sacrements.

https://legrandreveil.wordpress.com/2015/02/24/lorigine-satanique-de-daech/
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 56
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   Mer Fév 25 2015, 19:12

"Le Diable au XIXème siècle", par le Docteur BATAILLE,
Tome 2, chapitre XXXV, pages 594 à 606.


« LE PLAN DES CHEFS SECRETS »

« Dans les premiers jours du mois d’août 1871, c'est-à-dire moins d'un an après la constitution du Palladisme (rite suprême), le "docte pontife luciférien", Albert Pike reçut de Mazzini une importante lettre. Le chef d'action politique de la franc-maçonnerie universelle invitait le chef suprême et dogmatique de la secte à tracer un plan de campagne précis en vue de la destruction du catholicisme romain.

"L’unité de l'Italie, disait-il, n'a jamais été considérée par nous comme un but, mais comme un moyen."

Albert Pike réunit ses dix conseillers des heures solennelles, les membres du Sérénissime Grand Collège des Maçons Emérites, et soumit à leur examen la question posée par le très illustre frère Giuseppe Mazzini.

De cette réunion des onze plus hautes lumières de la secte infernale, de ce conciliabule diabolique qui dura sept jours (du 9 au 15 août), sortit, mûrement délibéré, et inspiré sans aucun doute par Satan en personne, le document suivant (traduit du texte original qui est en latin):

« Le Sérénissime Grand Collège des Maçons Emérites, réuni sous la présidence du Très illustre, Très Puissant et Très Divinement Eclairé Frère LIMMUD-ENSOPH , Grand-Maître Conservateur du Palladium Sacré, Souverain Pontife de la Franc-maçonnerie Universelle, a reçu avec respect la Noble et Digne Voûte émanant du très illustre, Très Puissant et Très Eclairé Frère EMOUNAH-SHEMED, chef d'Action Politique et Grand Dictateur Président du Souverain Directoire Exécutif, datée du premier jour de la Lune Ab, dix-huitième jour du cinquième mois de l'an de la Vraie Lumière 000871, et, sous l'œil du Tout-Puissant Divin Maître EXCELSUS EXCELSIOR, l'a prise en considération, a examiné les questions d’intérêt suprême qui y sont exposées, puis, après délibération, a fixé les conditions légitimes qui de ce jour auront force de loi.

(Suit une formule diabolique d'introduction au discours, que votre dactylographe a censuré par prudence)

« La destruction du mauvais catholicisme, ne pouvant être opérée d'un seul coup, et l’édification du bon catholicisme, demandant également de long travaux, sont deux oeuvres parallèles, auxquelles il faut s'employer en même temps, de telle sorte que, lorsque le temple d'Adonaï, mine de toutes parts, sera prêt à s'effondrer à jamais dans sa ruine totale, la même impulsion qui l’anéantira découvre, aux yeux de l’humanité dûment préparée, le temple, jusque-là caché, de notre Divin Maître.

« Lucifer Dieu-Roi verra alors le monde entier se consacrer à lui et l'adorer; sa religion sera dès lors vraiment catholique.

« Le titre de catholique n'appartient pas, en effet, ne saurait appartenir à la superstition romaine. Il est certain, par révélation, que son nombre d’apogée n'atteindra jamais le quart de la population du globe; cela est écrit dans le livre des cieux. D'autre part, la religion d'Adonaï a eu son maximum de domination, et il est visible qu'elle est en décroissance.

« Il nous est nécessaire d'envisager la situation religieuse de l’humanité, si nous voulons agir sûrement dans l'œuvre double de destruction du temple d'Adonaï et l’édification du temple de Lucifer. Ce coup d'œil préliminaire nous donnera courage et bon espoir dans la réalisation des promesses divines; car il nous montrera que l'avenir est à nous, et que le titre de catholiques est réservé à nous seuls.

« Un milliard quatre cent millions d'habitants, telle est la population du globe terrestre. Sur ce nombre, le catholicisme romain compte seulement deux cent dix millions d'adeptes.

« Toutefois, nous devons classer les adeptes des religions par groupes.

« Le groupe chrétien est à subdiviser ainsi : catholiques romains, deux cent dix millions; protestants, cent vingt millions; orthodoxes, que le pape de la superstition appelle schismatiques quatre-vingt millions.

« Il faut placer les mahométans, deux cents millions.

« Observons que la vérité est connue des prêtres du védisme (groupe indien), et que les mahométans, sans avoir encore la vérité, ont grand nombre de leurs prêtres inspirés par elle.

« Deux cent trente-trois millions d’idolâtres, fétichistes ou adorateurs de diverses idoles, sont appelés à disparaître avec la civilisation, non comme individus, mais comme religionnaires. Les missionnaires du catholicisme romain les veulent conquérir; or, le catholicisme romain aura lui-même disparu avant que cette conquête ait été accomplie fractionnellement d'une façon sérieuse.

« La religion israélite compte sept millions d'adeptes; ce petit groupe n'a pas de tendance à se laisser entamer par le catholicisme romain; il nous est promis par la révélation.

« Enfin les statisticiens estiment à vingt-huit millions les libres-penseurs déistes répandus sur la surface du globe, et les athées à deux millions. Les uns et les autres sont surtout des déserteurs du groupe chrétien.

« Or, il ne convient pas de considérer tout l'ensemble du groupe chrétien comme éloigné de la vrai lumière au même degré. Le protestantisme, dans ses multiples fractions, sauf une minorité infime, est composé d'adeptes qui raisonnent, cherchent constamment la vérité, et, par conséquent, la trouveront; c'est d'eux que nous viennent les plus fidèles du Dieu-Bon. Tout au contraire, les orthodoxes ou schismatiques sont la proie promise au Dieu-Mauvais, ainsi qu'il est écrit dans le livre des cieux. Mais, quand les orthodoxes se seront réunis au catholicisme romain, celui-ci ne comptera pas trois cent millions d'adeptes.

« La conversion des protestants au Temple de la Vraie-Lumière sera graduelle, dit la révélation; celle des mahométans sera déterminée entière et inopinée par un grand événement qui se produira sous le sixième souverain pontificat du bon catholicisme. De cela, il résulte que trois cent vingt millions d'âmes seront éclairées, loin être vouées, un jour quelconque, aux ténèbres de la superstition maudite.

« Selon la révélation, le catholicisme romain ira donc toujours en décroissant, soit par les conquêtes d'âmes que nous ferons sur lui, soit par les désertions qui augmenterons le nombre de libres-penseurs déistes, et nous savons que ceux-ci sont en état de transition et nous sont finalement promis.

« D'autre part, nous n'avons pas à nous préoccuper de état de transition du groupe indien; car ses prêtres sont d'ores et déjà dans la vraie lumière.

« C'est pourquoi, à l'heure marquée dans le livre des cieux, c'est à dire quand le catholicisme romain aura atteint son dernier maximum d'adeptes par la réunion des orthodoxes ou schismatiques, il trouvera en face de lui plus d'un milliard de catholiques lucifériens.

« La question se résume, en conséquence, à ceci: il faut que nous soyons prêts, lorsque nous nous trouverons être un milliard et plus, faisant enfin flotter haut nos étendards, à produire l'explosion qui fera sauter le Temple d'Adonaï; alors, en d'autres termes, la superstition devra être tellement impuissante et ruinée, que ses adeptes viendront d’eux-mêmes se fondre dans nos rangs, - et les miracles éclatants qui ouvriront leurs yeux nous sont promis, - et que, s'il reste à ce moment encore quelques prêtres obstinés à vouloir prêcher le Dieu-Mauvais, leur extermination s’exécutera sans aucune difficulté.

« Comment donc tout doit-il être dirigé pour que nous parvenions graduellement et paisiblement à cette échéance inéluctable?

« La tactique est variable, selon que nous manœuvrons en pays ou domine l’élément catholique romain ou bien en pays ou domine l’élément protestant, pour parler ici du groupe chrétien.

« L'œuvre principale est celle qui a pour but de transformer les catholiques romains en libres-penseurs déistes. Nous devons nous y appliquer de toutes nos forces; car ce sera la transition du plus grand nombre. L’expérience a démontré que peu nombreuses sont les âmes privilégiées qui s'arrachent d'un seul bon à l’abîme de l'obscurantisme pour prendre leur vol hardi dans l’éther des divines et vivifiantes lumières.

« Pour cela, il faut conquérir les sièges du gouvernement de ces peuples; tout est là. Soit dans les républiques, soit dans les états monarchiques, nous devons faire promulguer des lois, annihilant partout l'influence des prêtres de la superstition et de leurs auxiliaires, les moines qui se mêlent au peuple et les nonnes qui entretiennent les âmes dans l'erreur, en se couvrant du manteau d'une trompeuse bienfaisance. Il faudra, d'une part, au moyen de la presse dont nous inspirons les écrivains, montrer combien est avilissante pour la dignité humaine l’aumône des mauvais catholiques, et cela en faisant ressortir que l'individu a droit au bien-être par des réformes sociales et non par des secours d'une routinière charité, et, d'autre part, au moyen des parlements législateurs ou n'importe comment, disperser les congrégations impopulaires, ruiner adroitement celles que des préjugés profanes à ménager encore, en un mot, faire disparaître tout ce qui est moine ou nonne.

--/--


« Dans l'ordre intellectuel, spécialement, il faut obtenir des pouvoirs publics la neutralité de l’école, afin que le prêtre ni aucun de ses auxiliaires n'y pénètrent plus désormais; ensuite, on arrivera à détourner les parents de la pensée, qu'ils pourraient avoir dans les premiers temps de la neutralisation, de faire donner à leurs enfants l'enseignement catholique romain en dehors de l’école neutralisée. En effet, empêcher que les nouvelles générations aient l'intelligence oblitérée par le mensonge des mauvais dogmes est un point capital. Mais il faudra, en même temps, prendre des mesures sérieuses pour que l'enseignement officiel reste neutre et ne tombe pas dans l’athéisme; la neutralité nous suffit, c'est à dire l’étouffement de toute tendance à insinuer dans les jeunes cerveaux les faux dogmes adonaïtes. Il existe, en effet, en l’âme humaine un sentiment inné qui pousse l'individu vers un idéal divin, qui lui fait comprendre instinctivement l'existence d'un être suprême, surnaturel facteur, organisateur et moteur de l'univers. Ce sentiment, en le laissant librement s’épanouir, c'est à dire sans le diriger criminellement vers la superstition, religion du Dieu-Mauvais, flottera d'abord dans la demi-lumière d'un déisme vague, mais non contaminé par le souffle empesté du catholicisme romain; puis quand l'heure sera venue ou le Dieu-Bon se montrera, seul vraiment digne des adorations de l’humanité, c'est à lui qu'iront toutes les aspirations indécises des enfants devenus hommes; et ainsi, en éloignant d'Adonaï l'enfance et l'adolescence, nous vouerons à Lucifer, par le seul fait du penchant de la nature, la maturité des nouvelles générations. Il est donc de nécessité absolue que l'instituteur nettement athée soit éliminé de l’école, s'il s'y introduisait après que nous en aurons chassé le prêtre adonaïte, et que les livres d'instruction, mis entre les mains des enfants, tout en étant expurgés des dogmes menteurs du catholicisme romain, posent en principe, mais sans définition précise, l'existence d'un être suprême.

« Pendant que les nouvelles générations seront ainsi formées, il faudra combattre l'adonaïsme dans les esprits, par toutes sortes de publications démontrant combien est à la fois monstrueuse et ridicule l’idée de la divinité, telle que les prêtres de la superstition la représentent. Dans cette lutte, on ne devra pas négliger le pamphlet, la satire, la moquerie, qui frappent les masses bien mieux que les dissertations savantes. N'oublions jamais que Voltaire a fait à notre cause, en couvrant de ridicule le catholicisme romain. Mais ce n'est pas pour le plaisir de plaisanter et de rire qu'il convient d'adopter cette excellente tactique : en discréditant les dogmes mensongers et le culte adonaïte, nous discréditerons les ministres de cette religion détestable; nous arriverons peu à peu à faire déserter ses églises. En effet, nous ne devons pas compter uniquement sur le résultat des lois obtenues; car, lorsque nous serons parvenus à faire priver totalement le clergé catholique romain des subventions octroyées par les Etats, il obtiendra des compensations pécuniaires par les sommes qu'il soutirera directement aux fanatiques demeurant dans une crédulité incurable. Or, on ne diminuera le nombre de ces malheureux exploités, qu'en discréditant toutes institutions du catholicisme romain; il faut que les individus ayant le moindre bon sens en arrivent à se considérer eux-mêmes comme ridicules chaque fois qu'ils auraient la faiblesse de recourir aux sacrements de la superstition; de la sorte, par crainte des railleries, ils se déshabitueront d'entretenir les prêtres imposteurs. Il sera bon de donner alors toute latitude aux charlatans de la pire espèce, à la lie des faux devins, dont le vil métier est une escroquerie évidente; la presse inspirée par nous établira des comparaisons entre ceux-ci et les ministres d'Adonaï, et les confondra dans la même moquerie et la même réprobation.

« D'autre part, par tous les moyens législatifs ou autres, on restreindra le recrutement du sacerdoce catholique romain. On accomplira une œuvre salutaire en donnant aux jeunes prêtres la connaissance réelle de la vie sociale, que leur montrent sous de faux aspects. Il sera nécessaire d'avoir des femmes sûres, qui se dévoueront à les initier aux bienfaits du Dieu-Bon. Les résultats à obtenir seront fructueux; car il se produira de deux choses l'une: ou le prêtre adonaïte, une fois qu'il aura goûté aux joies suaves que la barbarie papale lui interdit, se retirera du clergé et sera alors la démonstration publique de ce que la nature condamne le célibat systématique et absolu; ou bien, il demeurera dans la caste sacerdotale, et alors il sera à nous secrètement, non comme allié, mais comme tout à fait nôtre, et il nous rendra les plus précieux services pour miner le temple d'Adonaï.

« De n'importe quelle façon et en toute circonstances, il faut le vide autour du prêtre catholique romain, et il faut encore que ce clergé, devenant de plus en plus méprisé, honni, conspué, soit diminué en nombre, sans s’arrêter à aucune considération pour obtenir ce résultat. D'une part, on multipliera les sociétés de plaisirs citadins ou champêtres, les cercles, les fêtes non religieuses, etc.; d'autre part, on préconisera hardiment et partout, comme on le ferait pour une doctrine, ce mot d'ordre anticatholique-romain: "Pas de prêtres à la naissance ! pas de prêtre au mariage ! pas de prêtre à la mort ! " et l'on favorisera la création de toute association de solidaires établie avec ce programme. Enfin, on signalera, à grand bruit, comme un scandale, tout fait dont un prêtre adonaïte sera l'auteur et qui sera de nature à discréditer la corporation sacerdotale; que s'il s'agit cependant d'un fait non mauvais par lui-même, mais seulement en contradiction avec la cruelle loi de chasteté prétentieusement revendiquée par le papisme, voulant faire croire que son clergé est au dessus de la nature, dans ce cas, il conviendra de n’ébruiter la chose que si l'auteur de l'infraction aux règlements ecclésiastiques n'est pas jugé capable de devenir notre agent secret.

« Voilà la marche à suivre, pour l'ensemble de tous les pays du groupe chrétien.

« En particulier, nous devons arrêter un moment nos regards sur l'Italie. Là, la franc-maçonnerie, tout en suivant à la lettre la ligne de conduite que nous venons de tracer, aura le devoir, en outre, de travailler, avec la plus grande activité et sans jamais se lasser, à l'abrogation de la loi qui vient être votée il y a trois mois et sur laquelle le Chef d'Action Politique a appelé notre attention . On commencera par attaquer à outrance le système des deux souverainetés dans un même pays, dans la même capitale; on fera ressortir l’inconvénient résultant d'un double corps diplomatique, dont la moitié sera accréditée auprès d'un italien tiaré en état de conspiration permanente contre sa propre patrie. Cette campagne de la maçonnerie italienne devra être secondée par la maçonnerie des pays ayant un ambassadeur auprès du pontife de la superstition romaine; on déposera des motions pour la suppression de ces ambassades; on insistera sur ce point, que le fait de l'existence des ambassades auprès dudit pontife dépend uniquement de la magnanimité de l'Italie qui a bien voulu reconnaître à un chef de la secte, désormais sans territoire, le caractère et les prérogatives du souverain. Ensuite, on attaquera l’inviolabilité si imprudemment octroyée aux congrégations ecclésiastiques formant la haute administration spirituelle du siège suprême de la superstition romaine. On suscitera des conflits entre l’autorité politique nationale et n'importe quels chefs relevant de l’autorité pontificale. On ne négligera aucune occasion d'exciter le peuple contre la personne même de l'occupant de ce siège maudit, afin que, s'il venait à sortir de son Vatican, il y ait des troubles. Il faudra habituer l'opinion publique italienne à considérer comme un embarras dangereux la présence du pape dans le pays.

« Lorsque l'opinion publique sera mûre pour accepter l'expulsion du pape votée par un parlement à majorité maçonnique, il conviendra qu'un des nôtres dépose un projet de loi dans le sens que voici:

« Art. 1 - L'Italie ne reconnaît aucune religion d'Etat.
« Art. 2 - L'Eglise chrétienne, précédemment dite catholique, pour continuer à avoir le droit au libre exercice de son culte, devra être exclusivement italienne en Italie.
« Art. 3 - Ses évêques sont autorisés à se réunir en conseil général national et à nommer l'un d'entre eux Patriarche pour la Péninsule, la Sardaigne et la Sicile.
« Art. 4 - Le pape actuel est éligible à cette dignité, à la condition qu'il renoncera à toute direction supérieure chrétienne autre que celle de l'Eglise d'Italie.
« Art. 5 - Le Patriarche chrétien d'Italie n'ayant aucunement le caractère de souverain, nul ambassadeur étranger ne peut être accrédité auprès de lui.
« Art. 6 - Le Sacré-Collège des cardinaux cesse d'exister, ainsi que les Congrégations dites du Saint-Office, du Concile, de la Propagande, des Rites, de l'Index, des Indulgences, et, en un mot, tout comité supérieur ecclésiastique fonctionnant en vue d'une administration universelle soit spirituelle soit financière.
« Art. 7 - Les titres de Cardinal et d’Archevêques sont abolis; tous les Évêques sont sur le même pied vis-à-vis du pouvoir civil, à l'exception du Patriarche, qui est le premier évêque italien et qui, dans les cérémonies officielles de l'Etat, prendra place entre les présidents de Cours de Cassation et le président de la Cour des Comptes.
« Art. 8 - Chaque évêque administre son diocèse sous le contrôle de l'Etat; les Évêques n'ont à se référer au Patriarche qu'en ce qui concerne les questions d'ordre purement spirituel ou liturgique.
« Art. 9 - Tout acte du Patriarche, qui sera commis en violation de la présente loi, entraînera sa destitution immédiate et son bannissement.
« Art. 10 - Tout évêque, qui sera reconnu complice du Patriarche violateur de la loi, encourra la peine de l'emprisonnement en forteresse, cinq ans à dix ans, et sera, en outre, dégradé en présence du peuple assemblé sur la place publique ou parvis de la cathédrale de son diocèse.
« Art. 11 - Une Commission Centrale des Cultes, composée d'autant de membres laïques qu'il existe de diocèse, et dont les membres seront nommés par le Parlement, centralisera tous les rapports des autorités civiles sur les actes d'administrations ou autres relatifs aux diocèses et formera un conseil supérieur permanent chargé de trancher tous les différents entre les Évêques et leurs subordonnés ecclésiastiques, à l'exception des questions d'ordre purement spirituel ou liturgique restant soumises à la seule juridiction suprême du Patriarche.
« Art. 12 - Les Curés seront élus par les fidèles, votant au scrutin secret, et demeurant attachés inamoviblement à leur paroisse; les Curés actuels, déclarés éligibles par la présente loi, mais non imposée aux fidèles, seront soumis, dans six mois à dater de ce jour, à la confirmation de leur fonction et titre par le libre suffrage de leurs paroissiens.
« Art. 13 - Les Évêques seront nommés par le patriarche sur la présentation du gouvernement choisissant trois candidats; néanmoins, les Évêques actuels, qui accepteront le présent règlement de la question religieuse, resteront en fonctions; tout évêque non-acceptant redeviendra simple prêtre, sera pourvu d'un vicariat de paroisse rurale par son successeur à la direction du diocèse, et restera à jamais inéligible à une Cure.

--/--

« LE PLAN DES CHEFS SECRETS »

"Le Diable au XIXème siècle", par le Docteur BATAILLE,
Tome 2, chapitre XXXV, pages 594 à 606.

--/-- (suite & fin du précédent message)

* * * * * * * * * * *

« En même temps que ce projet de loi sera déposé à la Chambre des députés d'Italie, une copie, qui en aura été envoyée au préalable, dans tous les pays infectés de catholicisme romain, aux journaux rédigés par les nôtres, sera aussitôt publiée partout, avec de vifs éloges. Un concert d'articles célébrera la sagesse des libéraux italiens, en leur attribuant le mérite d'avoir trouvé une si bonne solution de la question religieuse. On s'appliquera à mettre en lumière l’absurdité de la situation existant jusqu'alors: combien il est mauvais pour l'Italie d'avoir un de ses citoyens conspirant contre la patrie, en tant que chef irréductible d'une religion se prétendant universelle et faisant profession de se placer au-dessus des autorités légitimes du pays; combien il est mauvais pour les autres nations d'avoir chacune un véritable Etat organisé dans l'Etat, avec tout un personnel de prêtres, en réalité fonctionnaires dépendant d'un souverain étranger. Les journaux inviteront les députés progressistes de leur pays à présenter promptement un projet de loi semblable, affranchissement du joug extérieur le clergé national de ce culte dit catholique, et le constituant en sacerdoce libre d'une religion dont les fidèles n'auront, avec ceux pratiquant le même culte en une autre contrée, rien de commun que la croyance. Une grande agitation sera ainsi créée dans les divers pays ou les adeptes du catholicisme romain sont en nombre, et, par les moyens légaux, au moyen d'une entente générale émanant de la franc-maçonnerie, on procédera à un morcellement de la religion malfaisante.

« Ces évènements ne s'accompliront ni dans vingt ans ni dans trente ans. On les provoquera lorsque le catholicisme romain sera déjà tout à fait discrédité, lorsque les vieilles femmes et quelques fous incurables seront seuls à former sa clientèle de partisans, et lorsqu'une notable partie de son clergé nous sera secrètement acquise.

« Quand se produiront les circonstances favorables, si tel ou tel pays ayant été mieux travaillé que d'autres, a déjà supprimé totalement le budget des cultes et réduit les prêtres de la superstition aux offrandes des fidèles, rendues de plus en plus restreintes par des obstacles légaux, dans ce cas, il sera utile, dans ce ou ces pays, de rétablir les subversions de l'Etat aux membres des divers clergés et même de se montrer généreux envers les prêtres de l'adonaïsme qui accepteront la nouvelle situation. On proclamera bien haut que l'Etat, voulant protéger la religion dès l'instant qu'elle n'est plus un prétexte de complots avec étranger, doté magnifiquement le corps sacerdotal. Rien ne devra être négligé pour assurer le morcellement de la religion d'Adonaï et lui enlever son caractère d’internationalité. C'est là, en effet, ce qui permettra, un peu plus tard, de l'extirper complètement et d'une façon définitive.

« On ne saurait donc trop agir en vue d'amener un jour ce résultat si important, sans se laisser décourager jamais par les difficultés de l'entreprise.

« Au surplus, nous devrions nourrir dans nos cœurs non seulement l'espoir, mais même la certitude, que l'accomplissement du morcellement de l'adonaïsme n'est pas une chimère; car cela nous est promis par la révélation, au livre intitulé "De la Rédemption", dans l’APADNO.

« Il est dit que le Pape de la superstition, siégeant à Rome à l’époque du morcellement, refusera d’acquiescer à la nouvelle situation de son Eglise, et qu'il lancera ses foudres, désormais impuissantes, contre les gouvernements participant à cette grande œuvre de salut social. Alors, il sera abandonné par une multitude de ses prêtres dans les divers pays, attendu que beaucoup auront été gagnés d'avance à nous; l'Italie l'expulsera, et la Papauté maudite sera errante et obligée de rentrer quelque temps dans les ténèbres; car les gouvernements porteront des peines sévères contre ceux qui lui maintiendraient leur adhésion et qui conspireraient ainsi avec elle.

« Mais il est écrit aussi que le Pape-Errant, pasteur d'un troupeau dispersé, pilote de la barque désemparée de Céphas, et sixième successeur de l'homme d'orgueil sous qui s'est écroulé le pouvoir temporel du pontificat infâme, sera recueilli, après expulsions sur expulsions, par l'autocrate slave, qui affectera de lui rendre de grands honneurs. L'adonaïsme tentera alors de se reconstituer comme avant l'expulsion de Rome; le Pape-Errant étant près de mourir en Russie, l'autocrate impérial se prosternera à ses pieds, et les nations pratiquant jusque-là l'orthodoxie, c'est à dire le religion schismatique d'Orient, se rallieront assez rapidement à l'ancien catholicisme romain, vomi d'Italie. Le Pape-errant, à son lit de mort, sera joyeux de voir ces nouveaux adeptes remplacer les occidentaux récemment séparés de son Eglise, et, au sein des nations qui auront opéré le morcellement de l'adonaïsme, il aura encore des fidèles, ceux-ci se cachant pour se livrer aux pratiques de la superstition réprouvée; avant d'expirer, il aura maintenu l’épiscopat aux évêques du schisme d'Orient, et il aura institué, parmi eux, des cardinaux grecs et russes. Son successeur sera un slave; le siège de la Papauté adonaïte sera établi dans la ville septentrionale de Pierre, sous la réserve de reconquérir Rome. Mais ce sera en vain que l'autocrate impérial, dans l'espoir d’étendre sa domination, se fera le croisé de l'adonaïsme; ses efforts n'aboutiront point, et l'Eglise naguère romaine demeurera morcelée dans les nations de l'Occident européen. Ainsi, la Russie sera le dernier refuge et le dernier rempart de l'adonaïsme se prétendant catholique.

« Chez les peuples occidentaux, dès que le nouveau régime religieux sera légalisé, il faudra supprimer radicalement ces propagandistes dangereux qui s'intitulent missionnaires et vont chez nos frères d'Asie, ainsi que chez les idolâtres d'Afrique et d'Océanie dont la conversion doit être notre œuvre, porter le mensonge de leurs prédications empoisonnées. Les gouvernements interdiront, sous les peines les plus sévères, ces émigrations détestables, qui sont de nature à créer d'incessants conflits avec les nations asiatiques, dont la foi, devenue alors parfaitement éclairée par les efforts des sages prêtres tibétains unis à notre maçonnerie auxiliaire des Indes et de la Chine, devra être respectée. Et, sans attendre l’époque éloignée de ces événements, tout maçon a, dès à présent, le devoir de combattre, par la plume et la parole, les missionnaires dits catholiques et de souffler dans le monde profane le mépris d'eux et une haine inextinguible. Ces missionnaires sont nos plus mortels ennemis. Quiconque, franc-maçon, ne les combattra pas, sera tenu pour traître; quiconque s'associera à leur action néfaste ou seulement l'appuiera par un éloge public sera frappé de mort.

« Enfin, il sera bon d'entretenir, dans les basses classes de toute nation, le ferment des idées révolutionnaires, même celles des socialistes les plus portés aux extrémités violentes. L’athéisme étant mauvais par lui-même et détournant de son vrai but toute œuvre de rénovation humanitaire antichrétienne, il nous faut le canaliser et le mêler aux doctrines sociales les plus exagérées, qui sont destinées à l’insuccès final, ne pouvant qu'occasionner un bouleversement momentané, immédiatement suivi d'une énergique réaction. Or d'une part, nous discréditerons au dernier degré la théorie superstitieuse de la divinité, de telle façon que les peuples encore imprégnés d'adonaïsme s'en détacheront peu à peu et finiront par n'y plus croire aucunement, et les derniers prêtres de l'adonaïsme morcelé, émietté, seront tout à fait acquis à nous dans les temps du nouveau régime religieux, lequel sera un état de transition, comme le déisme libre-penseur; d'autre part, nous nous garderons bien d'arracher de la multitude la croyance au surnaturel divin, mais nous nous bornerons à proclamer en toute occasion l'existence d'un être suprême, sans faire connaître publiquement encore nos saintes traditions et nos révélations mystiques. Ainsi le veut le Dieu-Bon.

« C'est pourquoi, lorsque l'empire autocratique de Russie sera devenu la citadelle de l'adonaïsme papiste, nous déchaînerons les révolutionnaires nihilistes et athées, et nous provoquerons un formidable cataclysme social, qui montrera bien aux nations, et dans toute son horreur, l'effet de l'incroyance absolue, mère de la sauvagerie et du plus sanglant désordre. Alors, partout, les citoyens, obligés de se défendre contre la minorité folle des révoltés, extermineront ces destructeurs de la civilisation; et les innombrables désabusés de l'adonaïsme, dont l’âme déiste sera jusqu’à ce moment restée sans boussole, ayant soif d'idéal, mais ne sachant à quel dieu décerner leurs hommages, recevront la Vraie Lumière, par la manifestation universelle de la pure doctrine luciférienne, rendue enfin publique, manifestation qui surgira du mouvement général de réaction, à la suite de l’écrasement de l’athéisme et de l'adonaïsme, tous deux vers le même temps vaincus et exterminés.

« L'enfantement de la religion de Lucifer Dieu-Bon, s’établissant à jamais sans rivale sur le globe terrestre, ne saurait être une opération instantanée, ni d'un an, ni d'un lustre, ni d'un siècle. L'œuvre durable est celle qui se crée par progression lente. Le XIXème siècle a vu la conception du vrai et bon catholicisme; le XXème siècle sera le siècle de la gestation, pour amener sûrement la parturition à son terme fixé dans le livre des cieux (29 septembre 1996 de l’ère chrétienne alors finie).

« Ecrit et donné en Solennelle Voûte, et signé, aux pieds du Palladium Sacré, par le Souverain Pontife de la Franc-Maçonnerie Universelle et par les dix Anciens composant le Grand Collège des Maçons Emérites, au Suprême Orient de Charleston, en la Vallée chérie du Divin Maître, le 29e et dernier jour de la Lune Ab de l'an 000871 de la Vraie Lumière (15 août 1871, ère vulgaire). »

Tel est le plan secret, qui, formule et résume la tactique et les espérances de la secte.

N'y a-t-il pas lieu de prononcer, pour conclure, la mystérieuse réponse du mot sacré des chevaliers Kadosch?

« Pharasch-Chol. » Tout est expliqué.

(Fin du texte)

http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t8552-le-diable-au-xixeme-siecle-par-le-docteur-bataille
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 56
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   Lun Mar 16 2015, 19:54


La CIA dépassée par le soutien de civils à Daesh

http://fr.sott.net/article/25067-La-CIA-depassee-par-le-soutien-de-civils-a-Daesh

Dépassée par le développement foudroyant de l'Émirat islamique qu'elle a elle-même créée, l'Agence centrale de Renseignement (CIA) sera profondément réorganisée. Mais le problème qu'elle rencontre est sans précédent : une rhétorique qu'elle avait imaginée pour signer des communiqués de revendication d'actes terroristes sous faux drapeaux s'est transformée en une puissante idéologie au contact d'une population dont elle ignorait jusqu'à l'existence. Pour Thierry Meyssan, la réforme de la CIA sera inefficace : elle ne lui permettra pas de gérer le cataclysme qu'elle a provoqué au Levant.

La CIA est apparue, en novembre dernier, dans l'incapacité d'évaluer la situation en Syrie. Perdue dans ses mensonges, l'Agence ne parvenait plus à identifier les motivations de ses « révolutionnaires ». Pire, elle était incapable de dénombrer les soutiens à la « rébellion » et ceux à la République. Cet échec n'a fait qu'empirer comme l'a montré, fin février 2015, l'effondrement du Mouvement de la Fermeté (Harakat Hazm), l'armée officielle de l'Agence en Syrie [1]. Bien sûr, la vie continue et la CIA a déjà regroupé ses forces au sein d'une nouvelle formation, le Front du Levant (Shamiyat Front).

En créant al-Qaïda, puis Daesh, la CIA pensait engager des mercenaires pour réaliser des missions ponctuelles qu'elle ne pouvait pas revendiquer. Elle n'avait jamais envisagé que des civils puissent prendre au sérieux la phraséologie à quatre sous qu'elle avait imaginée pour rédiger des communiqués de revendication. De fait, personne n'a accordé d'importance au charabia d'Oussama Ben Laden selon qui la présence de militaires non-musulmans de l'Otan, lors de « Tempête du désert », sur le territoire saoudien était un sacrilège qui exigeait réparation. Nulle part on ne trouvera dans le Coran de justification de cette malédiction. Les mercenaires d'al-Qaïda n'ont donc eu aucune difficulté à se battre aux côtés de l'Otan en Bosnie-Herzégovine et au Kosovo. Il ne semblait pas y avoir de raison de croire qu'il en serait autrement aujourd'hui.

Pourtant, lors de la guerre contre la Jamahiriya arabe libyenne, j'avais observé que certains mercenaires d'al-Qaïda semblaient vouloir réellement revenir au mode de vie du VIIe siècle, le « temps du Prophète ». C'était au moins vrai dans l'obscur Émirat islamique gouverné par Abdelkarim Al-Hasadi à Dernaa. Or, il ne s'agissait pas pour eux du VIIe siècle levantin, alors chrétien et ne parlant pas l'arabe, ou même du VIIe siècle français du bon roi Dagobert, mais du VIIe siècle de la péninsule arabique, une société hors du temps, composée selon le Coran de bédouins fourbes et cruels que le Prophète tenta de convertir et d'apaiser.

Par la suite, durant la guerre contre la République arabe syrienne, j'observais que les Syriens qui soutenaient al-Qaïda (et aujourd'hui Daesh), sans mobiles financiers, étaient tous membres de familles très nombreuses dont les femmes n'étaient pas autorisées à contrôler leur fécondité. Le clivage qui s'opérait dans le pays n'avait rien de politique au sens moderne du terme. Désormais, l'idéologie des civils qui soutiennent les jihadistes se résume à ce retour à des origines mythiques, celle des gardiens de chameaux d'Arabie du Moyen-âge. Et la CIA qui l'a provoquée, n'en a pas compris la force et n'en a pas suivi l'expansion.

Il ne s'agit pas ici de « retour de bâton » —Daesh ne s'est pas retourné contre la CIA—. Mais de la transformation d'un groupuscule terroriste en un État et du triomphe d'une rhétorique ridicule parmi certaines populations.

La CIA se trouve face au problème de toutes les administrations. Son mode d'organisation, qui lui permit de nombreuses victoires par le passé dans diverses régions du monde, ne fonctionne plus parce qu'elle n'a pas su s'adapter. Organiser un coup d'État et manipuler des masses pour qu'elles soutiennent une organisation terroriste sont deux choses bien différentes.

C'est pourquoi le directeur John Brennan a annoncé une refonte complète de la structure de l'Agence, à l'issue de 4 mois de consultations internes.

Jusqu'ici, il y avait :
- La Direction du Renseignement, chargée d'analyser les données recueillies ;
- La Direction des Opérations, renommée Service clandestin, chargée de l'espionnage humain ;
- La Direction des Sciences et de la technologie, spécialisée dans le traitement des informations scientifiques et techniques
- La Direction du Soutien, chargée de la gestion du personnel, de la fourniture des matériels et du financement.

Le personnel était réparti selon ses compétences : les intellectuels au Renseignement, les baroudeurs aux Opérations, les matheux aux Sciences et les organisateurs au Soutien. Bien sûr, chaque direction s'était aussi adjointe des collaborateurs avec d'autres profils pour pouvoir faire son travail, mais schématiquement chaque direction correspondait à un profil humain particulier.

Les documents révélés par Edward Snowden nous ont appris que la CIA est la plus importante agence de Renseignement au monde avec un budget de 14,7 milliards de dollars en 2013 (soit le double du budget total de la République arabe syrienne). Mais elle n'est pourtant qu'une agence de renseignement parmi les 16 que comptent les États-Unis.

Bref, avec tout cet argent et ces compétences, la CIA était prête à vaincre l'URSS qui s'est effondrée sur elle-même sans son aide il y a plus de 25 ans.

Pour faire progresser l'Agence, John O. Brennan a décidé de généraliser le modèle du Centre contre-terroriste, créé en 1986 au sein de la Direction des Opérations ; un modèle ultra-sophistiqué mis en scène dans la série télévisée 24 heures. Cette unité pluridisciplinaire a fait merveille pour répondre presque instantanément aux questions qu'on lui posait. Elle est capable d'identifier un individu, de le localiser et de l'éliminer en un rien de temps pour la plus grande joie de la Maison-Blanche. Et l'on sait que le président Obama se rend chaque jour dans son bunker sous-terrain pour déterminer les cibles de ses drones et faire assassiner qui il veut, quand il veut et où il veut.

Selon M. Brennan, il s'agit ni plus ni moins que de faire entrer le Renseignement dans l'ère des nouvelles technologies, des ordinateurs et des satellites. L'Agence devrait donc être rapidement restructurée autour de 16 Centres chargés de chaque région du monde et de divers objectifs généraux.

Mais en quoi le modèle du Centre contre-terroriste aurait-il pu comprendre la transformation d'une phraséologie enfantine en une puissante idéologie ?

Le succès de l'Émirat islamique provient d'abord de ses soutiens étatiques, de son armement et de son argent. Mais le soutien dont il bénéficie chez quelques Syriens et certains Irakiens n'a rien à voir ni avec le Coran, ni avec la lutte des classes. C'est la révolte d'un mode de vie en train de disparaître, d'une société violente dominée par les hommes, contre un mode de vie respectueux des femmes et contrôlant les naissances. Cette transformation s'est faite en Europe avec l'exode rural et les deux Guerres Mondiales, sans provoquer de guerres supplémentaires. Elle a été accomplie au début des années 80 par l'Iran de l'imam Khomeiny avec un succès éclatant et s'est progressivement étendue au monde arabe jusqu'à se fracasser sur Daesh ; un conflit qui n'a rien à voir avec la distinction théologique entre chiites et sunnites.

La suite des événements est, elle, prévisible. Comme toujours, les États-uniens pensent que leur problème sera résolu grâce au progrès technique. C'est avec une débauche d'informatique qu'ils vont tenter de comprendre la situation au « Proche-Orient ».

Mais comment les États-Unis, fondés il y a deux siècles, pourraient-ils comprendre le cataclysme qu'ils ont provoqué dans la plus ancienne civilisation du monde ? Comment les États-uniens —des Barbares friqués— et des Bédouins du Golfe pourraient-ils organiser des peuples civilisés depuis six millénaires ? Car c'est le secret du Levant : quantité de peuples différents, ayant leur propre histoire, leur propre langue et leur propre religion, y parlent une même langue vernaculaire et y collaborent ensemble [2]. Les nassériens et les baasistes ont tenté de transformer cette mosaïque en une unique force politique. Ils ont cherché à composer une « Nation arabe » avec des peuples majoritairement non-arabes. Un rêve dont il ne reste aujourd'hui que la « République arabe syrienne ». C'est ce projet politique qui était attaqué par Daesh et cette civilisation qui est aujourd'hui menacée par les civils qui le soutiennent.

Tandis que les États mono-ethniques sont faciles à conquérir, ils ont appris avec le temps que leur diversité et leur entremêlement les rend invincibles. C'est d'ailleurs pour cela qu'ils ont protégé les survivants d'un ancien monde ; des survivants qui aujourd'hui se révoltent contre eux et les rongent de l'intérieur.

Comment la CIA pouvait-elle anticiper que de jeunes Européens, eux aussi nostalgiques de ces temps anciens, se joindraient par dizaines de milliers à Daesh pour s'opposer à la marche du temps et détruire des œuvres d'art millénaires ?

La défaite israélienne au Liban, en 2006, a montré que quelques citoyens déterminés étaient capables de faire échouer l'armée la plus sophistiquée au monde. L'homme a déjà triomphé des machines. C'est une erreur de croire que le progrès technique est un critère de civilisation, que des ordinateurs permettront de comprendre qui que ce soit, ni même de le dominer. Tout au plus peuvent-ils collecter de grandes quantités d'information, les trier et les synthétiser. La réorganisation de l'Agence va lui permettre de répondre à toutes les questions du jour, mais à aucune sur ce qui se passera demain.

Les États-uniens et les Européens sont incapables d'admettre que des peuples qu'ils ont colonisés ont rattrapé leur retard technique alors qu'eux-mêmes n'ont pas rattrapé leur retard en civilisation. Ils se trouvent confrontés à leurs limites et ne peuvent plus influer sur le cataclysme qu'ils ont involontairement suscité.
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 56
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   Lun Mar 16 2015, 20:03

Etat Islamique: vidéo de l’assassinat d’un juif par un enfant accompagné d’un francophone qui revendique de tuer tous les Juifs de France


Attention, cette vidéo est très cruelle et choquante! Elle est parue sur un site espagnol, mais l’islamiste qui commente parle en français: « Or vous les Juifs, Allah nous a permis de tuer vos frères sur le sol français et ici sur le sol de l’Etat Islamique… », dit-il .

Ce francophone revendique pour l’Islam des terres qui ont été arrachées au christianisme… C’est un jeune garçon enfant qui exécute froidement la victime, d’abord en plein front puis lui tire encore plusieurs autres balles … L’horreur mise en scène!

Pour voir la vidéo cliquez ici.
http://www.infobae.com/2015/03/10/1715039-el-video-que-un-nino-del-isis-ejecuta-un-israeli

BOSSUET  disait:  » L’islam! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan  dans tout l’univers… »
(Source) http://www.dreuz.info/2015/02/de-bossuet-a-voltaire-de-hegel-a-tocqueville-et-de-gide-a-malraux-pensees-des-classiques-sur-lislam-alors-que-lislamophobie-est-sur-la-sellette/
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 56
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   Lun Mar 16 2015, 20:04


http://www.medias-presse.info/etat-islamique-video-de-lassassinat-dun-juif-par-un-enfant-accompagne-dun-francophone-qui-revendique-de-tuer-tous-les-juifs-de-france/27401
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   Lun Mar 16 2015, 23:20

André Dominique a écrit:


Attention, cette vidéo est très cruelle et choquante!

Comment réagir devant la cruauté et la méchanceté qui nous sont montrées sur le net ?
Peut-être n'y a-t-il finalement que la prière qui puisse contrer cette violence terrible
en laquelle des enfants sont entrainés ?

A défaut de trouver mieux, je fais mienne la prière juive
qui est chantée du vidéoclip ci-dessous :



Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 56
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   Mar Mar 17 2015, 07:55

Cher Stan,

Vous répondez bien !
Et des fois il ne nous reste que le silence et les larmes à opposer à la folie de l'homme en acte ...

Le Seigneur nous interpelle à renaître en LUI, à redevenir comme des tous petits enfants, nous recouvrir de leur innocence pour entrer dans le Royaume des Cieux qu'IL EST en Sa Personne ... et là nous voyons un enfant au visage junévile qu'on a amené à totalement perdre l'esprit d'enfance, l'âme de l'enfant, la capacité à pouvoir devenir "enfant de DIEU", pour devenir un meurtrier, un caïn ...
L'islam est meurtrier et rend meurtrier ... les plus innocents des êtres humains !
L'islam des'humanise l'homme ...!

Dieu à créé l'homme à Son Image !
L'islam défigure l'IMAGE DE DIEU ... !!!

Comme en réponse à cet acte inhumain qui trouve sa racine dans le coran et l'islam, je tiens à mettre en parallèle, en réponse ce sermon de St Léon le Grand :


Citation :
« Soyez les imitateurs de Dieu,
puisque vous êtes ses enfants bien-aimés.. »


Le Seigneur dit dans l'évangile de saint Jean : Tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples si vous vous aimez les uns les autres. Et on lit dans la lettre de cet Apôtre : Mes bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l'amour vient de Dieu. Tous ceux qui aiment sont enfants de Dieu, et ils connaissent Dieu. Celui qui n'aime pas ne connaît pas Dieu, car Dieu est amour.

Que les fidèles scrutent donc leur âme et discernent par un examen loyal les sentiments profonds de leur cœur. S'ils découvrent que leur conscience a en réserve des fruits de charité, ils peuvent être certains que Dieu est en eux ; et pour se rendre de plus en plus accueillants à un tel hôte, qu'ils se dilatent par les œuvres d'une miséricorde inlassable.

En effet, si Dieu est amour, la charité ne doit pas avoir de bornes, car la divinité ne peut s'enfermer dans aucune limite.

Toutes les époques conviennent, mes bien-aimés, pour pratiquer le bien de la charité ; cependant les jours présents nous y invitent plus spécialement. Ceux qui désirent recevoir la Pâque du Seigneur avec une âme et un corps sanctifiés doivent s'efforcer surtout d'acquérir cette perfection, qui renferme en elle toutes les vertus et qui couvre une multitude de péchés.

Et c'est pourquoi, sur le point de célébrer ce mystère qui dépasse tous les autres, par lequel le sang de Jésus Christ a effacé toutes nos iniquités, préparons en premier lieu des sacrifices de miséricorde. Ce que la bonté de Dieu nous a octroyé, donnons-le, nous aussi, à ceux qui ont péché contre nous. ~

Il faut aussi que notre libéralité se montre plus bienfaisante envers les pauvres et ceux qui sont accablés par toutes sortes de malheurs, afin que de nombreuses voix rendent grâce à Dieu, et que le réconfort donné aux indigents vienne recommander nos jeûnes. Aucune générosité de la part des fidèles ne réjouit Dieu davantage que celle qui se prodigue en faveur de ses pauvres; et là où il rencontre un souci de miséricorde, il reconnaît l'image de sa propre bonté.

Ne craignons pas d'épuiser nos ressources par de telles dépenses, car la bonté elle-même est une grande richesse, et les largesses ne peuvent manquer de fonds, là où c'est le Christ qui nourrit et qui est nourri. Dans toute cette activité intervient la main qui augmente le pain en le rompant, et le multiplie en le distribuant.

Celui qui donne, qu'il soit tranquille et joyeux, car il aura le plus grand bénéfice quand il aura gardé pour lui le minimum. Comme dit saint Paul : Celui qui fournit la semence au semeur et le pain pour la nourriture multipliera aussi vos semences et fera croître les fruits de votre justice dans le Christ Jésus notre Seigneur, qui vit et règne avec le Père et le Saint-Esprit pour les siècles des siècles. Amen.



R/ Dieu nous a tant aimés :
nous aussi, aimons-nous les uns les autres.


Aimer son prochain comme soi-même
vaut mieux que tous les sacrifices.

Agir avec amour, c'est présenter une oblation,
fuir l'injustice, c'est offrir un sacrifice
.

http://www.aelf.org/office-lectures

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L’origine satanique de DAECH   

Revenir en haut Aller en bas
 
L’origine satanique de DAECH
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Les Signes des temps-
Sauter vers: