VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Les chrétiens ne peuvent se contenter d’une posture écologique romantique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Les chrétiens ne peuvent se contenter d’une posture écologique romantique   Mar Fév 24 2015, 11:09


1ère partie :


Message de carême de Mgr Jean-Luc Brunin, évêque du Havre :
« Crise économique, aggravation des pauvretés, réchauffement climatique, limite des ressources énergétiques, pollution, terrorisme et guerres, jeunes en décrochage scolaire, chômage en hausse, mal-logement, réfugiés en déshérence, cataclysmes et inondations… Les médias égrènent à longueur de jours situations difficiles et drames humains. Malheureusement, cette musique de fond a depuis longtemps cessé d’émouvoir une majorité de nos contemporains. Beaucoup se laissent gagner par ce que le pape François appelle « la mondialisation de l’indifférence ». Il faut bien avouer que nous continuons souvent à mener notre existence sans trop nous attarder sur tout ce qui affecte et fragilise des personnes et des groupes humains, proches ou plus lointains.

Lorsqu’il arrive que nous ayons l’attention attirée sur la misère des autres, sur les incertitudes et les menaces qui planent sur l’avenir de notre planète, nous sommes si prompts à nous dédouaner et à considérer que les problèmes nous dépassent, que nous n’y pouvons rien changer.

Responsables de la création
Et pourtant, la tradition biblique nous apprend que Dieu, en créant l’homme, lui a confié le soin de sa création (Genèse 2, 15). Cultiver et garder : ces deux verbes disent la vocation de l’homme au début de l’histoire de l’humanité, mais ils disent aujourd’hui encore une dimension essentielle de notre vocation humaine. Dieu nous invite à faire de notre monde un jardin qui soit habitable par tous, dans l’harmonie et la justice et qui puisse répondre aux besoins de l’humanité entière. Pour répondre à cette vocation, il nous faut « saisir le rythme et la logique de la création » (Benoît XVI). Mais nous devenons sourds à cette invitation de Dieu lorsque nous nous laissons guider par l’orgueil de dominer, de posséder, de manipuler, d’exploiter. Alors, nous ne « gardons » plus la création, mais nous l’exploitons sans souci du partage, de la justice et de la solidarité. Nous ne la respectons plus, nous ne la considérons plus comme un don gratuit dont il faut prendre soin. Et c’est très souvent à l’origine de déséquilibres et de violences au sein de la famille humaine.

Vers une écologie humaine
« Mais ‘cultiver et garder’ ne comprend pas seulement le rapport entre nous et l’environnement, entre l’homme et la création, cela concerne également les relations humaines. Les papes ont parlé d’écologie humaine, en étroite relation à l’écologie de l’environnement. Nous vivons actuellement un moment de crise ; nous le voyons dans l’environnement, mais surtout, nous le voyons dans l’homme. La personne humaine est en danger : cela est certain, la personne humaine aujourd’hui est en danger, voilà l’urgence de l’écologie humaine ! Et le danger est grave, parce que la cause du problème n’est pas superficielle, mais profonde : ce n’est pas seulement une question d’économie, mais d’éthique et d’anthropologie. » (PapeFrançois, audience du 5 juin 2013)

Les chrétiens ne peuvent se contenter d’une posture écologique romantique qui révèle souvent une contradiction. Se mobilisant pour la sauvegarde des espèces végétales ou animales, mais consentant dans le même moment, à l’avortement ou à la perspective de l’euthanasie, manifestant alors une indifférence pour le respect de la vie humaine en son état embryonnaire ou au stade final de l’existence. L’écologie humaine veut faire le pari d’une culture de la sollicitude, de la bienveillance et de la solidarité avec tous les êtres humains. C’est une révolution de la tendresse à l’égard de l’humain. Le pape François l’évoquait dans son homélie de la nuit de Noël : « Comme le monde a besoin de tendresse aujourd’hui! Avons-nous le courage d’accueillir avec tendresse les situations difficiles et les problèmes de celui qui est à côté de nous, ou bien préférons-nous les solutions impersonnelles, peut-être efficaces mais dépourvues de la chaleur de l’Évangile ? ». Au moment où la crise ébranle les certitudes sociales, politiques, économiques, et engendre une inquiétude majeure à l’égard de l’avenir, l’écologie humaine est l’attitude qui garantit l’avenir en construisant sur le long terme, en cherchant à mettre l’intérêt des hommes au cœur de tous les dispositifs politiques et économiques. Cessons dès lors de penser qu’un homme providentiel ou une organisation politique détient entre ses seules mains, tous les leviers nécessaires pour bâtir une terre fraternelle, pacifiée, juste et accueillante à tous les hommes et à tous les peuples de la terre.

L’écologie humaine ne se contente pas de conserver les acquis du passé, mais elle veut être une réponse nouvelle à des défis nouveaux. On nous annonce la publication prochaine d’une encyclique du pape François sur l’écologie et les questions énergétiques et climatiques. Nous pouvons envisager que, dans la ligne de ses prédécesseurs, précisant les contours d’une écologie humaine, il nous engagera dans une véritable mutation culturelle et civilisationnelle.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Re: Les chrétiens ne peuvent se contenter d’une posture écologique romantique   Mar Fév 24 2015, 11:10

2ème partie :


Mettre à profit le temps du Carême
Chaque année, le temps du Carême vient nous ramener à l’essentiel de notre foi chrétienne. Ce temps liturgique nous est donné pour que nous redécouvrions notre christianisme comme foi au Christ mort et ressuscité. Il nous faut revenir sans cesse au cœur de notre foi, de notre adhésion au Dieu vivant qui nous sauve et nous ouvre l’avenir. Nous ne pouvons nous contenter de vivre une religiosité qui nous fait fuir nos responsabilités humaines. Pas plus que nous ne pouvons accepter un christianisme réduit à des valeurs ou à des prescriptions morales. Certes, il comporte une morale, une morale évangélique qui s’enracine dans la vie et le message du Christ assumant lui- même la morale vétérotestamentaire de la Loi et des Prophètes. Mais le temps du Carême est propice pour nous souvenir que les engagements et les actions des chrétiens sont toujours des œuvres de la foi. Ils sont suscités, motivés, fondés et inspirés par l’adhésion personnelle au Christ Ressuscité.
Je remercie le CCFD et l’Antenne Sociale diocésaine d’avoir travaillé à bâtir des propositions concrètes pour nous sensibiliser à l’écologie, au respect de l’environnement et aux questions climatiques durant ce temps de Carême. Il s’agit bien plus qu’une information que nous pourrions recevoir de façon passive. C’est surtout une invitation à partager et à rechercher ensemble, dans nos communautés et en dialogue avec d’autres, comment adopter de nouvelles manières de vivre, de produire, de consommer, de circuler et de faire place au souci des autres, en priorité aux plus fragiles et aux plus démunis.
Les propositions de la Campagne de Carême 2015 vous sont présentées dans ce livret. Je vous engage à y répondre avec enthousiasme et à ne pas hésiter à les proposer à d’autres, notamment aux jeunes générations. Nous savons combien elles sont sensibles à ces questions de l’environnement, du développement durable, du respect de la terre et de la solidarité entre les hommes et les peuples. Voilà un terrain propice pour les rencontrer et leur proposer le message de l’Evangile qui offre des ressources pour aborder toutes ces questions vitales pour l’avenir et se déterminer par rapport à elles.
Je vous souhaite une bonne entrée en Carême. Qu’il soit pour chacun et chacune un temps favorable pour le partage et la solidarité avec tous, proches ou lointains. Qu’il soit l’occasion d’une redécouverte de notre vocation au cœur de la création de Dieu et d’une authentique conversion afin d’y répondre de façon éclairée dans la suite du Christ mort et Ressuscité.



_________________
Revenir en haut Aller en bas
 
Les chrétiens ne peuvent se contenter d’une posture écologique romantique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Religieuses-
Sauter vers: