VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  
anipassion.com
Partagez | 
 

 Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   Mer Aoû 20 2014, 11:17

Dans une lettre poignante, écrite en 2011, après un premier enlèvement, James Foley évoquait la prière comme instrument de « liberté intérieure ».



Image prise le 29 septembre 2011 montrant le journaliste James Foley en Lybie.

« J’ai commencé à prier le rosaire. C’est ce que ma mère et ma grand-mère auraient prié. J’ai dit 10 ’Je vous salue Marie’ entre chaque ’Notre Père’. Cela a pris du temps, presque une heure, pour compter 100 ’Je vous salue Marie’ sur mes doigts. Cela m’a aidé à maintenir mon esprit en éveil. »


Dans une lettre poignante, écrite en 2011, James Foley, le journaliste américain assassiné mardi 19 août par les djihadistes de l’État islamique (EI), racontait la place qu’occupait la foi dans sa vie. Cette missive, publiée par l’université jésuite américaine Marquette en 2011 – où il avait effectué une partie de ses études —, faisait référence à la première prise d’otage dont le journaliste avait fait l’objet, durant six semaines en 2011, alors qu’il couvrait la révolution libyenne.

« N’AS-TU PAS RESSENTI MES PRIÈRES ? »
Il y relate le premier coup de téléphone qu’il avait eu le droit de passer à l’un de ses proches, lors de cette première captivité. À l’époque, il avait appelé sa mère, Diane Foley. « Je priais pour qu’elle sache que j’allais bien. Je priais pour que je parvienne à communiquer avec elle à travers une quelconque force de l’univers », écrivait-il. « J’ai prié pour que tu saches que j’allais bien, avait dit le journaliste à sa mère, au téléphone. N’as-tu pas ressenti mes prières ? »
« Oh, Jimmy, tant de gens prient pour toi », lui avait-elle répondu. La mère du jeune homme lui avait notamment appris l’existence de nombreuses chaînes de prières à son intention, à travers les États-Unis. « Ne les ressens-tu pas ? », avait interrogé sa mère. « Si maman, je les sens ». Dans sa lettre, le journaliste apparaît marqué par « la foi absolue (de sa mère) dans la force de la prière ».
« Plus que tout, la prière a été ce qui aura permis ma liberté, d’abord ma liberté intérieure, et plus tard, le miracle de ma libération au cœur d’une guerre dans lequel un régime n’avait aucune vraie raison de nous libérer. »

ÉPARGNER LES AUTRES OTAGES
Les djihadistes de l’État islamique (EI) ont affirmé avoir décapité James Foley, 40 ans, porté disparu en Syrie depuis deux ans, et ont menacé de tuer un autre otage, dans la riposte la plus directe au soutien aérien des États-Unis aux forces armées en Irak.
Sa mère, dans un message sur Facebook, a dit que son fils avait « donné sa vie en essayant de montrer au monde les souffrances du peuple syrien ».
« Nous implorons les ravisseurs d’épargner la vie des autres otages. Comme Jim, ils sont innocents. Ils n'ont aucun pouvoir sur la politique du gouvernement américain en Irak, en Syrie ou ailleurs dans le monde », a ajouté Diane Foley.


Loup Besmond de Senneville
http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Dans-une-lettre-James-Foley-le-journaliste-americain-assassine-en-Syrie-temoignait-de-sa-foi-2014-08-20-1194333

_________________
Revenir en haut Aller en bas
marie-rose
membre
avatar

Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : bouches du rhone

MessageSujet: Re: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   Mer Aoû 20 2014, 15:13

Très émouvant,quel témoignage de foi
Union de prière pour lui et pour son papa et sa maman
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   Mer Aoû 20 2014, 17:19

Vous pouvez regarder cette vidéo jusqu'au bout car on ne voit pas l'éxécution de notre frère en Christ : James Foley.

Que le Seigneur t'ouvre le Ciel et te montre son coeur, toi qui meurs dans les mains de ceux qui ne savent pas ce

qu'ils font !



vidéo remplacée après suppression de la précédente par You Tube


Dernière édition par Mich'el le Jeu Aoû 21 2014, 11:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   Mer Aoû 20 2014, 17:32

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   Jeu Aoû 21 2014, 11:20

James Foley : le témoignage de deux journalistes anciens otages détenus avec lui par les islamistes

« Le grand reporter d’Europe 1 Didier François est revenu mercredi sur la mort de James Foley, ce journaliste américain que les djihadistes de l’Etat islamique affirment avoir décapité. Ancien otage, Didier François avait été détenu avec lui mais n’avait rien dit par souci de sécurité de son compagnon d’infortune, comme il l'a expliqué dans Europe Midi.

Un compagnon de cellule. "Pour des raisons évidentes de sécurité, les ravisseurs nous avaient menacé de représailles sur les otages restants si nous nous exprimions là-dessus. Ce n’est pas du tout pour cacher quoique ce soit à nos auditeurs", explique Didier François. "Nous avions bien sûr contacté la famille de James Foley et les autorités américaines. Mais publiquement, nous avions gardé le silence". Après une première rencontre, très rapide, pendant l'été 2013, "nous avons été séparés avant de nous retrouver à nouveau ensemble au mois de septembre, jusqu'à ma libération" au mois d'avril 2014.

"Un garçon extraordinaire". Le grand reporter d’Europe 1 se souvient de James Foley, avec qui il a passé plus de huit mois. "C’était un garçon extraordinaire, un superbe journaliste, quelqu’un d’extrêmement fort, qui n’a jamais craqué (malgré) des conditions extrêmement difficiles". Didier François raconte qu'il "était agréable de partager avec lui ces longues heures difficiles". "C'était un excellent compagnon de cellule, extrêmement collectif", doté d'un "grand courage". "Il faisait partie de ces prisonniers qui, malgré les interdictions, continuaient à réclamer, toujours pour les autres : du pain quand on avait faim, des tours de toilettes supplémentaires...", se souvient Didier François pour qui James Foley était "l'un des piliers du groupe". Le journaliste a une pensée particulière pour la "famille et les proches" de James Foley", ainsi que pour les "autres otages qui restent, puisque l'Etat islamique revendique dans la vidéo l'enlèvement d'un second journaliste américain".

Le reporter Didier François a été détenu avec... par Europe1fr


Les conditions de son enlèvement. Didier François parle d'un "journaliste expérimenté, qui assumait les choix qu'il avait faits". "Il était déjà venu plusieurs fois (en Syrie, ndlr.)", continue le reporter d'Europe 1, qui détaille les conditions de l'enlèvement de James Foley, le 22 novembre 2012. "Il rentrait d'un reportage de plusieurs semaines (dans la région d'Idlib, ndlr.), vers la Turquie. Il s'était arrêté rapidement dans un café internet, dans une ville frontalière, pour envoyer un message à sa rédaction et sa famille", raconte-t-il. "En sortant du café, il a été intercepté par des gens de l'armée islamique" qui l'ont kidnappé.

>> LIRE AUSSI - Le djihadiste qui a décapité James Foley est britannique

"Je pense qu'ils avaient décidé de l'exécuter". A son retour en France, Didier François expliquait avoir subi des simulacres d'exécution. James Foley aussi, raconte le grand reporter d'Europe 1, qui se souvient : "une des dernières fois où je l'ai vu avant de partir, ce groupe, qui a le goût du macabre, l'avait fait prendre une pose, crucifié contre un mur". "C'est pour cela que, quand on me demande ce que je pense du motif avancé par les ravisseurs pour l'exécuter, je pense qu'ils avaient décidé de l'exécuter, point", assène-t-il. Les djihadistes ont "ensuite cherché des excuses pour justifier cet assassinat que rien ne justifie" : "ce qui a été donné après comme explications, ne sont que de vaines tentatives d'essayer de masquer leur crime, mais c'est un crime".

>> LIRE AUSSI - Les Etats-Unis avaient tenté de libérer James Foley »

Ref.http://www.europe1.fr/international/le-journaliste-james-...

Le journaliste français Nicolas Hénin a aussi été otage pendant sept mois avec le reporter James Foley. Après l'exécution de l'Américain, revendiquée par les djihadistes de l'Etat Islamique dans une vidéo, il témoigne pour L'Express. En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orien...

Dans cette interview, relevons notamment ceci :

Question : James Foley était-il davantage maltraité que les autres otages?

Réponse : Oui. Il était vraiment plus maltraité. En fouillant dans son ordinateur, ils ont découvert que son frère travaillait dans l'US Air Force. A cause de cela et en tant qu'Américain, il a eu droit "à un traitement de faveur". Il est devenu le souffre-douleur des geôliers. Il s'en prenait plein la gueule mais il restait impassible.

Question : James Foley vous a-t-il dit ce qu'il aurait aimé faire une fois libéré?

Réponse : Oui, il avait deux envies. Soit bosser au Committee to protect journalists (CPJ). Soit faire du dialogue interreligieux et contribuer au rétablissement de ponts entre les mondes chrétien et musulman. A ce titre, j'ai été révolté de la flambée d'islamophobie sur Twitter après la diffusion de la vidéo de son assassinat. Les mecs qui l'ont tué ont réussi leur coup: renforcer les populismes et les clichés réciproques. C'était contre cela que James voulait justement s'engager.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   Ven Aoû 22 2014, 04:42

Le pape a transmis ses condoléances aux parents du journaliste américain assassiné par des islamistes.

Selon le site web « aleteia », le pape François a tenu à appeler la famille de James Foley, le journaliste américain assassiné par les terroristes djihadistes de l'EEIL.

Le Pape les a joints à Rochester, dans le New Hampshire, pour leur présenter ses plus sincères condoléances pour la perte de leur fils et les assurer de ses prières et de sa proximité dans ces moments d'épreuve, a expliqué jeudi le porte-parole du Vatican, le Père Federico Lombardi. Selon lui, la famille de James Foley a été "profondément touchée et reconnaissante" de cette démarche du Pape.

James Folay était diplômé de l'université jésuite de Marquette, dans le Wisconsin. Il était toujours en contact avec eux, les informant de ses déplacements en zone de guerre, pour des missions humanitaires, mais surtout il leur demandait de l'accompagner dans la prière. L'université organisera le 26 août prochain une cérémonie en sa mémoire. Dans un texte plus qu'émouvant publié sur son site, il expliquait que, lors d'un premier kidnapping, entre les mains de fidèles du régime, durant la guerre civile en Lybie, il s'était mis à prier et réciter le Rosaire. En effet, comme le sont ses parents, James Foley était un fervent catholique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand James Foley, le journaliste assassiné par l'Etat islamique, témoignait de sa foi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Mondiales-
Sauter vers: