VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés   Jeu Juin 05 2014, 12:27

  chers tous


J'aurais pu éviter de placer ce sujet plus que délicat sur le forum. J'ai pris la décision, non pas pour faire sensation ou alimenter les critiques mais simplement pour vous demander de prier avec moi pour les enfants et ceux qui les ont accompagnés.

Aujourd'hui, un lotissement est construit sur ce lieu de grandes douleurs. J'espère que l'Eglise d'Irlande fera dire des messes pour purifier le lieu et demander pardon.

Bien à vous
L-A  pardon ! 


Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés

Jeudi 05 juin 2014, 09h55
L'Eglise catholique irlandaise a été la cible de nouvelles accusations particulièrement sordides mercredi, après qu'une historienne a fait état de l'inhumation secrète dans une fosse commune d'environ 800 enfants de mères célibataires hébergées par des soeurs, il y a plus de 50 ans.


"Ces révélations sont profondément bouleversantes", a réagi le ministre chargé de l'Enfance, Charlie Flanagan. Elles sont "un rappel choquant d'un sombre passé de l'Irlande, quand nos enfants n'étaient pas aussi choyés qu'ils auraient dû l'être", a-t-il dit.

Le gouvernement, a-t-il ajouté, étudie "les meilleurs moyens" de gérer cette affaire, alors que des membres de l'opposition ont appelé à une enquête.

Il s'agit d'un nouvel épisode incriminant l'Eglise catholique, déjà éclaboussée par des scandales de pédophilie et de maltraitance dans ses institutions au cours des dernières décennies.

L'affaire rappelle aussi le sort tragique des "filles perdues" évoqué au cinéma dans les films "Magdalene Sisters" et plus récemment, "Philomena".

Le dernier épisode dramatique résulte des recherches d'une historienne, Catherine Corless. Elle en est arrivée à la conclusion que 796 enfants de mères célibataires, accueillies par des soeurs entre 1925 et 1961, avaient été ensevelis dans une une fosse septique d'un ancien foyer catholique irlandais, St Mary, à Tuam (ouest).

Les enfants étaient des bébés pour la plupart, mais certains avaient jusqu'à huit ans.

La fosse, remplie à ras bord d'ossements, a été découverte en 1975 par les habitants de Tuam, lorsque les dalles de béton qui la couvraient se sont dissociées.

Jusqu'à présent, les habitants croyaient qu'il s'agissait des restes de victimes de la grande famine qui a touché l'Irlande à partir de 1840.

"Quelqu'un m'avait mentionné l'existence d'un cimetière pour nouveau-nés, mais ce que j'ai découvert était bien plus que cela", a déclaré l'historienne.

C'est en étudiant les archives de cette institution catholique, aujourd'hui reconvertie en lotissement, qu'elle a découvert les registres de décès suggérant les quelque 800 inhumations secrètes, sans cercueil ni pierre tombale, par les soeurs de "Bon Secours".

Selon les documents, ces enfants sont morts de malnutrition et de maladies infectieuses comme la tuberculose.

En 1944, un rapport d'inspection gouvernemental avait décrit certains enfants accueillis à Tuam comme "fragiles, émaciés", avec des "ventres gonflés" caractéristiques de la malnutrition.

L'archevêque de Dublin Diarmuid Martin s'est dit favorable "à des fouilles sur ce qui pourrait être des tombes anonymes", affirmant qu'il était nécessaire de se pencher sur l'histoire de ces institutions en l'absence d'enquête publique.

Des membres de l'oppposition et Ciaran Cannon, secrétaire d'Etat à l'Education, ont souhaité une enquête gouvernementale exhaustive sur cette affaire, affirmant que "ne rien faire n'était simplement pas possible".

Une levée de fonds a également été lancée pour ériger un mémorial avec le nom de chaque enfant.

Au début du XXe siècle, des milliers de femmes célibataires enceintes, considérées à l'époque comme des "femmes perdues", ont été envoyées dans ce genre d'institutions pour accoucher dans la discrétion.

Ostracisées par la société conservatrice catholique, elles ont souvent été contraintes d'abandonner leur enfant pour qu'il soit adopté.

Le film "Philomena" du Britannique Stephen Frears retraçait l'histoire de l'une de ces mères à la recherche pendant des décennies de son fils adopté par des Américains.

L'affaire de Tuam rappelle également un autre scandale impliquant des mères célibataires. Entre 1922 et 1996, plus de 10.000 jeunes filles et femmes avaient travaillé gratuitement dans des blanchisseries exploitées commercialement par des religieuses catholiques en Irlande.

Les pensionnaires, surnommées les "Magdalene Sisters", étaient des filles ayant accouché hors mariage ou qui avaient un comportement jugé immoral dans ce pays à forte tradition catholique.

Le scandale des maltraitances au sein d'institutions et de foyers catholiques n'est pas cantonné à la république d'Irlande : de l'autre côté de la frontière, en Ulster, une commission d'enquête a entendu pendant quatre mois jusqu'en mai des victimes de maltraitances, commises notamment dans les institutions catholiques des Soeurs de Nazareth.

http://www.linternaute.com/actualite/depeche
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
BENEDICTE
membre
avatar

Date d'inscription : 17/04/2011

MessageSujet: Re: Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés   Jeu Juin 05 2014, 16:17

?????????????????
les religieuses n'ont pas soigné ces enfants , en avaient elles les moyens ???
l'Irlande est et était surtout un pays très en retard en matière de soin et autre ......
l'Irlande était un pays très pauvre , avant l'entrée dans l'europe , et la période après guerre c'était la misère ...
mais qu'ont fait les autres ???la société ???les services sociaux ???les familles des jeunes mères ???
50 ans après , c'est facile , surtout face à des religieuses ....le monde entier crache sur l'église catholique ...donc
il faut continuer ......
800 enfants , c'est énorme .....je me demande ou est la vérité ????

moi , j'ai d'autres témoignages de jeunes irlandais des années 60 , qui ont eu une éducation , une formation professionnelle , grace au clergé catholique , école publique interdite aux catholiques [IRLANDE DU NORD ]

OUI PRIONS .....



Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés   Jeu Juin 05 2014, 19:02


Est-ce la sortie de ce film qui a occasionné la recherche d'une historienne ?


Sunday Spotlight: Philomena and the Pope


Voilà ce qu'en dit le journal "La Parisienne" :

Citation :

Irlande : 800 squelettes de bébés dans un ancien couvent
Delphine Perez | 4 juin 2014

Une l'historienne a découvert 796 nouveau-nés, sans cercueil ni pierre tombale, près d'un couvent en Irlande. DR

Cette morbide découverte glace le sang. Près de 800 squelettes de nouveau-nés ont été retrouvés dans une ancienne fosse septique, près d'un ancien couvent de la ville de Tuam, à l'ouest de l'Irlande. Cet établissement catholique a accueilli entre 1925 et 1961 des jeunes mères célibataires tombées enceintes hors mariage.  

C'est en réalisant des recherches sur les archives de cet ancien couvent, aujourd'hui reconverti en lotissement, que l'historienne Catherine Corlessa découvert 796 nouveau-nés et bambins enterrés, sans cercueil ni pierre tombale. «Quelqu'un m'avait mentionné l'existence d'un cimetière pour nouveau-nés, mais ce que j'ai découvert était bien pire que cela», a-t-elle expliqué. Aujourd'hui, il ne reste que des ossements.

Malnutrition, maltraitance, naissance prématurée

Ce charnier serait l'oeuvre secrète des bonnes soeurs du couvent bien mal-nommé... de «Bon Secours». Les recherches de l'historienne montrent que la plus part de ces enfants sont morts de malnutrition, maltraitrance, pneumonie, handicap ou naissance prématurée. Le couvent de Bon Secours s'est livré à ces exactions pendant 35 ans en toute impunité. En 1944, une inspection du gouvernement avait pointé une évidente malnutrition sur les 271 enfants vivant à Tuam. Les enfants survivants du couvent été placés vers l'âge de sept ans dans des églises ou des réseaux industriels, où ils travaillaient gratuitement et souffraient d'abus. Cette mortalité infantile est aussi l'un des reflets de l'Irlande de la première moitié du XXe siècle, qui détenait le record européen de mortalité infantile, aggravé par un fort taux de tuberculose.

Wiliam Joseph Dolan, un proche d'un enfant ayant vécu dans cette institution, a déposé une plainte afin de comprendre ce qui s'est passé à l'époque. A l'origine, des locaux avaient découvert les premières traces de ce cimetière et placé une statue de la Vierge, dans une petite grotte, à la mémoire des malheureux.

Des leaders de l'église de Galway ont promis de soutenir les efforts locaux pour inaugurer un mémorial avec le nom de chaque enfant disparu. Catherine Corless et des militants de Tuam ont mis en place un comité pour solliciter une enquête d'Etat qui conduirait les investigations sur le site.

Des «Magdalene Sisters» à «Philomena»

Cette affaire rappelle un autre scandale impliquant également des mères célibataires. Entre 1922 et 1996, plus de 10.000 jeunes filles et femmes avaient travaillé gratuitement dans des blanchisseries exploitées commercialement par des religieuses catholiques en Irlande. Les pensionnaires, surnommées les «Magdalene Sisters», étaient des filles tombées enceintes hors mariage ou qui avaient un comportement jugé immoral dans ce pays à forte tradition catholique.

Jusqu'ici le gouvernement irlandais n'a pas fait de commentaires. Mais il a publié quatre enquêtes d'envergure sur la maltraitance et sa dissimulation dans des paroisses catholiques un réseau d'écoles industrielles, dont la dernière a fermé en 1190.


Par ailleurs, c'est dans ce même couvent de Tuam qu'est située l'action du récent long métrage «Philomena», qui raconte la quête d'une septuagénaire irlandaise pour retrouver le fils dont elle avait accouché, adolescente, dans cet établissement. ce long métrage est également inspiré d'une histoire vraie.

(Voir video plus haut)
http://www.leparisien.fr/laparisienne/societe/videos-irlande-800-squelettes-de-bebes-decouverts-dans-un-ancien-couvent-04-06-2014-3896169.php

C'est grave, extrêmement grave !

Je repense à cette file ou Marie Rose nous invite à réfléchir sur le thème de la gravité de la vie de FOI en Eglise :
http://nouvellejerusalem.forumactif.com/t15416-je-trouve-cela-extremement-gravequ-en-pensez-vous
Si avec Marie Rose nous avons su développer le côté merveilleux de la Vraie VIe en Dieu, ici il est important de constater les dégâts que peuvent occasionner des vies ("pharisaïques" selon un de mes collègues, dit ce jour) en total dés-accord des Evangiles :

Voici quelques réactions du site suite à l'article :

Citation :
bernie      le 05/06/2014 à 09h23
Lettres aux donneurs de leçons de bonnes morales. et bonne âmes ne parlez pas à la place de ceux qui ont vécu à l'intérieur des établissements religieux... 51 ans aujourd'hui, pensionnaire pendant 16 ans en milieu religieux catholique 1967 a 1980, je me souviens d 'un prêtre qui confessait les grandes déjà formées dans une salle et les raccompagnaient à sa porte de très près physiquement, moi plate comme une galette, j'étais reçu au confessionnal!!!!! et que dire de ma mère , comateuse , qui a frôlé la mort et est devenu aveugle, suite à un diabète non dépisté, traitée pensionnaire de ce même établissement . que dire des claques , punitions, ménage forcé et humiliations.....alors bonne âmes ne parler pas à la place d e ceux qui ont vécu cela.... ah j'oubliait mon père "ouvrier agricole " travaillant dans un couvent jusqu'en 1990 fervant croyant qui a été exploité et logé comme un porc dans un couvent. ah , que je n'oublies qu'il s'y disait que souterrain reliant ce couvent à celui des frères capucins "auraient" livrer des ossements de nouveaux nés lors de travaux. je ne me suis pas mariée à l’église, je n'y mettrais plus les pieds et mes enfants adultes maintenant n'ont pas été baptisés......c'est la conséquence de mon passé.

fantomette    le 05/06/2014 à 01h45
Sous prétexte de religion et que ces très jeunes auraient soi-disant pêché.. l institution catholique s est montré inhumaine, horrible, tortionnaire . loin des préceptes doit disant chrétien d amour, de respect et de compassion. la parole du christ dévoyée par des nonnes sadiques fanatiques obscurantistes . elles qui auraient du sauver et compatir , ont jugé , tué . ces histoires sont absolument horribles. que de vies brisées, de malheurs engendrés. comment cela a t il pu durer si longtemps . beaucoup de gens étaient témoins savaient et n ont rien dit . faut surtout pas toucher a l église mêle quand elle pervertit et tue au nom de principes qu ils ne respectent opus eux mêmes. c est à gerber !

jj77   le 04/06/2014 à 22h14
Il aurait été intéressant de connaitre le taux de mortalité infantile dans les orphelinats et hospices irlandais publics à cette époque, pays alors très très pauvre. je trouve également troublant que le parisien évoque des tortures perpétrées par les nones alors que l'article anglais, auquel le parisien se réfère, ne les mentionne pas. ca serait dommage de rajouter de l'huile sur le feu d'une histoire assez dramatique, et ce dans la seule optique de vendre du papelard...

lilias   le 04/06/2014 à 19h36
Que de progrés depuis ce temps là! l'ancien temps est un bourbier,une horreur sur tous les points...une femme qui avait eu 13enfants, veuve m'a dit : dans le temps les femmes enceintes travaillaient durs dans les champs ,elles ramassaient des pommes de terre pour quelques sous... et la guerre 14-18 : les boschs tuaient les femmes qui accouchaient dans les maternités avec des coups de baionnettes....qu'on retourne pas chez les "uns" qui tuaient tous les gens:apres "atila" l'herbe ne repoussait pas....

538f51bfcdaf8    le 04/06/2014 à 19h05
Dieu a crée l homme mais l'homme a la choix entre le bien et le mal et la plupart des être humains sont des diables . c'est pour cela que dieu a créer le paradis et l enfer . le paradis n'est pas sur terre .

stop   le 04/06/2014 à 19h02    (une dame de bonne volonté)
En réponse @jacques roussin. franchement moi je suis athée mais je respecte le fait que d'autres croient en une religion. les athées qui viennent cracher leur haine sur les croyances des autres en raison de leurs croyances ne valent pas mieux que les fanatiques religieux. l'important ce n'est pas tant de croire ou non, mais de respecter les autres. des atrocités ont été commises aussi bien par des religieux que par des athées, ce n'est pas la religion qui en est la cause mais la haine et le manque de respect pour leurs semblables. la religion catholique, malgré tout ce qu'on peut lui reprocher, enseigne au moins une chose : "aimez-vous les uns les autres". qu'on croie en dieu ou non on devrait tous la mettre en pratique.

Je suis vraiment mal à l'aise face à un tel article et le côté cru qui en émane.
Avez vous remarqué à quel point le Pape François et les religieux sont mal à l'aise dans la 2ème vidéo ?

Dans les Evangiles existent des Paroles terribles, par exemple pour Judas :

Mt 26,24.
Pour ce qui est du Fils de l'homme, Il S'en va, selon ce qui a été écrit de Lui; mais malheur à l'homme par qui le Fils de l'homme sera trahi! Il aurait mieux valu pour cet homme de n'être jamais né.

Citation :
Luc 17, 1-4
01 Jésus disait à ses disciples : « Il est inévitable que surviennent des scandales, des occasions de chute ; mais malheureux celui par qui cela arrive !
02 Il vaut mieux qu’on lui attache au cou une meule en pierre et qu’on le précipite à la mer, plutôt qu’il ne soit une occasion de chute pour un seul des petits que voilà.
03 Prenez garde à vous-mêmes ! Si ton frère a commis un péché, fais-lui de vifs reproches, et, s’il se repent, pardonne-lui.
04 Même si sept fois par jour il commet un péché contre toi, et que sept fois de suite il revienne à toi en disant : “Je me repens”, tu lui pardonneras. »


Pour que nous n'ayons pas la tentation pharisaïque d'oser juger, je pense que cette parabole nous va comme un gant :

Le serviteur impitoyable

Matthieu, 18, 21-35
21Alors Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
22 Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
23 Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
24 Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
25 Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.
26 Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.”
27 Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.
28 Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”
29 Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.”
30 Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
31 Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
32 Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.
33 Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”
34 Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
35 C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »21 Alors Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, lorsque mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »
22 Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.
23 Ainsi, le royaume des Cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.
24 Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).
25 Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.
26 Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.”
27 Saisi de compassion, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.
28 Mais, en sortant, ce serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : “Rembourse ta dette !”
29 Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : “Prends patience envers moi, et je te rembourserai.”
30 Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé ce qu’il devait.
31 Ses compagnons, voyant cela, furent profondément attristés et allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé.
32 Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : “Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.
33 Ne devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?”
34 Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il eût remboursé tout ce qu’il devait.
35 C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère du fond du cœur. »
(AELF)


http://www.kt42.fr/parabole-du-serviteur-impitoyable-a106731188

Sainte Marie, Mère de Dieu priez pour nous pécheurs !

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés   Sam Juin 07 2014, 14:46

Citation :

Affaire du couvent irlandais :
l’hôpital qui se moque de la charité ?


Certains commentaires s’éloignent singulièrement des faits.

En Irlande, les corps de 800 nouveaux nés ont été découverts
dans une fosse commune près d’un couvent qui aurait accueilli
des jeunes mères célibataires tombées enceintes hors mariage entre 1925 et 1961.


J’ai eu connaissance de cette information sur Twitter où l’on m’a sommé de condamner cette abomination commise une fois de plus par l’Eglise catholique qui n’en serait pas, comme chacun sait, à son premier forfait.

S’il était prouvé que les religieuses du couvent du Bon Secours s’étaient rendues coupables de comportements attentatoires à la vie de ces enfants, je serais le premier à rejoindre le cortège de l’indignation. Il m’est déjà arrivé d’agir dans ce sens.

Mais en l’occurrence, c’est aller un peu vite en besogne et faire porter aux religieuses et à l’Eglise des responsabilités qui n’étaient pas les leurs. Et certains commentaires s’éloignent singulièrement des faits.

Comme l’Eglise l’a toujours fait et continue à le faire, les religieuses du Bon Secours accueillaient des filles mères, les protégeaient et leur permettaient d’accoucher chez elles. La société de l’époque était sans doute prompte à condamner ces jeunes femmes mais les religieuses, au contraire, étaient dans une position d’accueil à leur égard. Il est injuste de leur en faire le reproche.

Une fois nés, les bébés devenaient des pensionnaires de l’orphelinat dans cette Irlande très pauvre de la première moitié du XXème siècle où la mortalité infantile faisait des ravages partout et spécialement dans des institutions qui ne vivaient pas dans l’opulence. Donc, un nombre important de ces enfants mouraient de maladies infantiles, ou de malnutrition, ce qui n’était pas exceptionnel dans ce pays à l’époque.

Là où l’information déraille, c’est quand on commence à parler de maltraitance et de charnier, mots chargés de significations lourdes qui suggèrent que ce sont les religieuses elles-mêmes qui auraient causé la mort de ces nouveaux nés, ce qui est tout de même un comble. Rien n’indique que ces mères et ces enfants aient été victimes de mauvais traitements, hormis celui de partager une situation de misère commune.

La critique venant d’un pays comme la France qui admet 220.000 avortements par an depuis quarante ans ne manque pas d’audace quand elle reproche à l’Eglise de laisser mourir en masse ceux que certains appellent les « enfants du péché ». Il est vrai que, depuis cette époque, il est préférable d’avorter son enfant plutôt que de le confier à l’adoption. Nous avons inventé l’homicide par amour, sa légalisation, voire son remboursement par l’assurance maladie, quand ce n’est pas sa promotion au rang d’une vertu républicaine.

S’il faut une preuve récente, l’Agence régionale de santé d’Ile-de-France en est aujourd’hui à assigner un objectif de performance aux établissements dont l’activité d’avortement est jugée insuffisante au regard de leur activité totale en obstétrique. Alors les critiques adressées aux pauvres religieuses irlandaises, au sens propre, c’est l’hôpital qui se moque de la charité…


Source : http://www.bvoltaire.fr/jeanmarielemene/affaire-du-couvent-irlandais-lhopital-se-moque-charite,87867?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=aaa20add6a-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-aaa20add6a-30438701&mc_cid=aaa20add6a&mc_eid=97fadd1043



Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le "sombre passé" catholique de l'Irlande : 800 bébés enterrés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Religieuses-
Sauter vers: