VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres   Lun Nov 04 2013, 15:04

Mgr Georges Pontier, archevêque de Marseille, prononcera mardi matin 5 novembre son premier discours en tant que président de la Conférence des évêques de France, en ouverture de l’Assemblée plénière d’automne qui se tient à Lourdes jusqu’au dimanche 10 novembre. 


La formation des prêtres constitue l’un des dossiers majeurs de cette assemblée.
Les évêques promettent d’aborder franchement ce sujet sensible, dans un contexte de baisse continue des vocations et de disparités entre les diocèses.


« C’est un dossier sensible ! » Cette formule revient chez plusieurs évêques français contactés par La Croix, au sujet de la formation des prêtres, abordée à partir d’aujourd’hui au cours de l’assemblée plénière d’automne à Lourdes. Mais les mêmes affirment que la question est désormais « à maturité » pour faire l’objet d’une discussion franche dans l’hémicycle Sainte-Bernadette, même si elle s’inscrit d’abord dans la perspective de la rencontre nationale des séminaires à Lourdes, qui suivra l’assemblée plénière, en novembre 2014 (1).

Les évêques veulent évoquer « sans tabou » les critères d’appel au sacerdoce et le modèle de prêtre, qui en découle ainsi qu’un « code de bonne conduite » entre eux sur l’appel des séminaristes…

« Lorsque je suis devenu évêque il y a treize ans, ce sujet prêtait à beaucoup de non-dits, à des regards envieux ou suspicieux », reconnaît sans ambages Mgr Dominique Rey, évêque de Fréjus-Toulon, dont le séminaire de La Castille accueille une soixantaine de candidats à la prêtrise (2). Il n’élude pas le fait que le choix de certains évêques d’ouvrir leur propre séminaire, comme le cardinal Lustiger à Paris dans les années 1980, en opposition à une logique interdiocésaine, conjugué à des différences d’approches entre séminaires, empêchait une discussion apaisée. « La brutalité de certaines décisions personnelles avait totalement miné le dossier », appuie un évêque. « Il est possible maintenant d’aborder ces questions d’une manière sereine, de développer une réflexion commune en se disant que nul n’a de leçons à donner », assure Mgr Rey.


« Les jeunes choisissent un séminaire comme ils choisissent une école de commerce »

« Il existe toujours des divergences, poursuit Mgr Christophe Dufour, archevêque d’Aix et Arles, mais je crois que désormais nos présupposés viennent en second. Nous abordons de façon plus pragmatique la manière dont nous voulons appeler les jeunes au sacerdoce. Nous ne pouvons nous résigner au manque de prêtres. Interrogeons-nous sur ce qu’il signifie et réfléchissons d’abord à ce que Dieu veut aujourd’hui pour l’Église de France. »

Car la réflexion des évêques s’engage dans ce que Mgr Pascal Wintzer, archevêque de Poitiers, appelle « un changement profond de l’Église envers la société ». Plusieurs évêques invitent à évaluer le problème « au-delà de tout sentimentalisme » et à considérer d’un œil neuf les méthodes du passé. « Personne n’est accroché au maintien de structures existantes car nous sommes bien conscients que ce ne sont pas les structures qui attirent les jeunes », affirme Mgr Luc Ravel, évêque aux armées, alors que les vocations ne cessent de diminuer (3) et que la plupart des séminaires opèrent des regroupements.

Tout en rappelant, comme d’autres, que l’évêque reste libre de ses décisions sur son territoire, Mgr Rey se dit prêt à discuter de ses options, dans un contexte, dit-il, où « les jeunes choisissent un séminaire comme ils choisissent une école de commerce ». « La mobilité géographique a pour effet d’affaiblir les enracinements territoriaux », estime cet évêque dont le séminaire attire depuis des années des jeunes de la France entière, en ajoutant qu’« il convient de sortir de la logique du gâteau à partager. »


« Chasses de séminaire en séminaire »

Précisément, pour Mgr Pascal Wintzer, « un évêque n’est pas propriétaire des jeunes qui résident chez lui, ils peuvent aller frapper à la porte d’un autre diocèse. » D’autant que le succès rencontré par certaines communautés nouvelles, comme la communauté Saint-Martin, interroge forcément le modèle des séminaires interdiocésains.

Toutefois, la question de la répartition territoriale des séminaristes demeure un enjeu sensible. « Certains diocèses ferment leur séminaire, en raison d’un faible effectif, alors que d’autres rouvrent le leur, avec le même nombre de jeunes », souffle un supérieur de séminaire, en faisant allusion à la réouverture du séminaire de Bayonne en 2010. Autre sujet délicat : la collaboration entre évêques concernant ce que Mgr Jean-Louis Bruguès, alors secrétaire de la Congrégation pour l’Éducation catholique, avait appelé en 2011 les « chasses de séminaire en séminaire ».

Il avait évoqué ces « situations dramatiques où le candidat porte comme une blessure le refus de l’évêque de l’appeler. La tentation est alors grande de rechercher un autre évêque plus compréhensif ou moins lucide. Plus ou moins honnêtement menées, ces chasses représentent une plaie pour l’Église de ce temps. » En France, rapporte un évêque, « la règle est de toujours prendre en contact avec le diocèse d’origine du candidat. Mais c’est peut-être bon de rappeler la règle… »

BRUNO BOUVET

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/Les-eveques-veulent-parler-franchement-de-la-formation-des-pretres-2013-11-04-1055603

_________________
Revenir en haut Aller en bas
BENEDICTE
membre
avatar

Date d'inscription : 17/04/2011

MessageSujet: Re: Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres   Lun Nov 04 2013, 15:25

BONJOUR

OUI , JE CONNAIS DES JEUNES HOMMES ,QUI APRES UN REFUS DE L'EVEQUE SE SONT ADRESSES A DES COMMUNAUTES NOUVELLES OU ANCIENNES.....ET CE SONT DES BONS PRETRES A CE JOUR....

ET CONTRAIREMENT ,CEUX QUI ONT QUITTE LA PRETRISE VOLONTAIREMENT OU SUITE A UN INCIDENT, ETAIENT TOUS BIEN ACCUEILLIS , ILS AVAIENT LES QUALITES REQUISES ,PAR L'EVEQUE.....

il est tres important de prier pour les vocations et CEUX QUI ONT LA CHARGE DE LES ACCUEILLIR....
Revenir en haut Aller en bas
Lily-Anne
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 01/09/2010
Localisation : France - Provence

MessageSujet: Re: Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres   Mer Nov 06 2013, 12:19

Absolument Benedicte. J'ai un de mes amis prêtres qui est Recteur en Afrique et il m'a expliqué la difficulté que cela représente de discerner si la personne est vraiment choisie pour cette vocation sacerdotale.

L-A

_________________
Revenir en haut Aller en bas
LucJos
Assistant
avatar

Date d'inscription : 28/05/2013
Age : 77
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres   Ven Nov 08 2013, 15:47

Un prêtre dont le coeur est véritablement habité par l'Amour et par le désir de sauver des âmes et qui a été choisi par Dieu pour cette raison et pour cette seule mission, n'a pas besoin de formation spirituelle particulière. Tout ce dont il a besoin, c'est de l'aval de l'Eglise.
Citation :
Nous ne pouvons nous résigner au manque de prêtres.
Le texte ci-dessus, et la phrase ci-dessus en particulier, confirment bien la triste réalité d'aujourd'hui : l'Eglise devient de moins en moins l'Eglise du Christ, comprenez qui suit Jésus et rien que Lui, pour se transformer progressivement en un organisme de niveau international, dans lequel elle choisira elle-même ses représentants.

Prions pour le repentir de l'Eglise et aussi pour celui du monde. Seul ce repentir sincère pourra  permettre à l'Eglise de retrouver l'unité parfaite entre elle, le Corps, et la Tête, Son Maître, le Christ, par l'intermédiaire de Marie, Mère de l'Eglise et Mère de Dieu.

LucJos

_________________
Couvre-nous, Seigneur, de Ton Précieux Sang !
Revenir en haut Aller en bas
Stan
Co-Fondateur
avatar

Date d'inscription : 30/08/2010
Localisation : Québec, Canada

MessageSujet: Re: Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres   Ven Nov 08 2013, 18:46

LucJos a écrit:
Un prêtre dont le coeur est véritablement habité par l'Amour et par le désir de sauver des âmes et qui a été choisi par Dieu pour cette raison et pour cette seule mission, n'a pas besoin de formation spirituelle particulière. Tout ce dont il a besoin, c'est de l'aval de l'Eglise.

Citation :
Nous ne pouvons nous résigner au manque de prêtres.
Le texte ci-dessus, et la phrase ci-dessus en particulier, confirment bien la triste réalité d'aujourd'hui : l'Eglise devient de moins en moins l'Eglise du Christ, comprenez qui suit Jésus et rien que Lui, pour se transformer progressivement en un organisme de niveau international, dans lequel elle choisira elle-même ses représentants.

Prions pour le repentir de l'Eglise et aussi pour celui du monde. Seul ce repentir sincère pourra  permettre à l'Eglise de retrouver l'unité parfaite entre elle, le Corps, et la Tête, Son Maître, le Christ, par l'intermédiaire de Marie, Mère de l'Eglise et Mère de Dieu.

LucJos
Cher LucJos,

Je porte à votre attention que si notre Église catholique a jugé bon, dès le Concile de Trente, de fonder des Séminaires, c'est, entre autre, pour que les prêtres soient bien formés spirituellement.

En ce qui regarde la formation des prêtres aujourd'hui, je crois comprendre que leur formation spirituelle demeure plus que jamais prioritaire par rapport à leur formation intellectuelle, et par rapport à leur formation pastorale; et c'est sans doute pour que, au bout du compte, le ministère du prêtre origine avant tout de sa prière, et pour que, le Saint Esprit aidant, la doctrine chrétienne demeure fidèlement transmise aux fidèles par ceux-ci (les prêtres), et non pas transmise au gré de la subjectivité (et des fantaisies?) de tout un chacun.


Citation :

La formation intégrale des prêtres :
4 grandes composantes depuis le Concile Vatican II


La formation humaine :
Devenir chrétien, et a fortiori prêtre, c’est devenir un homme debout et ouvert aux autres.

La formation spirituelle :
La formation spirituelle vise à développer la communion avec le Christ (« une vie intimement unie à Jésus Christ »(2)), la recherche de la volonté du Père et la disponibilité à l’Esprit au cœur de toute son existence.

La formation intellectuelle :
La visée de la formation intellectuelle – philosophique et théologique – est de former une personnalité chrétienne sachant librement rendre compte de sa foi (3)et témoigner de l’Evangile.

La formation pastorale :
Toute la formation au séminaire a pour but de former des pasteurs, des hommes configurés au Christ Bon Pasteur. La finalité pastorale de toute la formation assure ainsi la cohérence et la coordination de la formation humaine, spirituelle et intellectuelle.


Source : http://www.seminaire-orleans.fr/devenir-pretre/formation/20-formation-integrale.html

Contrairement à ce que vous pensez, en ce que vous écrivez :

Citation :
« l'Eglise devient de moins en moins l'Eglise du Christ »,
je crois, pour ma part, que :

Citation :
Notre Église est plus que jamais l'Église du Christ.
Mais pourquoi donc ne pas vous laisser convaincre de cela
en écoutant tout simplement et tout bonnement
les propos évangéliques de notre pape François
dans le vidéoclip ci-dessous
?



Bonne écoute! et... Cordiale salutation!

Stan

_________________
"Une pieuse réserve sur ce qui nous échappe vaut mieux qu'une âpre discussion sur ce dont on est incertain" (Adam de Perseigne)
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les évêques veulent parler « franchement » de la formation des prêtres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Religieuses-
Sauter vers: