VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM
Bienvenue !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique Romain sous la protection de Saint Michel Archange !

La reproduction du contenu de ce site est permise, à la condition d'en citer la provenance, y incluant l'adresse de notre site, http://nouvellejerusalem.forumactif.com/

Merci !
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM

Forum Catholique sous la protection de Saint-Michel
 
AccueilAccueil  PortailPortail  GalerieGalerie  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  ForumForum  

Partagez | 
 

 Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
misi
membre
avatar

Date d'inscription : 11/05/2013
Age : 65
Localisation : B-6220 - Fleurus

MessageSujet: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Mar Juin 25 2013, 09:07

Percutant !    note maxi


Citation :

Par vilistia dans HOLLANDE LE FACHO + MANIF POUR TOUS le 9 Mai 2013 à 21:01
Philippe Bouvard écrit à François Hollande, Président Normal de la République   
Citation :
Avec Hollande, c'est facile maintenant pour le décodage. lorsqu'il dit :
" Je suis normal " comprendre dangereux.



 
Monsieur Hollande, l’élection démocratique a fait de vous un président.

Elle vous a donné des droits, certes, mais pas TOUS les droits.
Elle vous a surtout donné des devoir : garantir et défendre les valeurs fondamentales de notre nation.
En aucun cas, elle fait de vous un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.

Alors, de quel droit ?

De quel droit faites-vous disparaître les couleurs de notre drapeau du site de l’Elysée ?
L’Elysée ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Il appartient aux Français qui vous l’ont prêté pour la durée de votre mandat.


Rendez-nous nos couleurs !


De quel droit faites-vous disparaître les archives de l’Elysée ?
La mémoire de la France ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Elle appartient aux Français qui vous l’ont confiée pour la durée de votre mandat.


Faire croire que l’Histoire de France commence le 6 Mai 2012 et qu’avant, c’était le néant est une trahison de haut niveau.
Rendez-nous notre Histoire !


De quel droit détournez-vousnotre argent pour promouvoir sur le site de l’Elysée une personne dont vous avez scellé vous-même le sort et le statut,
c’est-à-dire « RIEN DU TOUT , et d’affecter à ce « fantôme de la République » un service et des employés à nos frais ? Le budget de l’Elysée ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Il vous a été concédé par les Français pour régler les dépenses afférentes à vos fonctions pour la durée de votre mandat.


Rendez-nous notre argent !


De quel droit osez-vous influencer la Justice en interférant dans une affaire personnelle, vous qui promettiez une « République Irréprochable »
(engagement 53 : je garantirai l’indépendance de la Justice). La Justice ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Elle appartient aux Français qui ne vous permettront pas de la bafouer.


Rendez-nous notre Justice


De quel droit abusez-vous des pouvoirs qui vous sont conférés en plaçant vos amis à la tête de toutes les institutions, en recevant en cachette le chef du PS, en faisant de la République l’antichambre du Parti Socialiste ? (engagement 48 : j’augmenterai les pouvoirs du Parlement, notamment sur les nominations aux plus hauts postes de l’Etat afin de les rendre irréprochables) et (engagement 51 : la désignation des responsables des chaînes publiques de télévision et de radio dépendra d’une autorité indépendante et non plus du chef de l’Etat).


Rendez-nous notre indépendance, MENTEUR !


De quel droit privilégiez-vous une communauté religieuse et ignorez ostentatoirement les autres, vous qui prônez la laïcité (engagement 46 : je proposerai d’inscrire la laïcité dans la Constitution). Vous qui prétendez être le Président de tous les Français (Je veux rassembler toute la France). La religion ne vous appartient pas, Monsieur Hollande. Elle appartient aux Français qui ne vous permettront pas de l’instrumentaliser à des fins électorales.


Honorez nos fêtes chrétiennes !


De quel droit un de vos ministres impose-t-il aux établissements privés le principe de neutralité en empêchant les débats sur le mariage homosexuel alors qu’une autre en assure la promotion dans les écoles, aux côtés d’un membre de l’Inter-LGBT ?


Rendez-nous nos écoles, Monsieur Hollande !


De quel droit supprimez-vous du Code Civil, du Code de la Famille et d’une douzaine d’autres Codes des termes qui sont le fondement même de notre société ?


De quel droit détruisez-vous les valeurs de la famille ? Libre à vous et Ségolène de demander à vos enfants de vous appeler parent 1 et 2, de bafouer les valeurs de votre propre famille. L’héritage de notre modèle de société ne vous appartient pas, PARENT Hollande. Il appartient aux Français qui ne sont pas dupes de tous les mensonges proférés publiquement par la double condamnée à qui vous avez confié la Justice de notre pays.


Rendez-nous nos Papas et nos Mamans. Rendez-nous notre famille !


« Cela fait des semaines que vous voulez faire croire aux Français que les mots de Père et de Mère vont disparaître du Code Civil, mais ces mots demeurent dans le Titre 7 du Code Civil relatif à la filiation et dans le chapitre 8 »avait répliqué la ministre de la Justice Christiane Taubira. «Mais il serait bien misérable de notre part d’ouvrir le mariage sans en tirer les conséquences dans le Code Civil. Nous ne toucherons pas à ces mots quand cela ne sera pas nécessaire », avait-elle assuré.


De quel droit recevez-vous une association représentant une minorité au premier claquement de doigts et menaces, et refusez cette rencontre aux élus de notre République ? Les élus ne vous appartiennent pas, Monsieur Hollande.


Ils appartiennent aux Français qu’ils représentent. Respectez nos parlementaires !


De quel droit vos ministres, surtout le 1er d’entre eux, insultent-ils les chefs d’entreprises qui réussissent, les Français qui quittent le pays par votre faute, avec à leur actif des dizaines de créations d’emploi, des années de loyauté et une renommée internationale ?

Qu’avez-vous à votre actif, Monsieur Hollande, sinon un poste en or à la Cour des Comptes pour un rendement nul (c’est vous qui l’avouez), un département des plus endettés, un parti que vous avez réussi à anéantir, une fausse déclaration de patrimoine et aucune expérience du pouvoir ?

Rendez-nous la valeur du travail !


De quel droit mettez-vous en danger l’économie de notre pays en refusant d’écouter tous les indicateurs de votre mauvaise gestion ? (rapport cinglant de la Cour des Comptes, rapport Gallois, mises en garde de la Commission Européenne et j’en passe). Quand tous, unanimement, réclament d’urgence une baisse drastique des dépenses publiques et la réduction du coût du travail, vous faites exactement le contraire ; vous dépensez comme un fou et matraquez les Français de taxes en plombant la compétitivité.


Rendez-nous notre économie !


De quel droit profitez-vous de notre armée pour redorer votre image désastreuse?


De quel droit insultez-vous les Français en déclarant au Mali que c’était le plus beau moment de votre vie politique ?


De quel droit Faites-vous le paon lorsque le vice-président des US honore nos soldats ?

 

C’est un scandale, Monsieur Hollande ! Honte à vous !


Les Français ne sont pas derrière votre petite et mesquine personne. Ils sont derrière leur armée, et soutiennent leurs soldats lorsque le pays est en guerre.
Il leur appartiendra de vous demander des comptes lorsque nos enfants qui se battent pour la liberté seront hors de danger, pas avant.
Rendez-nous notre armée !


De quel droit voulez-vous accorder un droit de vote aux étrangers, sans exiger une réciprocité de la part des autres pays ? Le droit de vote est un acte citoyen, Monsieur Hollande. Il ne vous appartient pas. Les étrangers travaillant dans notre pays souhaitent l’exercer ? Que n’ont-ils demandé la citoyenneté française ?


Rendez-nous notre identité nationale !


De quel droit votre Gouvernement refuse-t-il la liberté de vote aux députés socialistes ?


De quel droit empêche-t-il la volonté du peuple de s’exprimer ?


De quel droit tord-il le bras aux parlementaires en refusant les débats de fond, en court-circuitant les procédures législatives, en confisquant la démocratie, en refusant toutes les propositions telles que le référendum, l’union civile, le renforcement du pacs ?
Les députés ne vous appartiennent pas, Monsieur Hollande. Ils appartiennent aux Français qui les ont élus pour défendre leurs choix et qui sauront s’en souvenir lors des prochaines élections.

Rendez-nous nos voix !


Rendez-nous notre démocratie !

 
Monsieur Hollande, vous avez volé nos Couleurs, notre Histoire, notre économie, notre Justice, nos valeurs, notre démocratie, notre armée, notre identité.
 
GARE A LA COLÈRE DU PEUPLE FRANÇAIS.

IL N’A PLUS RIEN A PERDRE.
VOUS LUI AVEZ TOUT PRIS.

 

Philippe Bouvard

Revenir en haut Aller en bas
fabrice1961
membre
avatar

Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 55
Localisation : Côte picarde

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Mar Juin 25 2013, 10:07

Oui, décapant !!!

Lorsque Monsieur Bouvard prend la parole... éteindre feu

N'empêche qu'un tel courrier émanant d'une telle personnalité, pourrait bien servir de détonateur. D'autant que la conclusion de sa lettre est terrible ; et pourtant fort juste. Et l'on sait fort bien qu'en France, lorsque le peuple se met en colère... se tapper dessusdans le mur !affraid
Revenir en haut Aller en bas
fabrice1961
membre
avatar

Date d'inscription : 26/05/2013
Age : 55
Localisation : Côte picarde

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Mar Juin 25 2013, 10:45

Bon. D'après ces deux  liens :

http://unionrepublicaine.fr/monsieur-hollande-de-quel-droit/

http://www.secoursdefrance.com/content/view/1219/9/

cette lettre serait en fait, de Carole Farjala.

Mais cela n'enlève rien à la portée de son contenu.

Fabrice
Revenir en haut Aller en bas
COQUELICOT
Modérateur
avatar

Date d'inscription : 06/09/2010
Localisation : Belgique

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Mar Juin 25 2013, 11:51

Dieu est en train de séparer l'ivraie du bon grain, les brebis des chèvres....!

Le pape François a demandé lors d'une homélie précédente d'oser aller de l'avant pour servir le Christ donc l'heure est au choix :

servir Dieu et ses Apôtres, ou servir le malin et ses suppôts.



Nous y sommes, notre combat est commencé, notre persécution va suivre et nous savons que Christ a vaincu !

ensemble osons, ensemble restons, ensemble prions, et ensemble mourrons !

_________________
Tout vient de Dieu
tout lui appartient
tout lui revient.
Revenir en haut Aller en bas
marie-rose
membre
avatar

Date d'inscription : 19/03/2011
Localisation : bouches du rhone

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Mar Juin 25 2013, 13:15

ouaaaaaaaaaaah!!! Il est courageux monsieur Bouvard 
Si des hommes connus s'y mettent c'est super! Dieu soit béni!
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Mer Juin 26 2013, 18:25

SVP, je vais vous dire qui est hollande !

Il n'est rien d'autre qu'un "kapo"

Citation :
Le mot kapo désigne les personnes qui étaient chargées d'encadrer les prisonniers dans les camps de concentration nazis. Les kapos étaient souvent recrutés parmi les prisonniers de droit commun les plus violents1 ou parmi ceux dont la ruse ou la servilité avait permis de figurer parmi les anciens, en échappant provisoirement aux « charrettes » menant à l'extermination.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Kapo

Un "petit fonctionnaire" de bas étage qu'on a mis en place afin d'oeuvrer pour ceux qui l'ont élu ...
Ne pensez pas "peuple" !
Pensez "clique occulte" ...

Nous ne faisons que constater de jour en jour cet effroyable drame où l'on fait peser sur le peuple un joug de plus en plus lourd, jusqu'à ce qu'il en soit écrasé, en crève ...

De son vivant parmi nous Jésus Christ invitait déjà tous ses coreligionnaires, tous les membres de son peuple a accepter de porter Son JOUG qui est LEGER, parce qu'Il EST DOUX et HUMBLE de COEUR ...

De nos jours, Jésus est le GRAND REJETé, trop nombreux sont ceux qui préfèrent faire confiance a un tel "perdu pour l'enfer".
Eh bien, ils vont le subir dès cette vie, le GRAND JOUG DE LA PERDITION !!!

Quand à nous encore plus ardemment, gravissez SVP la MONTAGNE SAINTE SPIRITUELLE de COMMUNION à DIEU dans l'ESPRIT SAINT pour ne plus vivre que de LUI ...
SVP, comprennez-le il n'existe pas d'autre échappatoire aux fléaux désormais en route ... en roulage ...
Oubliez totalement le monde tel que vous l'avez connu ... choisissez de ne le connaître que dans l'Esprit Saint de sorte que toute l'influence satanique que véhicule le monde soit sans effet sur vous ... de sorte que vous soyez totalement dans la Main du PERE ... de sorte que le monde soit sans pouvoir sur vous ...

De sorte que la Ste Préservation Divine soit toute vôtre !!!

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Jeu Juin 27 2013, 06:51

Si j'utilise le mot "kapo" pour hollande, ce n'est pas pour rien !

Pour moi, son maître et seigneur, c'est la finance !

Il est peut-être intéressant de faire un retour en arrière pour faire un comparatif entre ce qu'il pouvait déclarer en tant que candidat présidentiel :

Citation :
François Hollande dévoile son véritable programme à la City :
nos commentaires. Par François Ruffin (Fakir) 24 février 2012

Le Bourget contre The Guardian :
choisissez votre François Hollande. Tant qu’à faire, on préfère la version du quotidien britannique, qui a le mérite de l’honnêteté : finance protégée, traités européens à peine retouchés, aucune conquête sociale à attendre… Demandez le programme !

Pour lire notre traduction de l’article du Guardian, cliquez ici.

1 – Une « Finance sans parti » ?

Au Bourget : « Mon adversaire n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera donc pas élu, et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. »

Au Guardian : « La gauche a gouverné pendant quinze années, durant lesquelles nous avons libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. »

Après le discours du Bourget, on s’étonnait de ses lacunes. Car pour nous, cet « adversaire » en a, des « visages », et pas qu’un : c’est Marc Ladreit de Lacharrière, patron du fonds Fimalac – qui possède l’agence de notation Fitch Rating, qui a délocalisé loin du continent la production des outils Facom, qui conseille de faire de même avec les voitures Renault ; c’est Michel Pébereau, le PDG de BNP-Paribas, qui joue avec les dettes des états et jongle avec les paradis fiscaux ; c’est Jean-Charles Naouri, qui a arraché une plus-value du naufrage de Moulinex, etc.

Car, surtout, cet adversaire en a un, de « parti », ou plutôt deux : c’est la droite de gouvernement, le RPR, qui a privatisé les banques – notamment sous Chirac (1986). Mais c’est aussi son camp, le Parti socialiste, qui a libéralisé la Finance sous Bérégovoy (1984). Et ces stock-options qu’il se propose aujourd’hui de « supprimer », c’est son camarade Dominique Strauss-Kahn qui en a allégé la fiscalité (1997).

« Sous nos yeux, en vingt ans, la finance a pris le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies », poursuivait François Hollande, comme s’il s’agissait, quasiment, d’une catastrophe naturelle, d’une fatalité tombée d’un ciel peu clément – mais c’est peut-être, surtout, davantage, que des dirigeants politiques, par des lois, dans les ministères et les parlements, ont confié à cette finance « le contrôle de l’économie, de la société et même de nos vies ». Dans ses propos tenus au Guardian, François Hollande rétablit cette vérité historique : « La gauche a gouverné pendant quinze années, durant lesquelles nous avons libéralisé l’économie et ouvert les marchés à la finance et aux privatisations. Il n’y a pas de grandes inquiétudes. » C’est honnête. Seul hic : ces orientations – « ouverture des marchés à la finance » et « privatisations » – François Hollande les range dans la colonne positif du bilan de la gauche, plus qu’il ne se livre à une autocritique faite de regrets…

2 – Avec quelles armes ?

Au Bourget : « Dans cette bataille qui s’engage, je vais vous dire qui est mon adversaire, mon véritable adversaire. Cet adversaire, c’est le monde de la finance. »

Au Guardian : « La City de Londres ne doit pas avoir peur… » « Il n’y a pas de grandes inquiétudes… ». Lui ne se montrera pas « agressif ». Et pour rassurer les marchés, François Hollande affirme même que, dans sa lutte contre la finance, il n’en fait ni plus ni moins que « tous les autres présidentiables français, Nicolas Sarkozy inclus ».

Après le discours du Bourget, Le Nouvel Observateur – et autres médias roses bonbon – s’enflammaient pour ce « Cap à gauche ». Pas nous. Car même alors, alors qu’il dénonçait cet « adversaire » ô combien redoutable, la Finance, son « emprise [qui] est devenue un empire », à aucun instant, jamais, il ne nous dit de quelles armes il userait comme futur président : reviendrait-il sur « la libre circulation des capitaux, y compris avec les pays tiers » – cet instrument de chantage permanent pour les forces de l’argent ? Abolirait-il ces dogmes qui inspirent l’Europe libérale – « la concurrence libre et non faussée », « l’indépendance de la Banque centrale européenne », etc. ? Sur tout ça, rien. Nulle rupture annoncée avec les traités de Lisbonne ou de Maastricht, nulle refondation de l’Union sur un nouveau socle.

Dès lors, la manœuvre apparaissait dans sa simplicité. Et Sylvie-Pierre Brossolette (du Point) la dévoilait très lucidement sur le plateau de Mots Croisés le 23 janvier 2012 : « Je pense qu’un gouvernement de gauche se doit de donner à ses électeurs, aux électeurs français qui vont lui faire confiance, des symboles, du verbe, un peu presque de la mythologie en compensation de la future inévitable rigueur. Tout le monde le sait très bien. Mais sur le moment, je suppose que les gens de gauche qui écoutaient François Hollande étaient heureux. Ils ont entendu ce qu’ils ont envie d’entendre, qu’ils n’entendaient pas depuis un bout de temps, et ils se sont dit "ça y’est". Ils ont enfin un leader qui nous dit, effectivement, que l’argent c’est pas bien, il faut pas être fasciné par l’argent, il faut aimer les gens, c’est mieux. Que là effectivement, le monde de la finance, c’est quelque chose d’un peu traumatisant, que il faut l’égalité dans ce pays... À mon avis, c’est le grain à moudre pour pouvoir mieux faire passer le reste, parce que après il faudra évidemment serrer les boulons. » À ses côtés, Manuel Valls, porte-parole de Hollande, approuvait du bonnet : « Oui oui ».

D’emblée, nous le savions – mais la rencontre avec The Guardian le confirme : face à la Finance, il n’y aura pas de bataille du tout. Même pas avec un pistolet à bouchon…

3 – Revenir sur « le Traité européen » ?

Au Bourget : « Je proposerai à nos partenaires un pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance. »

Au Guardian : « Il a renouvelé sa demande pour un changement du traité européen sur l’intégration économique, mais a semblé tempérer son appel à une renégociation complète, soulignant qu’il voulait ajouter une clause concernant la croissance économique, qu’elle soit incluse ou non dans le traité. Il a ajouté qu’il reviendrait au Parlement français de ratifier le traité après l’élection, et qu’il ne ferait pas de référendum. »

Déjà, avec Le Bourget et le « pacte de responsabilité, de gouvernance et de croissance », les Bourses devaient trembler. Mais voilà qu’il modère encore sa modération : une petite « clause » mentionnant la croissance, et il sera content…

Ça rappelle des souvenirs. Durant l’été 1997, en effet, Lionel Jospin vient d’entrer à Matignon. Le passage à l’euro, prévoit le programme du PS, ne sera accepté par la France que « sous conditions ». Mais à Amsterdam, les « partenaires » ne font qu’une concession de vocabulaire : « le pacte de stabilité » devient « pacte de stabilité et de croissance ». La gauche plurielle s’est rendue sans combattre – et François Hollande, alors Premier secrétaire de son parti, entérine. « À ce moment-là, m’expliquait l’économiste Jacques Généreux – alors au PS, aujourd’hui au Front de Gauche – la gauche gouverne l’Europe. Treize pays sur quinze ont des socio-démocrates à leur tête, ou sont présents dans des coalitions. À Paris, Lionel Jospin vient d’être élu. Il a fait campagne sur les conditions pour que la France signe un nouveau traité – notamment l’harmonisation sociale, fiscale, etc. Il va à Amsterdam. Il évoque ces conditions. Il se fait renvoyer dans ses buts par ses amis, par des gouvernements du même bord. Et là, malgré tout, il se couche : il accepte de signer. Il présente ça comme un progrès. Ce jour-là, c’est devenu lumineux, parfaitement incontestable : le libéralisme était ancrée dans leurs têtes. »

4 – Pour gagner quoi ?

Au Bourget : « J’ai parlé du Rêve français. Oui, le beau rêve, le rêve que tout au long des siècles, depuis la Révolution française, les citoyens ont caressé, ont porté. Ce rêve de vivre mieux, ce rêve de laisser un monde meilleur, ce rêve du progrès, ce rêve de pouvoir franchir à chaque fois les étapes de l’humanité. C’est ce rêve-là que j’ai voulu de nouveau ré-enchanter. »

Le Guardian conclut : « Son projet est plus modéré que tous ceux des candidats socialistes avant lui, et ne contient aucune des promesses traditionnelles de gauche d’augmenter le salaire minimum ou les salaires, mais envisage en revanche de freiner le déficit public. » Avec sobriété, voilà un excellent résumé de cette campagne « au centre toute ! ».

Il est désormais certain, et cet article en témoigne, que le candidat socialiste, s’il devenait président, ne prendrait pas la moindre mesure contre son « adversaire » la Finance (suppression des stock-options, taxe sur les mouvements de capitaux, etc.). N’apporterait aucune conquête, ni écologique ni sociale… Sauf si une pression populaire l’exigeait. À nous d’y travailler… en commençant par dévoiler ce véritable programme. C’est-à-dire, pour l’essentiel, sa vacuité.

http://blogs.mediapart.fr/blog/antoine-montpellier/230212/francois-hollande-devoile-son-veritable-programme-la-city-nos-c

Aujourd'hui nous fêtons St Cyrille

Dans mon entreprise travaille un Cyrille.
Cet homme a la particularité qu'il n'aime aucunement qu'on touche à ses cheveux, même son épouse n'y a pas droit et elle le sait selon ses dires ...
Il ne supporte pas !

Alors qu'on discutait dernièrement de ce fait étrange, je ne pouvais m'empêcher de faire un lien avec Samson et ses long cheveux...
Nos cheveux sont à l'image de nos pensées, elles nous sont propre, elles font partie intégrante de notre personnalité ... et on n'arrête pas de nous les marteler, de les toucher médiatiquement jusqu'à les remodeler selon les convenances désirées de ceux qui ont le soi-disant "pouvoir".

Modelage de l'esprit pour devenir des esclaves consentants de l'esprit par le fait de l'inculturation de leur pensées choisies en notre esprit ... et accepté par la plupart puisqu'ils ne pensent plus par eux-même !!!

Merde...
Je le redis, Merde...
Si je fais une demande particulière au Seigneur me concernant, c'est bien celle-ci :

Seigneur, ces gens-là, qu'ils n'aient aucun pouvoir sur moi, ne serais-ce que de l'ombre d'un de mes cheveux ...

Et je sais que cette GRACE, je l'aie obtenue !
Devenir des SAMSON de la FOI est primordial en veillant tout particulièrement qu'aucune coupe de nos "cheveux-pensées" ne leur soit accordé ...
Dialoguer avec ces gens-là, c'est justement les placer sur un point d'égalité et leur permettre de vous "casser" les "cheveux-pensées" qui vous sont propre ... et comme ils sont sans scrupules, ils vous écraseront comme des riens...

NON !
En JESUS CHRIST, et par LUI, dans le PERE des CIEUX nous sommes des TOUT !
Et croyez-le, ce sont eux qui sont en vérité des "riens", des déformés de la VERITE, des hypocrites éhontés à qui nous avons le devoir de tourner le dos, révulsés de toute notre être ...
Ils sont nos ennemis, pour lesquels malgré tout nous avons le devoir de prier même si nous savons comme Jésus le savait pour Judas que :
Tout est en vain !

SAMSONS, levez-vous !
N'ayez pas peur, d'être qui vous êtes en Jésus Sauveur !
Il est le VAINQUEUR !
Tout est dit ...

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
André Dominique
membre
avatar

Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 55
Localisation : Alsace

MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   Jeu Juin 27 2013, 06:55

hollande, un petit sous-fiffre de rien du tout, appelé à réaliser les basses besognes qu'on exige de lui ...
C'est tout !

André Dominique
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Bouvard à François Hollande, vous êtes un dictateur, menteur et manipulateur de surcroît.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
VERS LA NOUVELLE JÉRUSALEM  :: Actualités Mondiales-
Sauter vers: